Ville décomplexée et insolente de joie de vivre, Rio de Janeiro ne laisse jamais indifférent celui qui la découvre pour la première fois. Elle exalte nos cinq sens : la beauté des sites et des corps est partout, les odeurs de la ville, de la forêt et de la mer, les bruits joyeux des plages et quartiers animés, le toucher du vent chaud excite en permanence notre sensualité et les goûts exotiques des jus de fruits tropicaux nous rendent joyeux et émerveillés. Connaître Rio, c'est entrer en contact au moins une fois dans sa vie avec un art de vivre qui confine au bonheur.

 

Des visites hautes en couleur

Tout d'abord, honneur au monument le plus visité : le Corcovado et sa statue du Christ rédempteur. La vue est exceptionnelle et vous permettra de comprendre la topographie de la ville : la main droite de la statue montre les plages et quartiers résidentiels qui constituent la zone chic de Rio. La main gauche indique le centre-ville puis les quartiers populaires du nord de la ville. Pour y accéder, il vous suffit de vous rendre à la gare du funiculaire, située dans le quartier du Cosme Velho. A partir de trois personnes, un taxi reviendra moins cher et permettra de faire l'arrêt au belvédère Dona Marta, qui offre la plus belle vue sur le Pain de Sucre, l'autre carte de visite de la ville. Moins haute que le Corcovado (396 mètres), la montée est plus spectaculaire car elle s'effectue à bord d'un téléphérique - à faire absolument en fin d'après-midi pour apprécier le coucher de soleil sur la ville. Le départ se fait dans le quartier d'Urca, à côté de Copacabana.

Une fois la ville appréhendée d'en haut, il faut l'arpenter en commençant par le centre historique qui permet d'en comprendre son développement - à faire à pied, de préférence un jour de semaine, car le centre (qui est aussi le quartier des affaires) est désert le week-end. Que ce soit le monastère São Bento du XVIe siècle aux dorures baroques, le palais du Vice-Roi du XVIIIe siècle, l'Opéra du début du XXe siècle jusqu'au Palácio Capanema de Niemeyer et Costa, les fondateurs de Brasilia, le quartier rassemble tous les témoignages architecturaux des différentes époques de l'histoire du Brésil. Passez-y entre une demi-journée et une journée complète selon vos envies de culture.

Mais Rio est avant tout une ville d'extérieur et, pour les amoureux de la nature, deux visites sont indispensables : le fameux Jardin botanique, fondé par l'empereur Dom Pedro II en 1822, est un herbier géant de la flore brésilienne. La visite de la forêt de Tijuca est également un must : c'est la plus grande forêt urbaine au monde. Complètement enclavée dans Rio, les sportifs pourront y faire du rappel, de l'escalade, du V.T.T., ou plus simplement du trekking. Les plus courageux pourront s'élancer en Deltaplane ou parapente depuis la Pedra Bonita, en vol double avec instructeur.

Enfin, deux villes proches méritent une belle journée d'excursion : Niterói, situé de l'autre côté de la baie, nous fait apprécier l'une des plus belles vues sur Rio, et est l'occasion d'une visite au musée d'Art contemporain - soucoupe volante créée par Oscar Niemeyer - ainsi qu'au " chemin Niemeyer ", récent hommage au plus célèbre architecte brésilien composé de huit de ses oeuvres. Petrópolis, à 69 kilomètres dans les montagnes, propose à l'inverse un voyage dans le temps avec la visite du Musée impérial, ancien palais des Empereurs du Brésil du XIXe siècle.

 

L'art de vivre carioca

Et la plage dans tout ça ?... A Rio, elle fait partie du quotidien, s'éveille avec les coureurs et se couche avec les footballeurs. On s'y rencontre au poste 4 (les postes des sauveteurs sont numérotés de 1 à 12 entre Copacabana et Leblon), entre amis ou collègues, on y regarde les dernières tendances des maillots de bain, on y boit des bières en dégustant des fromages grillés, on y achète toujours quelque chose d'inutile aux vendeurs ambulants, et les habitués y disputent leur partie de beach-volley ou beach-soccer. Fréquenter son coin de plage, c'est indispensable pour apprécier Rio. Ipanema, la plage la plus tendance, garde ses clichés et les tribus affichées sont les suivantes : au poste 7 les surfeurs, au poste 8 les gays, au poste 9 les hippies-chic et au poste 10 les B.C.B.G.

