C'est entre le Yucatán (Mexique) et le Guatemala, faisant fièrement face à la deuxième plus grande barrière de corail au monde, baignée par la lascive mer des Caraïbes que l'on découvre ce tout petit pays d'Amérique centrale. Véritable concentration de splendeurs naturelles et semé de trésors de la civilisation maya, le Belize est synonyme de diversité : jungles luxuriantes, plages de sable blanc et fonds marins exceptionnels attirant les plongeurs de quatre coins du monde. Et c'est précisément à travers ce territoire à la faune et à la flore tropicales d'une immense densité - 60 % de la surface du pays est classée ou réserve ou parc naturel - que le guide touristique du Belize se propose de vous emmener. Que l'on y vienne en séjour tout compris, voyage de luxe ou circuit découverte, cette destination dévoile ses magnifiques plages où le farniente est de bon ton, tandis que les centaines d'îles entourant la barrière de corail séduiront pêcheurs et contemplateurs des fonds marins ! Belize City abrite quelques musées qui valent le détour, mais c'est plus volontiers au coeur des parcs que se lit l'histoire plus que millénaire de la région, dans la pierre des pyramides et autres temples mayas. La culture créole enfin est un atout bélizien séduisant, symbole vivant de l'union entre les diverses origines ethniques de sa population. A peine on pose le pied sur le tarmac tropical que nous saisit ce mot datant de 1934 d'Aldous Huxley : " Si le monde avait des extrémités, le Belize en serait sans aucun doute l'une d'entre elles. " Cette sensation de bout du monde est bien réelle !

Les lieux incontournables du Belize

Quand partir au Belize ?

Quand partir au Belize ? La haute saison touristique s'étend de décembre à mai, tandis que la basse saison s'étend de juin à novembre. La haute saison débute pleinement avec les vacances de fin d'année. Une petite baisse de régime a lieu à la fin janvier, constituant ainsi une réponse digne d'attention à la question de quand partir au Belize, avant de reprendre un rythme soutenu à partir de la mi-février. La haute saison bénéficie d'un climat très favorable à la détente, tandis que la basse saison est soumise à de longues journées pluvieuses. Mais l'avantage de voyager en basse saison est de bénéficier de tarifs dégressifs qui peuvent aller parfois jusqu'à 50 % de réduction sur le tarif des chambres. Si les tarifs spécifiques basse saison ne sont pas indiqués pendant vos réservations, pensez donc à négocier. Le mois d'août, connu pour ses périodes de sécheresse, est certainement la meilleure période pour partir au Belize : tarifs intéressants et un climat clément.

Comment partir au Belize ? Nos conseils & astuces

Quelques tours-opérateurs, agences de voyages coutumières de la zone Caraïbe et Amérique centrale et autres spécialistes de la région proposent des voyages tout inclus, que ce soit en resort all-inclusive ou en hôtels seuls, mais sont également disposés à vous monter un programme de vacances sur mesure. Les packages comprennent habituellement vol et logement, et parfois quelques activités, et peuvent combiner la visite du Belize avec celle des temples mayas du Guatemala et du sud du Mexique.

Découvrez notre sélections d'agences de voyages pour cette destination

Le prix moyen d'un vol de l'Europe vers Belize City tourne autour de 750 € A/R en basse saison, et environ 1 100 € A/R en haute saison. Pour obtenir des tarifs intéressants, il est indispensable de vous y prendre très en avance. Vous devrez nécessairement faire une escale aux États-Unis depuis l'Europe et il est donc impératif de remplir sur Internet au moins 72h avant votre départ le formulaire ESTA (https://esta.cbp.dhs.gov) assorti d'une taxe de 14 US$.

Que ce soit par terre, par l'air ou par la mer, il est facile de traverser le pays. Plusieurs compagnies aériennes et de bus desservent quotidiennement les principales villes du pays. On pourra aussi louer un véhicule pour être libre de ses déplacements mais la location de véhicules au Belize est très chère. Des ferries assurent la liaison avec les îles paradisiaques d'Ambergris Caye et de Caye Caulker, et on peut commander des bateaux privés pour se rendre sur des îles plus isolées.

