Image emblématique des Bahamas, cette charmante petite île située à 3 kilomètres au nord-est de l'île principale, compte parmi les plus belles plages de l'archipel des Bahamas. Fine langue de terre, Harbour Island se déploie face à Eleuthera, dans un axe nord-sud, dessinant une baie profonde aux eaux calmes. Le pittoresque village de Dunmore Town, qui fut la première capitale de l'archipel, borde la côte face à Eleuthera. De l'autre côté, la longue plage de Pink Sand, déroule ses 5 km de sable rose, poudre blanche rehaussée de minuscules débris de corail rose, et fait face à l'océan Atlantique. Reconnue comme l'un des plus beaux joyaux de l'archipel, elle est internationalement connue et inscrite au hit-parade des plus belles plages du monde.

Familièrement baptisée " Briland " par les locaux, Harbour Island a la réputation non usurpée d'être un lieu de villégiature de la jet-set, qui y jouit d'un relatif anonymat, conséquence du niveau de prix pratiqué et de la taille réduite de l'île. Des têtes couronnées aux stars de la scène rock ou jazz, en passant par l'élite des top-models, on ne compte plus les illustres visiteurs de l'île, dont certains possèdent des maisons. Aujourd'hui, quelques 13 multimillonaires résident ici : la couleur est annoncée.

D'immenses regroupements de propriétés privées cernent l'île à ses deux extrémités. Harbour Island compte les hôtels parmi les plus chics de l'archipel. Au Who's who tropical du sable chic, Briland tient une place de choix.

Le petit village de Dunmore Town, qui compte aujourd'hui quelque 1 800 âmes, a su préserver une atmosphère coloniale faite d'élégance et de nonchalance. Il date de l'ère de lord Dunmore (1787-1796), un gouverneur corrompu qui y possédait une résidence de vacances. Dans les années 1800, Dunmore Town devient la deuxième ville de l'archipel des Bahamas, avec notamment trois raffineries de sucre et un chantier naval qui n'existent plus aujourd'hui. Son architecture créole, datant de la fin du XVIIIe siècle, lui confère le charme d'un décor de carte postale et Dunmore Town inspire plus d'un aquarelliste. Les cottages de bois aux couleurs pastel ou soutenues, rehaussés de galeries à colonnettes et lambrequins de bois peints en blanc et dentelés au style gingerbread, se découpent hardiment dans le bleu intense du ciel. Des jardins aux pelouses impeccablement vertes jaillissent bougainvillées, hibiscus et autres fleurs exubérantes aux couleurs éclatantes ; rouge, rose, bleu, vert, jaune, toutes les nuances de l'arc-en-ciel s'y déclinent.

Les rues étroites et pentues partent à l'assaut de la gentille colline qui domine le port et la baie. Tout ici, jusqu'au moyen de transport favori des îliens - les voiturettes de golf - concourt à donner l'impression d'un décor de village de poupées.

Dunmore Town ne compte pas moins de sept églises, méthodistes, presbytériennes, réformées et autres, d'où s'échappent des flots de musique aux accents de gospel en fin de journée et le dimanche. Le jour du Seigneur, les villageois endimanchés, cravate et costume de rigueur pour les hommes, robe colorée, grand chapeau et gants pour les femmes, ou encore robe amidonnée et coiffure sophistiquée pour les fillettes, se pressent dans les églises.

De décembre à août, la petite île vit littéralement au rythme soutenu des arrivées touristiques. Rares sont les moments de répit accordés aux hôteliers, aux restaurateurs, aux habitants eux-mêmes et aux quelques bars nocturnes, dont l'activité est à son comble en période de haute fréquentation américaine. C'est seulement entre septembre et octobre (voire novembre) que le calme revient : la plupart des infrastructures touristiques ferment leurs portes, et la bourgade revêt alors des allures de village d'un autre temps. La vie nocturne s'atténue et seule la fin de semaine marque quelque agitation autour des bars locaux. Les habitants prennent le frais sur le pas de leur porte, commentant les événements de la journée à la lueur du faible éclairage public ou de lampes domestiques. De petits étals de fortune jaillissent devant les maisons, une table éclairée d'un spot, une friteuse frémissant au-dessus d'une plaque de cuisson reliée à une grosse bonbonne de gaz, proposant d'alléchantes spécialités locales. Plus loin des trios et des quatuors de joueurs de dominos s'acharnent à faire claquer bruyamment leurs jetons sur une table branlante, sans doute pour afficher leur détermination de sortir vainqueur du bras de fer engagé. Quelques rares promeneurs sillonnent la rue de bord de mer, pour profiter de la douceur du soir...

Les lieux incontournables d'HARBOUR ISLAND

Organiser son voyage à HARBOUR ISLAND

Photos d'HARBOUR ISLAND

15.95 €
2018-04-04
264 pages
Avis