La capitale politique, administrative, économique et touristique de l'archipel est une ville charmante ; c'est la plus ancienne cité de l'île. Capitale minuscule, elle se situe sur la côte nord de l'île et concentre la majorité des habitants de l'archipel.

Construite à flanc de collines ensoleillées et dominant une mer aux reflets turquoise, Nassau exhale un charme tout particulier, né de ses contrastes. Si l'ancien repaire de pirates s'est reconverti en oasis du tourisme de luxe, Nassau compte encore en son centre quelques vestiges historiques intéressants et possède la plus grande concentration d'édifices coloniaux de l'archipel.

C'est une ville à la fois populaire et sophistiquée qui entremêle, sans fausse note, modernisme et charme colonial britannique, tant dans son architecture que dans son ambiance faite de nonchalance et d'agitation contrôlée. Les vieilles demeures à nobles colonnades encadrées de pelouses impeccablement tondues y côtoient les grands hôtels de luxe aux proportions parfois démesurées. Nassau est une ville portuaire et un port franc, tout à la fois cosmopolite et affairée. Le quartier des affaires, qui est également un centre commercial florissant, se situe en front de mer, face à Paradise Island.

Immédiatement au sud du port se trouve le centre historique qui tient en quelques blocks de maisons. Ses édifices gouvernementaux sont reconnaissables à leur couleur rose, les édifices historiques et de belles maisons colorées de style colonial émaillent les rues.

Plus haut sur la colline, on entre dans les faubourgs de Nassau, quartiers d'habitation qui ne doivent rien au tourisme. On y croise des petits écoliers en uniforme, jupes plissées et cravates aux couleurs des écoles.

Le port qui se déploie dans la passe étroite qui sépare Nassau de Paradise Island est très actif, du petit matin à la tombée de la nuit. S'y rencontrent tous les types d'embarcations, des bateaux de pêche aux allures traditionnelles, de rapides vedettes à moteur d'excursions ou équipées pour la pêche au gros, des bateaux courrier trapus et démodés, les fameux mail-boats, de gigantesques paquebots de croisières, véritables gratte-ciel sur mer dont la taille dépasse l'imagination, d'élégants yachts de luxe arborant pavillon étranger, et de modestes coquilles de noix aux carcasses vieillissantes dont on a bien du mal à deviner la destination.

Les matinées sont particulièrement mouvementées. Les croisiéristes déferlent sur la ville et parcourent en rangs serrés les rues commerçantes du centre avec un seul objectif : investir et dévaliser les boutiques, bijouteries, parfumeries, maroquineries, boutiques d'alcool et de tabac et faire fonctionner l'économie locale. Puis au cours de l'après-midi, le centre-ville retrouve progressivement sa torpeur pour s'endormir paisiblement vers 18h-19h, heures de fermeture des bureaux et des commerces. Quand vient la nuit, le centre-ville, autrefois déserté en un clin d'oeil se dynamise avec quelques bonnes adresses de restaurants et de bars. Autour de l'hôtel Hilton, des bars ambiance spring break valent le détour. Mais la vie se tourne plutôt vers les centres touristiques que constituent les grands complexes hôteliers de Cable Beach ou de Paradise Island. Là se trouvent les bars, les restaurants, les boîtes de nuit et les deux casinos de l'île.

Musarder dans Nassau, c'est un peu comme arpenter les rues d'un village de poupées. La rue principale aux façades de boutiques colorées, bien léchées, les sabots des chevaux tirant des calèches qui résonnent gaiement, les limousines démesurées qui emportent leur clientèle anonyme ou trop connue et protégée des regards indiscrets par des vitres teintées, les façades roses des édifices gouvernementaux, la joyeuse effervescence du Straw Market, (le marché de la vannerie), les hommes d'affaires cravatés se pressant au milieu des touristes en tenue légère : tout concourt à faire des rues de Nassau un décor d'opérette.