Organiser son voyage au Belize

Les circuits touristiques au Belize

Belize, entre sites archéologiques et barrière de corail

Si votre agenda vous le permet, un séjour de deux semaines au Belize laisse largement le temps d'explorer les sites mayas les plus exceptionnels ainsi que les îles caribéennes entourant la barrière de...

Envie d'un voyage sur mesure ?

Nous vous mettons en relation
avec l'agence locale
spécialiste de votre destination !

Une semaine à Belize City

Que vous soyez en voyage au Mexique, au Guatemala et même aux États-Unis, vous pouvez facilement organiser une escapade au Belize d'une semaine pour venir profiter de ses sites remarquables.

Photos du Belize

Découvrir le Belize

Survol du Belize

<p>Placencia South.</p>

Placencia South.

Géographie

Le Belize est le plus petit pays d'Amérique centrale avec une superficie totale de 22 966 km² dont 160 km² sont composés d'eau. Cela ne l'empêche pas de proposer une diversité de paysages surprenante pour sa petite taille. Entre les Montagnes Mayas, la forêt tropicale, les plaines traversées de rivières, et les îles de la mer des Caraïbes, le dépaysement est toujours au rendez-vous. Le Belize partage des frontières avec le Mexique au nord, et le Guatemala à l'ouest et au sud. Seul pays de l'Amérique centrale a ne pas avoir de côtes sur l'océan Pacifique, le Belize totalise 386 km de côtes sur la mer des Caraïbes.

Le territoire continental. Le Belize se divise en trois espaces géographiques continentaux spécifiques dispersés sur environ 280 km de terres du nord au sud, et 100 km d'ouest en est. Les Montagnes Mayas - dont le plus haut sommet, le Doyle's Delight, atteint 1 124 m d'altitude -, se situent dans le sud-ouest du pays, en suivant la frontière avec le Guatemala. A partir de la frontière avec le Mexique, au nord du pays, s'étend une région de plaines traversées par des rivières et cours d'eau nombreux. Enfin, le long de la mer des Caraïbes, le territoire est plat et marécageux. 70 % de l'ensemble du territoire terrestre du pays sont recouverts de végétation naturelle, et 39 % de ce même territoire sont constitués de zones de forêts protégées. Les rivières, très nombreuses dans le pays, traversent et irriguent ces forêts. La plus longue est la Rivière Belize, avec 250 km parcourus depuis les Montagnes Mayas à l'ouest de San Ignacio jusqu'au nord de Belize City, où elle vient se jeter dans la mer des Caraïbes. De nombreux sites mayas bordent cette rivière comme les temples de Xunantunich, Chaa Cree et Cahal Pech.

La composition géologique du territoire continental est principalement calcaire et remonte à la période crétacée (145 à 66 millions d'années av. J.-C.), à l'exception de la zone des montagnes au sud-ouest principalement faites de sols d'origine paléozoïque (de -541 à -252,2 millions d'années av. J.-C.). La zone de montagnes à l'ouest du pays était déjà au-dessus du niveau de la mer, ce qui en fait la zone terrestre la plus ancienne de l'Amérique centrale. Cette zone est sûrement la plus intéressante du pays sur le plan géologique. Elle est caractérisée par un nombre important de grottes, de gouffres et de réseaux souterrains dont l'exploration s'avère passionnante.

Les îles. Avec ses 386 km de côtes sur la mer des Caraïbes, le Belize compte plus de 450 îles et cayes (îlots) de sable et de mangrove recouvrant une zone d'approximativement 690 km². Plusieurs regroupements d'îles ont été recensés du nord au sud des eaux territoriales béliziennes : le groupe d'Ambergris, le groupe du Centre, du Sud, l'atoll de Turneffe, Lightouse Reef et Glover's Reef. Ces différents groupes sont rattachés aux districts de Corozal et de Belize City. L'ensemble forme la Barrière de Corail du Belize, deuxième plus importante barrière de corail du monde en superficie, placée juste derrière la Grande barrière de corail d'Australie, et inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1996. Il s'agit de la zone la plus touristique du pays car son exploration permet la découverte de paysages caribéens exceptionnels. Trois des quatre atolls coralliens de l'hémisphère occidental sont situés au Belize. Le pays est aussi très célèbre pour le site naturel du Great Blue Hole, gouffre sous-marin géant de 300 m de circonférence et de 124 m de profondeur, situé au centre du Lightouse Reef et dont la formation a débuté en -150000 avant Jésus-Christ. Le Great Blue Hole est considéré aujourd'hui comme l'un des sites de plongée les plus majestueux au monde.

