Parce que ce sont avant tout les immenses espaces sauvages qui nous font aimer la Namibie, force est de reconnaître que Windhoek (prononcer " Windouk " !) n'est pas d'un intérêt primordial pour le voyageur. La ville, avec son allure germanique, a cependant des côtés attachants si l'on s'y attarde un certain temps et constitue une base idéale pour préparer une expédition ou se remettre des émotions d'un tel voyage autour d'une bonne table au retour. A Windhoek, le voyageur pourra effectuer toutes les formalités indispensables et trouver tout l'équipement nécessaire pour découvrir le pays. Ceux qui prendront le temps de visiter la ville comprendront qu'elle se dévoile à mesure qu'on en découvre les entrailles.

Capitale administrative, législative et judiciaire, Windhoek compte plus de 322 000 habitants et rassemble toutes les ethnies de Namibie. Le nouveau mémorial, quelques musées et surtout la rencontre du melting-pot namibien sont au rendez-vous.

Windhoek étonne : paisible et propre, elle ne correspond pas vraiment à l'image que l'on se fait d'une capitale africaine. Il faut y regarder de plus près pour découvrir une ville pétrie de contradictions fascinantes. Dans quelle autre ville la rue Fidel Castro mène-t-elle à une église luthérienne après avoir croisé l'avenue Bismarck ? L'influence allemande saute aux yeux lorsqu'on voit le nom des rues, Schubert Strasse, Mozart Strasse ou encore Spinoza Strasse...

A Windhoek, les immeubles modernes alternent avec les bâtiments de l'ère coloniale sous un ciel limpide 300 jours par an. Le centre-ville s'organise autour de quelques centres commerciaux, banques et magasins. Les principaux monuments se concentrent tous dans les alentours immédiats du National Museum, de l'Independance Memorial Museum et de l'église luthérienne Christuskirche, à l'exception de la gare située légèrement à l'écart.

Au regard de la faible animation de la ville, on est en droit de se demander où vivent ses habitants. Il faut se rendre à Katutura pour sentir battre le pouls de l'Afrique. Environ 60 % de la population de Windhoek habite ce quartier pauvre du nord-ouest de la ville, ancien township, qui ne cesse de voir les migrants affluer. C'est peut-être là que le voyageur sera le plus dépaysé, dans ce quartier où cohabitent les différentes ethnies namibiennes, à la recherche d'un avenir qu'elles devront construire ensemble, avec les Blancs qui résident sur les hauteurs huppées de Klein Windhoek, Ludwigsdorf et Eros.

Si le centre-ville se visite facilement à pied, une voiture est nécessaire pour découvrir les quartiers périphériques et les environs directs de la ville.

À voir / À faire à WINDHOEK

Photos de WINDHOEK

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

16.95 €
2018-09-12
408 pages
Ailleurs sur le web
Avis