Namibie, le safari inoubliable

Recommandé

Terre d'Afrique inondée de lumière par un soleil austral, la Namibie est d'une beauté étonnante. Ses paysages très variés, bien que tous arides, sont d'une splendeur à couper le souffle. Proposant un tourisme de découverte et d'aventure remarquablement organisé par les professionnels, la Namibie présente l'avantage d'être une destination stable et sûre sur le plan sanitaire.

 

Voyager en Namibie

Avec le budget nécessaire, il est possible de s'offrir un flying safari, les sites les plus prestigieux étant alors reliés par petits avions-taxis. Bienvenue dans le monde des lodges ! Ces structures de charme se fondent dans leur environnement et offrent, outre l'hébergement, des activités axées sur la découverte de la nature. Dans cette catégorie, le confort est maximal. Le service est personnalisé, les chambres, offrant des points de vue magnifiques, rivalisent de raffinement, et les chefs, capables de miracles en pleine brousse, servent des repas délicieux. L'emploi du temps est savamment dosé, alternant repos et découverte des lieux.

Le voyage sera moins onéreux en voiture et en optant pour des hôtels de charme et game farm. Ces fermes ayant sur leurs terres des animaux sauvages, et reconverties en partie pour l'accueil touristique, offrent un excellent service : chambres propres et décoration soignée, repas variés et complets.

Pour les petits budgets, des campings sont présents sur tout le territoire et sont généralement très bien tenus et conviviaux. Les campements offrent un contact privilégié avec la nature. On les trouve dans les parcs nationaux, sur des fermes privées ou encore au sein des communautés villageoises.

 

Plein sud dans le Kalahari

En arrivant à Windhoek, le voyageur est d'abord frappé par cette capitale qui correspond si peu à l'image préconçue du continent. Moderne, au style architectural allemand, d'une apparente richesse et d'une propreté étincelante, le centre-ville où se trouvent la plupart des hôtels se visite en quelques heures. Avec 300 jours de soleil par an, il fait bon vivre à Windhoek. Les restaurants sont nombreux, les hôtels satisfont toutes les bourses et on trouve tout le nécessaire pour finaliser la préparation de son périple.

En route vers le sud, on découvre les paysages du Kalahari. Vaste semi-désert dépassant les frontières du pays, il est la terre ancestrale du peuple San, fameux nomades bushmen mondialement médiatisés par le film " Les Dieux sont tombés sur la tête ". Au premier coucher de soleil, on prend pleinement la dimension de l'immensité de ce territoire sauvage. L'Europe est désormais très loin.

Poursuivant vers le sud, on atteint l'étonnant site de la forêt de Kokerboom, arbres carquois dont l'écorce évidée sert de porte-flèches au chasseur bushman. Non loin, un chaos de roches, nommé judicieusement le Giant Playground, offre l'occasion d'une agréable balade au coucher du soleil. Les damans, ressemblant à des petites marmottes, pourtant plus proches cousins vivants de l'éléphant, sont les maîtres des lieux.

Obliquant vers le sud-ouest, c'est la direction du plus grand canyon d'Afrique, creusé par la Fish River. Grandiose. Cette région, où s'établirent des familles de pionniers afrikaans, n'est pas sans rappeler le Grand Ouest américain. Les marcheurs pourront randonner quelques jours dans le fond du canyon. Pour les autres, le point de vue aménagé leur permettra de voyager accoudé sur la rambarde.

 

La traversée du désert du Namib

Plein ouest, on file vers Lüderitz, petit port sur l'Atlantique aux accents germaniques. En route, on traverse la partie sud du désert du Namib. Le paysage est pierreux et incroyablement vide. Pourtant, dans ce milieu inhospitalier, on aperçoit parfois des chevaux retournés à l'état sauvage. Arrivé à Lüderitz, nouveau dépaysement. Le brouillard envahit le port de pêche et on en profite pour déguster un plat de langoustes avec vue sur la mer.

Par ciel dégagé, les paysages lunaires de la péninsule offrent une belle excursion vers ses baies battues par le vent, où otaries et manchots jouent dans les vagues. Une ancienne base de pêche à la baleine rappelle que les mammifères marins reviennent régulièrement ici.

En quittant ce port improbable, on retrouve rapidement le désert et la ville fantôme de Kolmanskop. Désormais envahie par le sable, cette ancienne cité hébergeait les chercheurs de diamants venus d'Europe. La zone est maintenant sous contrôle du gouvernement.