Climat

Le climat bélizien est dit subtropical, c'est à dire humide et chaud. L'humidité se ressent plus sur les côtes, mais la brise marine vient régulièrement en atténuer son effet. L'intérieur des terres est connu pour ses nuits plutôt fraîches, d'autant plus si vous êtes en altitude. Tout au long de l'année les températures peuvent osciller entre 10 et 35 °C en fonction des districts et des saisons.

Les ouragans sont un des dangers principaux au Belize. La saison des ouragans s'étend du 1er juin au 30 novembre environ. L'histoire du Belize a été marquée par plusieurs ouragans terribles. En 1906, puis en 1931 où la ville de Belize City est touchée avant d'être dévastée de nouveau en 1961 par l'ouragan Hattie. C'est d'ailleurs suite à ce dernier ouragan qu'est décidé le déménagement de la capitale du pays à Belmopan, à l'intérieur des terres. Plus récemment, les ouragans Greta (1978), Iris (1981) et Richard (2001), ont touché le Belize, causant de nombreuses destructions, tout comme l'ouragan Earl, qui a traversé le pays au niveau de Belize City du 2 au 6 août 2016. Il faut donc être très vigilant en cas d'annonce d'ouragan et suivre les recommandations des autorités locales (s'abriter et ne surtout pas sortir).

Environnement – écologie
<p>Les Five Sisters Falls, au coeur de la Mountain Pine Ridge Forest Reserve.</p>

Les Five Sisters Falls, au coeur de la Mountain Pine Ridge Forest Reserve.

Le Belize fait face à plusieurs problèmes environnementaux majeurs.

Parmi eux, la déforestation est une des problématiques principales du système écologique bélizien. En 30 ans, de 1980 à 2010, le pays a vu 17,4 % de sa forêt disparaître. En moyenne, chaque année on détruit au Belize 2 632 hectares de forêt. Ce phénomène est principalement lié à l'exploitation forestière illégale de pans entiers de terrains. Certains lots privés de forêts sont aussi convertis en zone d'exploitation agricole, ce qui diminue aussi sensiblement les zones de forêts. Ainsi, des plantations de canne à sucre, de bananes et de citrons se sont démultipliées, et sont exploitées sans s'inscrire dans une logique de développement durable. Des produits polluants y sont utilisés massivement, et dévastent ensuite les sous-sols béliziens, les rivières, et la zone côtière.

Bien que le Belize reste majoritairement recouvert de zones végétales, cette diminution constante de ses zones forestières au profit de zones agricoles polluées ne doit pas pour autant être déconsidérée. Le gouvernement a d'ailleurs désigné 95 zones protégées sur le territoire continental et 10,6 % de ses eaux territoriales afin de pouvoir assurer un contrôle strict de la gestion des ressources naturelles du pays. Le ministère des Ressources Naturelles et de l'Immigration est un acteur majeur dans la lutte contre cette déforestation du pays.

Certaines conséquences du tourisme constituent un autre problème environnemental majeur auquel le pays doit faire face. Alors que la population de Belize est d'environ 300 000 habitants, le tourisme qui ne cesse de s'accroître dans le pays apporte avec lui des flots de visiteurs toujours plus nombreux. Le nombre de visiteurs au Belize a atteint ces dernières années une moyenne annuelle d'environ 300 000 visiteurs, ce qui équivaut donc à la population du pays. Pourtant, les infrastructures ne sont pas développées en conséquence et le tourisme engendre alors des problématiques importantes, comme pour le traitement des eaux usées. Ce traitement n'est déjà pas mis en place convenablement pour les populations, et une grande partie des eaux usées se déversent à l'heure actuelle dans la mer Caraïbes. Il en va de même pour le traitement des déchets. Quant aux transports générés par le tourisme, par voie terrestre ou maritime, les infrastructures n'y sont pas préparées. Le tourisme engendre aussi des projets immobiliers tant sur la côte que sur les îles, qui sont parfois réalisés en toute illégalité et sans respect de l'environnement alentour. Mangroves, jungles et littoral subissent alors des dégâts irréparables, faute de moyens de contrôles efficaces.

