Guide d'Indonésie : L’Indonésie en 30 mots-clés

Bintang

Au détour d'une rizière ou dans la plus bruyante des rues de Jakarta, cette bière blonde nationale est toujours là pour vous désaltérer. Quelconque, elle est cependant légère et rafraîchissante et sera un des souvenirs de vos vacances. Bien qu'en pays musulman, on la trouve quasiment partout, quitte à la demander au patron du losmen qui ira vous la chercher dans le réfrigérateur de l'arrière-boutique. Moins alcoolisée, et beaucoup plus sucrée : la Bintang Lemon.

Bollywood

Attablé dans un petit warung de Bajawa, vous dégustez tranquillement un plat de... va savoir. Bref, un délicieux plat de riz. Autour de vous, tout le monde fait de même et les regards sont tous rivés sur la télévision. A l'écran, un drame à l'eau de rose ; en ce moment la belle pleure son amoureux à coup de déhanchements et de bracelets qui claquent : c'est Bollywood, ces productions ciné " made in Mumbai " qui ont envahi l'Indonésie comme elles ont conquis les principaux marchés des pays en voie de développement. Danse, musique, chansons, intrigues classiques ; tout plaît, et les acteurs y sont révérés. Un touriste d'origine indienne qui se promène dans la région a toutes les chances d'être suivi par une meute d'enfants qui courent après lui en criant " India ! India ! ".

Bule

Terme pour désigner les personnes de type caucasien, naïf mais plein aux as. En fait, il s'agit, en traduction littérale, " d'albinos ". Mais on n'a jamais pu nous expliquer comment on appellerait un Occidental bronzé après quelques semaines au soleil de Bali... Il faut le prononcer " boulé ".

Chinois

La minorité chinoise est extrêmement importante en Indonésie, et surtout, très puissante. La diaspora, dont la majorité des membres sont convertis au christianisme, a souffert régulièrement d'une vindicte populaire facile, notamment et surtout en période de crises économiques, lorsque la réussite matérielle des Chinois ou Indochinois exacerbe les jalousies.

Combats de coqs

Un décret interdit depuis 2005 les combats de coqs en dehors des célébrations religieuses, mais cette loi n'est jamais respectée. Les combats se déroulent dans une arène, les coqs sont équipés d'un éperon, le tadji. Le coq vainqueur est celui qui tue son adversaire. Les combats vont bien au-delà de questions d'argent. La fierté, la dignité, le respect du propriétaire du coq sont mis en jeu. C'est enfin un sacrifice offerts aux démons.

Corruption

L'un des plus grands fléaux de la société indonésienne. L'archipel est considéré par l'ONG Transparency International comme étant l'un des états les plus corrompus de la planète. La corruption se pratique à tous les niveaux et vous aurez malheureusement le loisir de la constater par vous même. Pourtant, depuis quelques années, les mentalités bougent. Un site pour dénoncer la corruption dans le pays, Korupedia.org, a été lancé en 2012 et connaît depuis un succès fulgurant. Autre fait marquant, le président de la commission de l'éradication de la corruption (KPK) a en très peu de temps réussi à faire condamner et emprisonner la femme d'affaire la plus puissante d'Indonésie, proche du président sortant, le chef de la police de Jakarta, le président du parti fondamentaliste musulman (PKS), le président de la Cour constitutionnelle, le ministre des Affaires religieuses....

Cours

Vous pourrez en suivre de toutes sortes. Cours de langue indonésienne, de batik (à Yogyakarta et Solo), de danse, de musique, de sculpture, de cuisine. Renseignez-vous auprès du personnel de votre hôtel et jetez un coup d'oeil dans les journaux et les magazines. Vous pourrez même suivre des cours de méditation bouddhique.

Dangdut

Un son inimitable, immensément populaire dans tout l'archipel ; mélange des sons rocks, indiens et orientaux, il s'agit d'une danse voluptueuse voire sexy ; d'ailleurs certains conservateurs musulmans s'insurgent contre ce qu'ils décrivent comme une dépravation des moeurs. Le dangdut en Indonésie tient la place qu'occupe chez nous la pop ; il y a même un show télé équivalant à Nouvelle star, consacré à ce style.