Après quelques heures de route vers le nord-est, on pénètre dans le Pro-Namib. Cette région, semi-désertique, borde l'est du plus vieux désert du monde. D'une des fermes d'accueil ou dans la Namib Rand Nature Reserve, on peut participer à une randonnée guidée de quelques heures à quelques jours, pour une immersion totale dans ces paysages sublimes, entre montagnes arides et mers de dunes. La faune et la flore s'y sont remarquablement adaptées à l'instar de ce coléoptère, le tok-tokkie, qui, au petit matin, se place en haut des dunes pour collecter la rosée. L'oryx, antilope majestueuse, est la reine des lieux.

Encore quelques heures de route avant d'entrer dans la photo. La section Sesriem du Parc National du Namib, partiellement ouvert au public, préserve en effet le fameux Sossusvlei. C'est le site des plus hautes dunes du monde avec à leur pied la cuvette épisodiquement traversée par la rivière Tsauchab. Non loin, à une quinzaine de minutes de marche, on trouve le Deadvlei. D'une blancheur aveuglante, entourée des dunes orangées, cette cuvette asséchée, où les arbres morts sont figés par la croûte de sel, est un monument pour les photographes.

 

Détour par l'océan

En route vers la mer : Walvis Bay et Swakopmund sont deux agréables stations balnéaires, entre dunes et Atlantique. Peu d'Européens goûteront ses eaux très fraîches. En revanche, ses plages donnent l'occasion d'une détente bien méritée. Le safari marin, au départ du port de Walvis Bay, ravira les enfants et leurs parents. Cette balade de quelques heures en bateau permet d'observer de très près otaries, dauphins, pélicans et cormorans. Cette sortie pourra être astucieusement couplée avec une excursion en 4x4 vers Sandwich Harbour, un ancien port englouti par les dunes, désormais paradis des oiseaux marins. Pour les sportifs, la région est une référence en termes d'activités de plein air. Au programme : sand-boarding, char à voile, chute libre ou encore kitesurf.

En partant de l'aérodrome de Swakopmund, un survol du littoral permet de comprendre pourquoi on le nomme " Côte des Squelettes ". Sur des centaines de kilomètres, des épaves de navires échoués aux siècles derniers sont peu à peu rongées par le sable. Puis, on atteint Cape Cross, qui accueille une colonie d'otaries à fourrure du Cap. La côte est aussi un must pour les amateurs de pêche sportive : on y ferre puis relâche les requins à partir de la plage.

 

Un final de choix : le Damaraland et Etosha

Tournant le dos à l'Océan, une nouvelle région : le Damaraland. Son peuple, les Damara, est particulièrement accueillant. Sa faune et sa flore sont fascinantes avec notamment ses célèbres éléphants et rhinocéros du désert. Ses paysages sont à chaque virage toujours plus magnifiques : le massif du Brandberg, paradis des géologues, le Spitzkoppe, défi des grimpeurs ou encore Twyfelfontein et ses gravures rupestres comptent parmi les sites les plus connus.

En quittant le Damaraland, on finit de manière éclatante son périple dans un haut lieu de la vie sauvage africaine, le parc national d'Etosha. Ses immenses pans salés (ou lacs asséchés) forment un paysage unique. Les pistes sont excellentes et il convient évidemment de respecter toutes les règles de sécurité, notamment lors de l'approche des animaux. Les éléphants et rhinocéros sont impressionnants du fait de leur taille dans ce paysage si plat. Girafes, zèbres, gnous et springboks, que l'on aura vus déjà un peu partout dans le pays, complètent les rangs des grands herbivores. Côté carnivores, lions, guépards, léopards, hyènes et chacals sont également très présents bien que plus discrets. D'Etosha, on peut rentrer en quelques heures à Windhoek pour attraper son avion, des images plein la tête. Un voyage inoubliable !

 

Infos futées

 

Quand ? Pluies sporadiques de novembre à mars, saison sèche d'avril à octobre. Le conseil futé : avril-juin et septembre-octobre.

 

S'y rendre. Depuis les pays francophones, il faut passer par Johannesburg puis prendre une liaison vers Windhoek.

Trouvez votre vol au meilleur prix - Comparez

Réservez vos billets de trains - Réservez

Louez votre voiture au meilleur prix - Comparez

 

Utile. Pour préparer au mieux son voyage.

OFFICE DU TOURISME DE NAMIBIE - Plus d'informations sur le site

Réservez votre hébergement aux meilleures conditions - Comparez

Trouvez une agence locale pour un voyage sur mesure - Trouvez

Trouvez une activité culturelle ou sportive - Trouvez

Les dernières Actus

Le peuple Bushman

Sur les pistes de Namibie, je découvre le désert du Kalahari. Rouge et vivant. Ce fameux désert foulé pour la ...
Lire l'article

Namibie, le safari inoubliabl...

Terre d'Afrique inondée de lumière par un soleil austral, la Namibie est d'une beauté étonnante. Ses paysages très ...
Lire l'article
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis