Guide de PORTO : Porto en 20 mots-clés

Azulejos
<p>Eglise Ildefonso, Porto.</p>

Eglise Ildefonso, Porto.

Les fameux carrelages portugais sont présents sur les façades des immeubles historiques et des églises. Si au départ l'utilisation des azulejos était chère et réservée uniquement aux panneaux décoratifs, avec le temps et la découpe industrielle des pièces, on a pu habiller les façades des maisons. Autrefois très appréciés car plus durables que la peinture, les azulejos permettaient aussi de garder la fraîcheur à l'intérieur des immeubles en été. La gare de São Bento présente un intérieur unique, tout serti d'azulejos.

Majestic

Majestic, Guarany, voilà deux enseignes emblématiques parmi les innombrables cafés de la ville. Parmi eux, le Majestic règne en maître, ce véritable point d'intérêt de Porto apparaît même sur les plans touristiques. Certains après-midi, touristes et clients locaux font la queue dehors, tant la demande est grande. A l'intérieur du majestueux établissement, on appréciera la variété des cafés et des gâteaux gourmands, ainsi que les tenues surannées des serveurs, tout en profitant des mélodies jouées au piano.

Caves à vin

Le fameux vin de Porto vieillit dans les caves à vin situées à Vila Nova de Gaia, sur la rive gauche du Douro. Elles sont nombreuses et ouvrent souvent leurs portes aux légions de touristes assoiffés... de connaissances. L'ambiance, les arômes de vin émanant des barriques et les dégustations font de la visite un passage obligatoire à Porto.

Collines

A Porto, mieux vaut avoir de bonnes jambes et de bonnes chaussures. La plus grande partie de la ville est tout en montées et descentes. Il n'y a pas d'ascenseur comme à Lisbonne, mais un funiculaire facilite la tâche des piétons fatigués qui veulent aller de la Ribeira vers la ville haute.

Coq de Barcelos

A force de voir l'animal dans toutes les boutiques de souvenirs, on aurait tendance à croire que le nom Portugal vient de Portus Gallus (" le port du coq ", en latin de cuisine). Pas du tout. En revanche, c'est bien l'emblème du pays, et la légende de Barcelos, ville au nord du pays, lui est consacrée. Il était une fois... un pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Accusé à tort d'un vol, il est traîné devant les juges en plein déjeuner. Pour prouver sa bonne foi, il affirme que le coq chantera. Petit détail : ledit coq, déjà rôti, trône sur la table. Et... Cocorico ! Le coq se met à chanter, le pauvre pèlerin est sauvé et édifiera un calvaire en l'honneur du caïd des basses-cours.

Patrimoine mondial

Inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1996, Porto possède un ensemble architectural d'une grande richesse. Sans aucun doute, ses bâtiments et ses églises aux façades en azulejos donnent un charme spécial à la ville qui attirent de nombreux touristes. Une centaine de monuments classés sont visibles dans le centre historique, entre la ville haute, les quartiers de Ribeira et de Miragaia, ou encore le couvent Agostinho da Serra do Pilar, situé de l'autre côté du Douro.

Eglises

Les nombreuses églises construites à Porto sont les témoins de la ferveur de la foi catholique des Portugais. On en compte une trentaine en ville, dont plusieurs sont recouvertes de beaux azulejos et de style baroque à l'intérieur. La cathédrale de Sé, dans la ville haute, est un monument architectural imposant et possède un autel recouvert de plus de 700 kg d'argent.

Francesinha

Ce mot ne signifie pas " petite Française ", même si le chef cuisinier inventeur de ce copieux sandwich a trouvé l'inspiration en France pour créer cette recette originale. Composée d'une ou deux tranches de jambon, une escalope de porc et une saucisse de Strasbourg, le tout entre deux tranches de pain de mie recouvertes de fromage et d'une sauce spéciale piquante, la francesinha est une spécialité locale qui s'affiche partout à Porto. A essayer à tout prix, d'autant que ce n'est pas cher pour ce que c'est... et c'est très copieux.

Librairies

Toutes les grandes villes regorgent de librairies, mais peut-être à Porto plus qu'ailleurs. Ici se trouve celle des frères Lello, élue par certains critiques la meilleure et la plus jolie au monde, un vrai bijou de style Art nouveau et néogothique. D'autres libraires indépendantes disputent aussi l'attention des lecteurs. Certaines sont spécialisées dans les livres anciens, d'autres dans la BD, d'autres plus récentes dans les livres d'art. L'offre est large et l'ambiance bien différente des grands magasins bruyants aux fortes lumières artificielles. Le bonheur pour les lecteurs qui aiment passer du temps à faire des trouvailles.

Marché du Bolhão

Fruits, légumes, poissons, fleurs, on peut tout trouver dans le grand marché du Bolhão. Construit entre 1914 et 1917, ce marché en structure métallique fut projeté par l'architecte Correia da Silva. Comme il s'était dégradé, la mairie a failli le faire disparaître, mais sous la pression de la population, ce projet funeste a été abandonné. Le marché, actuellement en phase de restauration, continue de fonctionner tous les jours mais dans un autre bâtiment situé à quelques mètres de son enceinte historique et ce pour au moins jusqu'à la mi-2019, si tant est que l'on puisse croire en la date officielle de fin de travaux.

Pastelaria

Les pâtisseries portugaises sont omniprésentes et offrent, dans la plupart des cas, un endroit où s'asseoir afin que le client puisse déguster sa sucrerie sur place avec un petit café. En vitrine ce sont surtout les pâtisseries conventuelles à base de jaunes d'oeuf qui sont présentés. Très sucrées, mais délicieuses, elles seront sûrement pour quelque chose lors du prochain étonnement sur la balance.