Danse de la tomate

Le 17 août est le jour de la Fête nationale. Il y a des festivités partout. L'une des plus spectaculaires est la course de voiliers traditionnels, entre Ujung Pandang et Jakarta, qui rassemble plus d'une cinquantaine de cargos à voile durant trois jours. Vous pourrez ce jour-là vous associer partout en Indonésie aux festivités des kampungs ou des villages. Les habitants en seront très fiers et très honorés. Au programme Mesdames et Messieurs, la danse de la tomate : deux danseurs se font face, on leur met une tomate qui doit tenir en équilibre entre leurs fronts. Les derniers qui font tomber la tomate ont gagné. Autres activités : course en sac, course de planches (" casse-gueule ", mais hilarant !), jeux d'échecs et de dames, ou peut-être tenterez-vous de monter en haut d'un mât recouvert de savon pour attraper un lot surprise ?

Dieux
<p>Sculpture ancienne du dieu Garuda.</p>

Sculpture ancienne du dieu Garuda.

On surnomme Bali " l'île aux mille dieux ", en référence au large panthéon hindouiste. Que dire alors de l'Indonésie dans son ensemble ? D'abord, toutes les grandes religions y sont représentées : hindouisme, bouddhisme, christianisme, islam bien sûr. A cela on rajoute une pincée d'animisme, présent partout à doses plus ou moins fortes ; dans les régions les plus reculées, les croyances dans les esprits de la nature sont encore très fortes. Sur Java la musulmane, une grande partie de la population pratique un islam mâtiné d'animisme - provoquant l'ire des réformateurs musulmans.

Dragon

Ce sont d'abord ces dragons omniprésents à Bali et sur les sculptures et masques indonésiens ; et aussi, et surtout, cet étrange et dangereux animal qui ne vit que sur les îles de Rinca et Komodo. Une bestiole sympathique qui tue ses proies en les mordant une seule fois ; la victime ne meurt pas de la morsure elle-même, mais d'une infection : la bouche du varan de Komodo abrite des milliers de bactéries si néfastes que sa salive s'apparente à du poison !

Durian
<p>Le durian se mange avec du jus de coco et ses graines peuvent être grillées.</p>

Le durian se mange avec du jus de coco et ses graines peuvent être grillées.

Vous êtes à moto, tête nue, profitant de la magnificence des paysages des environs d'Ubud, quand une odeur infecte vous surprend, si forte que vous êtes à deux doigts de perdre le contrôle de votre véhicule (suffisant pour vous convaincre de mettre un casque la prochaine fois !). A une vingtaine de mètres, vous remarquez une vieille femme et sa petite fille, assises à côté d'un gros tas d'une trentaine de grosses sphères hérissées de piquants : le durian, le fruit roi d'Asie.

Le goût est aussi puissant que l'odeur est forte, et les passions aussi ardues que la répulsion peut être grande.

On dit qu'on ne peut pas tomber amoureux du durian, tout comme il est rare que l'on aime le café la première fois qu'on en boit ; par contre, on en devient accro au fur et à mesure. Lorsque, en pleine campagne de prévention contre le sida, une compagnie de préservatifs a sorti un condom au goût de durian, tout le stock a été épuisé en une semaine ! De plus le durian est une bénédiction pour le cultivateur, car il s'agit du fruit le plus cher, dont la récolte demande le moins de travail : on attend qu'il tombe.

Pour un fruit importé de Bangkok (considéré comme le meilleur), vous pouvez payer jusqu'à 100 000 Rp !

Hello mister

Monsieur, Madame, peu importe. Lorsque l'on se promène dans les endroits un peu reculés (dans les zones touristiques, tout le monde est blasé), on est sans cesse accompagné par les " hello mister ! " des enfants. Généralement, le cri s'accompagne de hoquets de fou rire, et cesse dès que l'on pose le regard sur l'un des gamins. C'est alors le signal pour que tous s'enfuient comme une flopée de moineaux... et courent après vous quelques secondes plus tard. Et puis vous avez la version balinaise, le fameux " hello boss ! ". Pourquoi " boss " ? La réponse que l'on vous donne est que seuls les boss peuvent se payer un voyage à Bali...

