Petit Futé
Français
  • Français
  • English
  • Español

Les incontournables de Vienne, l'élégante

Vienne est à la beauté ce que le baroque est à l'histoire de l'art. Capitale d'une Autriche plurielle, elle marque le visiteur par la pesanteur de son héritage et de ses traditions séculaires enfermés dans de la belle pierre. La Belle du Danube nous entraîne le temps d’une valse ou deux, d’un tour en calèche d’antan au travers de son passé glorifié par les maîtres de l’architecture gothique, baroque ou néoclassique qui œuvraient pour les Habsbourg, laissant derrière eux un nombre impressionnant d’édifices où le regard se pose inexorablement. 

Se perdre à pied sur les traces de Schubert, Sissi et Freud, flâner dans les quartiers Belle Époque, se plonger dans l'histoire de la Hofburg, dans la cour de Sissi à Schönbrunn, admirer des chefs-d'œuvre du baroque dans la Karlskirche et les réalisations excentriques d'Otto Wagner, profiter d'une halte littéraire dans un des innombrables cafés viennois, le choix ne manquera pas… Puis, la nuit venue, enfiler son plus beau costume ou sa robe des grands soirs pour s'inviter à l'Opéra : l'élégance rythmera chacun de vos pas dans cette cité séduisante qui n'a pas fini de faire s'écarquiller les yeux de chacun de ses hôtes, éblouis par son art riche d'une grande diversité.

À seulement trois stations du centre, le petit Versailles de Vienne et ses lumineux jardins à la française invite à de longues balades et footings impériaux. Ce bijou architectural viennois doit son retentissement à la famille des Habsbourg qui, en 1569, font l'acquisition d'un pavillon de chasse avec toute sa région boisée environnante. Après une destruction par les Turcs puis une reconstruction par l'architecte Johann Bernhard Fischer von Erlach, ce n'est qu'au XVIIIe siècle et de nombreux agrandissements que le palais de Schönbrunn devient résidence impériale.

Le style rococo domine l'intérieur, les lustres de cristal de Bohème et les nombreux miroirs donnent toute la profondeur à la galerie des Glaces, salle où Mozart se produisit à 6 ans pour la première fois devant l'Empereur... L'inscription en 1996 sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco ne doit rien au hasard. Plus d'une après-midi est nécessaire pour visiter les chambres et appartements impériaux, la Gloriette et son café viennois, le salon chinois, la Palmeraie tropicale ou encore son musée des Voitures historiques et le Tiergarten (jardin zoologique). Ne manquez pas les concerts en costume d'époque à l'Orangerie.

L'église Saint-Charles, plus grande église baroque édifiée au nord des Alpes entre 1716 et 1722, surplombe de sa splendeur immaculée la Karlsplatz, icône de Vienne tant par sa grandeur que son espace qui inspire la sérénité. L'ensemble est magnifique de nuit, tout particulièrement en hiver quand le marché de Noël et le tapis blanc de neige, le met en lumière.

Ses architectes, von Erlach et son fils, furent choisis avec soin. Le père débuta les travaux, et ce fut son fils qui les acheva. L’empereur Charles VI s’était engagé devant Dieu à bâtir une église dès que l’épidémie de peste de 1713 serait vaincue. Avec ses deux tours torsadées, inspirées des colonnes de Trajan et construites pour marquer la victoire du christianisme sur les Turcs, la Karlskirche impressionne notamment de par sa forme extérieure, plus que singulière. L''intérieur n'est pas en reste et les fresques grandioses de Johann Michael Rottmayr et de nombreux grands artistes de l'époque ont fini de parfaire la décoration de l'édifice. Là où la visite prend encore plus de hauteur, c'est grâce à l'ascenseur qui nous emmène dans la coupole où la vue offerte sur Vienne rend rêveur...

Comment trouver les mots justes pour qualifier le Belvédère ? Ancien château du prince Eugène de Savoie, homme d'État des Habsbourg, bâti par Johann Lukas von Hildebrandt avec Fisher von Erlach, c'est l'un des plus beaux complexes baroques de Vienne, et pourtant cela ne manque pas ! Ses deux palais, le Haut et le Bas Belvédère se tiennent face à face dans une symétrie parfaite, séparés par un sublime parc baroque à la française dont la descente permet une vue en perspective sur la ville. Transformé en musée d'art, il offre dans son écrin de beauté l'une des plus prestigieuses collections d'art viennois avec notamment celle de Klimt (Le Baiser) et Schiele. Le Haut Belvédère servait initialement aux réceptions, ce qui explique qu'il est orné d'un baroque plus présent que celui du Bas, d'une conception plus ancienne. Le premier abrite la collection moderne, des œuvres d'art Biedermeier, style germanique du XIXe siècle, aux impressionnistes français (Monet, Renoir), en passant par les grands expressionnistes : Kandinsky et Kokoschka. Sans oublier les artistes Sécession et l'art viennois des années 1900. Le second, au décor intérieur marqué par les artistes italiens, sujets de l'Empereur, est réservé aux expositions temporaires dans de magnifiques salles, toutes de marbre revêtues. 

