Berlin est depuis quelques années LA capitale à la mode. Ses nuits font vibrer des jeunes venus de toute l’Europe. Arm aber Sexy, pauvre mais sexy, slogan lancé par l’ancien maire Klaus Wowereit, Berlin ne brille pas forcément pour son architecture ou la propreté de ses rues, mais plutôt pour son ambiance décontractée, jeune et vivante. Elle recèle des trésors cachés et des lieux insolites, hors des grands classiques que sont le Reichstag, East Side Gallery ou encore la porte de Brandebourg. Au travers de ce top 10 des lieux insolites à Berlin vous découvrirez des lieux qui correspondent à l’image insoumise de la ville et sa lutte contre la gentrification galopante.

©

Les jardins participatifs de Prinzessinnengarten

Une initiative typiquement berlinoise : les jardins urbains de Prinzessinnenstrasse. Sur un grand terrain laissé à l’abandon du fait de sa proximité avec le mur, poussent aujourd’hui nombre de plantes et d’initiatives. Chacun peut venir pour cultiver son lopin de terre, prendre des cours de jardinage, et participer au projet de sauvegarde des espaces verts. Le lieu dispose aussi d’un restaurant qui propose des plats faits maison à base de produits bio, de jeux pour enfants et d’une bibliothèque. Un lieu incontournable pour se croire quelques instants à la campagne au milieu de l'immensité urbaine.

©

Dimanche matin, direction le karaoké de Mauerpark

Grand classique de la capitale allemande, Mauerpark, dans le quartier de Prenzlauerberg, est connu pour ses marchés aux puces et son atmosphère bohème. On peut même y voir un morceau du mur de Berlin qui sert aujourd'hui de toile à de nombreux taggers. Mais dès que l’été pointe le bout de son nez, le parc propose une nouvelle distraction : un karaoké géant tous les dimanches matin pour tous les apprentis chanteurs. Dans un ancien amphithéâtre les Berlinois jeunes et moins jeunes se succèdent pour chanter les classiques de la RDA, Britney Spears ou encore Oasis et les Beatles.

©

Un petit détour par la plus communiste des allées berlinoises, la Karl-Marx-Allee

Passage la Karl-Marx-Allee ou KMA pour les intimes, est le symbole même de ce que fut la RDA. D’abord appelée Große Frankfurter Straße puis Stalinallee, c’est une allée de 2,3 km sur 89 m (20 m de largeur de plus que les Champs-Élysées !), dont les bâtiments ont été construits dans le plus pur style soviétique. Elle fut une véritable ruche utopique à la manière du Corbusier, pour les ouvriers Est-allemands. Un conseil est d'enfourcher un vélo pour la traverser, en pensant à s'arrêter ici et là pour effectuer quelques clichés d'une artère pleine d'histoire. 

©

Petit pique-nique dans un ancien aéroport au Tempelhofer Feld

Templehofer Feld, c’est tout l’esprit berlinois dans un seul et unique lieu. Sur le tarmac de l’ancien aéroport de Tempelhof, fermé en 2008, la ville a aménagé un vaste parc, où tous peuvent venir pique-niquer, faire du vélo ou se reposer. Déjà par le passé, lorsque le militaires y effectuaient des parades et des manœuvres, les Berlinois y venaient les week-ends et les jours fériés pour se détendre et passer un moment entre amis ou avec la famille lors de leur temps libre. Souvent menacé par des promoteurs immobiliers, le parc et ses 360 hectares (plus que Central Parc !) tient le coup.

©

Du street art à Raw-Gelände

On le sait tous, Berlin est le paradis de l'art urbain et de la musique décalée. Ce lieu insolite est donc recommandé aux fans de street art cette fois-ci, tout comme aux amateurs de soirées festives autour de la musique. Situé dans le quartier de Friedrichshain, en ex-RDA, RAW c’est près de 14 terrains de foot, et de nombreuses associations, des boîtes de nuit, des concerts punk, électro et new wave, un marché aux puces, un mur d’escalade, un skate parc… Ces anciens entrepôts de maintenance des chemins de fer aujourd’hui réaménagés en friches créatives, font le bonheur des artistes et des fans des nuits berlinoises.