Matosinhos

Banlieue nord-ouest de Porto, Matosinhos est le lieu de rendez-vous des amateurs des produits de la mer. C'est ici que se situent le port et la Lota, marché où le poisson est négocié et vendu en gros. En conséquence, un grand nombre de restaurants spécialisés s'y sont installés. Cependant la qualité et la quantité de poissons n'attirent pas seulement les clients, mais aussi les mouettes, qui survolent en grand nombre la Lota et les barbecues des restaurateurs installés sur le trottoir tous les midis. Lors des samedis midis animés, on pourrait presque se croire dans le film de Hitchcock, attention à vos têtes !

Ponts

Au total six ponts relient les marges du Douro à Porto. Ils sont emblématiques de la ville et font partie de son histoire. Le plus connu est sans doute le pont Luis I, classé au patrimoine mondial. Souvent attribué à tort à Gustave Eiffel, le pont a en effet été dessiné par son associé Teófilo Seyrig. Eiffel, lui, signa le pont Maria Pia inauguré en 1877 et actuellement inaccessible pour des raisons de sécurité, en attendant une restauration retardée d'année en année.

Porto (ou le vin de Porto)

Le vin de Porto est sans doute l'un des grands points d'attrait de la ville et le symbole de sa culture. Ruby, Tawny, Branco, Lagrima, Vintage, il y a tout un vocabulaire à apprendre pour découvrir les secrets de ce vin si particulier.

São João

La Saint-Jean, fêtée à Porto dans la nuit du 23 au 24 juin, est une tradition et peut-être la fête populaire la plus importante. A cette occasion, des dizaines de milliers de personnes sortent dans les rues pour se rencontrer, se taper sur la tête à coups de marteau et assister aux feux d'artifice. Durant la période de la São João il est aussi coutume d'offrir un pot de basilic accompagné d'un petit mot aux amis et aux proches.

Serralves

Le musée d'Art contemporain de Serralves est installé dans le quartier de Foz do Douro dans un bâtiment sobre signé Siza Vieira. C'est le plus grand complexe multiculturel du nord de Portugal et en plus des expositions permanentes et temporaires qu'il héberge, l'espace présente un magnifique jardin où il fait bon se promener, une librairie et un restaurant. Le complexe fait partie de la Fondation Serralves qui a pour but de sensibiliser le public à l'art contemporain et à l'environnement. C'est l'un des lieux emblématiques de la ville contemporaine et cosmopolite qu'est devenue Porto.

Soupe
<p>Sopa Açorda.</p>

Sopa Açorda.

Les Portugais sont des fans des soupes. Les Portuenses (habitants de Porto) ne font pas exception. En hiver ou en été, sous une température de 40 °C, qu'importe, tous les jours sont bons pour manger une soupe. Elle est souvent faite à base de légumes et servie en entrée. Des restaurants spécialisés en proposent également d'infinies variétés.

Tascas

Simples et bon marché, sans pourtant négliger la qualité, les tascas sont une aubaine pour les touristes au budget serré. Ces restaurants populaires sont très fréquentés par une clientèle locale et proposent souvent un menu réduit et un plat du jour. C'est une excellente façon de goûter aux plats typiques et de se mélanger à la vie de la ville. Porto est réputée pour sa cuisine généreuse et très copieuse. Bien souvent une demi-dose suffira entièrement à combler votre appétit.

Tripas

En 1415, Henri le Navigateur monta une importante expédition pour aller conquérir Ceuta en Afrique du Nord. La ville fut rudement mise à contribution, et les habitants ne trouvèrent plus que les abats à manger, car il fallait assurer l'approvisionnement des garnisons en vivres. C'est de là que naquit l'expression les tripeiros (" les mangeurs de tripes "), nom donné aux gens de Porto. Aujourd'hui les tripes à la mode de Porto sont un plat traditionnel consommé au quotidien par les habitants de la ville.

Vinho Verde

Un vin plutôt fruité et léger, légèrement pétillant produit dans la région nord-est du Portugal, plus précisément dans le Minho. Avec son degré d'alcool peu élevé, il est apprécié en entrée. Son nom ne vient pas de sa couleur, comme on pourrait le croire, mais plutôt du fait que c'est un vin dont le raisin est cueilli avant maturité. A boire bien frais.

Faire / Ne pas faire

Porto, comme le Portugal, est une destination sûre, les visiteurs peuvent se sentir tranquilles pour se balader. Cependant les consignes habituelles de sécurité sont toujours nécessaires : il faut éviter de se promener seul tard la nuit, les filles en particulier seront prudentes en sortant de boîte de nuit, et faire attention à ses affaires dans les lieux très fréquentés.

Dans les restaurants bondés, inutile de s'offusquer de ce qu'aucun serveur ne vienne ou ne précise le temps d'attente avant qu'une table ne se libère, surtout le samedi soir. Ici, tout le monde est logé à la même enseigne, il faut prendre son mal en patience, chaque nouveau client est installé dès que possible.

Il n'y a pas de règle quant aux pourboires, mais ils sont toujours appréciés. Le montant à laisser varie selon l'addition.

Eviter de parler de l'équipe de football de Benfica à un Portuense. Il pourrait le prendre très mal.

Eviter de dire que Lisbonne est plus belle que Porto.

Boire un verre de porto comme on boit un verre de vin. Le taux d'alcool du porto est bien plus élevé et doit être dégusté avec plus de modération.

Adresses Futées de PORTO

Où ?
Quoi ?
Avis