Lorsqu'on évoque là Grèce, les images de cartes postales défilent : plages magnifiques, eaux turquoise, petits villages blancs aux ruelles éclatantes... Mais en Grèce continentale, on découvre d'autres facettes du pays et c'est le cas dans le Péloponnèse qui est une importante péninsule de la partie méridionale du pays avec 21 379 km² de superficie. Elle concentre une multitude de sites archéologiques et mythologiques pour un voyage dans le temps, mais également des paysages d'une nature sauvage à couper le souffle, tantôt hostile, tantôt hospitalière et toujours grandiose. Le Péloponnèse c'est en réalité un concentré de la toute les beautés de la Grèce. Les distances à parcourir sont minimes pour découvrir des sites archéologiques célèbres dont Olympie est la vedette. Plages et montagnes se côtoient, et l'on passe aisément de l'un à l'autre. Les côtes sud et sud-ouest du Péloponnèse, plus difficilement accessibles, offrent des trésors cachés comme des petits ports de pêche ou des criques très intimistes.

Les lieux incontournables du Péloponnèse

Comment partir dans le Péloponnèse ? Nos conseils & astuces

Organiser son voyage dans le Péloponnèse

Photos du Péloponnèse

Découvrir le Péloponnèse

Survol de la Grèce

Si l'on en croit la mythologie grecque, lorsque Dieu créa le monde, il distribua toute la terre disponible à l'aide d'un tamis ; quand tous les pays furent suffisamment pourvus, il jeta par-dessus son épaule les cailloux restés dans le tamis et créa ainsi la Grèce.

Géographie
Bergère dans le massif du Parnon.
Bergère dans le massif du Parnon.

La Grèce forme une péninsule au sud-est de l'Europe et couvre une superficie de 131 957 km². Un cinquième de cette surface correspond aux quelque 2 000 îles du pays dispersées dans la mer Egée et la mer Ionienne, entre l'île de Corfou à l'ouest, l'île de Rhodes à l'est et l'île de Crète au sud.
Sur les 15 000 km de côtes grecques, 4 000 km correspondent aux contours de la côte continentale auxquels il faut rajouter les 11 000 km de côte des îles.
Le Péloponnèse, terre de 21 549 km², est rattaché au continent pas l'isthme de Corinthe, percé par le célèbre canal pour permettre le passage des bateaux. Cet isthme confère à la Grèce sa forme si particulière et rompt l'isolement de cette région montagneuse de la Grèce.
A 80 %, le pays est montagneux et les deux tiers du territoire ont une morphologie accidentée. La chaîne du Pinde (Pindos) traverse le pays du nord-ouest au sud-est. Le contraste entre la plus haute montagne du pays, le mont Olympe (2 917 m) et l'eau bleue de la Méditerranée est époustouflant ; c'est l'une des principales caractéristiques de la géographie grecque.
Les plus longs fleuves du pays sont l'Aliakmon avec ses 297 km et l'Achéloos, mais aucun fleuve n'est navigable.
Au nord, une frontière de 1 180 km sépare la Grèce de l'Albanie, de l'ancienne république yougoslave de Macédoine reconnue internationalement comme the Former Yougoslav Republic of Macedonia (FYROM), de la Bulgarie et de la Turquie. La Grèce est divisée en 52 préfectures et 13 régions dont 4 pour les îles : les îles Ioniennes, l'Egée du Nord, l'Egée du Sud et la Crète.

Climat

Si le climat en Grèce est globalement méditerranéen tempéré, il diffère selon les régions.
En Macédoine et en Epire, au nord du pays, les hivers sont plus rigoureux qu'ailleurs et les étés plus humides et chauds.
Le sud du pays ainsi que les îles s'apparentent plus au climat méditerranéen classique avec des hivers doux et des étés très chauds et secs. L'été, les températures moyennes oscillent entre 27 °C et 31 °C, le mercure atteignant parfois les 40 °C.
Mais très souvent cette chaleur ne se fait pas véritablement sentir grâce à un puissant vent du nord, le meltemi. Ce vent, qui balaye la côte orientale de la Grèce continentale et les îles de la mer Egée (surtout les Cyclades), apporte un rafraîchissement souvent bienvenu. Il arrive qu'en début et en fin de saison (mai et octobre) le meltemi soit une cause de mauvaise surprise pour tous les touristes qui auraient oublié leur pull en laine et leur coupe-vent. Parfois vraiment violent, le meltemi perturbe les horaires des ferries (surtout ceux des hydroglisseurs et autres Flying Dolphins).

