Un volcan et ses éruptions, cela peut vous faire rater vos vacances comme en avril 2010 avec l'Eyjafjöll en Islande. Mais pourtant un volcan en activité, ses coulées de lave et projections de cendres, c'est LE voyage au centre de la Terre dont tout le monde rêve, à condition de toujours rester prudent. Le Petit Futé vous emmène du Kilimandjaro au mont Fuji en passant par le Vésuve pour une rencontre torride avec quelques-uns des plus beaux volcans qu'abrite la Terre. Éléments de la nature pleins de mystères, il est important de garder en tête une seule chose : toujours se méfier du volcan qui dort…

©

Le Vésuve (Italie) 

Un des seuls volcans d’Europe continentale à être entré en éruption au XXe siècle (avec l'Etna), il est à l'origine de la destruction de Pompéi, aujourd'hui un prestigieux site archéologique d'Italie. Situé au sud de la chaîne de montagnes des Apennins, on l'aperçoit depuis Naples, pour le plus grand plaisir des visiteurs qui sillonnent la ville. Et pour ceux qui veulent tenter son ascension, la vue sur la baie de Naples du haut de ses 1 281 mètres vaut tout l'or du monde… Si en contrebas le paysage se compose de vignobles et de végétation, la marche qui conduit vers les hauteurs du volcan révèle elle des roches et des coulées de lave solidifiées. 

©

Le Bromo (Indonésie)

Situé sur l'île de Java, à mi-chemin entre la ville de Surabaya et le Kawah Ijen, le Bromo s'ouvre sur un cratère de 800 mètres de diamètre. Il est l'un des incontournables de tous ceux qui souhaitent découvrir les trésors de l'Indonésie. Toujours actif, il est entré dernièrement en éruption en 2015. Ne manquez surtout à l'occasion d'une expédition au lever du soleil, car le changement des couleurs est saisissant. Les plus chanceux admireront même les fumées du Semeru au loin et le Batok. Ces deux autres volcans partagent le paysage avec le Bromo et prennent place dans le parc national de Bromo-Tengger-Semeru. 

©

Le mont Fuji (Japon)

Véritable icône nationale immortalisée par les maîtres de l'estampe, le mont Fuji a fière allure et a été inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Bien qu'endormi depuis 1707, le point culminant de l'archipel nippon, haut de 3 776 mètres, peut exploser à tout moment. C'est d'ailleurs cette dernière éruption qui lui donna cette allure avec une symétrie presque parfaite. Ce qui lui confère une beauté si particulière vient également du fait que la neige le recouvre sur une très large partie de l'année, comme pour en faire un élément de la nature d'une pureté absolue. La plupart des Japonais souhaitent effectuer son ascension au moins une fois dans leur vie, ce qu'ils sont plusieurs milliers à faire chaque année, en particulier en juillet et en août.

©

Le Nyiragongo (République démocratique du Congo)

C'est un stratovolcan actif qui fait partie de la chaîne volcanique africaine des Virunga. Attention de ne pas vous approcher trop près de votre écran, c’est une vraie fournaise ! Situé dans la vallée du grand rift, il culmine à 3 500 m d'altitude et son cratère fait environ 1 200 m de diamètre. À l'intérieur se trouve l'un des rares lacs de lave de la planète. En 1977, une éruption a causé la mort de plusieurs milliers de personnes et en 2002 une nouvelle éruption a détruit le centre-ville de Goma. Sa proximité avec des zones peuplés en fait l'un des volcans les plus dangereux du continent africain.

©

Le Cotopaxi (Equateur)

À 45 km de Quito et haut de 5 897 mètres, il est considéré comme l'un des plus dangereux au monde. Il est le deuxième plus haut sommet d'Equateur, juste derrière le Chimborazo. Preuve que ses dimensions donnent le vertige, son nom signifie en langue quechua "le cou de la lune". En toute saison, son impressionnant cratère est entouré de neige et de glace et, à tous ceux qui envisagent de faire son ascension, il faut savoir qu'il faut être en excellente santé, être accompagné et avoir une solide expérience dans le domaine. Il est entré en éruption pour la dernière fois en 2015, après avoir dormi pendant presque 75 ans. 

