Moscou est la capitale culturelle, économique et politique de ce gigantesque pays qu’est la Russie. À cheval entre l’Orient et l’Occident, c’est une ville à la fois envoûtante et dépaysante, que l’on adore et déteste à la fois ! Elle porte les stigmates des périodes les plus sombres de l’histoire russe, et témoigne en même temps de sa grandeur. Son architecture excentrique et somptueuse en fait une des villes les plus facilement reconnaissables. On ne peut qu’être ébahi devant l’unicité de cet urbanisme où se mêlent bulbes dorés, coupoles colorées, et arabesques. Que ce soit en été sous une chaleur délicieuse ou en hiver lorsque le froid vous brûle la peau, la ville saura vous émerveiller par ses activités diverses et variées, des plus simples aux plus étonnantes. Moscou, symbole de la Russie éternelle, se mue à chaque instant, ce qui rend chaque visite unique.

©

Le Kremlin, le cœur de la Russie

Situé entre la première ceinture de boulevard et la Moskova, le quartier du Kremlin, qui signifie « forteresse» en Russe, est le siège historique du pouvoir politique. Fondé au XVe siècle, c’est l’emblème de la ville et du pays tout entier. Dans l’enceinte, les visiteurs peuvent découvrir quatre cathédrales, le sénat, quatre palais, le clocher d'Ivan le Grand et bien d’autres édifices. Le Kremlin est composé de 20 tours et représente pour beaucoup le cœur du pays. C’est une véritable ville à l’intérieur de la ville qui se laisse visiter comme un formidable musée. Autrefois résidence des tsars, il est aujourd’hui encore le lieu d’investiture du président de la fédération de Russie.

©

Cathédrale de Saint-Basile-le-Bienheureux, bijou de l’Orthodoxie triomphante

Érigée entre 1555 et 1561, la cathédrale de Saint-Basile-le-Bienheureux est l’un des monuments les plus exubérants de l’art russe. Appelée Pokrovsky Sobor dans sa langue d’origine, la légende raconte que l’architecte Potsnik Lakovlev aurait eu les yeux crevés sur l’ordre d’Ivan le Terrible afin que jamais un tel chef-d’œuvre ne soit réitéré. La 10e chapelle ne verra le jour qu’en 1588 sur la tombe du simple d’esprit Basile, qui a donné son nom à la cathédrale. La plus haute chapelle mesure 47 mètres, et les fresques intérieures, datant du XVIe siècle, sont uniques dans chaque chapelle.  Le lieu est tout aussi splendide à l’extérieur qu’à l’intérieur.

©

L’inimitable théâtre du Bolchoï

Fondé en 1776, le Bolchoï n’a jamais cessé d’obtenir un succès inégalé. Bien plus qu’un simple théâtre ou opéra, il a su être la seule forme d’art à exister durant les difficiles années soviétiques. Malgré les terribles pénuries, le théâtre n’a jamais désempli. Avec des pièces emblématiques comme Boris Godounov de Moussorgski, et des œuvres contemporaines, le Bolchoï a toujours symbolisé le prestige en matière d’opéra russe. Après 5 années de restauration, la salle est aujourd’hui plus majestueuse que jamais et ses spectateurs toujours parfaitement apprêtés. Célèbre à travers le monde, le ballet du Bolchoï reste un modèle tant pour la danse que pour le chant lyrique.

©

L’art de bien manger en Russie

La gastronomie russe n’a peut-être pas la réputation qu’elle mérite dans le reste du monde. Beaucoup disent qu’elle est inspirée des saveurs du monde entier mais n’a pas de réelles spécialités. Une remarque qui a tendance à exaspérer les Moscovites !  Certains plats sont pourtant incontournables dans la capitale. Pour commencer, parmi les entrées appelées zazouski, on retrouve le caviar et les crêpes, ou blinis. Parmi les plats, on s’enthousiasme pour les pelmeni (des raviolis russes) et des soupes chaudes comme les bortsch et les soupes de poisson. Et pour accompagner ce copieux repas, un petit verre de vodka s’impose, les amateurs ne seront pas déçus ! Si vous préférez les boissons soft, les thés russes sont de très grande qualité.

