Guide du Morbihan : Le Morbihan gourmand

La gastronomie du Morbihan est riche en produits du terroir et de la mer, c'est bien connu ! Impossible de séjourner ici sans prendre un plateau de fruits de mer ou déguster crêpes et galettes, fers de lance de toute la Bretagne... Mais le Morbihan regorge d'autres spécialités locales telles que les pouce-pieds de Belle-Ile, les escargots de Groix, le savoureux cidre Royal de Guillevic, le cidre de Saint-Armel, le whisky le " Galaad " de la brasserie Lancelot à Roc-Saint-André, la distillerie du golfe à Plougoumelen et son dorénavant célèbre gin H2B, la fameuse andouille de Guémené-sur-Scorff, la tapenade d'algues, les délicieuses niniches de Quiberon, les rillettes d'Ormeaux de Groix, ou encore le gourmand kouign patatez, et on en passe... Pour vous les faire découvrir, les différentes communes organisent fêtes et festivals durant l'année : fête de la crêpe à Gourin, fête du Cidre à Quistinic, fête de l'andouille à Guémené-sur-Scorff, fête des langoustines à Locmiquélic... Des marchés du terroir vous permettront également de découvrir ces produits d'exception.

Labonapp

Nouvelle centrale de réservation en ligne, Labonapp se veut être une application solidaire faisant ainsi la différence avec celles du même genre. Elle est non seulement l'application la moins chère du marché mais 50% des bénéfices sont reversés au CCAS afin de distribuer des tickets repas à leurs bénéficiaires. Et la solidarité va bon train puisqu'il y a déjà 110 restaurateurs partenaires depuis la création de l'application en février 2018 ! D'ailleurs, et il faut le préciser, Labonapp détient désormais l'agrément ESUS (Entreprise Solidaire d'Utilité Sociale). Une très belle initiative de Julien Le Berre (restaurateur vannetais).

Site internet : www.labonapp.fr

Spécialités locales

Le kouign patatez. Spécialité de la région de Vannes, le kouign patatez est un " gâteau de pommes de terre " réalisé à partir de farine de blé noir et de beurre. Cette galette de purée de pomme de terre délicieusement fondante peut se déguster avec une salade, de la saucisse ou encore un poisson blanc. Ces dernières décennies, une version " kouign-patate ", dont la pâte plus fluide est mouillée d'eau et de lait, est déposée à la louche sur le galetier. Quelques crêperies se sont donc mises à proposer ce produit agrémenté de fromage râpé, de jambon, d'oeuf...

La godaille. Rustique soupe des pêcheurs, la godaille est une spécialité typique du littoral méridional de la Bretagne, de Lorient à Nantes. A l'origine, la godaille est composée de poissons, crustacés et coquillages non présentables à la criée, que le patron pêcheur laissait à ses marins en sus de leur salaire. La spécialité consiste à cuire ces invendables avec pommes de terre et oignons dans un bouillon aromatisé.

Le far breton. Fer de lance de la Bretagne, le far breton est une sorte de flan jaune-blanc recouvert d'une pellicule moelleuse marron foncée. Très nourrissant, il est composé d'une base de farine et de sucre délayée d'oeufs et de lait. On peut le déguster nature ou enrichi de beurre, et les variations sont nombreuses : aromatisé de cannelle ou de vanille, avec des pruneaux, des raisins, aux pommes, au chocolat...

Le kouign amann. Est-il encore nécessaire de présenter cet emblème de la gastronomie bretonne, subtil mélange de beurre et de sucre... Le kouign amann (de kouign " gâteau " et d'amann " beurre ") se compose de pâte à pain feuilletée en minces lamelles plaquées de couches beurrées et sucrées bien onctueuses. Et la préparation de ce gâteau est tout un art ! Dosage des ingrédients, pliage de la pâte, temps de pause et ses aplatissements à la main, rien n'est laissé au hasard. Lorsqu'il est réussi, son goût délicieusement caramélisé marié à une texture craquante et fondante est inoubliable. A déguster tiède.

