La cité a du charme, perchée sur une colline plantée d'oliviers. Après une trentaine de kilomètres depuis Rome, par une route un peu morne, Tivoli apparaît comme une récompense, juste après Bagni di Tivoli, bourg thermal sans grâce et bruyant. Les deux curiosités majeures et classées au patrimoine mondial de l'Unesco, la villa d'Este et la villa Adriana, appartiennent à des époques différentes et sont toutes deux fort passionnantes. Le bourg lui-même est bien agréable, et une courte promenade dans le quartier ancien vous en convaincra. Vues de choix sur la plaine romaine depuis les belvédères. Les nombreux édifices encore visibles sur son territoire témoignent de la riche histoire de Tivoli et de l'intérêt que différents rois, empereurs, gouverneurs ou même papes ont porté à cette ville, proche de Rome et située sur les bords du fleuve Aniene. Ainsi, de l'époque où elle fut dominée par Rome, Tivoli conserve-t-elle différents temples, ainsi que la splendide villa Adriana. A voir également, l'Augusteum, où les habitants de la ville révéraient l'empereur, la Mensa Ponderaria, pour ceux qui s'intéressent au système antique des poids et mesures, et les vestiges de l'amphithéâtre romain (près de la Rocca Pia, via A. Moro), avec son arène centrale et ce qu'il reste des gradins. De l'époque de sa soumission à l'empereur Frédéric Barberousse, au XIIe siècle, Tivoli a gardé les maisons-tours. Par ailleurs, plusieurs demeures remontant au Moyen Age sont visibles via del Colle ou, mieux encore, via Campitelli (à l'ouest de la villa d'Este), avec la " maison gothique ". Quant à l'architecture religieuse médiévale, elle est fort bien représentée par l'église San Pietro alla Carità (superbe pavage), celle qui est dédiée à San Silvestro, du XIIe siècle (les fresques qui datent de la même époque représentent le saint homme en compagnie de l'empereur Constantin), et, enfin, l'église Santa Maria Maggiore, qui abrite de nombreux tableaux. De la Renaissance, Tivoli garde plusieurs palais (visibles via du Trevio et via Domenico Giuliani), ainsi que la villa d'Este, la ville étant alors gouvernée par le cardinal du même nom. Enfin, le pape Grégoire XVI, au cours du XIXe siècle, procéda à différents aménagements de Tivoli à la suite d'inondations, époque de la construction de la villa qui porte son nom. Le parc boisé de la villa Gregoriana s'inscrit dans la lignée des jardins italiens à l'architecture féerique, par sa végétation et par ses jeux d'eau.

Les lieux incontournables de TIVOLI

Organiser son voyage à TIVOLI

Photos de TIVOLI

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

9.90 €
2019-01-30
384 pages
Ailleurs sur le web
Avis