MUSÉE DU GÉNOCIDE DE TUOL SLENG

+855 23 6 555 395
+855 23 6 555 395
Plaque millesim 2018

Difficile d'imaginer un séjour à Phnom Penh sans visiter au moins une fois le musée de Tuol Sleng, plus connu sous le nom de S21. Entre 1975 et 1979, cet ancien lycée construit sous le protectorat français a été le lieu des pires atrocités commises par les Khmers rouges lors du génocide. Près de 18 000 hommes, femmes et enfants y ont été incarcérés, torturés et exécutés. Douze seulement ont survécu à l'horreur : sept adultes et cinq enfants, cachés sous un tas de vêtements ayant appartenus aux prisonniers, et libérés par les Vietnamiens lors de la prise de Phnom Penh le 7 janvier 1979.

Visiter S21 est avant tout un devoir de mémoire, pour ne pas oublier la folie collective et sanguinaire qui a habité le régime du Kampuchéa démocratique. Lieu de recueillement, une tenue correcte y est exigée. Utiliser l'audio-guide est particulièrement conseillé : remarquablement réalisé, il donne de nombreux détails sur l'organisation de la prison, les conditions d'incarcération, la vie de certains prisonniers et des responsables du camp. Les photos et le récit de l'audioguide sont extrêmement choquants, à tel point que la direction du musée déconseille la visite aux enfants de moins de 14 ans.

S21 s'étendait bien au-delà du lycée en lui-même : les maisons alentour servaient de logements à l'administration ou de centre de torture pour les prisonniers les plus importants. De vastes zones aux alentours ont été mises en culture afin de pouvoir nourrir le personnel et les prisonniers. Aujourd'hui, seul les bâtiments du lycée gardent en mémoire les atrocités qui y ont été commises.

L'école de Chao Ponhea Yat se composait de cinq bâtiments de deux étages, formant un U autour d'une cour intérieure. C'est dans cette ancienne cour de récréation que commence la visite, avec les 14 tombes des derniers prisonniers exécutés par les khmers rouges, et dont les corps mutilés ont été trouvés par l'armée vietnamienne. La visite commence alors dans les bâtiments. Si certaines salles de classes ont été converties en centre de torture, la grande majorité abritait les prisonniers, soit dans des cellules collectives où s'entassaient plus de 50 prisonniers, les pieds attachés à des barres de fer, soit dans des cellules individuelles d'environ deux mètres carrés. Des barbelés avaient été installés aux étages pour empêcher les prisonniers de se suicider : le droit de vie ou de mort n'était réservé qu'à la direction du camp. Tous les jours, des fouilles systématiques étaient menées par les gardiens : un stylo pouvait servir à s'ouvrir la gorge, un boulon ou une vis pouvaient être avalés afin de se donner la mort et ainsi de suite.

Les premiers détenus étaient d'anciens responsables du régime de Lon Nol. A partir de 1976, la paranoïa des dirigeants de l'Angkar (« L'organisation », le surnom du parti communiste khmer) a conduit à une purge systématique de la population cambodgienne : les intellectuels et les moines ont été les premiers visés. Le simple fait de porter des lunettes ou de parler une langue étrangère signifiait une condamnation à mort. De nombreux innocents ont été arrêtés après des dénonciations calomnieuses. Des étrangers, principalement des Vietnamiens, mais aussi quelques occidentaux (dont quatre Français) ont été incarcérés et exécutés à S21. Puis, dans les années qui suivirent, de nombreux cadres et subalternes de l'Angkar, soupçonnés d'être des traites, ont rejoint les rangs de leurs anciennes victimes. Des gardes de S21, généralement des adolescents, ont également été incarcérés après avoir manqué au règlement drastique mis en place par l'administration.

Les prisonniers n'avaient pas le droit de communiquer entre eux, devaient faire leurs besoins dans des caisses de munitions américaines (dont on voit encore la trace dans certaines cellules) et ne pouvait boire de l'eau sans autorisation. En guise de repas : quatre cuillères d'un infâme gruau de riz deux fois par jour et un bol de soupe où nageaient quelques feuilles. La promiscuité et le manque d'hygiène (en guise de douche, les prisonniers étaient aspergés à la lance à incendie une fois tous les quatre jours) causaient de nombreuses maladies. L'équipe médicale, inexpérimentée, n'était là que pour maintenir en vie les prisonniers après les séances de torture.