Crêpes et galettes
<p>Crêpes de sarrasin</p>

Crêpes de sarrasin

La galette de blé noir ou galette de sarrasin. Spécialité à part entière de la Bretagne avec la crêpe de froment, ce disque fin de farine de blé noir, d'eau et de sel, d'un diamètre de 30 à 40 centimètres, de couleur plus ou moins grise, à la texture alvéolée, souple et humide, est cuit sur une galettière (" tuile " pour les Gallos de Haute-Bretagne, " billig " pour les Bretonnants de Basse-Bretagne) chauffée et graissée entre chaque louche. A l'aide d'un râteau de bois (" rouable " en Haute-Bretagne, " rozell " en Basse-Bretagne) on étend la pâte que l'on retourne avec une spatule. Agrémentée d'ingrédients aussi divers que variés, elle est un repas à elle seule, accompagnée bien sûr d'une petite bolée de cidre ou de lait ribot.

La crêpe bretonne. Il y a la galette et il y a la crêpe. Cette dernière se présente également sous l'apparence d'un disque de pâte jaune clair de même diamètre, très fin et alvéolé, cuit sur les deux faces. Pour la confection de la base de la pâte, on mélange des oeufs entiers, du sucre, de la farine et du lait. On peut ensuite l'aromatiser avec de la cannelle, de la vanille, de la fleur d'oranger, du rhum ou encore du lambig (eau-de-vie de cidre).

Produits du terroir
Viandes, volailles et gibiers

L'agneau de Belle-Ile en Mer. Il est commercialisé sous le label local " agneau du large ". Omniprésent sur l'île, il bénéficie du climat océanique de l'île chargé d'embruns, mais aussi des bienfaits de l'herbe et des fleurs aromatiques qui lui confèrent une chair de qualité. Pour prétendre à ce label créé en 1994, les agneaux se doivent de naître à Belle-Ile, de passer un minimum de 60 jours au pré et de se nourrir uniquement des produits de la ferme. Une petite partie de ces agneaux proviennent d'une ancienne race vernaculaire, appelée " race de Deux " ou " mouton de Deux ", car très prolifique (2 à 3 agneaux par femelle). Cette population est issue du croisement d'une race indigène morbihannaise avec des moutons flandrins au XVIIIe siècle.

Charcuteries

L'andouille de Guémené. A Guéméné-sur-Scorff, l'andouille locale est une institution. Elle se différencie des autres par des " chaudins " (des gros intestins) enroulés les uns sur les autres. Au total, ce sont pas moins de 20 à 25 de ces boyaux de porc de différents calibres qui sont nécessaires à la fabrication d'une seule andouille ! Marinés au préalable dans de la saumure, ces derniers sont enfilés dans une baudruche de boeuf. Le produit est ensuite égoutté et fumé au bois de chêne ou de hêtre, pendant une semaine à six mois. Pour terminer, l'andouille doit passer en cuisine lente dans un bouillon parfumé au foin. Futé : la fête de l'Andouille le dernier dimanche d'août à Guéméné.

Le pâté breton ou pâté de campagne. Le pâté breton n'est rien d'autre qu'une grosse terrine campagnarde, rustique et bon marché, produit courant dans toute la Bretagne, faite à partir de viandes de porcs (gorge et abats), oignons, fines herbes (thym, laurier, persil) et aromates (poivre, sel). Tout comme le gros pâté, il est enveloppé dans une crépine et cuit longuement à four très chaud.

Poissons, fruits de mer et crustacés
<p>Huîtres.</p>

Huîtres.

Coquillages

Les huîtres du Morbihan. L'huître de la rivière d'Etel pousse dans une vaste ria et fait le bonheur de ceux qui les aiment légèrement doucereuses.

