Guide de Nouvelle-Calédonie : La Nouvelle-Calédonie en 50 mots-clés

Alcool

Si l'alcool possède un côté festif, l'abus conduit parfois aux pires excès. En Nouvelle-Calédonie, évitez de prendre la voiture les soirs ou les lendemains matin de fête et de week-end. Afin de limiter le problème, la vente d'alcool est interdite, au-delà de 12h, les mercredis, les vendredis, les samedis, les dimanches et les veilles de jours fériés. C'est vrai pour la plupart des communes. Certaines communes (Poindimié, Ouvéa et l'île des Pins) sont allées plus loin en appliquant l'idée tous les jours la semaine...

Autorisation

Lors de vos visites en terre coutumière, sur la Grande Terre ou dans les îles, n'hésitez pas à visiter les sites ou les plages mais manifestez-vous et demandez l'autorisation. Une bonne occasion pour entrer en contact avec la tribu et peut-être même trouver un guide.

Bingo

Le célèbre jeu où les numéros tirés sont à comparer avec les numéros des cartes qu'on a achetées. Un bingo existe sur le port à Nouméa. Des bingos informels sont souvent organisés dans les quartiers et les tribus. Une bonne ambiance y règne.

Bougna

Le plat traditionnel kanak ! Bananes, tubercules (taro, igname, manioc) et viande (poulet, boeuf) ou poisson sont enveloppés dans des feuilles de bananier avec du lait de coco, le tout mis dans un trou creusé dans la terre ou dans le sable. Les techniques de cuisson diffèrent selon la région. Lorsque le bougna est préparé à la marmite ou au gaz, il est appelé bougna marmite.

Broussards en folie

La collection culte de BD, pour comprendre avec humour les stéréotypes de la Nouvelle-Calédonie. Un grand bain de culture inofficielle et politiquement incorrecte. Contre les tabous et pour la bonne humeur ! Une bonne idée de cadeau aussi. L'album n° 17, intitulé Bienvenue à Oukontienban, présente avec dérision l'accueil touristique en Calédonie. Les broussards sont aussi sur le Net (www.brousse-en-folie.com): la rubrique Dico du site Internet permet de décoder les mots les plus saugrenus de l'argot local, également un service de cartes postales.

Brousse

Nom donné par les Nouméens au reste de la Grande Terre. L'équivalent de la province en métropole ou du Bush en Australie. Sa connotation " rustique " souligne le sentiment des Nouméens dès qu'ils s'aventurent hors de Nouméa le week-end !

Caillou

Sobriquet affectueux utilisé par les Calédoniens pour la Grande Terre (l'île principale).

Cagou

Le cagou n'est autre que l'emblème de la Nouvelle-Calédonie. Cet oiseau au plumage bleu n'a pas été gâté par la nature : maladroit, trapu, incapable de voler... vous ne le trouverez nulle part ailleurs ! Cet oiseau aux faibles capacités de défense est exposé à de nombreux prédateurs, et sa survie est aujourd'hui menacée. Sa population compte seulement un petit millier de spécimens. Les plus chanceux d'entre vous en apercevront peut-être un dans le parc de la rivière Bleue. Restez discret et ouvrez l'oeil !

Caldoche

Terme qui désigne la population blanche, voire métissée, implantée depuis plusieurs générations sur le Caillou. Descendants des premiers bagnards ou des premiers colons, ils sont toujours prêts pour " un coup " de chasse ou de pêche. Aujourd'hui, on lui préfère le terme politique correct de " Calédonien ", même si " Caldoche " s'emploie quand même !

Case

Généralement ronde, la case est l'habitat kanak traditionnel. Elle est la manifestation d'une culture mélanésienne qui a traversé les siècles et les rapports sociaux au sein du clan. Chaque région possède une technique de construction particulière, mais les matériaux utilisés sont souvent les mêmes : bois, paille ou encore feuilles de pandanus. La Grande Case, où se réunissent le chef et ses sujets, représente avant tout une métaphore des liens sociaux dans la tribu. Sa particularité réside d'abord dans son entrée : un adulte ne peut pas franchir sans se courber. En s'inclinant du passage de la porte, le visiteur s'incline devant le chef du clan symbolisé par le pilier central. Les poteaux périphériques représentent les sujets du chef : ils sont dirigés vers le poteau central et le soutiennent jusqu'au toit. La case est l'image symbolique de la cohésion sociale du groupe.