Enfin, la diminution de la pauvreté des populations est aussi un enjeu stratégique essentiel auquel le gouvernement tente de s'attaquer, avec l'appui d'organisations internationales. Les populations pauvres béliziennes sont dans des stratégies de survie qui ne permettent pas des modes de vie s'inscrivant dans un développement durable. Il faut donc lutter contre la pauvreté pour pouvoir s'inscrire dans une logique de développement pérenne.

Parcs nationaux

Depuis son Indépendance en 1981, le Belize a su mettre en place de nombreuses lois et des statuts permettant de protéger les trésors naturels et culturels dont il regorge. Tant et si bien qu'aujourd'hui, plus d'un quart du territoire du Belize est protégé grâce à 95 zones bien délimitées. La superficie terrestre protégée totale est de 769 093 hectares, et la superficie maritime protégée totale est de 159 030 hectares.

Il existe plusieurs types de zones protégées : réserve archéologique, réserve forestière, réserve marine, parc national, monument naturel, réserve naturelle, parc animalier et réserve privée. Le ministère des Ressources naturelles et de l'Environnement assure la gestion et la protection de ces zones, aidé pour certaines par des organisations non gouvernementales comme la société Audubon. On recense plus précisément 17 parcs nationaux, 5 monuments naturels, 3 réserves naturelles, 7 parcs animaliers, 16 réserves forestières et 8 réserves marines. Ces zones sont à la fois considérées comme des espaces de conservation des espèces animales et végétales, ainsi que des lieux de tourisme responsable. Il existe aussi 8 réserves privées, gérées par des initiatives individuelles et qui couvrent à l'heure actuelle une superficie d'environ 130 000 km². Voici une liste non exhaustive des parcs les plus intéressants à visiter dans le pays.

Hol Chan Marin Reserve. Datant de 1987, la Hol Chan Marine Reserve est aujourd'hui une des réserves les plus visitées du pays. Grâce au travail de protection de cette zone par le gouvernement et des organismes internationaux, la biodiversité observable est exceptionnelle. La Réserve Marine d'Ho Chan, située près d'Ambergris Caye, couvre environ 8 km² et est divisée en 4 zones : la barrière de corail, les plantes marines, la mangrove et la zone de raies-requins " Shark Ray Alley ". Les deux zones les plus visitées de la réserve sont sans nul doute la Barrière de Corail et la Shark Ray Alley.

Half Moon Caye National Monument. Situé au sud-est du Lightouse Reef, et à la fois sur terre et en mer, cette île abrite des paysages caribéens extraordinaires et est célèbre en tant que lieu de reproduction des tortues caouannes et imbriquées et de l'oiseau fou à pied rouge. On y observe aussi de nombreux lézards et geckos. Il est possible d'y camper. La meilleure saison pour s'y rendre s'étend de décembre à mai.

Bacalar Chico National Park & Marine Reserve. Situé sur l'île d'Ambergris Caye, ce parc n'est pourtant accessible qu'en bateau. On y croise des crocodiles, des tortues venues pondre leurs oeufs et de nombreuses espèces d'oiseaux. La plongée dans les eaux du parc s'avère exceptionnelle étant donnée la couleur des coraux et la diversité des spécimens de poissons rencontrés. En fonction du vent, on peut aussi se rendre au " Rocky Point ", seul lieu du Belize où la barrière de corail rencontre le littoral !

Cockscomb Basin Wildlife Sanctuary. Ce parc national est situé dans le Stann Creek District et s'étend sur plus de 400 km². Fondé dans les années 1990, il s'agit de la première et de la plus importante réserve de jaguars au monde. Le parc est aussi célèbre pour ses magnifiques chutes d'eau, ses vues sur les Montagnes Mayas, ses sentiers pédestres, et la diversité des oiseaux tropicaux qu'on peut y observer.

Crooked Tree Wildlife Sanctuary. Crooked Tree est devenu une réserve en 1984 grâce à la Belize Audubon Society. Première réserve naturelle du pays, Crooked Tree est particulièrement célèbre pour ses terres immergées, sa grande population de Jacana du Mexique et de Grébifoulque. La réserve compte aussi la population de Jabiru d'Afrique la plus importante de toute l'Amérique centrale.