L'huître du golfe du Morbihan est depuis toujours apprécié des gourmets.

L'huître de Quiberon évolue dans une eau riche en algues et en plancton. C'est ce qui lui donne cette spécificité, un remarquable équilibre entre tonicité et subtilité.

L'huître Pernef est située aux confins du Vannetais et du pays de Redon. Elle offre un parfum et une texture proches de l'huître que l'on peut déguster côté Tour du Parc.

Les moules de Pénestin. Sur une large partie du littoral, on aperçoit à marée basse des pieux régulièrement espacés. Mis en place dès la fin du XIXe siècle, il s'agit de bouchots à moules. C'est ici que se trouve la production de ces coquillages réputés pour leur qualité due à la richesse des eaux pures et bien oxygénées de l'estuaire de la Vilaine. En Bretagne, on déguste généralement les moules cuisinées avec une sauce (au curry, au safran, à la crème, au piment d'espelette...). Mais la recette incontournable demeure celle des moules marinières !

La palourde. On peut différencier trois espèces différentes de palourdes sur nos côtes. La palourde rose qui vit à l'état sauvage en Bretagne et qui est pêchée à la drague par les professionnels, la palourde grise croisée d'Europe (espèce indigène que l'on retrouve dans le golfe du Morbihan) et enfin la palourde grise croisée du Japon qui fut longtemps élevée dans le golfe. Ce mollusque bivalve vit dans les fonds sableux et vaseux.

Crustacés

La crevette bretonne. La pêche à la crevette est pratiquée depuis une éternité en Bretagne. On en attrape deux espèces : la crevette rose et la crevette grise. Après une cuisson au court-bouillon, la crevette se déguste froide accompagnée de pain et de beurre. On l'apprécie aussi chaude, avec du cidre.

La langoustine. Avec ses 2 800 kilomètres de côtes et ses innombrables ports, la Bretagne s'impose comme la principale zone de pêche à la langoustine fraîche. Exclusivement pêchée au chalut, au printemps et en été, au moyen d'un filet traîné durant deux à trois heures à une profondeur de 50 à 150 mètres. Elle est débarquée en masse à Lorient. Très appréciée pour sa chair fine, elle se déguste traditionnellement froide ou mi-tiède avec une mayonnaise-maison.

L'étrille. Ce petit crabe de 5 à 12 centimètres de large à la carapace sombre vit comme ses congénères sous les pierres, dans les rochers. Avec ses deux fortes pinces et ses yeux rouges vifs, on le reconnait facilement. Malgré sa petite taille, sa chair savoureuse est très convoitée des pêcheurs professionnels. A l'instar du tourteau et de l'araignée, l'étrille était une richesse alimentaire durant des siècles pour les localités du littoral breton et un appoint pour ses pêcheurs.

La langouste. Avec le homard bleu, c'est la reine des crustacés en Bretagne. Sa couleur diffère selon son origine. Celle de Bretagne, la langouste rouge, vit sur les côtes européennes et se distingue par une épaisse carapace très rouge et de petites antennes. Rare et réputée comme étant la meilleure grâce à sa chair blanche et ferme, elle est aussi la plus coûteuse. Très appréciée en Bretagne depuis des siècles, la grosse " écrevisse de mer " comme on l'appelait alors, se raréfie malgré des tentatives d'élevage. Actuellement, la production totale de langouste française est essentiellement bretonne.

Le homard breton. Avec la langouste, il est le seigneur des mers bretonnes. Renommé pour la succulence de sa chair moelleuse et délicate et l'extrême finesse de son goût, le homard breton se distingue par sa carapace d'une belle couleur bleu roi qui devient ocre lorsqu'on le plonge vivant dans un court-bouillon. On le pêche au casier de juin à septembre.