Le Graben, c'est peut-être l'artère où bat le cœur du centre-ville... Grande rue piétonne bordée de façades de la période baroque et du XIXe siècle, plus resplendissantes les unes que les autres, personne ne peut s'imprégner au plus près de l'atmosphère de la ville sans y avoir fait un saut. Les bâtiments prestigieux se suivent : l'Ankerhaus, réalisée par l'architecte Sécession Otto Wagner, le palais baroque Bartolotti-Partenfled, le Grabenhof, important immeuble historiciste, ou encore la première Sparkasse autrichienne, de style néoclassique. Et combien de magnifiques façades baroques, classiques et Art nouveau, dont les incroyables toilettes souterraines d'Adolf Loos, des immeubles d'Otto Wagner ou encore l'église Saint-Pierre datant du XVIIIe siècle… Au bout du Graben, on atterrit sur un OVNI architectural, la magnifique cathédrale Saint-Étienne, symbole gothique de la puissance de la ville. Construite en 1359 sous Rodolphe VI de Habsbourg, sa toiture multicolore aux 230 000 tuiles, lui vaut d'être l'église la plus importante d'Autriche. Mais elle mérite également une visite de ses entrailles entre autels, voûtes et catacombes impressionnantes, en total contraste avec la Haas Haus, bâtiment postmoderne en verre des années 1990, lui faisant face sur la place.

À la recherche de l'endroit qui fait la réputation culinaire de Vienne à tout prix ? Le Naschmarkt qui s'étend tous les jours le long de la Wienzeile entre Mariahilf et Margareten offre la possibilité de s'y restaurer ou d'y prendre un verre au détour d'un étal perdu dans une foule grossissant plus les heures avancent dans la journée.

On jette un œil aux échoppes, on trempe ses lèvres dans les différents produits, on papote avec les commerçants, on achète des épices, des fruits... et on prend tranquillement son petit déjeuner dans l'un des nombreux pavillons transformés en bars, cafés, bistrots ou restaurants.  Produits orientaux ou exotiques, mais aussi alimentation fine, épices, vêtements et antiquités sont à l'honneur. Véritable institution, initialement marché plus populaire, le fourmillement des touristes et locaux face à la qualité des produits se mêle avantageusement aux belles façades Art nouveau des immeubles. Vienne cache plus d'un marché et si vous êtes mal à l'aise au Naschmarkt, le plus touristique de tous, alors n'hésitez pas à faire un tour au Karmelitermarkt plutôt bohème ou au Brunnenmarkt, à la fois cosmopolite et bobo.

Le palais des Habsbourg impressionne à bien des égards. Le complexe du Hofburg canalise entre ses murs toute l'histoire de cette dynastie, dans ce qui s'apparente plus à une petite ville qu'à un simple château. Édifié au fur et à mesure des siècles, le gothique côtoie l'historicisme dans une unité architecturale plurielle, rassemblant tous les courants artistiques européens des derniers siècles. Au nord, la partie la plus ancienne abrite la Hofburg à proprement parler. L’énorme bâtisse concave née d'un élargissement datant de 1860 s'illuminant la nuit venue, est le palais impérial (Neue Burg), qui héberge aujourd’hui deux institutions viennoises : la Bibliothèque nationale et la collection d’armes de l’Empereur. Le corps de bâtiment attenant abrite l’École espagnole. De l’autre côté de la Neue Burg, se trouve le Burggarten (le jardin impérial) avec la magnifique serre tropicale (Schmetterlinghaus) où voltigent de nombreux papillons. Il faut compter une bonne demi-journée pour flâner au palais Hofburg sublimé par ses somptueuses, mais coûteuses à restaurer, grilles rouge et or qui permettent d’accéder aux monuments de la place des Héros.