" Casse pas la tête "

Expression favorite des locaux qui signifie : " ne t'inquiète pas " ou bien " ne m'embête pas ". Locution inscrite dans le style de vie tranquille et nonchalante de la Nouvelle-Calédonie, vous l'entendrez souvent lors de votre séjour.

Climatisation

Les Nouméens en sont fous, tradition oblige. C'est vrai que c'est bien agréable, mais par 20 °C, on peut s'en passer, non ? D'où l'utilité de mettre un pull léger dans sa valise, même en saison chaude !

Confiture

L'un des plaisirs gastronomiques de la Nouvelle-Calédonie est la confiture ! Les petits déjeuners en gîtes ou en tribu seront l'occasion pour vous de découvrir de délicieuses confitures maison : banane, papaye, coco, citron, patate douce, goyave, corossol...

Corail

Le corail est un animal marin (et non un végétal). Il vit en symbiose avec des algues et constitue lui-même son squelette calcaire. Une barrière de corail de 1 600 km ceinture presque la totalité de la Nouvelle-Calédonie. Ce formidable rempart protège un lagon de 24 000 km², un univers paradisiaque où faune et flore sont à la fois piégées et surveillées : on parle de communauté corallienne. Les massifs coralliens sont en effet un des biotopes les plus menacés de la planète. Ils se dégradent rapidement sous l'effet conjugué de certaines activités : surexploitation des ressources, pêche aux explosifs et au cyanure, pollution de l'eau, réchauffement des mers, commerce du corail, déverses des mines... On estime aujourd'hui que près de 60 % des récifs de corail sont menacés. Le récif calédonien, lui en bonne santé, a été ajouté pour partie, à la liste du patrimoine naturel mondial de l'Unesco en 2008.

Coup

... de chasse, de pêche, de fête, de gueule ! Une expression que vous entendrez fréquemment qui résume bien la vie calédonienne en brousse !

Coutume

Ce terme difficile à définir est pourtant l'un des éléments centraux de la vie et de l'identité kanak : la coutume incarne un concept utilisé pour désigner la tradition et la bienséance. Le geste coutumier est un passeport indispensable à la compréhension de la culture kanak. On dit souvent " faire coutume ". Avant d'entrer dans une maison inconnue ou de traverser une terre, le visiteur présente le geste coutumier au " petit chef " en disant quelques mots. Cette offrande, composée d'un morceau de tissu (manou) et d'un billet de banque ou d'un paquet de tabac, signifie que la personne accueillie respecte ses hôtes. Plus que l'objet, c'est l'intention et le geste qui comptent.

Évaluation des distances

" C'est à 50 m à gauche ", en brousse, ça veut parfois dire 500 m, ou même davantage... Prévoyez quelqu'un ayant un sens aiguisé de l'orientation dans votre équipe, cela peut se révéler utile. Les panneaux routiers sont en effet rares, voire inexistants.

Faré

Le faré est un mot d'origine tahitienne désignant une construction légère en végétaux, de forme rectangulaire, à la différence de la case dont la forme est ronde. C'est souvent sous le faré que l'on prend ses repas, que l'on se réunit et que l'on discute.

Flèche faîtière

Symbole de l'organisation sociale kanak et plus précisément du clan, la flèche faîtière est la partie en bois située au-dessus du toit de la case. On considère la flèche faîtière et le chambranle comme les emblèmes de la grande case.

Gratte

Intoxication alimentaire due à l'ingestion du poisson du lagon, qui s'est nourri d'un corail contaminé par une algue. En fait, les coraux sont tués par divers phénomènes (pollution, élévation de la température des eaux...) et sont colonisés par des algues, abritant elles-mêmes des toxines nocives. Ces coraux et ces algues peuvent êtres ingérés par certains poissons du lagon, et les toxines remontent ainsi la chaîne alimentaire jusqu'à l'homme. Les effets secondaires sont faciles à deviner : démangeaisons et sensations de picotements. Préférez les poissons du large et pour ceux du lagon renseignez-vous.