Le directeur du camp, Khang Khek Leu, un ancien instituteur qui se faisait appeler camarade « Douch » et dont le retentissant procès s'est ouvert en 2009, avait mis en place un système quel seuls les régimes totalitaires sont capables de créer. Le personnel du camp était divisé en quatre sections : la photographie, l'administration, la surveillance et l'interrogation. Il était interdit à chaque section de faire le travail de l'autre. Par exemple, si un garde assigné à la surveillance tabassait un détenu, il était aussitôt arrêté et rejoignait les rangs des prisonniers. A l'arrivée des déportés, la procédure restait invariablement la même : chaque personne était photographiée, puis déshabillée, fouillée et interrogée une première fois. La biographie complète du prisonnier, depuis sa naissance, jusqu'à son arrestation, était consignée puis archivée. Puis, après deux ou trois jours, les interrogatoires commençaient.

Trois groupes s'occupaient des séances de confession : les « gentils », qui n'avaient pas le droit de porter la main sur les prévenus, les « mordants », qui s'occupaient des cas les plus importants, et les « chauds » qui pouvaient user des tous les moyens qui leur semblaient bons pour extirper des aveux. Les « chauds » commençaient en général par un passage à tabac en règle, et si cela ne suffisait pas, des moyens extrêmes étaient utilisés. Pinces chauffées à blanc pour arracher les chairs, insectes venimeux placés sur les organes génitaux, électrocution, « waterboarding », étouffement avec un sac en plastique, pendaison par les pieds jusqu'à l'évanouissement (pour les réveiller, les gardiens les plongeaient dans des jarres remplies d'eau croupies et d'excréments), etc. Si le viol était proscrit par le camarade Douch, certains gardiens n'ont pas hésité à agresser sexuellement des détenues (pris sur le fait, les gardiens rejoignaient le rang des prisonniers). Lorsque le prisonnier craquait enfin, il avouait travailler pour le KGB ou la CIA, dénonçait des membres de sa famille, qui étaient ensuite arrêtés et conduits à S21. Et tout recommençait. Ses confessions sous la torture étaient absurdes : un Américain arrêté dans les eaux territoriales khmères alors qu'il faisait un tour du monde en bateau, avait avoué que son contact à la CIA était le colonel Sanders, le fondateur de la célèbre marque de poulet frit américain.

Sur les murs de la prison étaient inscrites les règles que devaient suivre les déportés (retranscrites ici avec les fautes de grammaire d'origine) :

Réponds conformément à ma question que je t'ai posé. N'essaie pas de détourner la mienne.

N'essaie pas de t'échapper en prenant des prétextes selon tes idées hypocrites. Il est absolument interdit de me contester.

Ne fais pas l'imbécile, car tu es l'homme qui s'oppose à la révolution.

Réponds immédiatement à ma question sans prendre le temps de réfléchir.

Ne me parle pas de tes petits incidents commis à l'encontre de la bienséance. Ne parle pas non plus de l'essence de la révolution.

Pendant la bastonnade ou l'électrochoc, il est interdit de crier fort.

Reste assis tranquillement. Attends mes ordres, s'il n'y pas d'ordre, ne fait rien. Si je te demande de faire quelque chose, fais-le immédiatement sans protester.

Ne prends pas prétexte sur Kampuchéa Krom pour voiler ta gueule de traitre.

Si vous ne suivez pas tous les ordres ci-dessus, vous recevrez des coups de bâton, de fils électrique et d'électrochocs (vous ne pourrez pas compter ces coups).

Si tu désobéis à chaque point de mes règlements, tu auras soit dix coups de fouets, soit cinq électrochocs.

 

Les prisonniers étaient maintenus en vie pendant deux à trois mois, parfois plus longtemps pour les plus importants. Puis, une fois que leurs aveux semblaient suffisants à la direction du camp, ils étaient exécutés. Les premières années, ils étaient tués sur place, puis par manque de place et par souci d'hygiène, les condamnés étaient amenés à une dizaine de kilomètres au sud du camp, sur le site de Choeung Ek, aujourd'hui appelé « Killing Fields ».