Rome ne s'est pas faite en un jour, le MuseumsQuartier non plus ! Il a même fallu attendre deux décennies de négociations et constructions pour faire sortir de terre ce projet un peu fou d'un complexe artistique véritablement singulier, rassemblant l'un des neuf plus grands ensembles de musées du monde. On retrouve sur cette place étendue la diversité de la ville de Vienne avec d'un côté des bâtiments rénovés de l'époque baroque (anciennes écuries de la cour impériale) se mêlant aux titanesques constructions futuristes, œuvre des architectes Laurids et Manfred Ortner, ainsi que par Manfred Wehdorn. Inaugurée en 2001, le touriste féru d'art moderne et contemporain ne saura pas où donner de la tête tant les musées regorgent tous autant qu'ils sont d'œuvres rarissimes : du musée Leopold, dans un édifice moderne immaculé, et le musée d’Art moderne Fondation Ludwig (Mumok), dans un bâtiment revêtu de basalte anthracite au Centre d’architecture de Vienne (Architekturzentrum Wien), en passant par le musée ZOOM (ZOOM Kindermuseum) pour les enfants et divers espaces expérimentaux dédiés à la culture. Incontournable !

Séjourner à Vienne sans assister à l’un des nombreux opéras tient de la folie. La réputation de la capitale autrichienne n’est plus à faire, celle de l’opéra viennois reconnu internationalement, non plus. Surtout que l'opéra à Vienne n'a rien d'une activité exorbitante et est accessible à toutes les bourses. Mais pour les plus stoïques d'entre vous, une visite de l'intérieur de ce bâtiment, pépite architecturale due au travail des architectes Auguste von Sicardsburg et Eduart van der Nüll et inaugurée en 1869, saura mettre tout le monde d'accord. C'est d'ailleurs Mozart et son Don Giovanni qui ont ouvert le bal, ce soir-là devant l'empereur Joseph en personne. Très endommagé par les bombardements alliés en 1945, seules furent épargnées une partie de la loggia et de la cage d’escalier, peintes par Moritz von Schwind, et les sculptures intérieures de l’artiste Julius Hähnel (statue en bronze de Pégase située dans la loggia) . Reconstruit en 1955, l’intérieur de la salle de concert n’est pas d’époque ; c’est pourquoi on lui préfèrera peut-être le hall d’entrée et ses escaliers magnifiques. À l’entracte, prenez l'air sur le toit tout en admirant la vue imprenable sur le Ring.

Célèbre pour ses cafés dans le monde entier, Vienne ne vous décevra pas avec ce qui constitue un pilier de son art de vivre. Selon la légende, l'ouverture des premiers cafés remonterait à la fin du deuxième siège des Turcs en 1683. Le Kaffeehaus est devenu une institution typiquement viennoise où l'on vient se réchauffer quand le froid se fait plus vivifiant. Cette culture bourgeoise et raffinée du café a conquis plus d'un intellectuel, qui a largement contribué à la diffusion de cette tradition : Freud, Schnitzler, Torberg, Klimt, Schiele, Kokoschka, Karl Kraus, Elias Canetti, Trotski, etc. Tous y ont goûté plus d'une fois. Mais c'est aussi la décoration élégante de ces enseignes de style Art nouveau où on lit le journal, déguste des pâtisseries viennoises comme le sachertorte chocolaté et naturellement sirote un café, qui fait mouche… Situé dans un palais dans le premier arrondissement de Vienne, le charme du Café central, lieu littéraire de légende fréquenté notamment par Arthur Schnitzler, Peter Altenberg et Adolf Loos, est irrésistible. Vous serez séduit par la cuisine viennoise, les pâtisseries confectionnées maison et la musique au piano. Cet élément de la vie locale est si important à préserver que l'Unesco l'a officiellement inscrit en 2011 au patrimoine culturel immatériel.

A lire ensuite :
Les incontournables de la Nouvelle-Orléans
Les incontournables de Bruxelles
Les incontournables de Bruxelles
Les incontournables de La Havane
Les incontournables de Macédoine
Les incontournables de Paris
Les incontournables de Belgrade
Les incontournables de la baie de Somme
Les incontournables de la région Bourgogne-Franche-Comté
Organiser son voyage à VIENNE
Transports
Réservez vos billets d'avions
Location voiture
Taxi et VTC
Location bateaux
Hébergements & séjours
Tourisme responsable
Trouver un hôtel
Location de vacances
Echange de logement
Trouvez votre camping
Services / Sur place
Assurance Voyage
Réservez une table
Activités & visites
Voyage sur mesure
Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour en Auvergne et 2 pass 3 jours pour le Festival Les Nuits de Saint-Jacques !

Profitez d'un week-end festif en pleine nature avec l'Office du Tourisme du Puy-en-Velay