©

Le métro-musée de Moscou

Le métro à Moscou est bien plus qu’un simple moyen de transport. C’est un véritable musée, luxueusement paré de marbre et de mosaïques.  Chaque station est décorée avec un style et un univers qui lui est propre. En contemplant les gigantesques escalators et les lustres et fresques magnifiques, voyager en métro prend un tout autre sens dans la capitale russe. Alors qu’habituellement, les usagers courent pour arriver le plus vite possible à destination et sortir du métro, ici les touristes flânent dans les couloirs profitant de ce lieu aussi pratique qu’esthétique ! Conçu en 1930 sous Staline, des millions d’euros ont été dépensés, et en plus de son allure de palais, le métro moscovite est une prouesse technologique.

©

La Galerie Tretyakov, le « Louvre russe »

La galerie Treyakov abrite des chefs-d’œuvre absolument uniques, qui retracent l’histoire de Moscou. Fondée en 1892, elle représente l’un des plus grands musées au monde.  Elle doit son nom à Pavel Tretyakov, collectionneur d’art à l’origine du projet et légataire de sa formidable collection privée. L’exposition permanente présente les œuvres des plus grands artistes russes, avec entre autres des portraitistes du XVIIIe siècle, des portraits romantiques du XIXe, des paysages, des portraits des peintres académiques et des tableaux historiques. Ces œuvres pour la plupart confisquée aux Églises sous Staline, posent à présent la question d’une éventuelle restitution qui pour le moment n’a pas été tranchée.

©

Derrière les murs du Monastère de Novodievitchiy

Fondé par Basile III en 1524, le monastère était à l’origine un couvent pour les nonnes. Il possédait un rôle de défense, composé de 12 tours et de murailles qui n’ont jamais été détruites par les ennemis. Le monastère fait aujourd’hui partie du patrimoine mondial de l’Unesco et son campanile polychrome reste l’un des plus beaux exemples de l’architecture baroque. À l’intérieur, lieu du sacre de Boris Godounov, les murs sont ornés de magnifiques fresques du XVIe siècle. Bien que le couvent ait été transformé en musée en 1934, l’église reste ouverte aux fidèles tandis que dans le cimetière, les plus grandes personnalités du pays reposent en paix.

©

Le Goum ou le luxe de la place Rouge

Construit en 1893, le Goum est situé sur la célèbre place Rouge. À l’époque, c’était l’un des plus grands passages commerçants d’Europe, le lieu où l’on se ruait pour trouver des produits rares. Il s’agissait d’une véritable vitrine des performances économiques du pays. Privatisé en 1993, le Goum est devenu l’un des lieux les plus visités dans la ville et son architecture ne laisse personne indifférent. Avec ses galeries intérieures, œuvre de l’ingénieur V.Choukhov, ses couleurs pastel et ses fontaines, le Goum est le symbole du luxe, le lieu où fleurissent les plus grandes marques de prêt-à-porter.

©

Les trésors du Musée des Beaux-Arts Pouchkine

Fondé par I.Tsvetayev, le père de la poétesse Marina Tsetayeva, le musée était à l’origine destiné aux étudiants de l’université de Moscou venus observer les copies d’œuvres de l’Antiquité égyptienne et gréco-romaine.  Situé dans le vieux Moscou dans un hôtel particulier,  il a été créé entre 1898 et 1912. Le musée a pris de l’importance à partir de 1925, grâce à l’arrivée d’œuvres occidentales, et d’une collection d’art français et d’œuvres de célèbres artistes comme Rembrandt, Delacroix ou encore Botticelli, et de nombreux impressionnistes. Le Musée des Beaux-Arts présente également une exposition permanente qui s’étend du Moyen Âge au début du XXe siècle, consacrée à l'art assyrien, gréco-romain, égyptien et d’Europe occidentale.

©

La place Rouge, centre de la vie moscovite

La Place Rouge, que l’on appelle Krasnaya en russe a deux significations dans sa langue d’origine : rouge et beau. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, son nom n’est pas en lien avec la couleur du bolchevisme. Au fil des siècles, elle a eu différents rôles dans l’histoire de la ville. Elle était à l’origine un lieu défensif et militaire, puis un lieu de commerce avant de devenir, la vitrine du communisme-spectacle ; mausolée de Lénine, défilés militaires… Sur cette place mythique, les visiteurs découvrent la cathédrale de Saint-Basile-le-Bienheureux, le Goum, le Kremlin et le Musée historique d’État.

©