Le pouce-pied de Belle-Ile. Ce crustacé atypique, appelé aussi " Bec-Rouge " en raison du liseret rouge qui borde sa tête, est composé d'un pied noirâtre et d'une coquille de cinq pièces articulées. Il croît en grappes, fixé aux rochers grâce à son pied qui lui permet de s'y accrocher. Lorsque sa coquille s'ouvre, elle laisse voir de petites pattes qui brassent l'eau pour baigner ses branchies. Près de deux années lui sont nécessaire pour atteindre une taille commercialisable et plus il est court et trapu, plus sa chair est charnue. Sa pêche n'est ouverte que huit jours par mois et fermée en juillet et août.

Les ormeaux. Il s'agit d'un coquillage très prisé pour son goût subtil et sa nacre. Ce produit d'exception peut être élevé dans des parcs en pleine mer. C'est le cas à Groix. Avant d'être dégusté, l'ormeau doit être rigoureusement préparé et pour cela on doit l'attendrir en le plaçant dans un torchon et en le tapant à l'aide d'un marteau (technique la plus répandue mais d'autres existent). Sans cette préparation, le coquillage sera immangeable !

Les poissons

Le bar de ligne. En Bretagne, la pêche au bar de ligne existe depuis le XVIIIe siècle. Ce poisson noble à la chair ferme et savoureuse est ainsi pêché de juin à janvier, à bord de petits bateaux qui utilisent la traîne ou la palangre. Outre le bar de ligne pêché au large de la Cornouaille, celui du golfe du Morbihan est également très prisé.

Le congre. Familier sur le littoral breton, ce poisson anguilliforme mesure un mètre en moyenne et pèse une dizaine de kilogrammes, même si certains peuvent atteindre 3 mètres de long et peser jusqu'à 65 kilogrammes. On le pêche toute l'année, à la palangre (une ligne équipée d'une centaine d'hameçons appâtés de sardines, maquereaux, tacauds, vielles et autres chinchards, frais et saignants) que les pêcheurs professionnels posent dans les zones rocheuses à la tombée de la nuit et viennent relever au matin. En Bretagne, sa chair, toujours très appréciée, se prépare en ragoût et en daube avec des pommes de terre (daube de congre), bouillie avec des petits pois ou avec du cidre ou encore en soupe.

Fromages, produits laitiers
Les produits laitiers

Le beurre breton demi-sel. Fleuron de la gastronomie bretonne depuis des siècles et des siècles, le beurre, que l'on consomme et cuisine " demi-sel " bien-entendu, est indissociable des moeurs et traditions de tout un peuple. Il peut être fermier, bio, de baratte ou encore artisanal ; vendu en plaquette, en motte ou en rouleau ; issu d'une coopérative, d'une entreprise privée ou d'un groupe industriel, pourvu qu'il soit salé... (demi-sel, salé au gros sel, à la fleur de sel, aux algues...) Le beurre demi-sel contient toujours moins de 3 % de sel, qu'il vienne de Guérande, de Noirmoutier ou d'ailleurs.

Le lait ribot. Le lait ribot (de la ribote, " baratte " en breton) est un lait fermenté aigrelet qui appartient à la culture culinaire de Bretagne autant que la galette de blé noir et la crêpe bretonne. Il apparaît sous la forme d'un liquide blanc cassé assez fluide, plus épais que le lait entier. Son goût n'est pas sans rappeler celui d'un onctueux yaourt nature à boire. A l'origine, le lait ribot était le petit-lait qui se sépare de la crème lors de son barattage pour obtenir le beurre. Aujourd'hui, il est produit dans les laiteries et est donc devenu un lait maigre (1 à 3 % de matière grasse) fermenté artificiellement.

Le gros lait. Méconnu par rapport au lait ribot, le gros lait n'en demeure pas moins un merveilleux laitage pour ses connaisseurs. Il est une espèce de lait caillé, légèrement visqueux, à la cassure franche, avec sur le dessus une fine couche de crème, au goût onctueux et rafraîchissant. A l'origine, il provient de la race bovine bretonne pie-noire.

