La Martinique mérite assurément son surnom d'" île aux fleurs " : son soleil généreux et sa végétation en font l'un des plus beaux jardins des Caraïbes. C'est l'endroit idéal pour pratiquer un tourisme vert, respectueux de l'environnement, en partant à la découverte de ses paysages multiples lors de randonnées pédestres ou d'activités aquatiques en tout genre. Ce petit bout de France au beau milieu de la mer des Caraïbes promet exotisme et confort à tous les voyageurs qui profiteront de ses plages sublimes et de sa météo clémente tout au long de l'année. Zouk, ti-punch et accent créole, Madinina ouvre ses portes et dévoile sa riche culture le temps d'un voyage paradisiaque. De Fort-de-France à la montagne Pelée en passant par la plage des Salines, voici nos incontournables de la Martinique. 
Le jardin de Batala© Production PERIG - Fotolia

Sainte-Anne et l'anse des Salines

 

Sainte-Anne est l'une des principales stations balnéaires du sud de la Martinique. Elle doit son succès à sa grande variété de plages si bien familiales que sauvages : c'est l'endroit idéal pour se reposer au soleil dans un cadre de rêve. À 5 km de Sainte-Anne, l'anse des Salines est une véritable carte postale qui s'étire sur 1 km de sable blanc. Cette plage est très fréquentée, rendez-vous-y le matin très tôt pour profiter au mieux de son paysage enchanteur.  

La plage des Salines© JC Dusanter

Fort-de-France, une ville trépidante

 

Capitale de la Martinique, Fort-de-France est la plus grande ville de l'île. Il est très agréable de parcourir son centre historique où se trouvent différents monuments d'intérêt comme la bibliothèque Schoelcher ou la cathédrale Saint-Louis, mais aussi des marchés typiques où faire le plein d'épices et de poissons ! La visite du Fort Saint-Louis, base navale militaire toujours active, est conseillée : outre son intérêt historique, il offre un très beau panorama sur la baie. 

Bibliothèque Schoelcher, Fort-de-France© Gilles Morel

Saint-Pierre, au pied de la montagne Pelée

 

Saint-Pierre fut un centre culturel très actif avant que l'éruption de la montagne Pelée du 8 mai 1902 ne la détruise presque totalement. Aujourd'hui, on peut encore voir son ancienne prison où se trouve le cachot de Cyparus, l'un des seuls rescapés de l'éruption, ou bien les ruines de son théâtre. Le musée vulcanologique est aussi très intéressant : outre de nombreux vestiges, on y découvre la ville avant la catastrophe, alors qu'elle était capitale de la Martinique. 

Les ruines du théâtre de Saint-Pierre© Bruno de Hogues - GO Premium - Graphic Obsession

La montagne Pelée, une ascension inoubliable

 

Menaçante et mystérieuse, la montagne Pelée veille sur la Martinique. L'ascension de ce volcan toujours actif est accessible aux bons marcheurs. De difficulté moyenne, les sentiers de l'Aileron et celui qui débute au Prêcheur durent entre 2h30 et 3h. Si vous êtes plus sportifs, le sentier qui mène à la caldeira et celui qui part de Grand'Rivière sont exploitables : il faudra à chaque fois compter entre 5h et 6h de marche. Dans tous les cas, vos efforts seront récompensés par un panorama somptueux ! 

Randonnée dans la montagne Pelée© Stevegeer

La presqu'île de la Caravelle, joyau du tourisme vert

 

La presqu'île de la Caravelle est l'un des meilleurs endroits pour découvrir la grande variété de la faune et de la flore martiniquaises. Située à l'est de la Martinique, sur la côte Atlantique, cette presqu'île longue de 12 km abrite une réserve naturelle de 400 ha où se trouvent des sites paradisiaques comme la baie du Trésor ou la table du Diable auxquels on accède par d'agréables sentiers longeant la côte. Pour profiter d'une vue splendide sur les environs, il faut monter jusqu'au phare de la Caravelle, à 150 m d'altitude. 

Presqu'île de la Caravelle© OneOfTheseDays83 - Shutterstock.com

Le rocher du Diamant, une pierre précieuse

 

Emblème de la Martinique, le rocher du Diamant surgit au beau milieu de la mer des Caraïbes. Situé à 2 km de la côte, on l'admire notamment depuis la route de l'Anse Cafard ou au morne Larcher. Indestructible comme le diamant, il doit aussi son nom à ses couleurs brillantes selon la position du soleil. On ne peut visiter le rocher du Diamant - il est infesté de redoutables serpents ! - mais ses fonds marins sont splendides. Réservés aux plongeurs confirmés, ils abritent de très nombreuses espèces marines comme le fameux barracuda.  

Le rocher du diamant© JCH Dusanter

Le jardin de Balata, un lieu magique

 

Jean-Philippe Thoze, horticulteur et paysagiste, imagina ce jardin coloré autour de sa maison d'enfance à Fort-de-France. Depuis 1982, le jardin de Balata évolue au fil des saisons et abrite aujourd'hui plus de 3 000 espèces de plantes tropicales. La visite se fait à l'ombre de cette flore dense et colorée, dans un cadre enchanteur où hibiscus, roses et orchidées règnent en maître. Des ponts suspendus sécurisés par des filets permettent de voir le jardin à plus de 15 m de hauteur lors d'une balade originale. Il faut aussi visiter la petite maison créole et sa décoration traditionnelle. 

Le jardin de Batala© Production PERIG - Fotolia

L'îlet de Sainte-Marie et son tombolo

 

L'îlet Sainte-Marie, reliée à la côte par un tombolo, se situe juste en face du village de Sainte-Marie, au nord-est de la Martinique. Un tombolo est une bande de sable qui coupe la mer en deux pour joindre un îlet à la côte. Pour voir cette curiosité naturelle longue de 400 m et accéder à l'îlet, il faut se rendre sur les lieux entre janvier et avril. L'îlet Sainte-Marie est un lieu chargé d'histoire qui servit de port et de fort durant tout le XVIIe siècle grâce, notamment, à son isolement hors du commun. 

Ilet Sainte-Marie et son tombolo© Batt\'Art - Shutterstock.com

Le Carbet, de Christophe Colomb à Paul Gauguin

 

Non loin de Saint-Pierre, sur la côte caribéenne, c'est au Carbet que Christophe Colomb débarqua en 1502 lorsqu'il découvrit la Martinique. Aujourd'hui, on trouve d'ailleurs un mémorial au navigateur à la sortie du village. Si Le Carbet est une étape incontournable pour les férus d'histoire, on y trouve aussi de très belles plages comme l'Anse du Carbet qui combleront tout autant les amateurs de farniente. N'oublions pas que son cadre enchanteur séduisit Paul Gauguin qui y résida et peint une vingtaine de toiles s'inspirant du décor. Le centre d'interprétation du patrimoine Paul-Gauguin retrace cette période de la vie de l'artiste. 

Plage du Carbet© JCH Dusanter

L'habitation Clément, rhum et culture

 

L'habitation Clément se trouve dans la commune du François. Elle abrite une ancienne distillerie, le centre d'interprétation des rhums Clément, une maison créole ainsi qu'un très beau parc botanique où est cultivée la canne à sucre. Haut lieu culturel, l'habitation Clément permet aux visiteurs de découvrir un intérieur créole du XVIIIe siècle et de plonger dans le monde du rhum agricole et de son industrie. La fondation Clément propose aussi des expositions d'artistes caribéens dans son centre d'art contemporain. Un lieu passionnant !

Habitation Clément© Packshot - Fotolia