Rio, c'est aussi le plaisir de la table, et la ville propose de nombreuses formules aptes à satisfaire toutes les bouches. Il y a notamment les fameuses churrascarias, restaurants où la viande, grillée en broche, est servie à volonté directement dans votre assiette. Ce serait un péché mortel dans n'importe quel autre lieu au monde, mais heureusement, le péché n'existe pas à Rio ! Mais la décontraction est plus évidente dans le botequim (entre le troquet et le bistrot). Pas toujours très propres (leur surnom est " pé sujo ", soit " pied sale "), chacun a le sien dans son quartier. Le botequim se fréquente ainsi : après quelques heures à la plage et la peau bien brûlée, consommez debout quelques bières bien glacées en discutant avec votre voisin. Vous mangerez également une cuisine conviviale à des tarifs imbattables dans les comida a kilo, sorte de cantines de quartier où vous payez la nourriture au poids. Enfin, pour une pause fraîcheur, goûtez sans modération aux jus de fruits exotiques frais des bars à sucos (jus). Outre les fruits exotiques connus, ils proposent nombre de fruits endémiques de l'Amazonie (maracaju, guarana, etc.).

A la nuit tombée, le meilleur quartier pour sortir est celui de Lapa, où les bars-boîtes sont parmi les meilleurs de la ville. Ils ne désemplissent pas du mercredi au samedi et on peut y retrouver un véritable esprit carioca avec des groupes de musique qui y jouent samba, forró, chorinho et autres musiques pour danser. La meilleure époque pour connaître le Rio festif est celle de l'été brésilien, qui s'étire de novembre à mars, et dont le point culminant est le carnaval. Durant cette période, répétition d'écoles de samba, répétitions de blocos (groupes qui défilent dans les rues), manifestations en tout genre, font de Rio une ville perpétuellement en fête. L'affluence de touristes brésiliens et étrangers contribue d'ailleurs à donner ce sentiment qu'à Rio la moitié de la population est toujours en vacances.

 

Le carnaval, la plus grande fête du monde

Rio est le plus organisé des carnavals au monde. Celui-ci dure officiellement 5 jours, du vendredi soir jusqu'au mardi gras. L'acmé de ces 5 jours de fête est bien entendu le défilé des écoles de samba : les 12 meilleures écoles de la ville défilent deux soirs de suite devant les 80 000 spectateurs installés sur les gradins de l'avenue Marquês de Sapucai, l'adresse officielle du Sambodrome.

Chaque école compose sa prestation autour d'un thème, appelé l'enredo : politique, nature, sport, art, musique, etc... Elle invente aussi sa chanson, dont certaines passeront à la postérité, crée des costumes, des chorégraphies et des chars multicolores, et répète plusieurs mois durant. Les dimanche et lundi soir de carnaval, ce sont les jours clés où défilent les meilleures écoles, chacune d'entre elles disposant de 80 minutes et de 3 500 à 4 000 participants déguisés et agités pour ébahir la foule et les jurés.

A l'issue des deux jours de défilé, un jury d'experts distribue des notes se référant à chaque dimension du défilé (on est proche de la méthode employée au patinage artistique). Assister au défilé du carnaval est un spectacle unique et incroyable... On ne peut que chaudement vous le recommander !

 

Infos futées

 

Quand ? L'été austral (de décembre à mars) est la meilleure période pour ceux qui veulent vivre la ville au maximum. Pour le carnaval en 2016, rendez-vous entre le 5 et le 13 février.

 

S'y rendre. Compter environ 11h30 avec un vol direct.

Trouvez votre vol au meilleur prix - Comparez

 

Utile. Pour préparer au mieux son voyage.

OFFICE DU TOURISME DU BRESIL - Plus d'informations sur le site

Réservez votre hôtel aux meilleures conditions - Comparez

Trouvez une activité culturelle ou sportive - Trouvez