Ce système kafkaïen de la torture a duré pendant quatre ans. Le soin apporté par Douch aux archives du camp est étonnant : garder une trace écrite de cette industrie de la mort peut sembler absurde, mais comme pour les camps nazis, la direction de S21 était persuadée du bien-fondé de leur méthode et de la pérennité du régime qu'ils étaient en train de créer. Alors que Pol Pot donne l'ordre d'évacuer S21 le 5 janvier 1979, Douch n'a pas le temps de détruire ces archives. Toutes les photos des prisonniers prises lors de ces années sanglantes, souvent d'inconnus, sont maintenant exposées dans les anciennes cellules. Marcher avec tous ces regards posés sur vous est une épreuve difficile, mais libératrice pour les familles des victimes, qui se rendent toujours aujourd'hui à S21, dans l'espoir d'identifier un proche disparu pendant le règne du Kampuchéa démocratique.

Dans les derniers bâtiments sont exposés les instruments de torture mais aussi des peintures d'un ancien prisonnier, Bou Meng, gardé en vie par ses geôliers afin de sculpter des bustes de Pol Pot ; sa femme a été tuée à S21. Ces œuvres, d'une violence inouïe, apportent un témoignage glaçant sur les conditions de vie des prisonniers. Bou Meng est toujours en vie, et donne régulièrement des conférences aux jeunes générations, afin que la mémoire du génocide perdure le plus longtemps possible. Mémoire que chaque visiteur de S21 doit garder en lui et transmettre.

Je gagne 100 foxies
Partagez ce bon plan

Adresse et contacts :
MUSÉE DU GÉNOCIDE DE TUOL SLENG

Rue 113
  Phnom Penh
Cambodge
Voir sur la carte
  • +855 23 6 555 395

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Votre logement AirBnB
  • Location de vacances
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Réservez une croisière
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Avis des membres sur MUSÉE DU GÉNOCIDE DE TUOL SLENG

