Comme Auschwitz et Hiroshima, l'histoire a transformé Srebrenica en un lieu de souffrance et de mémoire. Assiégée dès 1992, cette petite ville de montagne située près de la frontière serbe a été victime en juillet 1995 du pire massacre commis en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. L'assassinat systématique de plus de 9 000 Bosniaques en quelques jours par les troupes de l'armée de la République serbe de Bosnie est aujourd'hui considéré comme un génocide au regard du droit international. Ce massacre a eu un retentissement international. Si bien qu'a été créé le Mémorial du génocide de Srebrenica, inauguré en 2003 par Bill Clinton. Chaque année, le 11 juillet, y sont enterrés les corps des victimes du massacre que l'on continue de découvrir et d'identifier. Même si Srebrenica est redevenue une ville mixte, les plaies sont loin d'être cicatrisées. En témoignent les ruines des maisons encore visibles un peu partout, mais aussi la construction d'une nouvelle église orthodoxe en plein quartier musulman ou encore les graffitis " Général, nous t'attendons " en soutien au criminel de guerre Ratko Mladić peints sur les maisons des villages bosno-serbes des alentours. Pourtant, malgré la souffrance et la tension toujours palpables, Srebrenica représente un espoir pour le pays. Celui de la cohabitation entre musulmans et orthodoxes : alors que la politique de nettoyage ethnique a finalement presque atteint ses objectifs, c'est la seule ville aujourd'hui réellement mixte en République serbe de Bosnie. Autre espoir : le travail de deuil et de mémoire entrepris ici grâce au Mémorial. C'est là un exemple unique en Bosnie-Herzégovine. Alors que partout ailleurs, les " vainqueurs " ont imposé leur vision de l'histoire dans les villes et villages, ici, en plein " territoire serbe " le Mémorial oblige à une confrontation permanente, sans faux-semblant ni glorification, avec le passé. C'est par exemple grâce à ce mémorial que la Serbie voisine commence désormais à reconnaître sa responsabilité dans les massacres de 1995. Une main tendue qui permet d'envisager un jour une véritable réconciliation.

Histoire. Fondée à l'époque romaine sous le nom de Domavia, la ville se développe grâce aux mines d'argent qui lui vaudront d'être d'abord appelée Argentina, puis Srebrenica au Moyen Age (Srebrenica vient du mot srebrni qui signifie " argent "). Profitant de la Via Argentina qui la relie à l'Adriatique à travers les Alpes Dinariques, elle attire les marchands croates de Dubrovnik et les mineurs allemands de Saxe au XIVe siècle qui en font un important foyer catholique. Contrôlée par les rois de Bosnie à partir du XIIIe siècle, Srebrenica devient ottomane à partir de 1440. Au fur à mesure que l'influence de Dubrovnik décline, elle perd de son importance économique et se convertit peu à peu à l'islam tandis que les villages des alentours demeurent orthodoxes. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville sera le théâtre de combats entre Oustachis croates et Tchetniks serbes qui se livrent à des massacres de population : une centaine de Serbes sont assassinés par une unité bosniaque des Oustachis en janvier 1941 et 81 Bosniaques sont tués par les Tchetniks en avril 1942. Après-guerre, Srebrenica se développe à nouveau grâce aux mines de sel et au tourisme thermal.

Démographie. Cette petite ville compte aujourd'hui 2 600 habitants (15 200 avec toutes les communes de la municipalité), contre 5 700 en 1991. Sur place, la question de " l'épuration ethnique " demeure un sujet très sensible. Srebrenica serait en effet aujourd'hui la seule ville à majorité bosniaque de République serbe, cela grâce au retour des réfugiés depuis 2003. Cela provoque des tensions, alors que pour de nombreux habitants bosno-serbes, la ville est devenue " serbe " suite aux massacres et aux mouvements de population. La municipalité comptait 36 600 habitants à 76 % bosniaques avant la guerre. Selon le recensement de 2013, la population s'établissait à 15 200 habitants. Mais la répartition " ethnique " actuelle n'est pas connue, du fait de l'invalidation d'une partie des bulletins du recensement qui ont transité par la Serbie. Toutefois, les résultats locaux des élections de 2012 et 2014 montrent que les partis " bosniaques " sont légèrement en tête devant les partis " bosno-serbes ". Ce qui tendrait à prouver que la population de Srebrenica est effectivement de nouveau en majorité bosniaque.

À voir / À faire à SREBRENICA (СРЕБРЕНИЦА)

Adresses Futées de SREBRENICA (СРЕБРЕНИЦА)

Rechercher par catégorie :

Organiser son voyage à SREBRENICA (СРЕБРЕНИЦА)

Transports
  • Location voiture
  • Réserver un ferry
Hébergements
  • Trouver un hôtel
  • Location de vacances
  • Location Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyage sur mesure
  • Week-ends en France
Services / Sur place
  • Activités Airbnb
  • Réservez une table
  • Activités & visites
  • Expériences & Boxs

Photos de SREBRENICA (СРЕБРЕНИЦА)

BOSNIE-HERZÉGOVINE

Guide BOSNIE-HERZÉGOVINE

BOSNIE-HERZÉGOVINE 2018/2019

16.95 €
2018-06-13
336 pages
À découvrir sur le petit Futé
Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end de prestige pour 2 personnes au Château de la Dauphine !

Une escapade romantique en Gironde, au Château de la Dauphine .