Rio Bravo Conservation Area. Créée en 1998, cette zone de conservation est située au nord-ouest du Belize, non loin de la frontière avec le Guatemala. Différentes études ont permis de recenser plus de 390 espèces animales vivant dans la zone - une grande majorité étant des chauves-souris - et 70 espèces d'oiseaux. Plusieurs types de paysages sont regroupés dans cette zone : forêts de pins, forêts de palmiers, forêts marécageuses et lagunes d'eau douce.

Blue Hole National Park. Littéralement " le parc national du trou bleu ", à ne pas confondre avec le Great Blue Hole de la barrière de corail ! Ce parc est situé près de la capitale Belmopan et tient son nom d'une piscine naturelle d'un bleu cristallin dans laquelle on vient se baigner. On peut aussi y explorer une grotte et différents sentiers de randonnée permettent de partir à la rencontre de la faune et la flore de la région.

Chiquibul National Park. Parc national le plus important en termes de superficie, situé dans le District de Cayo, couvrant près de 110 000 hectares et abritant les sublimes ruines mayas de Caracol.

Faune et flore
<p>Toucans de la forêt tropicale bélizienne.</p>

Toucans de la forêt tropicale bélizienne.

La faune et la flore du Belize sont un des principaux attraits touristiques du pays. Malgré sa petite taille, les différents programmes de protection et de conservation de l'environnement ont en effet permis de les préserver efficacement et d'offrir aux touristes un condensé exceptionnel de la nature sauvage d'Amérique centrale. Les zones protégées créées dans le pays après son indépendance mettent particulièrement l'accent sur la préservation de la biodiversité et la protection des espèces animales et végétales en voie d'extinction. On a recensé environ 150 espèces de mammifères, 550 espèces d'oiseaux, 150 amphibiens et reptiles, près de 600 espèces de poissons et 4 000 espèces de plantes à fleurs dont 700 arbres.

Voici une liste de quelques animaux et plantes typiques à rencontrer dans les différentes réserves du pays.

Animaux de la forêt tropicale

Jaguar. Le jaguar est le félin le plus grand d'Amérique centrale, et le 3e plus grand du monde. Il fait partie des cinq grands félins du genre Panthera (avec le tigre, le léopard, le lion et l'once ou panthère des neiges). Un jaguar vit en moyenne 12 à 15 ans à l'état sauvage et jusqu'à 20 ans en captivité. L'animal atteint l'âge adulte à 3 ans. Son poids moyen est alors de 50 kilos, et il atteint environ 1,20 mètre de longueur. En terrain sauvage, son territoire s'étendra en général sur 20 à 40 kilomètres carré. Le Belize a pour particularité d'abriter la seule réserve de jaguars au monde, la Cockscomb Basin Wildlife Sanctuary and Jaguar Preserve, qui accueille environ 200 représentants de cette espèce. Lors d'une balade dans la réserve avec un guide, on peut donc avoir la chance de tomber nez à nez avec un de ses habitants. Pour mettre toutes les chances de son côté, il vaut mieux partir en excursion à la tombée de la nuit, et savoir rester silencieux. Malgré ces précautions, il arrive souvent que la rencontre avec ce magnifique félin ne se produise pas. Pour ceux qui veulent être sûrs de ne pas les rater, on peut donc se rendre au Zoo du Belize, plusieurs spécimens y étant gardés. Animal solitaire, il se rassemble avec ses congénères pour se reproduire. Le jaguar chasse en général la nuit, et s'attaque à de nombreuses espèces, de la souris au tapir. Dans la réserve de Cockscomb, 87 espèces ont été recensées en tant que proies du jaguar. C'est dire si ses goûts sont diversifiés ! Il peut même s'attaquer parfois à des crocodiles ou des tortues. Le Belize est un des pays où l'on recense le plus de jaguars et où il est décemment protégé. La chasse en est donc logiquement interdite.