©

Un tour dans une mythique Trabant

Pour ce numéro 5, pas de lieux mais plutôt un moyen de visiter la capitale allemande de façon insolite. De nombreuses compagnies vous proposent de partir à l’assaut de Berlin dans la mythique Trabant, totem de la RDA. Cette petite voiture aujourd’hui bariolée, que l’on dit indestructible, vous fera découvrir la ville au travers du filtre de « l’Ostalgie », la nostalgie du régime Est-allemand. Pour l'histoire, il faut savoir que les berlinois de l'Est attendaient parfois plusieurs années de recevoir leur Trabant, avec une liste d'attente qui ne désemplissait pas. Une expérience à ne pas manquer pour les amoureux de conduite en milieu urbain. 

©

Berlin l'insoumise et ses squats 

On ne peut pas parler de l’histoire de Berlin sans mentionner ses squats. La devise « Arm aber Sexy » (Pauvre mais Sexy) résume bien cet état d’esprit. A la fin de la guerre froide, de nombreux groupes antisystèmes occupent les immeubles abandonnés qui peuplent les rues de la capitale. Aujourd’hui la plupart ont été désertés, légalisés ou intéressent les promoteurs immobiliers qui veulent s'emparer des murs ou les détruire. Une chose est sûre, ne serait-ce que passer devant vaut le détour. Direction donc le Tacheles et Linienstrasse 206 dans Berlin Mitte, Kastanienallee 86 à Prenzlauerberg ou encore Liebig 34 à Friedrichshain.

©

Systemfehler et Umsonstladen, des magasins où on ne débourse pas 1 euro

Berlin regorge d’idées décalées, tournées vers le partage et la collaboration. Il peut s'agir de jardins partagés au sein de la ville ou bien encore de lieux désaffectés investis pour en faire des lieux culturels. Certains ont même eu l'idée de créer des magasins totalement gratuits. Ainsi les Systemfehler, littéralement erreur du système et Umsonstladen, magasin pour rien, propose à ceux qui ont trop de vêtements, livres ou meubles de s’en débarrasser, et ceux qui au contraire cherchent des objets, de s’en saisir gratuitement. Rien ne se vend, tout se récupère à Berlin !

©

Spreepark, un parc d'attraction abandonné 

Un lieu non seulement insolite mais aussi un peu effrayant : un parc d’attraction abandonné en ex-RDA. Spreepark, créé en 1960, fut l’un des faire-valoir de l’Allemagne de l’Est. Il accueillait plus d'un million de visiteurs par an ! Visible depuis l’autre côté du mur, il devait symboliser la réussite du régime. Aujourd’hui, le parc est à l’abandon, la nature a repris ses droits, rendant l’endroit presque propice au tournage d’un film d’horreur. Petits trains dans les arbres, rails recouverts de verdure, monstres qui se mêlent à la nature, ce lieu insolite fait aujourd'hui l'objet de visites organisées.

©

Un tour sur la montagne du diable de Teufelsberg  

Teufelsberg est une colline située à l'ouest de Berlin. Haute de 114 mètres, elle a été construite avec les gravats des bâtiments de la ville visés par les bombardements lors de la Seconde Guerre mondiale. C'est ici même qu'en 1963, l'Agence de sécurité nationale a ouvert une station d'écoute nommée «La grande oreille». Jusqu'à la chute du mur de Berlin en 1989, les Anglo-Saxons y ont capté les ondes électromagnétiques émises par l'ancien bloc de l'est, la RDA et l'URSS. On reconnaît le lieu par les trois boules géodésiques qui servaient à cacher l'orientation des antennes. L'endroit est aujourd'hui abandonné et le terrain de prédilection de nombreux graffeurs. C'est donc un lieu rêvé pour les amoureux de street art et aussi pour ceux qui souhaitent bénéficier d'un sublime panorama sur la capitale allemande au moment du coucher du soleil. 

©