On se laisse envahir par un sentiment particulier en s'approchant des terres d'Éthiopie : la fascination. Territoire de forts contrastes géographiques, climatiques et culturels, conservatoire d'histoire et d'une incroyable diversité de populations, l'Éthiopie fonde son identité sur des mythes et légendes encore profondément ancrés dans l'inconscient collectif. Considérée comme le berceau de l'humanité depuis la découverte de Lucy dans la vallée de l'Omo, l'Éthiopie contemporaine regroupe plus de quatre-vingts peuples distincts qui possèdent chacun leur langue et leur culture particulières. Des musulmans de l'Ouest, Afars et Somalis, aux orthodoxes des hautes terres, Tigréens et Amharas, et jusqu'aux tribus ancestrales aux confins des frontières kenyane et sud-soudanaise (Hamers, Karo...), cette palette ethnique est l'une des plus riches du monde. Dans cette incroyable diversité, le pays a su faire émerger une culture nationale et tisser des liens étroits entre ses peuples. La richesse de l'Éthiopie réside également dans la diversité de son patrimoine géographique et historique : églises monolithes de Lalibela et du Tigré - décors grandioses de fêtes religieuses colorées -, paysages époustouflants des massifs du Simien et du Balé culminant à près de 4 600 m, châteaux moyenâgeux de Gondar, régions désertiques et lunaires du Danakil (qui compte l'incroyable dépression géologique de Dallol et le volcan actif Erta Alé).

Il est temps d'explorer ces terres propices au voyage et aux rencontres, ces terres d'histoire ancestrale, de peuple pluriel et de paysages grandioses.

Les lieux incontournables d'Éthiopie

Quand partir en Éthiopie ?

Il n'y a pas vraiment de haute saison ni de basse saison touristique en Éthiopie. C'est néanmoins pendant la saison sèche d'octobre à mars que le pays est le plus visité. En juillet et août, il pleut dans le Nord, mais il est cependant agréable de visiter le Sud de l'Éthiopie où les pluies sont beaucoup moins abondantes à cette saison. Pour Lalibela, éviter décembre et janvier, période de fête religieuse certes spectaculaire, mais pendant laquelle les prix passent subitement à 100 US$ la nuit...

Durant cette période, un pic est enregistré entre Noël et la fête de Timkat, vers la mi-janvier, et il faut alors s'y prendre bien à l'avance pour retenir hôtels et vols intérieurs. En dehors de cette période, pendant laquelle les prix subissent une certaine inflation, il est possible de négocier des réductions auprès des hôtels de standing. Évitez aussi Addis-Abeba fin janvier lors des sommets de l'Union africaine, les hôtels sont complets et les prix s'envolent.

Avril, mai et juin sont les mois où la demande touristique est en sommeil.

Octobre, novembre et décembre sont des mois au climat favorable pendant lesquels le pays est très vert après la saison des pluies. Ces mois correspondent également à l'époque des moissons qui animent les campagnes de scènes typiques. La demande touristique n'étant pas excessive, il n'y a pas de difficulté à trouver des hôtels sur les sites touristiques majeurs.

En juillet, août et septembre, la majorité de la demande touristique est concentrée sur les itinéraires du Sud (vallée de l'Omo), alors que les hautes terres sont en pleine saison des pluies.

La période de novembre à mars est idéale pour le trekking dans les massifs du Balé ou du Simien. Encore un peu humide, le mois d'octobre correspond également à la période de floraison où les paysages deviennent encore plus beaux.

La région désertique du Danakil est à éviter de mi-mai à novembre, période de températures caniculaires.

Comment partir en Éthiopie ? Nos conseils & astuces

De plus en plus de circuits organisés sont proposés pour visiter l'Éthiopie selon des angles différents (nature, culture, histoire, rencontre avec les populations). Ils durent généralement entre deux et trois semaines. Des voyages à la carte sont aussi possibles, et vous feront découvrir les principaux points d'intérêts de l'Éthiopie : Addis-Abeba, le désert du Danakil, le volcan Erta Ale, la région des lacs de la vallée du Rift et la vallée de l'Omo.

Découvrez notre sélections d'agences de voyages pour cette destination

Plusieurs compagnies proposent des vols vers l'Éthiopie et le prix dépend de celle empruntée. Pour obtenir des tarifs intéressants, il est fortement recommandé de vous y prendre très en avance (six mois avant le départ). L'aéroport international de Bole, situé à Addis-Abeba, est le principal aéroport du pays.

Le plus confortable et rapide est de se déplacer en avion et en 4x4. C'est aussi l'option la plus chère. Les routards intermédiaires prendront les bus supérieurs qui effectuent de longues distances et privatiseront des taxis ou des tuk-tuk à la journée ou à la demi-journée sur des courtes distances. Les moins fortunés prendront les minibus mais devront s'armer de patience et rester vigilants sur la route car les accidents sont nombreux. On peut adopter un rythme beaucoup plus lent et voyager sur le mode du trekking, à pied ou à cheval.

Les circuits touristiques en Éthiopie

Sites majeurs et trekking nature dans le nord de l'Ethiopie

Un séjour de trois semaines est idéal pour visiter le nord de l'Ethiopie. D'abord parce que l'histoire y est riche, depuis l'Antiquité jusqu'au Moyen-Age, les sites sont nombreux : Axoum, le Tigré, Ba...

Séjour culture & histoire au nord et à l'est de l'Ethiopie

Cet itinéraire culturel et historique compte des étapes au nord et à l'est de l'Ethiopie, où sont situés les sites majeurs du patrimoine du pays : Lalibela, Axoum, Gondar et Bahar Dar au nord, Harar e...