Jamu

Combien de femmes, dont l'écharpe soutient le panier plein de bouteilles marchent-elles dans les rues des villes et des villages ? Elles font du porte-à-porte pour vendre leurs potions magiques, constituées par des herbes de leur jardin et mélangées à des ingrédients dont elles gardent le secret. Tout y passe, du gingembre à la cannelle, de l'acacia au tamarin, de l'eucalyptus à la menthe et aux fleurs. Elles y ajoutent épices et miel, huiles essentielles, queues de serpents, foetus de singes, testicules en tout genre, un peu de sulfate de cuivre et du sel, pour rehausser le goût ! D'autres vous proposent dans la rue des remèdes miracles. Peu connu chez nous, le jamu est très efficace, notamment en ce qui concerne les infections, taches ou petits malaises spécifiquement tropicaux. Il vous suffira de montrer votre mal à l'apothicaire qui vous remettra le remède. Par curiosité, jetez un oeil sur les pochettes. A première vue, on croit avoir affaire à des charlatans. Ils ont des remèdes pour le manque de virilité, la taille des seins, le système pileux et plein d'autres problèmes de ce genre. Les clients achètent ces élixirs pour leurs vertus toniques ou pour guérir quelques défaillances conjugales. Les industriels ont eux aussi flairé ce marché juteux.

La production de jamu atteint plus de 5 millions de doses par jour et plus de 400 usines emballent les différentes décoctions. Vous ne pourrez pas les manquer, ils sont partout. Pour éviter les dérives, des lois reconnaissent officiellement les vertus médicinales de certains jamus.

Justice

Soyez respectueux des règles du pays. Gardez votre calme et votre sourire même si vous avez envie d'exploser devant ce qui vous paraît une injustice. Pour ne pas avoir affaire à la police ou la justice, ne jouez pas avec le feu. Ne consommez pas de drogue ou vous auriez à le regretter. Soyez prudent sur les routes. Ne dépassez pas votre permis de séjour.

Kopi susu

Le kopi susu (café au lait) est sûrement la boisson la plus consommée en Indonésie. Plus fort en caféine que l'arabica, on y ajoute une bonne rasade de lait concentré sucré pour adoucir le goût. Il sera le meilleur ami de vos petits déjeuners, et le pire ennemi de votre pèse-personne.

Kretek

Si vous êtes fumeur, vous trouverez les grandes marques de cigarettes américaines à des prix réduits. Mais le clou (!) de la cigarette, c'est la kretek, parfumée au clou de girofle et qui constitue à elle seule un des arômes prédominants de l'Indonésie.

C'est elle qui vous accueillera à votre descente d'avion, c'est encore elle qui vous suivra ou vous précédera durant votre voyage. Il y en a plusieurs sortes : en paquet de 12 ou de 20, certaines sont roulées à la main et ressemblent furieusement à un " pétard ". Elles sont fortes et le film a un goût sucré. Elles ont parfois la particularité d'exploser légèrement et quelquefois de faire quelques trous dans les vêtements. Elles crépitent joyeusement lorsque vous inhalez la fumée. Une cigarette offerte peut devenir une excellente introduction auprès d'un Indonésien de rencontre. Quarante mille rouleuses de cigarettes travaillent dans les environs de Semarang, sur Java.

Incroyable : les cigarettes kreteks, parfumées au clou de girofle, sont censées couper la faim. L'Indonésie est aujourd'hui obligée d'importer des clous pour pourvoir à la consommation nationale. Dans la rue, il est possible d'acheter des cigarettes à l'unité, l'allumette est fournie. Pour découvrir tous les secrets de fabrication d'une bonne kretek, rendez-vous à Kudus, Java.

