La vieille ville de Zanzibar - Stone Town - est tellement unique qu'elle a été classée au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco. L'architecture de ce quartier porte incontestablement les traces d'un passé arabe et indien. Dès le XIIIe siècle, on édifiait de belles demeures en pierre de corail. Ici, le temps semble s'être figé, les édifices décrépits ont une patine authentique et charmante. Depuis 1985, l'Unesco entreprend un travail de restauration. Mais il faut faire vite car avec le temps, les maisons se dégradent, et les murs en pierre de corail sont vulnérables aux pluies torrentielles de mars, avril et mai. Ce sont surtout les portes sculptées qui retiennent l'attention. Zanzibar Town est une ville dont le centre est un véritable labyrinthe de ruelles. On est ébloui par la beauté d'une maison, le détail d'une porte sculptée et la quantité de bâtiments remarquables à chaque coin de rue. C'est dans ce dédale, à pied, le nez en l'air, que les charmes de Zanzibar se dévoilent. Vous pouvez alors croquer des moments de vie hauts en couleur. Exceptionnel, le moment où les chants des muezzins de toutes les mosquées de la ville s'élèvent en même temps au-dessus des toits, lorsque les enfants déboulent en courant ou sur des vélos à l'angle des rues, que les femmes discutent en faisant leur marché... Votre odorat sera en ébullition dans ce jardin des épices : on y sent la cannelle, le poivre et surtout le clou de girofle. Ce dernier a été importé par le sultan d'Oman, lorsqu'il a transféré, en 1840, la capitale du sultanat à Zanzibar. C'est dire l'importance de l'île qui ressemblait, à ses yeux, au paradis. A la fin de ce siècle, l'île était le premier producteur mondial de clous de girofle, construisant sa richesse sur les épices.

On ne trouve pas une seule voiture, vu l'étroitesse des lieux, mais piétons et cyclistes s'écartent devant les charrettes tirées par des hommes et les scooters qui passent à toute allure. De nombreux vendeurs essayeront de vous rabattre sur leur boutique dans la section vraiment touristique du centre, mais très vite, en s'éloignant, ils se raréfient. Pour partager cette vie de capitale qui ressemble en réalité à un village sympathique, il suffit de se promener. La ville est très sûre la journée jusqu'aux ruelles les moins touristiques, l'accueil des Zanzibarites est vraiment chaleureux, même si certains vendeurs sont collants. Depuis 2017, des caméras ont été installées à chaque coin de ruelle pour assurer la sécurité des habitants comme des touristes, car elle s'était un peu dégradée ces dernières années.

Architecture. Zanzibar Town compte la partie historique (Stone Town) de près de 25 000 habitants, et la partie nouvelle, baptisée Ngambo, de quelque 150 000 habitants. Stone Town, ou la ville de pierre - par opposition aux agglomérations africaines modernes -, est l'unique partie fréquentée par les touristes. Elle mérite d'être visitée pour ses nombreuses portes sculptées, ses balcons travaillés, ses loges ajourées et ses vérandas. L'influence arabe y est très sensible : l'appel des muezzins, les kanzu (gallabieh ou djellaba) des hommes, les bui-bui noirs ou blancs qui coiffent les femmes (c'est souvent leur cadeau de mariage). De nombreuses femmes portent également des saris colorés, d'autres des burkas noires. Mais ce labyrinthe de ruelles animées bordées d'échoppes est évidemment aussi empreint de culture africaine et métissée, coloré de pagnes africains traditionnels (kangas). Des vendeurs ambulants proposent du calmar frit un peu dur, du jus frais de canne à sucre, des objets d'art du pays. Une vie de quartier animée y règne tous les jours, avec papys papotant sur les placettes, enfants jouant au foot dans les ruelles... Vous découvrirez peut-être, au hasard de vos visites, ce qu'est l'udi : un mélange d'ingrédients variés comme le sucre, l'eau, du parfum, des fleurs, des épices et de l'eau de rose, que les femmes font brûler pour parfumer leur corps et les pièces des maisons. La ville fut bâtie en une quinzaine d'années sur l'emplacement d'un village de pêcheurs, probablement originaires du Mozambique. C'est en 1831 que le site de Shangani fut choisi par le premier sultan de Zanzibar, en raison de la profondeur de ses eaux. Autrefois, la vieille ville était isolée du reste de l'île par un canal naturel qui fut comblé au début du XXe siècle et dont la Creek Road suit aujourd'hui le cours et sépare les deux quartiers. La plupart des maisons de la vieille ville ont entre 100 et 200 ans. En dehors des 54 édifices religieux, dont 48 mosquées, ce sont pour la plupart de petits palais aux murs blanchis, construits tout en hauteur autour d'une cour. Les rues sont étroites et sinueuses, typiques de beaucoup d'autres cités plus orientales. Vous découvrirez sans doute au coin des ruelles ce qu'on appelle les baraz, des gradins de pierre qui longent les rues, qui sont des lieux des réunions informelles pour discuter entre amis.

Les lieux incontournables de ZANZIBAR TOWN

Organiser son voyage à ZANZIBAR TOWN

Transports
  • Vol pas cher
  • Location voiture
  • Traversée Maritime
  • Parkings Aéroport/Gare
Hébergements
  • Trouver un hôtel
  • Location Airbnb
  • Location de vacances
Séjours
  • Voyage sur mesure
  • Réserver une croisière
Services / Sur place
  • Réserver une table
  • Activités & visites
  • Assurance voyage

Photos de ZANZIBAR TOWN

ZANZIBAR

Guide ZANZIBAR

ZANZIBAR 2019/2020

13.95 €
2018-11-14
232 pages
Avis