Fromages

La trappe de Timadeuc (autres appellations : trappiste de Timadeuc, fromage de Timadeuc ou de Thymadeuc). Paradoxe presque incompréhensible, la Bretagne, pourtant première région laitière française avec plus de 20 000 producteurs, semble dénuée de toute pratique fromagère. Ce produit artisanal monastique à pâte pressée non cuite, adapté de celui de l'abbaye de Port-Salut, est donc l'un des trois seuls fromages que compte la Bretagne. Il se présente sous la forme d'un disque épais d'environ 5 centimètres, de 11 ou 20 centimètres de diamètre. Sa croûte est légèrement granuleuse et présente une couleur jaune orangée. Sa pâte d'un blanc ivoire est douce avec de légers arômes de noisette.

Le trappiste de Campénéac. Le trappiste de Campénéac offre également l'apparence d'un disque d'environ 6 centimètres d'épaisseur à la croûte orangée et à la pâte moelleuse de couleur crème. Produit dans l'Entre-deux-guerres par les soeurs de l'abbaye Joie-Notre-Dame, sa fabrication sera transférée en même temps que l'abbaye et la fromagerie, en 1953, à Campénéac.

La Tome de Rhuys

" La Tome de Rhuys " est douce et sucrée pour se rappeler la race bretonne " pie noir ", petite et douce vache issue de ce littoral sud breton si tempéré. Avec ses copines " la normande " et " la montbéliarde ", elles produisent un lait riche en matière grasse et très onctueux. On peut assister à l'élaboration de cette tome à la ferme fromagère de Suscinio, près de Sarzeau. Tous les jours à 17h30 : traite des vaches.

Fruits et légumes

L'artichaut camus de Bretagne. En Bretagne, on cultive surtout le camus de Bretagne, le plus volumineux des artichauts puisque deux ou trois têtes suffisent pour faire le kilogramme. Plus filandreux que les autres variétés, le camus se consomme bouilli ou à la vapeur. Pour le consommer : on trempe la base de ses feuilles dans une vinaigrette et on peut farcir ses fonds d'artichauts. L'artichaut en général, et le camus en particulier, est peu calorique et riche en fibres et en minéraux. La Bretagne assure les trois quarts de la production nationale.

Le chou-pommé breton. Le chou pommé concerne en Bretagne quatre variétés : le chou vert de Milan, le chou vert de type cabus, le chou blanc et le chou rouge. La production a lieu de septembre à avril, les trois-quarts des choux pommés se récoltant en hiver. Le plus cultivé dans la région est le chou vert de Milan, reconnaissable à ses feuilles finement cloquées et couvertes d'un réseau de nervures saillantes. Le chou vert de type cabus est rond ou pointu, à feuilles lisses. Le chou blanc, de type cabus, est rond, à feuilles lisses et serrées, de couleur vert blanc à blanc. Enfin, le chou rouge ressemble au chou blanc, mais ses feuilles prennent une couleur rouge allant jusqu'au carmin.

Le chou-fleur breton. Le chou-fleur n'est rien de moins qu'un chou (chou-pommé) dont on mange les inflorescences, appelées fleurs ou florettes. Il existe plusieurs centaines de variétés de choux-fleurs aux couleurs diverses : verts, violets et même oranges. Peu calorique et contenant beaucoup de calcium, de magnésium, de potassium ou encore des vitamines, ce légume est succulent cru, bien qu'on le prépare le plus souvent en gratin, en purée, en potage... ou tout simplement en salade avec une vinaigrette.

La pomme de terre primeur bretonne. Avec l'artichaut camus de bretagne, le chou-pommé et le chou-fleur, la pomme de terre primeur bretonne est un produit phare de la " ceinture dorée ", cette bande légumière qui ceinture la péninsule armoricaine de la baie du Mont-Saint-Michel à la région nantaise. Le terme de " primeur " induit une pomme de terre récoltée avant maturité, encore gorgée d'eau et de sucre et peu enclin à la conservation. Sa chair est ferme et délicate, sa saveur enrichie par les embruns marins.