Guide

Quel bonheur de se faire guider par quelqu'un du coin qui vous fait découvrir les trésors de sa région, surtout aux îles Loyauté ! Néanmoins, le faible nombre de guides formés ne facilite pas forcément la tâche. Bien souvent, votre guide sera plus un " accompagnateur ", qu'une personne susceptible de répondre à toutes vos questions. C'est donc parfois un peu au hasard de vos rencontres que vous trouverez quelqu'un prêt à vous accompagner. Si vous êtes hébergé en gîte, on saura vous conseiller. Rendez-vous dans les tribus et demandez aux gens du coin (ou, plan futé, en rôdant innocemment près des lotissements pour professeurs ou infirmiers).

Impôts

La Nouvelle-Calédonie dispose d'une fiscalité locale et qui est particulière. Le taux de l'imposition directe sur le revenu est un peu inférieur à celui de la métropole selon les tranches d'imposition. La TVA, qui s'appelle TGC en Nouvelle-Calédonie, a été mise en place fin 2018. Les biens importés sont souvent au taux maximum de 22%. L'alcool lui est surtaxé.

Kanak

Ce terme (" homme " en hawaïen) était utilisé par les marins du XIXe siècle pour désigner indifféremment tous les peuples autochtones du Pacifique. L'usage de ce mot s'est peu à peu restreint pour ne désigner finalement que les indigènes de Nouvelle-Calédonie. À partir des années 1970, les indépendantistes ont récupéré le terme, jusqu'alors péjoratif, pour en faire un symbole de revendication et d'identité culturelle. La blessure de la colonisation est en effet étroitement liée à l'histoire du Caillou. Le terme " kanak " est aujourd'hui l'emblème de tout un peuple. " Mélanésiens " est l'autre terme politiquement correct pour désigner les Kanaks.

Kanaky

Si l'île est surnommée le Caillou en raison de ses ressources en nickel, les indépendantistes lui préfèrent le terme Kanaky, qui signifie " la terre des Kanaks ". La nation kanak indépendantiste, qui ne regroupe pas l'ensemble des Mélanésiens, a par ailleurs un drapeau dont les couleurs sont : le vert à l'image de la nature luxuriante, le rouge comme le sang de ce peuple fier et ardent, le bleu comme l'horizon où s'unissent ciel et mer. Au centre du drapeau, un soleil, transpercé de la flèche faîtière qui représente l'histoire et l'âme de l'île. Ce drapeau est désormais officiel au côté de celui de la République française depuis une décision du congrès datant de 2010.

Kaneka

Le Kaneka est un mouvement musical né en Nouvelle-Calédonie en 1984. Tirant son inspiration du reggae, il intègre également des éléments du folk, de la soul, mêlés à des rythmiques et instruments traditionnels. Le résultat ? Un style musical unique, coloré et entraînant. Parmi les groupes de Kaneka les plus connus, on peut citer Gurejele, OK Ryos, Mexem, Hyarison...

Kava

Boisson originaire du Vanuatu à base des racines d'une variété de poivrier. Doté d'un certain nombre de vertus (anxiolytiques et antalgiques), le kava est consommé dans les nakamal, lieux de socialisation uniques où les langues et les coeurs se délient. Une petite lumière rouge les indique. Après deux ou trois " shells ", les silences s'étirent au milieu des murmures...

Lagon

Vient de l'italien lagone qui signifie " grand lac ". C'est l'étendue d'eau fermée au large par le récif corallien. Attention, on ne dit pas : " Je veux une chambre avec vue sur la mer ", mais : " Je veux une chambre avec vue sur le lagon " ! Et pas n'importe quel lagon, puisqu'il s'agit du plus grand du monde !

Manou

Morceau d'étoffe légère et colorée en coton, porté en paréo par les hommes kanaks. Souvent offert dans le cadre de la coutume.

Métro

Non, l'archipel n'est pas doté de transport en commun souterrain. Les Métros, ce sont les Français de métropole séjournant en Nouvelle-Calédonie. Selon les années, de 800 à 7 500 d'entre eux débarquent sur le Caillou pour changer de vie et tenter leur chance au soleil. Ils sont aussi désignés sous le terme péjoratif de zoreilles.

Nickel

Les lettres NC, qu'on lit sur les plaques d'immatriculation, sont l'abréviation courante de la Nouvelle-Calédonie. C'est aussi celle de " nickel et coquillages ", les deux richesses de l'île !