Tamandua. Cet animal de type fourmilier que l'on retrouve du Sud du Mexique à l'Amérique centrale s'épanouit pleinement dans les forêts béliziennes. D'une taille moyenne de 60 cm et d'un poids d'environ 6 kg à l'âge adulte, le tamandua vit en solitaire et se nourrit principalement de fourmis et de termites qu'il chasse dans leurs nids. Son pelage est un mélange de couleurs claires sur la tête et le haut du dos, et d'une veste noire qui recouvre l'extérieur de son dos et ses épaules. Sa tête et son corps allongés lui donnent une apparence vraiment étrange. Un centre de refuge a été ouvert au Caves Branch Lodge près de Belmopan en 2010 où des tamanduas blessés sont régulièrement accueillis et traités avant d'être relâchés dans la forêt. C'est une belle occasion de pouvoir en approcher de près.

Tapir. Connu aussi sous le nom de vache des montagnes, le tapir est un des animaux emblématiques du Belize. Le pays compte environ 3 000 spécimens sur son territoire. On en trouve dans l'ensemble des zones protégées du pays, à l'exception peut-être du Guanacaste National Park and Rio Blanco. Le tapir pèse à l'âge adulte entre 150 kg et 300 kg et mesure environ 2 m. Il possède une ouïe et un odorat très développés, mais sa vue est assez mauvaise. En liberté, le tapir vit autour de 30 ans et atteint l'âge adulte à 3 ans. Animal solitaire, il se rassemble avec ses congénères uniquement pour se reproduire. Il se déplace principalement de nuit et évolue dans la forêt tropicale, à proximité des rivières où il aime se baigner ou se protéger de ses prédateurs. Les tapirs sont des herbivores, et profitent donc des nombreuses ressources naturelles de la forêt bélizienne.

Singes. Plusieurs espèces de singes sont observables au Belize comme le singe araignée noir, mais le plus célèbre est incontestablement le singe hurleur. Il tient son nom de son cri si particulier et particulièrement effrayant la première fois qu'on l'entend. Ce singe mesure de 50 à 70 cm en comptant sa queue. L'animal se sert de sa queue aplatie comme d'une cinquième patte lorsqu'il marche. Son poids est d'environ 15 kg. Il pousse en général de longs cris plaintifs le matin, et lorsqu'il affronte un congénère. Ce bruit est certainement l'un des plus puissants de la forêt tropicale du Belize. L'animal se déplace en clan, composé généralement d'un à deux mâles pour cinq à six femelles, sur un territoire qui ne dépasse pas les 10 hectares. Le singe hurleur est herbivore, et se nourrit donc principalement de fruits, de graines et de plantes. L'espèce est protégée et on peut en rencontrer le long des rivières, ou au Cockscomb Basin Wildlife Sanctuary où la population y est particulièrement importante.

Toucan. Le toucan est l'oiseau national du Belize. Sa caractéristique principale est son bec coloré de vert, jaune, d'orange et de rouge. Cet oiseau est particulièrement agile ce qui lui permet de se nourrir de nombreux fruits tropicaux, récupérés sur les arbres de la forêt. Il est capable d'inciser les fruits et d'en extraire les denrées comestibles. Il se nourrit aussi de serpents, de lézards, d'insectes, et des oeufs d'oiseaux plus petits que lui. Il se déplace en général en bande de 6 à 8 membres et se reproduit par portée de 1 à 4 oeufs. Mâle et femelle se relaient pour couver le nid. Le bruit du toucan peut être comparé à un croassement qui fait penser au son émis par le crapaud.

Poissons autour de la barrière de corail

Barracuda (famille des sphyrénidés), vit en bancs. Un des prédateurs les plus redoutés de la barrière de corail, avec ses dents effrayantes qui rappellent celles des piranhas.

Carangues. Son corps aplati à la robe argentée est recouvert de mouchetures noires et bleues. On les trouve autour de la barrière.

Wahoo. Particulièrement apprécié des pêcheurs pour sa rapidité qui en fait une proie convoitée, le wahoo peut aller jusqu'à 50 km/h en vitesse de pointe. Sa grande gueule et son museau pointu ainsi que ses rayures bleues le rendent assez reconnaissable.

Bonite. Cousin du thon, ce poisson migrateur nage proche de la surface. Il se nourrit principalement de sardines et de mulets.

