Deuxième île de l'archipel des Açores de par sa superficie, Pico est pourtant très peu peuplée. Et, à l'exception de ses trois gros bourgs (Madalena, Lajes do Pico et São Roque), l'île est assez déserte pour qu'on puisse l'arpenter pendant des heures sans croiser grand monde. On aurait bien tort, cependant, de se fier à ce calme. L'île, qui doit son nom au volcan qui en constitue une large partie (2 531 m, le plus haut sommet des Açores et du Portugal), abrite quelques-uns des habitants les plus " singuliers " de l'archipel, mais les plus accueillants aussi. Madalena, qui bénéficie des liaisons par la vedette, est le plus gros bourg de Pico et joue les capitales informelles de l'île, abritant les principales agences bancaires, un gros bureau de poste, l'hôtel le plus récent et quelques commerces. Rien pourtant qui puisse faire penser à une capitale au sens classique. Il s'agit plutôt d'un chef-lieu de canton, au rôle contesté par les deux autres petites villes, d'une capitale du seul fait de son conselho (la division administrative de base au Portugal), l'un des trois qui existent à Pico.

Il est difficile à Pico de parler de Madalena comme de la ville principale sans soulever la colère ou la méfiance des habitants des autres bourgs, tous étant persuadés de vivre dans leur capitale personnelle.

Lors de la division en trois concelhos, il fut question d'attribuer le sommet de Pico, point culminant non seulement des Açores mais de tout le Portugal, à l'une des trois municipalités, une décision qui risquait de provoquer une guerre civile. C'est finalement un jugement de Salomon qui prévalut : l'île fut divisée en trois triangles approximatifs dont chacun possède une pointe aboutissant exactement au sommet du Pico.

Conséquence consternante de cette rivalité : l'absence d'hôpital sur l'île, aucun accord n'ayant pu être trouvé quant à son emplacement. Les habitants de Pico en sont donc réduits, lorsque leur état dépasse les compétences des trois dispensaires destinés aux premiers soins, à prendre la vedette pour Faial. Si vous prenez le bateau, vous verrez d'ailleurs une salle médicalisée avec deux lits, sur le côté. Lors de notre séjour sur place en 2010, les autorités avaient pour projet de mettre en place un hélicoptère entre Pico et Faial pour plus de rapidité... Les habitants ironisaient " On n'a pas d'hôpital mais ils vont nous donner un hélicoptère ! Quelle bonne nouvelle... "

Par ailleurs, essayez, si vous aimez le risque, de dire à un ancien baleinier de São Roque que ses collègues de Lajes se débrouillaient mieux, et vous comprendrez que les histoires de harpons, qui visaient parfois l'embarcation voisine plutôt que le cachalot, ne sont pas toutes des légendes... En fait, on vous dira probablement que tout guide touristique honnêtement rédigé devrait ignorer les Açores entières, sauf Pico, et de l'île ne retenir qu'un tiers, tiers variable suivant l'interlocuteur.

Les lieux incontournables de PICO

Organiser son voyage à PICO

Photos de PICO

14.95 €
2018-04-25
312 pages
Avis