Photos d'Éthiopie

Découvrir l'Éthiopie

Les plus de l'Éthiopie

Un climat favorable

De par sa situation géographique et sa topographie, l'Ethiopie jouit d'un climat très favorable une bonne partie de l'année. De septembre à mars, le soleil est assuré quasi quotidiennement et la température est d'une douceur constante, comprise entre 20 et 25 °C sur les hauts plateaux. Une petite saison des pluies a lieu entre début mars et avril dans le Sud, tandis qu'une pluviosité abondante est courante de la mi-juin à septembre au Nord. Les amateurs de " chaleur africaine " trouveront leur bonheur dans les basses terres à l'est et au sud du pays, tandis que les plus sportifs pourront s'adonner aux joies du trekking dans la fraîcheur des hauts massifs culminant à plus de 4 000 m d'altitude.

Une culture très riche

L'histoire multimillénaire de l'Ethiopie comporte une diversité et des richesses largement méconnues. Jamais colonisée et demeurée pendant des siècles à l'abri des grandes influences extérieures, l'Ethiopie s'enorgueillit d'une culture unique et atypique en Afrique. Cette identité s'affirme dans des domaines aussi divers que l'architecture, la musique, la gastronomie ou la pratique religieuse. Nulle part ailleurs sur le continent vous ne trouverez une telle mosaïque culturelle.

Une nature généreuse

Très loin des clichés d'une terre désolée, l'Ethiopie surprend par l'immensité de ses étendues fertiles. Si de vastes territoires sont couverts d'une nature " apprivoisée " par l'homme au profit d'une agriculture encore rudimentaire, des espaces vierges - dont certains encore inexplorés - foisonnent d'une vie sauvage et d'une flore extrêmement riche. L'endémisme est la caractéristique de cette biodiversité ; ainsi 26 espèces de mammifères, 18 d'oiseaux et autant d'autres parmi les amphibiens, les insectes ou les reptiles ne se trouvent qu'en Ethiopie. Concernant la flore, loin d'être encore totalement répertorié, l'endémisme représente également un pourcentage très élevé couvrant plusieurs centaines d'espèces.

Une terre authentique

L'Ethiopie ne s'est réellement ouverte au tourisme que depuis une dizaine d'années et, si son fort potentiel commence à être exploité, on est encore loin ici du tourisme de masse et des mutations culturelles qu'il implique trop souvent. La faiblesse des infrastructures touristiques entraîne pour le visiteur une immersion totale au coeur de la vie des populations, donc un contact véritablement authentique, source de surprises et d'émerveillement.

Une diversité incomparable

80 langues et cultures distinctes, plus de 200 dialectes, 6 régimes climatiques couvrant des zones désertiques ou de savanes, des reliefs de hauts plateaux et de montagnes abritant une faune et une flore qui leur sont propres, une société marquée par les influences des deux grandes religions, orthodoxe et musulmane, et par la survivance de rites animistes ancestraux, tels sont quelques éléments qui donnent une idée de l'extrême diversité de ce pays mythique, terre de prédilection des ethnologues, qui n'a cessé de fasciner à travers les âges.

Un doux parfum d'aventure

Il y a autant de formes de tourisme en Ethiopie qu'il est possible d'en imaginer, et les amateurs de sensations fortes et de dépaysement total ne seront pas déçus. Parcourir les massifs du Simien à pied ou à dos d'âne, courir le désert afar sur les traces des caravaniers nomades ou descendre l'Omo en rafting à la rencontre des tribus animistes, au milieu d'une vie sauvage foisonnante, vous laisseront des souvenirs impérissables.

Une terre de mythes et légendes

L'Ethiopie est un pays que l'on ne comprend jamais tout à fait et qui semble s'éloigner au fur et à mesure que l'on croit s'en approcher. S'appuyant sur des mythes et légendes, l'histoire populaire s'y écrit en parallèle de l'histoire officielle, avec laquelle elle se confond souvent. Bien que largement christianisée et islamisée, la population éthiopienne a développé une sorte de syncrétisme mêlant croyances aux esprits, rites de purification et médecine traditionnelle qui voisinent avec les rituels animistes.
Si l'on peut parfois se sentir frustré par de telles imprécisions, même les esprits les plus rationnels se laisseront envoûter par ces mythes fondateurs qui ont traversé les âges et qu'aucun Ethiopien n'accepterait de voir remis en cause.

Une " autre Afrique "

Sur l'échiquier africain, l'Ethiopie semble occuper une place à part qui ne cesse de surprendre et de dérouter même les connaisseurs de l'Afrique. Alors qu'Addis-Abeba, siège de l'Union africaine, n'hésite pas à se revendiquer capitale diplomatique du continent, la notion d'africanité en tant qu'appartenance à cet ensemble continental est plutôt mitigée.
Egocentrique, longtemps réticente aux influences extérieures, l'Ethiopie est jalouse de ses particularismes et de sa destinée dont elle tire un certain sentiment de supériorité. Au sein même du territoire, une sorte de structure officieuse de castes semble s'être dessinée entre habitants orthodoxes des hauts plateaux (Amharas et Tigréens), dépositaires de l'histoire et du pouvoir depuis des siècles, la majorité oromo, dont une frange s'estimant déconsidérée est en lutte contre le pouvoir central, et les ethnies aux structures tribales vivant aux confins du pays selon leurs propres traditions ancestrales. Ces ethnies, qui rassemblent les Ethiopiens " noirs " - comme les désignent avec une pointe de condescendance leurs compatriotes -, paraissent totalement étrangères au mysticisme orthodoxe éthiopien perpétuant des structures sociales et des croyances ancestrales d'une Afrique aux mystères insondables.

Reportages & actualités d'Éthiopie

Ailleurs sur le web
Avis