Krismon

Même l'une des pires catastrophes de l'histoire contemporaine du pays a droit à son joli surnom : krismon, pour " monetary crisis " ou crise monétaire.

La vie de quasiment tous les Indonésiens - sauf les plus riches - a été transformée en 1997/1998, lorsque la roupie a brusquement perdu sa valeur, plongeant le pays dans les affres d'une crise dont il ne s'est toujours pas remis. Krismon, les jeunes désoeuvrés errant dans Jakarta à la recherche d'un travail ; Krismon, les foules qui se dirigent vers les centres économiques en rêvant à une vie meilleure ; Krismon encore, ceux qui vous regarderont avec envie, pensant au paradis que constituent ces terres riches d'où viennent ces touristes aux portefeuilles gonflés de dollars. Tout le monde rêve d'Amérique.

Kudu

Ou plutôt, Kudu kudu. Ce drôle de poisson, l'un des plus laids de la Création, est appelé aussi " poisson-boîte ". Son corps ressemble à un petit coffre, il a une sorte de nez protubérant et des yeux globuleux. Sa chaire découpée en petites bouchées, est cuite en beignet et présentée dans le corps du poisson reconstitué.

Luwak

C'est le nom indonésien donné à la civette indonésienne. Elle se nourrit principalement de fruits et de baies, et plus particulièrement les graines de cerises de café. Dans ces excréments, on récupère les baies, à peine digérées, pour en faire le café le plus cher au monde.

Macaque

Précaution indispensable : gardez votre sac à main bien coincé sous le bras, que rien ne dépasse, fourrez-y vos lunettes, oubliez la barrette un peu brillante qui retient vos cheveux. Pires que tous les cauchemars de pickpockets surdoués, les gardiens des temples d'Indonésie sauront vous délester de tout ce qui brille ou excite la curiosité. L'occasion aussi de jolies photos : vous, assez incertain quant à l'audace dont vous faites preuve, et un petit macaque sur votre épaule qui, lui, paraît tout à son aise en dévorant la banane que vous avez achetée (trois fois son prix) juste à l'entrée du site.

Macet

On ne pouvait pas utiliser " bouchon ", " trafic " ou " embouteillage " ; les files de voitures pare-chocs contre pare-chocs qui empoisonnent l'air des grandes villes javanaises (et des grands sites touristiques) méritaient bien leur nom propre. Prononcez " matchette ", vous devrez vous y faire !

Mandi

Ce mot indonésien signifie " prendre un bain ". A part dans les hôtels disposant d'un bon confort, hors grandes zones touristiques, les douches sont en général assez rares. Vous avez par contre à votre disposition un baquet ou un réservoir d'eau très fraîche équipé d'un petit récipient en plastique pas toujours très propre d'ailleurs. Si vous êtes très regardant sur l'hygiène, vous pouvez vous acheter ce petit récipient dans n'importe quel supermarché.

Ne vous plongez pas dans le baquet ! Puisez l'eau à l'aide de votre récipient et aspergez-vous le corps.

Marionnettes
<p>Atelier de fabrication de marionnettes.</p>

Atelier de fabrication de marionnettes.

Elles sont l'essence de l'art indonésien, et les touristes que nous sommes en raffolent. Elles feront très classe dans votre salon, mais les vraies antiquités sont très rares et hors de prix. Rassurez-vous, vous trouverez sans mal des marionnettes neuves, sales et déjà cassées !

Mer

Tanah Air. " Terre eau ", c'est ainsi que les indonésiens désignent leur archipel. La mer est omniprésente, 75% du territoire indonésien est composé de mer. L'indonésie possède la pus grande étendue maritime du monde. A prendre en compte non seulement pour ses plages, mais aussi pour calculer les distances séparant les milliers d'îles qui constituent l'Indonésie.

Mort

Ici la mort est une curiosité touristique. Des cérémonies de crémation à Bali aux enterrements spectaculaires à Sulawesi, la mort fait partie intégrante des " spectacles " préférés des touristes. Ne pas oublier le respect de base lorsque l'on assiste à ces cérémonies !