Pains, pâtes
Pains

Le god chial (autres appellations : gostial, cochetial, goth). De la forme d'une miche, ronde et galbée, le gotchial est une espèce de pain brioché typique de la presque-île de Rhuys. On peut s'en procurer sur une bonne partie du golfe du Morbihan, de Port-Navalo et de Saint-Gildas à Sarzeau, ou encore d'Arzon et de Saint-Armel à Vannes. Il se compose de farine de blé, de pâte à pain fermentée, de lait frais, de beurre, de sucre, d'oeufs, de levure de boulanger et d'une pointe de sel. Sa particularité réside dans une croûte brillante marron clair et relativement épaisse, et une mie crème particulièrement dense qui retarde son rassissement.

Pâtes

Le Fars Pod. Le fars (farz ou far) est une pâte de blé noir (farz-gwiniz-du), quelque fois de froment (farz-gwiniz), et parfois des deux réunies (farz-daou-hanter), qui cuit dans un sac de toile suspendu à l'intérieur d'un pod (pot ou marmite) et que l'on débite ensuite en tranches pour manger par exemple avec le lard, ou bien que l'on émiette en la roulant entre ses paumes, dans l'assiette creuse où l'on servait le pot-au-feu breton (kig-ha-fars). Cette pâte de céréales est issue d'une bouillie de farine délayée au lait, enrichie tantôt de crème fraîche et d'oeuf, tantôt d'oignons ou d'herbes, tantôt de saindoux ou de chair à saucisse ou encore de raisins secs ou de pruneaux.

Huiles, épices, condiments
Condiments

La salicorne. Plante des rivages et des lieux salés, la salicorne est utilisée comme condiment dans la cuisine locale, notamment sur le poisson. Son goût particulier est délicieux sur les pommes de terre à la braise, avec du beurre et de la fleur de sel. Récoltée au printemps lorsqu'elle est encore verte et tendre, elle se conserve dans le vinaigre, tout comme les cornichons.

Epices

Le Kari Gosse. Préparation d'épices de la région lorientaise, légèrement pimentée, le Kari Gosse s'utilise pour différentes préparations culinaires comme par exemple les poissons et les crustacés. On ne citera ici qu'une recette, celle du homard au Kari Gosse ! Si ce mélange d'épices reste secret, l'arôme et la couleur du produit permettent de dire que clous de girofle et curcuma entrent dans sa composition. Fabriqué de manière artisanale, on peut se procurer le Kari Gosse dans les pharmacies de Lorient et de sa région.

La Spiruline Marine

Elaborée sur la presqu'île de Rhuys près de Sarzeau, venez découvrir les bienfaits de la première Spiruline 100 % eau de mer ! Considérée comme un super-aliment, grâce à son très fort taux en protéine (de 50 à 70 % pour 100 g), et de son fer parfaitement assimilable par l'homme, la spiruline marine permet, grâce notamment à la présence de vitamine B 12 de développer d'autres produits pour la cosmétique, la nutrition ou pour l'élaboration de recettes sucrées ou salées par les chefs de cuisine à la pointe de l'innovation.

Douceurs
<p>Le kouign-amann est une spécialité régionale, originaire de Douarnenez.</p>

Le kouign-amann est une spécialité régionale, originaire de Douarnenez.