Histoire

L'histoire de Nassau commence avec la brève visite des aventuriers d'Eleuthera qui n'y firent qu'une halte sans s'y établir. Néanmoins, l'île en gardera quelque temps le nom de Sayle Island, du nom du capitaine Sayle qui menait cette expédition. Fondée en 1666, Charles Town n'est à ses débuts qu'un repaire de malfrats où les tavernes et autres lieux de perdition sont plus nombreux que les maisons d'habitation. En 1684, les Espagnols pillent la ville en représailles aux attaques incessantes des pirates sur leurs galions transportant de précieuses marchandises entre le Nouveau Monde et l'Europe. La majorité de la population quitte l'île pour se réfugier en Amérique. En 1695, la ville est reconstruite et baptisée Nassau du nom du nouveau souverain britannique, prince d'Orange-Nassau. Un fort est construit pour défendre la ville, le fort Nassau, à l'emplacement de l'actuel hôtel British Colonial Hilton.

La ville est de nouveau attaquée en 1703 par une coalition des armées françaises et espagnoles qui unissent leurs forces pour détruire Fort Nassau. Les pirates prennent la ville en main et y proclament alors leur république. S'ensuit une période de dérives et de débauches qui exaspère le gouvernement anglais.

En 1714 la signature du traité d'Utrecht met fin aux rivalités entre les Anglais et les Espagnols. Les pirates ne sont plus en odeur de sainteté.

En 1718, le pirate repenti Woodes Rogers est envoyé sur l'île comme gouverneur par la Couronne anglaise pour remettre de l'ordre dans la ville et mettre sur pied une administration digne de ce nom. Il propose aux pirates d'acheter leur reddition et nombre d'entre eux acceptent. Les récalcitrants doivent se replier sur des îles voisines. La piraterie est officiellement stoppée.

Au milieu du XVIIIe siècle, le centre-ville se construit autour du Strand (aujourd'hui Bay Street) et de Market Street, qui constituent le coeur de la ville. Les édifices gouvernementaux voient le jour, l'Assemblée, le tribunal, la cathédrale, la prison...

A partir de 1760, sous la houlette du gouverneur William Shirley, ancien gouverneur du Massachusetts, la ville se tourne vers la modernité, de nouvelles rues sont construites, un réseau d'égouts est créé.

L'afflux d'émigrés en provenance des Etats d'Amérique aide la ville à se développer rapidement grâce à son port bien abrité au fond d'une anse protégée et à ses ancrages sûrs.

En 1787 commence le règne du gouverneur Dunmore. Corrompu et dépravé, il est beaucoup critiqué par ses contemporains. Il ordonne la construction de deux forts pour défendre la ville, le fort Charlotte et le fort Fincastle. La fin du XVIIIe siècle marque une ère de prospérité pour Nassau. La population est composée de riches familles blanches, d'esclaves et de domestiques noirs libres. En 1807 l'Angleterre abolit le trafic des esclaves, puis l'esclavage en 1834. Les Noirs libérés vont apporter leurs bras et aider à la construction d'une ville moderne. De nombreux édifices ou constructions datent de cette époque comme les " escaliers de la Reine ", une voie vers les hauteurs de la ville taillée dans le rocher. Le XXe siècle est marqué par des phases successives de faste et de débâcles économiques, liées à l'ère de l'éponge, la Prohibition, la Seconde Guerre mondiale et la révolution cubaine.

Les lieux incontournables de NASSAU

Organiser son voyage à NASSAU

Transports
  • Vol pas cher
  • Location voiture
Hébergements
  • Trouver un hôtel
  • Location Airbnb
  • Location de vacances
Séjours
  • Voyage sur mesure
  • Réserver une croisière
Services / Sur place
  • Réserver une table
  • Activités & visites

Photos de NASSAU

15.95 €
2018-04-04
264 pages
Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour exceptionnel pour 2 personnes en Champagne !

Un séjour exceptionnel pour 2 personnes en Champagne avec l'Office de Tourisme du Grand Reims .