Nasi goreng

Nasi goreng et mie goreng : les deux plats de base du peuple indonésien : les nouilles et le riz frits. Si dans les lieux touristiques on mange très bien et très varié, vous risquez de vous retrouver au régime " goreng " sec si vous sortez des sentiers battus.

Nongkrong

Un art à lui seul, nongkrong. On " nongkrong " lorsque l'on ne fait... absolument rien, et que l'on n'a rien non plus prévu de faire. Si l'on regarde la télé ou l'on dîne, on n'est pas " nongkrong " - non plus, si l'on a un rendez-vous dans une demi-heure. Typiquement, nongkrong se pratique dans un hamac, accoudé à un mur dans un mall, assis sur le palier de sa maison. Tranquille. La version vaut aussi pour le touriste sur la plage - reste alors à en cultiver l'état d'esprit.

Orangs-outans

L'Indonésie et la Malaisie se partagent les derniers orangs-outans sauvages de la planète. On peut encore les observer à Sabah (Bornéo) et sur l'île de Sumatra. L'Indonésie recense 146 mammifères menacés d'extinction. Leur disparition programmée est principalement liée à la déforestation, du fait de la demande grandissante d'huile de palme, et au braconnage. Il y avait 2 000 orangs-outans à Tripa, dans le nord de Sumatra dans les années 1990. Aujourd'hui, il n'en reste plus que 200 !

Pancasila

Ancrée dans la Constitution de 1945, cette doctrine, scrupuleusement respectée par les plus de 265 millions d'habitants du pays, s'appuie sur cinq principes fondamentaux : le monothéisme, le nationalisme, la démocratie, la justice sociale et l'humanisme.

Pasar

Il y a de nombreux marchés en Indonésie et c'est une véritable joie de se promener à travers les étals. Marchés d'antiquités comme celui de Solo, ou marchés de produits frais ou encore de textiles, ils ont toutes les formes. On peut se promener entre quelques nattes posées par terre sur lesquelles sont posés fruits, légumes, jamus, oiseaux, articles de vanneries, batiks. Il existe également de gigantesques constructions en béton de quatre ou cinq étages où sont empilées des quantités prodigieuses de toutes sortes de choses. Les parfums, les couleurs et les sons se répondent. Il y a même des rues qui ne sont qu'un immense marché jour et nuit. C'est le coeur de l'Indonésie, la palette vivante des femmes et des hommes qui, accroupis en mastiquant le bétel, attendent de vendre des bananes ou une offrande de fleurs. Les marchés de nuit (pasar malam) sont éclairés par les lampes acétylène et dégagent alors une atmosphère de wayang (théâtre d'ombres).

Peine de mort

Elle a cours en Indonésie et elle constitue le châtiment suprême. Elle s'applique pour les meurtriers, plus précisément les terroristes ou les tueurs en série, mais aussi pour les trafiquants de drogue, pour la grande majorité des étrangers. Elle s'exécute par fusillade.

Pigeon

Surprise : vous visitez un marché aux oiseaux et la plupart d'entre eux ne sont pas ces superbes animaux exotiques tout colorés mais de vulgaires pigeons. Vulgaires ? Vous avez dit vulgaire ? Attention : on ne parle pas de ces bestioles qui prennent un malin plaisir à déféquer sur les Parisiens imprudents !

Les Indonésiens sont très friands de courses de pigeons, sur lesquelles de très grosses sommes sont pariées. Un sport de haut niveau, qui demande beaucoup de soins et d'attention de la part du propriétaire de l'animal de course.

Pirate

On peut être pirate et attaquer les gros containers qui empruntent chaque jour par centaines le détroit de Malacca ; on peut aussi être pirate et prendre la forme d'un CD ou DVD vendu à 50 centimes d'euros à Jakarta - trois fois plus cher sur les lieux touristiques, " quelle arnaque ! ", diront certains...

On trouve généralement les classiques de Bollywood, Hollywood et d'autres succès asiatiques. Ils arrivent avec des sous-titres en indonésien, thaï, chinois et anglais - tant pis pour les 100 % francophones.