La Niniche de Quiberon. Véritable fer de lance gourmand à Quiberon, la Niniche est une petite sucette cylindrique de 9 à 10 centimètres, aussi dure que de la porcelaine, déclinée dans une cinquantaine de parfums différents ! Sa fabrication commence dans un chaudron de cuivre dans lequel ont été dissous le sucre de canne et le glucose (un sucre de maïs), le beurre frais et le sel de guérande. On y ajoute éventuellement du lait concentré pour les niniches au caramel ainsi que des essences naturelles pour les niniches aux fruits. Ce mélange est porté à 140 °C, puis versé sur une table froide sur laquelle on le travaille manuellement. Ensuite, il est étiré au crochet, afin de lui donner sa texture satinée et nacrée. Son passage à la rouleuse donne ensuite naissance à la niniche telle que nous la connaissons. Inventées à Quiberon en 1946 par Raymond Audebert (également fondateur de la confiserie artisanale " La Maison d'Armorine "), les sucettes se dégustaient chaudes à l'origine.

Les caramels au beurre salé breton. En Bretagne, le caramel au beurre salé est une star à part entière. Si chaque artisan possède sa propre méthode et ses secrets, la fabrication du caramel reste toujours la même : beaucoup de sucre mélangé à de l'eau et cuit à feu fort pour obtenir la caramélisation. Ensuite, le beurre salé intervient, une évidence en Bretagne. On peut également rajouter de la crème fraîche et du sel. Le produit est décliné de plusieurs manières : en bonbons, en sucettes, en glace, à tartiner...

Eaux minérales, boissons locales
Boissons locales ou d'ailleurs

Le Morbihan peut s'enorgueillir de produire des boissons variées qui font la réputation du savoir-faire de nos industriels ou agriculteurs.

Le cidre. Les pommes, une fois cueillies, sont stockées dans des sacs en toile, triées et assemblées entre variétés plus ou moins sucrées. A maturité, l'exploitant les mélange à de l'eau-de-vie qui les fait fermenter. On le boit, fermier, bouché, traditionnel, brut ou sec et il accompagne crêpes et galettes à merveille.

La bière. Les brasseurs sont de plus en plus nombreux en Bretagne. Les bières les plus connues sont la Coreff (Morlaix), la Telenn Du, au sarrasin, ou encore la Blanche Hermine, de la cervoiserie Lancelot, mais aussi la bière à l'eau de mer de la brasserie Mor-Braz. Les bières bretonnes sont souvent très houblonnées, peu pasteurisées et élevées de façon traditionnelle.

La cervoise. C'est l'ancêtre de la bière. Non houblonnée, la cervoise est obtenue à partir d'orge ou d'autres céréales comme le méteil. Elle peut être parfumée avec des herbes aromatiques comme la menthe.

Le chouchen. Il s'agit du nom breton de l'hydromel, appelé " chemillard " en Pays Gallo et " chouchen " en Pays Breton. Alcool à base de miel et d'eau, auquel on rajoute un peu de levure, il fermente très rapidement mais son goût se forme lentement. Le degré d'alcool ne dépasse jamais les 19 à 20 degrés.

Breizh Cola. Créé en 2002 par deux amis Stéphane Kerdodé et Eric Ollive, Breizh Cola est le premier cola régional, nouvelle alternative locale et d'une très grande réussite. Aujourd'hui, on trouve également du Breizh Thé, Breizh Agrumes, Breizh Limonade...

Le pommeau. Le pommeau est un apéritif à base de jus extrait de la pomme et d'eau-de-vie de cidre de Bretagne.

L'eau minérale. La Bretagne compte un bon nombre de sources comme celle de Commana, entretenue par La Société des Eaux du Massif Armoricain.

Alcools et spiritueux
Bières, cidres

Le cidre. C'est la boisson emblématique de la Bretagne. Apprécié pour son côté délicieusement pétillant et désaltérant, on l'utilise aussi bien pour agrémenter une recette que pour accompagner certains plats et desserts tels que les galettes et les crêpes dont il est indissociable. On peut aussi, tout simplement, le déguster à l'apéritif, nature ou avec de la crème (kir breton). Comme partout en Bretagne, le Morbihan produit aussi ses cidres. Autour du golfe, on élabore un cidre d'une grande finesse, le fameux cidre label rouge Royal Guillevic : un cidre aux arômes de fruits frais élaboré à partir d'une seule variété de pomme à cidre, la Guillevic (c'est l'un des seuls cidres " mono-variétaux ").