Environnement – écologie

L'importance de la sauvegarde et de la protection de l'environnement constitue une préoccupation récente en Grèce. La nature a souvent été sacrifiée aux traditions et aux besoins économiques du pays. Ainsi l'olivier, l'arbre préféré des Grecs pour son huile et son bois, est directement responsable de l'aridité des sols et du paysage rocailleux dans une grande partie de la Grèce. En effet, depuis l'époque antique les Grecs arrachaient les forêts primitives pour les remplacer par des oliviers, mais les racines en surface de ceux-ci ne maintenaient pas les sols et les couches fertiles étaient progressivement emportées par l'érosion. Ensuite vinrent l'expansion de la marine grecque et de la construction navale, l'explosion touristique et les feux de forêt. Tous ces facteurs ont conduit à une déforestation outrancière aux conséquences néfastes pour le pays. Ainsi un grand nombre de mesures nationales et locales ont été prises ces dernières années pour lutter contre la déforestation. L'Union européenne apporte également son soutien au vaste projet écologique de la Grèce. Néanmoins bon nombre de Grecs n'ont pas encore pris conscience de ce phénomène et continuent à défigurer la nature en construisant des complexes hôteliers à tout va ou simplement en abandonnant leurs ordures ménagères indifféremment dans la nature. Et pour couronner le tout, les touristes (et les Grecs !) laissent encore trop souvent leurs poubelles sur les plages !

Parcs nationaux

Il existent une dizaine de parcs nationaux en Grèce, couvrant une superficie totale de près de 70.000 hectares. Ils offrent autant d'occasions d'aller à la découverte de la faune et la flore présentes en Grèce dont la diversité étonnera plus d'un visiteur...
Le parc national de Prespes en Macédoine fut créé en 1974 et couvre les parties grecques du petit et du grand lac Prespa ainsi que les versants de la montagne Triklari et Varnounta. On y trouve plusieurs variétés de chênes et une végétation d'espèces préalpines. Il constitue un biotope aquatique très important dans le pays.
Le parc de Vikos se situe dans la région des Zagoria. Il a été ouvert en 1973 et constitue un lieu propice à la pratique des sports d'eau. Des variétés rares de plantes endémiques y poussent comme la valériane, la centaurée, le lis, la ramondie, l'achillée et sont l'objet d'un intérêt scientifique au niveau mondial.
Un troisième parc, inauguré en 1938, se trouve au mont Olympe. Il a été classé, en 1981, Réserve de la biosphère par l'Unesco. Son abondante flore voit son intérêt renforcé par la présence de Jankea heldreichii, car cette plante est un vestige de l'ère glaciaire. A noter que de nombreux rapaces vivent dans cette région.
Quant au parc national du Pinde, il fut fondé en 1966 et couvre 6 927 ha. Il est donc le plus important de Grèce. La végétation qui y pousse est très dense et protège, entre autres, une population d'ours, loups, chacals, chèvres sauvages, ainsi que des reptiles. L'aigle royal y est aussi bien représenté.
Le parc national d'Oitis fut créé en 1996. La variété des fleurs sauvages qui y poussent est particulièrement riche. Des chèvres sauvages et des chamois peuplent également les lieux.
Le parc national de Parnasse est situé près de Delphes. Ouvert en 1938, il accueille, entre autres, une forte communauté de rapaces et la végétation sylvicole y est notamment très intéressante.
Fondé en 1962, le parc national de Ainos se trouve sur l'île de Céphalonie. Il visait à l'origine à protéger une espèce de sapin : le sapin d'Apollon. Une horde de chevaux de la race Equus cabalus y vit à l'état semi-sauvage.
Le parc national de Parnitha a ouvert en 1961 et s'étend sur 3.816 hectares, à 30 km au nord ouest d'Athènes. Il comprend les plus hauts sommets du mont. Proche d'Athènes, il est un des plus visités de Grèce. Sa végétation est constituée à 90% de sapins, Abies cephalonica ou Sapin de Céphalonie, mais aussi de pins, de maquis, et de plusieurs variétés de crocus, tulipes, lys et violettes. De sommets rocheux, en plateaux ou gorges profondes, le parc abrite de nombreuses sources et petits cours d'eau. On y dénombre 818 espèces végétales, soit l'une des flore les plus riches du pays. Certaines espèces animales sont protégées au niveau national et international. Cette diversité suscite l'intérêt particulier de la communauté scientifique, mais également celui de nombreux visiteurs chaque année. En juin 2007, de nombreux hectares ont été ravagés par de violents incendies.