Espadon. Facilement reconnaissable par son grand rostre aplati en forme d'épée dont il se sert pour assommer ses proies. L'espadon peut mesurer jusqu'à 4 m et peser plusieurs centaines de kilos.

Mahi-Mahi. De couleurs verte et jaune, le mahi-mahi est facilement reconnaissable et particulièrement apprécié pour son goût raffiné. Les mahi-mahi pèsent en général entre 7 et 15 kg et sont prisés dans la pêche au gros.

Marlin. Vit en eau profonde. Son corps est allongé et on l'identifie grâce à sa longue nageoire dorsale et sa bosse immédiatement en arrière du crâne.

Permit. LE poisson à attraper pour les amoureux de la pêche à la mouche. Il possède un système visuel hyper performant qui le rend très difficile d'approche. En général, on le pêche dans les Flats aux alentours des Cayes.

Raie. Les raies sont nombreuses autour de la barrière de corail et en particulier à la réserve Shark Ray Alley, près de Caye Caulker. On peut les y observer de près, les raies appréciant particulièrement la présence des plongeurs.

Requin-nourrice. Pour en rencontrer, rien de mieux qu'une excursion à la réserve Shark Ray Alley à proximité de Caye Caulker. Ils y sont très nombreux et se déplacent en bande. Leur couleur est le marron, et ils peuvent mesurer jusqu'à 4 m de long. Leur nom vient du bruit qu'ils émettent lorsqu'ils se nourrissent, similaire à celui des bébés lorsqu'ils tètent.

Snapper (percidé), de couleur rouge, à la chair très appréciée.

Tarpon (Megalops atlanticus). Ce poisson mesure entre 1,20 m et 2,40 m et pèse environ de 60 à 120 kg et de couleur argentée. Espèce particulièrement appréciée des pêcheurs, pour sa résistance au combat et sa persévérance !

Thons. Différentes espèces de thons s'épanouissent dans la mer des Caraïbes du Belize : le rouge, albacore ou encore à nageoires jaunes.

Arbres et plantes

Acajou. Il s'agit de l'arbre national au Belize et une de ses plus grandes fiertés. Bois de couleur rose pale ou rouge, il s'exporte facilement étant donné ses propriétés de conservation, et la facilité avec laquelle on peut le travailler.

Cacao. L'exploitation des arbres à cacao a commencé il y a environ 15 000 ans au Belize. Le cacao fait en effet partie des ingrédients les plus utilisés dans les régimes mayas. Aujourd'hui, le pays exploite et vend principalement du cacao bio.

Orchidées. On a recensé près de 300 espèces d'orchidées au Belize. Les plus célébres sont l'orchidée noire (plante nationale du Belize). On peut observer environ 200 de ces espèces au Belize Botanic Garden.

Ceiba. L'arbre ceiba jouait un rôle important dans la vie quotidienne des Mayas ainsi que dans leur vie spirituelle où le ceiba était le lien entre le monde souterrain et le paradis ; leur arbre à vie. Pouvant atteindre 60 à 70 m de hauteur, c'est un des plus grands arbres du pays.

Guanacaste. Facilement reconnaissable par son diamètre imposant, le guanacaste peut avoir un tronc de plus de 2 m de diamètre. Un des parcs nationaux du Belize porte son nom, le Guanacaste National Park, et on peut y observer de nombreux arbres guanacaste, dont un spécimen vieux de plus de 160 ans. Le parc est situé à quelques kilomètres de Belmopan.

Mangrove. La mangrove recouvre près de 4 % du territoire bélizien. Menacée par les projets immobiliers toujours plus nombreux, la mangrove est au centre de plusieurs projets de protection gouvernementaux et étrangers. La mangrove joue un rôle essentiel de protection des rivages et de l'écosystème des poissons de la barrière de corail.

Pins. De nombreuses forêts de pins s'épanouissent sur le territoire bélizien. Ces forêts constituent un des rares endroits de la région où peut s'épanouir cette espèce d'arbre en basse altitude.

Hibiscus. On en trouve un peu partout dans le pays, dans les rues, dans les jardins, dans les pots de fleurs. Plusieurs teintes, mais toujours la même splendeur !

Reportages & actualités du Belize

Ailleurs sur le web
Avis