Paradis

Une petite polémique sur le Caillou ! Quelle est l'île la plus proche du paradis ? Deux îles revendiquent ce titre publicitaire : Ouvéa, son hôtel du même nom et sa sublime plage de sable fin de Mouli, ou l'île des Pins, sa baie d'Oro ou de Kanuméra aux couleurs translucides ? L'appellation est certes enviable, et surtout accrocheuse d'un point de vue marketing. Alors, rendons à César ce qui lui appartient : L'île la plus proche du paradis est un best-seller de Katsura Morimura paru dans les années 1960 au Japon et elle parlait... d'Ouvéa !

Pétroglyphe

Ces pierres gravées constituent l'un des vestiges préhistoriques les plus poignants de Nouvelle-Calédonie. Les scientifiques ne sont cependant pas encore parvenus à les dater de façon précise. À ce jour, on recense 350 sites pour plus de 6 000 gravures. Gravés sur des pierres ou des pans de falaises, les motifs symbolisent essentiellement des cercles concentriques, des spirales, des vagues, des croix ou même parfois des hommes et des animaux stylisés.

Pilou

Danse à l'origine guerrière kanak, autant exécutée par les femmes que par les hommes. Les manifestations coutumières, comme les mariages ou les fêtes, sont autant d'occasions de " claquer le pilou ".

Plage

Pourrez-vous un jour retourner sur la Côte d'Azur, où le carré de serviette se monnaye très cher ? Même les plages de Nouméa sont pratiquement désertes en semaine ! Communément, quand un Calédonien débarque sur une plage d'un kilomètre où une famille a déjà pris ses quartiers, il change de site considérant que la place est prise... Et quelles plages ! Sur les îles, en particulier, c'est tout bonnement renversant. Attention aux coups de soleil, ça tape fort et vite !

Plongée

Magnifique et à essayer absolument en Nouvelle-Calédonie. Les spots principaux sont Nouméa, Hienghène, Poindimié, Koumac et bien sûr sur les îles Loyauté et île des Pins. La faune et flore marine y est extrêmement diversifiée.

Propriété

Dans ce petit bout du monde, il est tentant de chercher le spot secret et isolé pour profiter de la tranquillité des lieux, mais en Nouvelle-Calédonie, chaque plage, chaque montagne, chaque sentier appartient à quelqu'un. Il arrive donc que des propriétaires mécontents vous demandent de quitter les lieux si vous n'avez pas demandé l'autorisation d'abord. Cependant, à Nouméa, les très belles plages de la Baie des Citrons et de l'Anse Vata ou de Magenta sont accessibles à tous. En brousse, de nombreuses plages sont aussi publiques.

Requin

Soyons clairs : oui, ils existent, mais sont souvent petits et inoffensifs, tant que vous ne plongez pas avec un poisson sanguinolent accroché à votre ceinture de plomb. Dans tous les cas, ce serait dommage de vous priver de plonger par simple hantise de revivre les Dents de la mer. La fascination doit l'emporter sur l'appréhension. Au bout de quelques plongées, vous serez presque blasé et vous aurez de quoi impressionner la galerie en rentrant ! Néanmoins, il ne faut jamais se baigner dans le port de Nouméa ou dans les marinas : les mauvaises habitudes de certains marins les y ont attirés. La prudence est de mise également dans la rivière de Dumbéa. Renseignez-vous.

Réservation

L'imprévu n'a pas toujours sa place en Calédonie. Certains voyageurs en seront peut-être agacés, mais en brousse comme sur les îles, il est fortement conseillé de réserver son logement et ses repas à l'avance. Pourquoi ? Parce que les flux de voyageurs ne permettent pas aux locaux de vivre uniquement des revenus du tourisme. Ces derniers ont donc bien souvent un autre travail et ont besoin de s'organiser pour vous accueillir. Les repas en brousse se prennent tôt ; à partir de 11 heures pour le déjeuner et à partir de 18 heures pour le dîner. À 13 heures et à 20 heures les cuisiniers ont rangé leurs fourneaux. Dernier point (négatif !) : accueil et service ne sont malheureusement pas synonymes de constance, il y a encore beaucoup à faire dans ce domaine, mais avec un sourire tout est possible.

Robe mission

Une des premières mesures prises par les missionnaires, certainement angoissés de constater que la cornette n'avait pas traversé les océans (!), visa à définir un code vestimentaire propre à ne pas stimuler les ardeurs masculines... Le vêtement coutumier des femmes étant alors réduit à sa plus simple expression, les soeurs mirent donc au point un modèle " plus chrétien ", aussi long que large et laissant à nu le minimum de peau possible. Aujourd'hui, les femmes kanaks portent pourtant avec beaucoup d'allure ces robes toujours très colorées et ornées de dentelles. Assister à un match de cricket féminin reste à ce titre inoubliable : les femmes ne jouent en effet qu'en robe mission.