Site : www.parnitha-np.gr


Le parc national de Sounion couvre une superficie de 3,5 hectares et a été créé en 1971, au sud est d'Athènes, autour du célèbre Cap du même nom. La région entière présente un grand intérêt historique, géologique, minéral et paléontologique. Le parc sert de refuge, entre autres, à de nombreuses espèces d'oiseaux migrateurs. Il constitue un échantillon très représentatif des paysages méditerranéens formés de pins d'Alep, de maquis avec chênes verts (Quercus occifera), lentisques, arbousiers, bruyère, térébinthe (Pistacia terebinthus), thym, genévrier de phoenicie... 260 mineraux ont été collectés sur place, dont certains sont inconnus des scientifiques. La région est composée de grottes et de zones calcaires dans lesquelles les eaux ont creusé des souterrains, ce qui est propice à la formation fossiles, piégés.

Faune et flore
Grenades.
Grenades.

La Grèce possède une richesse de la faune et de la flore inégalée en Europe. Par leur isolement, les îles abritent de nombreuses espèces endémiques parfois uniques au monde. Au mois de mai, 6 000 espèces différentes de fleurs sauvages tapissent les quatre coins de la Grèce. Si cette richesse florale ne survit pas à la chaleur de l'été grec, on assiste à un véritable second printemps à l'automne grâce à la multitude de fleurs automnales comme les crocus. Les fleurs sauvages les plus communes que l'on trouve dans les campagnes sont, entre autres, les anémones, les glaïeuls, les cyclamens, les iris, les tulipes et les lys. Les forêts les plus étendues se trouvent en Grèce du nord dans les montagnes de Thrace, de Macédoine et d'Epire ; les îles de la mer Egée de l'est et du nord ainsi que celles de la mer Ionienne sont en grande partie recouvertes de pins et d'oliviers. Au total, le pays possède plus de 200 espèces d'arbres et de grands arbustes et ses forêts sont composées principalement de conifères à feuilles caduques comme les hêtres et les châtaigniers. La faune grecque est particulièrement riche.
Environ 900 espèces d'animaux vivent en Grèce, et nombre d'entre elles sont protégées par des programmes mis en place par les autorités. La tortue méditerranéenne (Caretta caretta) est une de ces espèces protégées, elle trouve refuge dans les eaux de Zakynthos et de Céphalonie.
Le dauphin et le phoque moine, présents dans la mer Egée et la mer Ionienne, sont également l'objet d'actions de préservation de la faune. La Grèce constitue de fait un point de passage privilégié des oiseaux migrateurs. On trouve également un nombre important d'espèces d'oiseaux de proie dans les forêts et aux alentours de la rivière Dadia, en Thrace. Une importante communauté d'oiseaux chassant sous l'eau, comme les cormorans, les ibis, les aigrettes et les hérons, peuple la région des lacs Prespes au nord de la Macédoine.
C'est d'ailleurs dans les environs de la frontière nord du pays que vivent quelques ours bruns, des chats sauvages, des martres, des chevreuils et, occasionnellement, des loups et des lynx.

GRÈCE CONTINENTALE

Guide GRÈCE CONTINENTALE

GRÈCE CONTINENTALE 2018

12.95 €
2018-03-28
480 pages
Ailleurs sur le web
Avis