Prière

Première nuit à Jakarta, il est 4h30 du matin. Réveil avec l'appel à la prière de la mosquée... à deux pas de l'hôtel pourtant choisi avec soin la veille. On s'y fait vite, et les appels à la prière ont leur charme, notamment pour rythmer une vie de touriste paresseux.

Rafflesia

C'est la plus grosse fleur du monde, elle peut mesurer jusqu'à un mètre de diamètre. On la trouve principalement d'août à novembre à Sumatra, Kalimantan et Java. Pour la débusquer, il faut souvent faire appel aux indigènes car elle ne pousse jamais au même endroit, à la manière des champignons. Après de longues heures de marche en forêt, vous vous délecterez de son délicieux fumet de viande faisandée. Les Pokémons ont même fait un monstre à son effigie. Si la Rafflesia est la plus grosse fleur au monde, il ne faut pas la confondre avec l'Arum titan qui est, elle, la plus grande fleur au monde. Sa hauteur peut dépasser celle d'un homme. Leur seul point commun est l'odeur nauséabonde qu'elles dégagent.

Sarong

C'est le vêtement traditionnel indonésien par excellence, mais on le retrouve aussi en Thaïlande, au Laos, en Malaisie... Porté aussi bien par les hommes que par les femmes, dans les cérémonies ou dans la vie de tous les jours mais surtout en dehors des grandes villes, il se compose d'un carré de tissus d'au moins un mètre de large, que l'on entoure autour de la taille. Les motifs indonésiens sont essentiellement des carreaux et des lignes, un peu à la manière des kilts écossais.

Sports

Les sportifs trouveront l'embarras du choix : marche à pied, natation, surf, voile, planche à voile, ski nautique, plongée, trekking, rafting.

Le Pencak silat est un art martial. Les lutteurs s'affrontent de manière élégante, mais redoutable. Lors de la Pasola à Sumba, des cavaliers en costume traditionnel s'affrontent avec des lances en bois.

Le football (sepak bola) et le badminton (bulutangis) déchaînent les passions ; grâce notamment au prodige Taufik Hidayat, les Indonésiens sont souvent champions du monde en badminton.

Quant au football... Les championnats les plus suivis sont la ligue anglaise et l'espagnole.

Taksi

Un exemple des nombreux emprunts à l'anglais qui " s'indonésient " très rapidement. A Jakarta, vous apprendrez vite que la compagnie Blue Bird est votre meilleure amie. Avec plus ou moins de bonheur ; à Jalan Jaksa, un propriétaire de salon de coiffure certainement ancien baba cool, a voulu appeler son établissement " le salon de la paix ", " peace salon ". Pas de chance, il l'a écrit " piss salon "... Même en français, on voit la différence...

Tawar

C'est un exercice auquel vous n'êtes pas habitué, mais que vous allez devoir pratiquer rapidement. Le marchandage concerne tous les prix, excepté ceux des hôtels, restaurants, transports, des administrations, qui demeurent fixes.

On voit parfois des touristes s'étrangler de fureur pour un prix majoré de 5 000 Rp, c'est-à-dire à peine 0,30 € ! Ne pinaillez quand même pas trop !

Gardez le sourire et n'élevez pas la voix, charmez le vendeur ou la vendeuse. Ne vous faites pas d'illusion, vous êtes un " boss ".

Transports

Si vous avez l'intention de visiter l'Indonésie, le pays aux 17 000 îles, ou en tout cas une bonne partie, il vous faudra nécessairement utiliser des moyens de transports en quantité et en tout genre. Les avions beaucoup, le bateau aussi, le car souvent, les trains quelque fois, mais aussi le taxi, le bus, le bémo, le becak-betchak, le scooter, le vélo, la charrette, le cheval, etc., et s'armer de patience.

Toilettes

Tout un poème en France : les WC en Indonésie disposent rarement de papier toilette, le même papier étant souvent le comble de la saleté pour un Indonésien.

