Le monde entier connaît Cape Canaveral. C'est ici qu'ont été entreprises les actions qui ont stupéfait le monde, comme les premiers pas de l'homme sur la Lune, dont les images ont été diffusées jusque dans les profondeurs du Sahara. Cette longue bande de terre, également appelée Indian River, exerce depuis une fascination magique. Les passionnés qui rêvent de visiter le Kennedy Space Center, le lieu saint de l'aventure spatiale, voudront au minimum passer une nuit dans la zone de Cape Canaveral. Le Kennedy Space Center est en constante expansion afin d'offrir d'ici peu le meilleur aux deux millions de visiteurs qui se rendent sur le site chaque année. En outre, un impressionnant simulateur a été créé. Cette attraction qui dure une heure est riche en émotions fortes. Plus vrai que nature, le simulateur vous fait ressentir les sensations des astronautes au moment du décollage de la fusée. Véritable bijou technologique, certains considèrent même qu'il est plus performant que le véritable simulateur d'entraînement des astronautes basé au Johnson Space Center. Mais Cape Canaveral peut être considéré comme une destination à part entière plutôt que comme une simple étape d'un jour ou d'un jour et une nuit. En effet, outre le Kennedy Space Center et les autres temples sacrés de la technologie, Cape Canaveral abrite à son extrémité un grand sanctuaire d'oiseaux, une zone d'une diversité écologique complexe, merveilleuse.

Histoire

Dans les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale, les progrès des fusées militaires américaines ne leur permettent plus d'être lancées du désert de l'Ouest. Le choix se porte sur une longue bande de terre de la côte est de la Floride. L'accord est entériné en juin 1949 par le président Truman. Dans les années 1960, alors que le centre est au point culminant de son activité, il existe plus de vingt pas de tir en fonction. En 1958, la National Aeronautics and space Administration s'installe sur le site. Rapidement, les programmes Mercury et Gemini sont mis en place. Des satellites et des engins spatiaux automatiques sont lancés pour explorer le système solaire. A la fin de l'année 1962, les préparatifs commencent pour la construction du fameux pas de tir 39 d'où seront tirés les véhicules spatiaux Apollo-Saturn V. Plus tard, ce pas de tir sera transformé pour accueillir le Space Shuttle. A partir de 1989, il est réutilisé pour les vols réguliers de Columbia. Ce qui était alors une incroyable aventure, mais ce gage de prestige s'est transformé en quelques dizaines d'années en un gouffre financier. D'abord, parce qu'une fois les projets les plus fous pensés et réalisés, il a bien fallu se rendre à l'évidence que la conquête spatiale a un coût.

Si le programme lunaire Apollo de la NASA a fait travailler jusqu'à 400 000 personnes dans les années 1970, les restrictions budgétaires et le ralentissement des commandes ont fait chuter le nombre de salariés du Kennedy Space Center à 1 800 en 2002. A ce tableau économique, il faut ajouter les deux accidents majeurs qui ont mis un frein à de nouveaux lancements. En 1986, d'abord, lorsque la navette Challenger explose lors de son décollage, avec sept astronautes à bord, et devant les caméras du monde entier. Après de profonds remaniements techniques et de réorganisation interne, c'est la navette Columbia qui explose en février 2003 avec sept astronautes à son bord. Triste destin d'un cap qui avait la vocation de multiplier les vols habités. Pour l'heure, ce sont les deux millions de visiteurs annuels qui font recette, en venant admirer au Cape Canaveral l'incroyable épopée de la conquête spatiale, et, clou du spectacle, le programme lunaire Apollo, inégalé jusqu'à présent.

En 2011, une page définitive se referme lorsqu'est décidé l'arrêt d'envoi de navettes dans l'espace. Le 8 juillet Atlantis décolle donc pour la dernière fois avec à son bord quatre astronautes et atterrit le 21 juillet pour la dernière fois sur le sol de Floride. Les Américains n'enverront plus d'astronautes dans l'espace. Elle laisse des entrepreneurs privés prendre la relève...

En novembre 2011, suite à la disparition dans l'espace de la sonde russe Phobos-Grunt qui devait se poser sur mars, la Nasa annonce qu'elle va envoyer son propre robot d'exploration, baptisé Curiosity, sur la planète rouge. Le 6 août 2012, Curiosity est donc envoyée sur Mars depuis Cape Canaveral. Sa mission : trouver des traces de vie sur cette planète méconnue. Munie de 6 roues et d'une dizaine d'instruments, le robot a parcouru 1 500 m en un an. Il n'a pas encore trouvé de traces de vie sur Mars mais des éléments intéressants sur le passé de cette planète. Les observations des multiples instruments de Curiosity ont ainsi permis de montrer qu'il y a eu un vaste lac pendant des millions d'années sur Mars. Pour confirmer toutes ces données, la Nasa enverra une autre sonde baptisée Curiosity 2 en 2020.

À voir / À faire à CAPE CANAVERAL

Adresses Futées de CAPE CANAVERAL

Rechercher par catégorie :

Photos de CAPE CANAVERAL

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

13.95 €
2019-01-09
432 pages
Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour d'une semaine en cahutte pour 5 personnes avec Huttopia !

Vivez une expérience unique pour 5 personnes ! Huttopia vous offre un séjour d'une semaine en Cahutte parmis les 3 villages : Senonches, Dieulefit, Sud Ardèche