La bière. C'est en 1990 que Bernard Lancelot, angevin d'origine, a sorti sa première cuvée de cervoise dans sa brasserie du Roc Saint-André, installée dans une ancienne mine d'or. Brune, ambrée, dorée, rouge ou noire, les amateurs n'ont que l'embarras du choix. Aux couleurs s'associent des parfums, saveurs raffinées, mais aussi des contes et légendes bretonnes. Alors, blé noir, baie de sureau, froment ou malte d'orge  ? Difficile de trancher. Il faut y revenir, goûter et se laisser tenter selon l'humeur du jour. Et ce, avec modération, bien entendu  !

La bière à l'eau de mer. Tout à la fois douces et légèrement iodées, les bières de la brasserie, qui ont ce petit parfum inimitable du terroir breton et du grand air marin, sont particulièrement appréciées des amateurs. La brasserie se visite, avec, à la clé, dégustation de la Mor Braz (bière blonde légèrement ambrée dont le parfum évoque l'air de la mer sur un fond de pur malt) et de l'Océane (bière blonde légèrement maltée avec une pointe sucrée).

Alcools, eaux de vie et liqueurs

Le chouchen, ou encore la boisson des dieux, est aujourd'hui surtout appréciée en apéritif mais peut être dégustée à n'importe quel moment, avec modération bien entendu ! Pour la petite histoire, on dit que les anciens Celtes s'en gobergeaient, et n'aimaient rien tant que de la déguster dans le crâne de leurs ennemis... On n'en demandera pas tant... Et pour ceux qui ne connaissent pas le chouchen, on vous en donne une petite explication : il s'agit d'une fermentation de 2 à 6 mois de miel en présence d'eau et de levure de pomme ou de vin. On en trouve des pétillants, des secs, des moelleux, des demi-secs et depuis peu... un vinaigre.

Le Lambig. C'est l'eau-de-vie de cidre 100 % bretonne, encore connue sous le nom de Fine Bretagne. Il s'agit là d'un alcool de pommes aux douces notes fruitées, élaboré à partir du cidre. Généralement, vu sa forte teneur en alcool, le Lambig se déguste comme digestif, à la fin du repas, mais on peut éventuellement le servir en apéritif avec des glaçons et de la crème de fruits. Il s'utilise également en cuisine pour flamber une crêpe par exemple.

Le gin breton

Un nouveau gin a vu le jour sous la houlette de trois passionnés de mer et amateurs de spiritueux. La distillerie en cours de progression, avec l'installation d'un alambic " stupfler " en cuivre, est située sur la commune de Plougoumelen près de Vannes. Le gin H2B (initiale des noms de ses créateurs) se distingue par un nez légèrement herbacé et iodé grâce aux plantes océanes sélectionnées sur les côtes iodées bretonnes - criste marine, genièvre, thym, dulse. Larguez les amarres et partez à la découverte de ce gin au caractère bien trempé dans les meilleurs caves et bars locaux.

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
  • Traversée Maritime
  • Parkings Aéroport/Gare
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Votre logement AirBnB
  • Location de vacances
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Réserver une croisière
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité

Organiser son voyage dans le Morbihan

Transports
  • Vol pas cher
  • Location voiture
  • Traversée Maritime
  • Parkings Aéroport/Gare
Hébergements
  • Trouver un hôtel
  • Location Airbnb
  • Location de vacances
Séjours
  • Voyage sur mesure
  • Réserver une croisière
Services / Sur place
  • Réserver une table
  • Activités & visites

Adresses Futées du Morbihan

Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour exceptionnel pour 2 personnes en Champagne !

Un séjour exceptionnel pour 2 personnes en Champagne avec l'Office de Tourisme du Grand Reims .