Les WC indonésiens sont, pour les plus luxueux d'entre eux, équipés d'un minijet, sous pression, assez puissant qui vous décape en quelques secondes. Très efficace, mais très inquiétant à utiliser une première fois. Pas facile de s'y faire.

Habituellement, vous n'avez à votre disposition qu'une petite écope pour puiser de l'eau dans la mandi pour laver votre noble fondement. Et tout ça de la main gauche s'il vous plaît ! Après avoir été aux toilettes, les Indonésiens passent directement au mandi pour être le plus propre possible.

Certains ne possèdent pas de chasse d'eau. Dans ce cas, puisez de nouveau de l'eau dans le mandi avec votre écope, mais n'utilisez pas de papier, car à coup sûr, vous allez tout boucher. Wanita signifie " femme ", et Pria " homme ", ne vous trompez pas de porte !

Tongkonan

Vous aurez peut-être la chance de les admirer en vous rendant en Sulawasi Centre, au pays toraja. Majestueuses, à l'architecture si particulière, avec des toits retroussés qui évoquent des bateaux, ces maisons ancestrales sont construites sur des pilotis.

Volcans

Situé sur la ceinture de feu, l'archipel indonésien est le pays aux 500 volcans ; environ 150 d'entre eux sont encore en activité. On leur doit notamment la fertilité de l'île de Java, qui permet de nourrir une population très nombreuse, et les superbes paysages qui attirent chaque année les touristes du monde entier.

Faire – Ne pas faire

Faire

Pour ne pas choquer, vexer, offenser, il est important de connaître certaines règles du savoir-vivre en Indonésie. Les Indonésiens sont fiers de leur pays, et vous seront reconnaissants de ne pas le critiquer. Si vous êtes dans le doute, faites preuve d'observation ou demandez autour de vous.

Enlever ses chaussures lorsque l'on entre dans un temple, une mosquée et même certains magasins ; prenez comme indicateur la présence d'autres chaussures à l'entrée... et la situation des pieds du propriétaire de la maison ou du magasin !

Respecter les traditions : A Bali, attention à ces offrandes placées à l'entrée des maisons et des temples ; elles sont pour les dieux, ne marchez pas dessus ! Saluez par respect l'esprit des lieux.

Tenter de comprendre le pays. Accepter ce qui vous est offert de bon coeur. Le tuak, vin de palme, vous sera servi et resservi jusqu'à ce que vous admettiez que c'est meilleur qu'un château-margaux 1934. Apprendre un peu d'indonésien vous ouvrira des portes dont vous n'auriez même pas soupçonné l'existence.

Sourire en toutes circonstances. Hé oui ! C'est fou ce qu'un petit sourire peut tout changer. Le sourire en Indonésie est contagieux. Ne pas sourire est même une expression d'arrogance.

Sortir de son hôtel, partir à la découverte, tenter les petits warungs (gargotes) qui ne paient pas de mine mais qui seront les clés pour mieux appréhender le pays. Sortir aussi des clichés, l'Indonésie vous tend les bras, les Indonésiens leur coeur.

Être en vacances... Rester calme, savoir prendre son temps, accepter les imprévus, tenter des folies (comme goûter un durian !).

Goûter aux nombreux poissons inconnus que vous verrez sur les marchés. Aussitôt achetés, aussitôt cuisinés. Il n'est pas rare qu'à côté d'un marché se trouve un bon cuisinier que si fera un plaisir de vous mijoter un petit plat dont vous vous souviendrez longtemps.

Tous les soirs, admirer le coucher de soleil. Vous êtes en vacances dans l'un des plus beaux pays du monde... Et voici un spectacle gratuit, toujours différent, et l'un des plus beaux qui soient.

Ne pas oublier de boire énormément d'eau : on se déshydrate très vite sous les tropiques (surtout les enfants) et Coca-Cola ou bière ne sont pas les agents hydratants que vous recommandera votre médecin...