Roussette

Devinez, devinez... Un poisson, une vache, un requin ? Raté. C'est en fait une grande chauve-souris endémique, appréciée pour sa chair fruitée. La grande question pour les courageux (vous en êtes sans doute) qui auront acheté une belle roussette est de savoir ce qu'il faut en faire. On la mange ! Joemy, la mascotte des Jeux du Pacifique 2011, était une jolie roussette bleue.

Sculpture

De nombreux artistes racontent leur culture et leurs croyances à travers des sculptures en bois, en fougère ou en pierre à savon. Tous les bâtiments officiels, hôtels et centres culturels en sont ornés. Vous en trouverez également en miniature sur les étals de la côte Est. Elles sont le souvenir idéal à rapporter dans sa valise, mais aussi un plaisir pour les yeux. N'hésitez pas à vous arrêter à l'office de tourisme de La Foa pour voir les grands totems sculptés du parc annexe.

Sieste

Une institution en Calédonie. Une bonne petite sieste après le repas, et ça repart ! Sauf que parfois ça dure bien quatre heures...

Stockman

Mot d'origine anglaise, voire australienne, il désigne le cow-boy calédonien qui rassemble à cheval le bétail (vers le stoke) de la station (" ferme " en calédonien).

Tabou

Un mot à ne pas prendre à la légère, lié aux croyances et à la culture mélanésiennes, que vous entendrez souvent... Les Kanaks l'emploient pour désigner les sites dont l'accès est interdit sans autorisation. Cela peut aller d'un lieu à la géologie surprenante (comme le rocher de Kanuméra sur l'île des Pins) à un cimetière, un autel, ou encore une forêt.

Tata

Mot incompréhensible pour les non-Calédoniens, mais utilisé à tout bout de champ par les habitants du Caillou. Tata signifie tout simplement " au revoir " en kanak. Tata bisou est une variante.

Tjibaou

Jean-Marie Tjibaou est la figure de la lutte indépendantiste kanak. Né à Hienghène en 1936, il sera assassiné le 4 mai 1989 à Ouvéa, par un indépendantiste extrémiste, lors de la cérémonie de commémoration de la prise d'otages sur la même île qui avait eu lieu un an auparavant. Tjibaou était alors le président du FLNKS (Front de libération nationale kanak socialiste, indépendantiste). Aujourd'hui, le Centre culturel porte son nom et a pour but la mise en valeur et le développement de la culture kanak.

Tricot rayé

Petit serpent marin amphibie qui, s'il n'attaque pas, n'en est pas moins doté d'un venin mortel. Attention, il digère dans les plantes de bord de mer, ne pas lui marcher dessus. Les Calédoniens ont beaucoup d'affection pour lui. Une marque de vêtement porte même son nom.

Tutoiement

Le tutoiement est courant en Nouvelle-Calédonie. Il doit être réciproque et ne représente pas une familiarité intempestive. Mais cela peut être mal perçu chez certains personnels des hôtels ou des administrations.

Wallis

Ce territoire d'outre-mer est un peu devenu le petit frère de la Nouvelle-Calédonie. D'une superficie beaucoup plus réduite (274 km² contre 19 110 km²) et bien moins peuplé que son grand frère (13 445 hab. Contre 245 580), Wallis entretient des liens très étroits avec le Caillou. Souvent dotés d'un physique imposant, voire herculéen, les Wallisiens forment une communauté importante en Calédonie, notamment à Nouméa et Ouvéa (nom polynésien désignant un lagon), où une langue polynésienne dérivée du wallisien y est d'ailleurs parlée. L'île est peuplée partiellement depuis le XVIIe siècle par des descendants de Wallisiens ayant quitté leur archipel distant pourtant de plusieurs milliers de kilomètres.

Zoreille, Zor ou Zozo

Ce nom désigne les métropolitains. Le terme peut aussi être utilisé comme une insulte envers une personne déjà installée sur le territoire. Pour un ancien zoreille assimilé, on dit calédozore.

Adresses Futées de Nouvelle-Calédonie

Où ?
Quoi ?
Avis