Note générale : 4.5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
23 avis
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en mai 2019
Un musée incontournable de Phnom-Penh
Cette prison doit absolument être visitée pour réellement comprendre le drame khmer rouge. L'audio-guide fourni permet une très bonne compréhension du système de Pol Pot, de la vie dans S21 et du quotidien des prisonniers. Une visite difficile dont on ne sort pas indemne..
Avis déposé le 05/07/2019 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en juin 2019
Les tarifs ont augmenté
5$ l'entrée
3$ l'audio guide
Forcément un endroit où vous allez vous rendre si vous allez a Phnom Penh.
L'audio guide est un vrai plus est vous plonge dans l'horreur de la transformation de ce qui était un établissement scolaire en lieu de torture avant extermination. Ce lieu ne vous laissera pas indifférent mais ne vous ruinera pas non plus car l'audio guide est très bien fait vous pouvez sauter les passages difficile ou revenir en arrière.
Si vous avez des doutes sur l'utilisations demandez a l'entrée. Il n'est aps rare de pouvoir rencontrer les quelque survivant qui on un espace de rencontre dédié à la fin de la visite.
Avis déposé le 03/06/2019 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en avril 2019
incontournable !
S21, un symbole au Cambodge, on ne sort pas indemne de cette visite. Le Cambodge a vécu des heures sombres. Le camp S21 est a visiter pour éviter de retomber dans l'horreur. Si vous allez avec des jeunes, il faut les préparer à cette visite.
Avis déposé le 30/05/2019 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en février 2019
Une claque
Prendre absolument l’audio-guide qui est très bien fait. Difficile d’en sortir indemne, on a du mal à comprendre l’idéologie qui soutenait une telle barbarie. Difficile de réaliser que cette ville qui se modernise vivait une telle horreur il n’y a que 40 ans. Difficile à réaliser que l’ensemble des nations démocratiques a accepté le régime Khmer rouge jusqu’en 1991. À voir absolument.
Avis déposé le 14/02/2019 
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en février 2019
Devoir de mémoire
Il faut aller à S21 pour mieux comprendre la barbarie idéologique des Kmers Rouges. On en ressort très très émus, car c'est très dur, toutes ces photos de personnes torturées, de ces instruments de torture. Prendre l'audio guide, tellement instructif
Avis déposé le 04/02/2019 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en novembre 2018
Ancienne école devenue ensuite prison des khmers rouge. Appelée S21 il y règne une ambiance très déconcertante. Les photos à l'arrivée et à la mort des prisonniers (homme, femme ou enfant), les instruments de tortures et les cellules laissées en l'état rappellent l'atrocite de cette époque. Il faut y aller pour mieux comprendre.
Avis déposé le 27/12/2018 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en février 2018
On arrive dans ce qui n'est au début qu'un simple lycée avec sa jolie cour de récré mais celui-ci a été reconverti en « bureau de la sécurité » durant la période Khmers Rouges. Dans ce centre de détention près de 17000 prisonniers ont été torturés, interrogés puis exécutés entre 1975 et 1979 sous les ordres d'une autorité "abstraite": l'Angkar. Sept seulement ont survécu. La visite est pesante, on est vite au bord de la nausée et du malaise, les visages des visiteurs sont fermés et quelquefois au bord des larmes. On ne peux pas s'empêcher de s'interroger, comment des gamins de 15 à 18 ans, encadrés par quelques idéologues ont pu se livrer à une telle barbarie. L'audioguide en français est vraiment très bien fait et il est INDISPENSABLE. Il explique clairement la chronologie et la fonction de chaque lieux mais donne aussi accès à des témoignages clefs. C'est malheureusement un endroit incontournable.
Avis déposé le 02/09/2018 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en mai 2018
Je ne connaissais pas grand chose à l'histoire du Cambodge avant d'aller dans ce pays. J'y allais surtout pour voir les temples et pourtant j'ai appris tellement de choses dans ce musée du génocide. On peut y voir à quel point le pays a souffert des Khmers Rouge et comment petit à petit il s'est reconstruit...
Ce musée est à visiter si vous souhaitez en savoir plus sur cette partie de l'histoire et comprendre comment les cambodgiens ont pu souffrir durant cette période. Prenez l'audioguide qui vous aidera durant votre visite.
Avis déposé le 04/06/2018 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en août 2017
musée trés intéressant et prenant prenez l'audio guide trés bien fait
attention aux ames sensible
Avis déposé le 26/02/2018 
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en février 2018
Visite très enrichissante. J'ai loue les services du guide francophone qui nous a en plus raconte l'histoire du Cambodge et de Pol Pot avant de nous parler des atrocités survenues dans cette prison. C'est une visite incontournable à faire à Phnom Pen pour en savoir plus sur ce génocide. Visite à compléter avec les Killing Fields.
Avis déposé le 23/02/2018 
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en janvier 2018
Ce musée est à voir absolument .Personne ne peut en sortir indemne ,prés de 20000 personnes y ont été enfermées et torturées avant d'y être exécutées entre 1975 et 1979 .
Avis déposé le 29/01/2018 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en décembre 2017
Lieu terrible ou on cherchait à forcer des personnes, y compris des enfants à avouer être au service de la CIA ou des Vietnamiens.
Le mémorial est très pédagogique, et il ne faut pas repartir de Phnom Penh sans visiter pour essayer de comprendre.
Avis déposé le 29/12/2017 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en janvier 2017
Prévoir au moins 3 h pour faire cette visite avec l'audioguide ( très documenté avec de nombreuses explications parallèles ) C'est très dur à entendre et à voir à certains moments. Un devoir de mémoire indispensable pour qui se rend à Phnom Penh.
Avis déposé le 04/12/2017 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en octobre 2017
Un passage obligé quand on va à Phnom Penh, le musée nous raconte La tragique période qu'a connu le Cambodge entre 1975 et 1979. Cette ancienne école transforme en prison durant le génocide vous témoigne des atrocités des Khmers rouges.
Avis déposé le 27/10/2017 
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en février 2017
Un musée à faire si l'on passe un séjour sur Phnom Penh. Touchant, plein d'émotions ... mais très enrichissant !
Un audioguide en français bien conçu est disponible pour le prix de 3 dollars, pour une visite plus instructive, il est conseillé de le prendre
Entrée gratuite pour les étudiants, penser à la carte
Avis déposé le 24/03/2017 
Je gagne 100 foxies

En savoir plus sur Phnom Penh

Je dépose mon avis et je gagne des Foxies

(50 caractères minimum) *
Votre photo doit respecter le poids maximal autorisé de 10 Mo
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité

    * champs obligatoires

    Pour soumettre votre avis vous devez vous connecter.

    Rejoignez la communauté

    * champs obligatoires

    Déjà membre ?

    Merci pour votre avis !
    • Bravo, votre compte a été créé avec succès et nous sommes heureux de vous compter parmi nos Membres !
    • Votre avis a été envoyé à notre équipe qui le validera dans les prochains jours.
    • Vous pouvez gagner jusqu'à 500 Foxies en complétant votre profil !
    Jeu concours

    Les jeux concours du moment

    Remportez un week-end pour 4 personnes dans la Marne !

    Un séjour exceptionnel pour 4 personnes dans la Marne, en Champagne avec l'Agence de Développement Touristique de la Marne .