Se préparer à poser une même question différemment. Quand vous posez une question, votre interlocuteur répond toujours oui, même s'il ignore la réponse. C'est toujours mieux que d'avouer qu'il ne sait pas. C'est surtout pénible lorsque vous demanderez votre chemin ou quand vous vous rendrez quelque part en taxi. Mieux vaut être préparé !

Ne pas faire

Les gestes obscènes : d'une manière générale, il y a quelques gestes à éviter en Indonésie ; ce pourrait être l'équivalent d'un bras d'honneur en France... Ne pas croiser les bras en parlant à quelqu'un : c'est une position de défi.

Ne pas montrer la plante des pieds quand on est assis : c'est une insulte. Ne touchez pas la tête d'un Indonésien, même un enfant.

Ne mangez pas de la main gauche, c'est la main qui sert pour aller aux toilettes. Ne rendez et ne ramassez pas l'argent de la main gauche pour les mêmes raisons. Lorsque vous donnez quelque chose, donnez-le des deux mains.

Lors d'une fête de temple balinaise, évitez de vous trouver sur une hauteur qui domine le prêtre, ce qui constitue un grave manque de respect.

S'habiller comme à Saint-Tropez : short et débardeur, qui constituent une tenue correcte à Bali l'Hindouiste, risquent de vous attirer des foudres dans les régions musulmanes.

Pour visiter des lieux de culte comme pour aller en boîte, il faut porter chaussures, pantalon long et chemise. Pour se baigner en dehors des zones touristiques, les filles doivent se vêtir d'un sarong, et les hommes porter des caleçons. Dans certains coins, les Indonésiens, filles et garçons, se baignent tout habillés. Quand on voyage en couple, mieux vaut se présenter comme mari et femme, ne pas se faire de bécots en public et ne pas se tenir par la main.

Se croire chez soi : le temps indonésien n'est pas le vôtre. " Immédiatement " peut signifier dans deux ou dix heures ou jamais. " Bientôt " peut être aujourd'hui ou dans plusieurs jours. Une heure de marche peut correspondre à 3 heures, et 1 km varier entre 300 m et 3 km. Posez plusieurs fois la même question de façon différente, les réponses ne seront pas forcément les mêmes. Ne pas se mettre en colère quand votre bus est retardé pour la quatrième fois ou quand l'agent de l'administration s'applique ostensiblement à travailler pour vous montrer qu'il est occupé et donc qu'il est un personnage important. S'appliquer à rester courtois envers les représentants de la police ou de l'armée.

D'éveils en éruptions

L'archipel indonésien se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique. Plus de 130 volcans sont actifs. Chaque éruption provoque des milliers de déplacés, les fermetures des aéroports et parfois des morts...

En 2014 : Le mont Sinabung est aussi entré en éruption et a provoqué la mort de 16 personnes.

En 2015 : Le mont Sinabung (Sumatra), le Gamalama et Dukono (Ternate), le mont Raung à Java et le mont Karangetang (Siau) sont entrés en éruption.

En 2016 : Le mont Sinabung à Sumatra, le Rinjani à Lombok et le Gamalama à Ternate sont entrés en éruption. Plus de 1 300 personnes ont été évacuées.

En 2017 : Agung à Bali se réveille est contraint plus de 100 000 habitants à fuir.

En 2018 : C'est à nouveau le Sinabung qui fait des siennes. Une épaisse colonne de fumée atteint près de 5 000 mètres de haut puis recouvre des villages de cendres.

Zéro

Il va falloir vous y habituer très vite ! En Indonésie on compte en milliers, en dizaines de milliers, en millions. Des zéros il y en a pléthore, de quoi y perdre son latin. La banque centrale indonésienne a bien proposé de réformer la monnaie nationale en lui enlevant trois zéros, mais ce changement qui devait entrer en vigueur en 2013 est à l'arrêt. Ces réformes, beaucoup l'attendent, à commencer par les banques indonésiennes. Elles faciliteraient les transactions et donneraient plus de crédibilité à la monnaie nationale. Et des maux de tête en moins...

Adresses Futées d'Indonésie

Où ?
Quoi ?
Avis