Difficile de passer par l'ancienne capitale du royaume de Bosnie sans avoir envie de s'y arrêter. D'où qu'on vienne, après des vallées encaissées, on est surpris par la rupture du relief. Soudain s'ouvre une étonnante petite ville où surgissent, des tours et des remparts du Moyen Âge, une haute colline fortifiée et d'impressionnantes chutes d'eau. À peine a-t-on réalisé que déjà la route file entre de nouveaux sommets. Alors, oui, il faut prévoir une halte. Une nuit même pour entrevoir les richesses de cette ville. Déjà, Jajce bénéficie d'une géographie favorable. Elle est située à 375 m d'altitude, au confluent de deux rivières impétueuses : la Pliva se jette ici littéralement dans la Vbras avec une telle force que leurs eaux ont creusé, plus loin vers le nord, le plus beau des canyons du pays. Ici, les paysages encore apaisés de moyenne montagne sont propices aux randonnées. Noyée dans l'eau et la verdure, Jajce concentre aussi sur les 11 petits hectares de son centre-ville un patrimoine d'une diversité étonnante pour la Bosnie-Herzégovine. Comme ailleurs, on retrouve la même juxtaposition de monuments islamiques, austro-hongrois et socialistes. Mais celle qui fut la dernière ville capturée par les Ottomans, en 1527, demeure plus que toute autre façonnée par son histoire médiévale. Elle possède en outre des raretés comme une église de style gothique, la seule mosquée du pays portant le nom d'une femme, un temple romain dédié à un dieu indo-iranien ou, encore, un tombeau royal orné des symboles d'un culte chrétien disparu. Cet ensemble architectural et naturel unique est désormais inscrit sur la liste indicative de l'Unesco en vue d'un classement au Patrimoine mondial.

Population - La municipalité s'étend sur 340 km2 et compte 27 000 habitants dont 49 % de Bosniaques, 46 % de Bosno-Croates et 2 % de Bosno-Serbes. Avant la dernière guerre, elle s'étendait sur un plus large territoire (amputé par la " frontière " avec la République serbe de Bosnie qui passe 6 km à l'ouest) et totalisait 45 000 habitants, dont 39 % de Bosniaques, 35 % de Bosno-Croates et 19 % de Bosno-Serbes.

Histoire - Jusqu'au XIVe siècle, l'histoire de la ville est mal connue, puisque son patrimoine antique n'a encore fait l'objet d'aucune recherche sérieuse. La ville fortifiée se développe à partir de 1391 sous l'impulsion du ban (roi) de Croatie Hrvoje Vukčić Hrvatinić, puis elle devient la capitale du royaume de Bosnie. Sa brève capture par les Ottomans en 1463 marque un tournant dans l'histoire du pays qui cesse alors d'être indépendant. Pourtant, dès l'année suivante, Jajce est reprise par le roi Matthias Ier de Hongrie. Permettant de contrôler le canyon de la Vbras qui débouche sur les plaines de Pannonie, la ville est vitale pour les puissances catholiques d'Europe centrale. Elle sera ainsi la dernière cité de Bosnie et d'Herzégovine à être conquise par les Ottomans en 1527. Si elle s'islamise, elle demeura jusqu'au XXe siècle une ville mixte. Ainsi en 1931, les orthodoxes (bosno-serbes) sont majoritaires (50 %). Mais tout change avec les deux conflits suivants. Une partie des habitants bosno-serbes sont massacrés par les oustachis croates au cours de la Deuxième Guerre mondiale. Brièvement libérée par les partisans en 1943, la ville accueille des délégués de toute la Yougoslavie. Cette réunion historique marque la naissance d'un nouvel État fédéral et socialiste. Avec le retour de la paix, les tensions entre communautés s'apaisent. Mais les Bosno-Croates constituent désormais 40 % de la population. Au début de la guerre de 1992-1995, Jajce devient l'objectif prioritaire de l'opération " Vbras 92 " lancée par l'armée bosno-serbe. À l'été 1992, celle-ci assiège la ville et la soumet à un intense bombardement. Défenseurs bosno-croates et bosniaques sont incapables d'organiser un commandement commun, et la ville tombe le 29 octobre suivant provoquant le plus fort exode de toute la guerre : environ 40 000 civils et de militaires fuient vers Trvanik sous les tirs d'artillerie. Les mosquées et églises catholiques sont détruites et la ville ne compte plus que 3 000 habitants. Elle est reprise en septembre 1995 lors d'une opération conjointe menée par les armées bosniennes et bosno-croate. Mais alors que cette victoire se solde par le départ des habitants bosno-serbes, la tension monte entre les deux vainqueurs, les réfugiés bosniaques se voyant refuser l'accès à leur ville par les nationalistes bosno-croates. Les destructions de 1992 et les rivalités entre communautés au sortir du conflit ont miné le développement économique. Jajce connaît toutefois un nouveau souffle depuis 2006. Grâce à la reconstruction des principaux monuments, les habitants misent désormais sur la culture et le tourisme. La ville s'embellit, les infrastructures s'améliorent et les touristes sont désormais de plus en plus nombreux chaque été.

Les lieux incontournables de JAJCE

Adresses Futées de JAJCE

Rechercher par catégorie :

Organiser son voyage à JAJCE

Transports
  • Vol pas cher
  • Location voiture
Hébergements
  • Trouver un hôtel
  • Location Airbnb
  • Location de vacances
Séjours
  • Voyage sur mesure
  • Réservez une croisière
  • Week-ends en France
Services / Sur place
  • Réservez une table
  • Activités & visites
  • Expériences & Boxs

Photos de JAJCE

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

BOSNIE-HERZÉGOVINE

Guide BOSNIE-HERZÉGOVINE

BOSNIE-HERZÉGOVINE 2018/2019

16.95 €
2018-06-13
336 pages
Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end pour 4 personnes dans la Marne !

Un séjour exceptionnel pour 4 personnes dans la Marne, en Champagne avec l'Agence de Développement Touristique de la Marne .