Le choc, n'est-ce pas ? A six heures d'Abu Dhabi, tous modes de transport confondus, c'est l'effroi. Le caillou fait 9 kilomètres par 5, culmine à 98 mètres, et l'on vous assure qu'il abrite 10, 000 Dalmiens descendant de l'homme de l'âge de la pierre via le boom perlier. Le cône salin central, sorti d'un volcan comateux, s'est étalé tel une flaque de roche liquide, poussant vers les côtes un magma marron à l'aspect torturé. Et rien de dépasse aujourd'hui, que les minarets des mosquées et quelques bâtiments administratifs dont l'aspect neuf témoigne de la présence forte de l'Etat sur cette île stratégiquement placée à la barbe des Qataris, dans un secteur aussi où la marine saoudienne s'autorise parfois quelques irritantes visites.

Ainsi Dalma est cette île riche en puits d'eau claire, qui, jusqu'à l'avènement de la dessalinisation, offraient des flux bienfaiteurs aux Dhabiens de la terre ferme. C'est encore un théâtre préhistorique où l'homme copiait la poterie obéidienne du temps des Sumériens, chassait le dugong et crachait les premiers noyaux de datte. C'est aussi le pays d'elperlado qui, du XVIe au début du XXe siècle, fournissait les meilleurs joailliers d'Europe en perles fines, ces nacres splendides extraites des profondeurs au péril souvent de la vie humaine. Le bijoutier vénitien Gasparo Balbi, premier témoin de ces temps anciens, était à la voile en provenance de Bassorah lorsqu'il abordaDelmephilmas en 1580. Son récit (original vendu par Christie's en 2005) publié chez Camillo Borgominieri dix ans plus tard nous entraîne vers l'Inde voisine.

Les Emiriens d'aujourd'hui ont presque tous un arrière-grand père qui, laissant la famille à Liwa, faisait l'été par ici sur les bancs d'huîtres, à se torturer les doigts sur la pinctada pour qu'un jour chez Cartier on en fasse un collier. Au tournant du XXe siècle, l'activité impliquait jusqu'à mille équipages de dix-huit hommes entre 10 et 50 ans qui partaient pendant quatre mois lors de la saison d'été : cinquante fois pas jour, le plongeur, équipé d'une pince nasale faite à partir de carapace de tortue et de doigtiers en peau de chèvre, rejoignait le fond lesté d'une pierre puis, moins de deux minutes plus tard, chargé de coquillages, se laissait tirer par une corde vers la surface. Le soir venu, après un maigre dîner, tous ensemble ils ouvraient alors les huîtres pour dénicher l'éventuel trophée gardé, bien sûr, par le capitaine du bateau. Tous esclaves de la nacre, or blanc de l'époque.

Aucun récit d'aventure commerciale ne dira la force symbolique de Dalma. S'il ne reste rien ou presque des époques successives, si le voyage ne réserve que déception à ceux qui viennent chercher l'émotion historique, le pittoresque oriental, l'exotisme immédiat, la joliesse naturelle, il dit autre chose de plus grave et de plus vrai. Manière de confidence de la géographie, quand s'éloigne le souffle de la civilisation énervée, comme à Rodrigues, comme à Sainte-Hélène, il vous offre la possibilité d'une expérience ségalienne d'évasion.

C'est donc cela, Dalma. Une confluence du rêve et de l'inutile.

À voir / À faire à DALMA

Adresses Futées de DALMA

Rechercher par catégorie :

Organiser son voyage à DALMA

Transports
  • Location voiture
  • Réserver un ferry
Hébergements
  • Trouver un hôtel
  • Location de vacances
  • Location Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyage sur mesure
  • Week-ends en France
Services / Sur place
  • Activités Airbnb
  • Réservez une table
  • Activités & visites
  • Expériences & Boxs

Photos de DALMA

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

ABU DHABI

Guide ABU DHABI

ABU DHABI 2019/2020

17.95 €
2019-06-12
288 pages
À découvrir sur le petit Futé
Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end de prestige pour 2 personnes au Château de la Dauphine !

Une escapade romantique en Gironde, au Château de la Dauphine .