Grand-Popo est un ancien carrefour commercial où les navigateurs portugais venaient acheter de l'huile de palme notamment aux Xwla ou Huela, qu'ils appelaient Popo, ce qui signifierait " pêcheurs ", mais cette étymologie reste controversée. Grand-Popo, la ville coloniale, se serait réellement développée sous l'impulsion de l'administrateur Dreyfus, à partir de 1901. Les nombreux bâtiments coloniaux que l'on y voit encore, comme le tribunal, la poste, les anciens comptoirs, l'école des filles et des garçons... témoignent de la splendeur passée de cet ancien cercle, car avec la construction du port et du wharf de Cotonou, Grand-Popo a été progressivement abandonnée et devint une ville fantôme. De plus, toute une partie de la ville qui s'était étendue le long de la côte a été engloutie sous l'effet de l'avancée de la mer, recouvrant près de 10 km de constructions, dont l'église, la mairie... D'ailleurs, les filets des pêcheurs s'accrochent souvent aux fondations immergées. Toutefois, ce phénomène semble s'être stabilisé. Aujourd'hui, Grand-Popo est, avec sa plage, un lieu de villégiature où viennent se reposer, en fin de semaine, les Blancs et les riches commerçants de Lomé et de Cotonou. Sa situation privilégiée en fait aussi le point de départ pour la découverte de la Bouche du Roy, qui marque l'embouchure du fleuve Mono, ainsi que de nombreux villages bordant le fleuve où l'on peut voir Legba (les dieux protecteurs vaudoussi) ou autres couvents, et approcher ainsi quelques aspects du culte vaudou, très vivant dans la région. Un lieu de farniente, où la tradition d'accueil garde encore tout son sens, de balades romantiques sur la plage au coucher du soleil et de soirs de pleine lune toujours magiques.

Les lieux incontournables de GRAND-POPO

Organiser son voyage à GRAND-POPO

Photos de GRAND-POPO

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

15.95 €
2018-09-26
216 pages
Avis