©

Le Kilimandjaro (Tanzanie)

Situé au nord-est de la Tanzanie et composé de trois cônes volcaniques, Kibo, Mawensi et Shira, Uhuru est le point le plus haut de toute l’Afrique avec près de 5 890 mètres d'altitude. Inactif depuis très longtemps, les plus courageux peuvent gravir le Kilimandjaro. Le 6 octobre 1889 a lieu la première ascension du volcan par Yohanas Kinyala Lauwo, Hans Meyer et Ludwig Purtscheller. Aujourd'hui, de nombreux randonneurs et alpinistes veulent à leur tour tenter leur chance. Les meilleures périodes sont en dehors des saisons des pluies, c'est-à-dire de juillet à octobre ou en janvier et février, et il faut s'armer de courage et de patience puisqu'il faut 6 à 10 jours pour arriver à son sommet et en revenir. 

©

Le Kawah Ijen (Indonésie) 

Direction à nouveau l'Indonésie pour s'intéresser au « Cratère vert » en javanais, l'un des principaux centres d'exploitation de souffre du pays. Culminant à 2 300 m de hauteur, il est possible de faire son ascension, et cela est même fortement conseillé puisqu'une belle surprise attend les marcheurs une fois arrivés en haut. Son cratère révèle en effet un lac turquoise de toute beauté. Attention cependant aux remontées d'acide qui pourraient empêcher votre descente au plus près du lac. Tout autour de ce site exceptionnel qui offre un sentiment de bout du monde, on aperçoit les porteurs de souffre équipés de paniers et de charrettes. 

©

L'IIrazú (Costa Rica)

L'Irazú est un volcan actif qui est aussi le plus élevé du Costa Rica. Dans un paysage lunaire, trois cratères peuvent être observés au cours d'une expédition : le cratère principal ainsi que le cratère Diego de la Haya et Playa Hermosa. Au sommet, à plus de 3 500 mètres, vous pouvez aussi admirer un lac d’acide à la couleur verte éclatante, une couleur qui contraste largement avec les minéraux noirs des alentours. Si la dernière éruption date de 1994, celle de 1723 a détruit la ville de Cartago et celle de 1963 a marqué les esprits puisque ce jour-là le président américain John F. Kennedy était en visite. 

©

Le Maeliffel (Islande)

En bordure du glacier Myrdalsjökull, ce cône volcanique, dont le sommet culmine à une hauteur de 800 m et constitué de cendre et de projections de lave solidifiées, est né de l’une des nombreuses éruptions survenues sous la calotte du glacier Myrdalsjökull. Son aspect verdoyant, il le doit à une mousse proliférant sur la lave refroidie, la grimmia. Le décor offert est l'un des plus surréalistes d'Islande, puisque le volcan se dresse majestueusement au milieu d'un large territoire plat recouvert de cendre noire. À tous ceux qui veulent avoir le sentiment d'être sur une autre planète pendant quelques instants, c'est incontestablement aux abords de ce volcan qu'il faut se diriger.

©

L'Île de Sombrero Chino (Galapagos)

La minuscule île de Sombrero Chino, au sud-est de l'île Santiago, est d'origine volcanique et administrativement rattachée à la province des Galapagos. Son nom évoque sa forme rappelant celle d'un chapeau. Des expéditions en bateau son organisées pour rejoindre l'île, mais attention, l'accès est limité par des quotas. Une fois sur place, il faut prendre le temps de contempler la faune, avec des lions de mer mais aussi des iguanes noirs marins. Une autre activité intéressante à faire dans le coin est le snorkelling. Alors, prêt à vous jeter à l'eau ?

©