Ancienne capitale du Japon, Nara est le chef-lieu du département de Nara (Nara-ken) et compte à présent 360 310 habitants (selon le dernier recensement). Cette ville a été construite sur le plateau de Yamato en 710 sous le nom de Heijō-kyō, selon les plans de la ville en vigueur sous la dynastie des Tang en Chine - soit en un carré d'environ 4,5 km de côté et divisé en plusieurs blocs ou damiers. C'est à Nara et dans ses environs immédiats que se développèrent les six sectes bouddhiques (Nanto-rokushū) qui eurent sur les empereurs une telle influence que l'un d'entre eux décida de transférer la capitale à Heian-kyō, devenue Kyōto.
Par la suite, la ville eut à vivre les guerres civiles, sans compter les incendies que lui fit subir le clan des Taira, notamment en 1180. Aujourd'hui, Nara recèle encore de nombreux trésors architecturaux et historiques, dont sept ont été classés au Patrimoine mondial de l'Unesco.
La plupart des temples et des sanctuaires sont situés dans l'immense parc de Nara ou dans sa proximité immédiate. La majorité des sites peut être découverte à pied en une journée. L'idéal est de rester deux jours pour se rendre dans les temples des alentours. D'autant qu'aujourd'hui Nara est une ville des plus plaisantes, à visiter par tous les temps et en toute saison.

Histoire.Jusqu'au VIIIe siècle, la cour impériale n'a pas de capitale fixe. Au contraire, conformément aux croyances shintō, la mort de l'empereur souillait définitivement la ville. C'est le télescopage du bouddhisme avec le shintō, dans la mesure où l'empereur, conformément aux lois bouddhiques, était incinéré, qui va permettre à l'impératrice Gemmei (662-722) de transférer la capitale à Nara, depuis Fujiwara.

Ainsi naît en 710 Heijō-kyō, capitale de la paix, et pour la première fois, capitale permanente du Japon. Contrairement à une idée fort répandue, Nara ne fut capitale que de 710 à 724. Celle-ci sera transférée plusieurs fois ensuite à Naniwa, Kuni, Shigaragi, Yugi, Nagaoka et enfin à Heian-kyō.
Nara doit son prestige à cet aspect singulier de l'histoire mais également à son site géographique. Berceau du premier Etat japonais, elle se tient au milieu des kofun, ces espèces de tumulus funéraires mégalithiques d'origine coréenne que l'on érige pour les empereurs et la noblesse entre les IIIe et VIIe siècles. Ces tumulus sont apportés vraisemblablement par des cavaliers archers qui entreprennent de conquérir le Yamato. Les plus anciens sont découverts dans le Kansai.
La capitale a parfois été déplacée au cours d'un même règne, car la cour voyage selon les clans qu'elle crée, et également en fonction des grands monastères bouddhiques qui entourent Heijō-kyō. Grâce à la proximité de grands temples tels que Hōryō-ji, le monarchisme bouddhique parvenait à contrôler la cour impériale. Contrairement à celle de Chine, la capitale japonaise n'est pas entourée de remparts. Elle est peuplée uniquement de fonctionnaires de la cour et de moines. Les classes populaires vivent dans les campagnes et ne sont représentées dans la capitale que par les domestiques et quelques artisans.
La création de Nara revêt une importance fondamentale pour l'avenir et l'histoire du Japon. C'est à cette époque que l'on exalte l'Etat, que les institutions se mettent en place et, surtout, que l'on émet de la monnaie. C'est dans ce climat, où l'influence de la religion bouddhique prend toute son importance, que Nara développe les arts. Architecture, littérature, peinture, sculpture vont trouver ici le moyen d'exalter la foi et la puissance du bouddhisme qui vient de Chine et de Corée.
En 743, l'empereur Shōmu décide la construction du Grand Bouddha de bronze. Puis, il entreprend de faire construire le Tōdai-ji pour abriter la sculpture. Sa manière à lui de rester éternel.

Les lieux incontournables de NARA

Comment partir à NARA ? Nos conseils & astuces

    Photos de NARA

    OSAKA & HYOGO

    Guide OSAKA & HYOGO

    OSAKA & HYOGO 2019/2020

    13.95 €
    2018-11-14
    216 pages
    Avis