Capitale " officieuse " d'un pays en voie de développement, Dar es-Salaam (le " Havre de paix " en arabe), compte environ 4,5 millions d'habitants (le double par rapport à il y a 15 ans) et continue de grandir, du sud au nord-ouest. Elle devrait être l'une des plus grandes villes du continent d'ici à quelques années, avec une population qui sera voisine des 8 millions vers 2030, posant d'ores et déjà des défis pour l'habitat, le travail et la sécurité.

A 75 km au sud de Bagamoyo, sur la côte de l'océan Indien, Dar n'était à l'origine qu'un petit port de pêche, Mzizima, comme tant d'autres en Afrique de l'Est. Le sultan de Zanzibar, Saïd Majid, y avait fait construire un palais en 1861 (disparu aujourd'hui), prévoyant de faire de sa ville la tête de pont du sultanat sur le continent, et y invita même en 1867 tous les grands consuls européens à un dîner de fondation. La Compagnie allemande de l'Afrique de l'Est obtint la concession du port en 1887 ; la petite ville comptait alors 5 000 habitants. Le site fut choisi en 1891, après Bagamoyo, Lushoto et Tanga, comme capitale de la Deutsch Ostafrika, car la configuration de la côte était telle que le fond de la baie formait un port naturel en eaux profondes, dépourvu de récif corallien grâce à l'estuaire de la rivière Kingoni (les alluvions qu'elle apporte rendant l'eau moins claire). Ce port allait être ainsi apte à accueillir les cargos allemands débarquant hommes et matériel avant de charger sisal, ivoire et épices. Les Allemands y installèrent l'électricité en 1907, peu avant Tanga et Lushoto. La ville prit vraiment de l'importance lorsque la ligne de chemin de fer qui la reliait au lac Tanganyika fut achevée, en 1914. En 1920, les Anglais en firent une succursale du port de Mombasa, tout en y installant le gouverneur du Tanganyika.

Mais aujourd'hui, c'est le centre économique et administratif du pays. Si la capitale officielle est Dodoma (siège du Parlement), à 310 km à l'intérieur des terres, la plupart des ministères et toutes les ambassades se trouvent à Dar. De nombreux dhows, ces bateaux traditionnels à voile triangulaire rapportent toujours quotidiennement le produit de leur pêche au marché aux poissons. La colonisation allemande a laissé ses traces, comme la grande gare du Central Railway, la cathédrale Saint-Joseph ou l'église luthérienne. Tous les alignements d'arbres à fleurs et tous les parcs sont des restes du passage des Anglais. Certaines rues présentent encore un caractère nettement asiatique, comme l'India Street, avec toutes ses boutiques et ses bazars, ou la Kisutu Street, avec ses temples hindous particulièrement animés à la nuit tombée.

Il vaut mieux ne pas s'aventurer seul le soir : certains touristes sont souvent détroussés dans le centre de Dar. Prudence et méfiance donc : n'acceptez pas d'être conduit par qui que ce soit, surtout par des individus qui vous aborderaient.

Les lieux incontournables de DAR ES SALAAM

Organiser son voyage à DAR ES SALAAM

Photos de DAR ES SALAAM

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

TANZANIE

Guide TANZANIE

TANZANIE 2018/2019

13.95 €
2017-10-18
432 pages
Ailleurs sur le web
Avis