Guide du Burundi : Jeux, loisirs et sports

La pratique du sport est fort développée au Burundi. Les fonctionnaires bénéficient d'un après-midi par semaine pour s'adonner à leur sport favori, et beaucoup de citadins pratiquent une activité physique avant ou après le travail. La plus prisée de ces activités est le football, en ville comme à l'intérieur, mais la marche sportive est aussi en bonne position parmi les préférences nationales, ainsi que la musculation (salles à Bujumbura, Gitega, Ngozi).

Sur les collines, les possibilités sont plus réduites par manque d'équipements, et le football reste omniprésent (sans ballon homologué, on fabrique des masses en tissus et végétaux très solides). C'est aussi dans le monde rural qu'on joue encore le plus au kibuguzo, le jeu de société burundais traditionnel.

Le kibuguzo

Le kibuguzo (pl. ibibuguzo) est à la pratique ludique des Burundais ce qu'est l'awélé pour les Africains de l'Ouest ou encore le bao pour les Africains de l'Est. Les connaisseurs parlent de mankala pour l'ensemble de ces jeux tabulaires, à billes et à trous, basés sur le principe des semailles, et qui offrent une image de la régulation et de la circulation des biens et des richesses dans les sociétés africaines.

Au Burundi, le jeu est intimement lié à la naissance de la monarchie burundaise : les traditions rapportent que l'un des signes annonciateurs du règne du jeune Ntare Rushatsi (fondateur du royaume) était qu'il gagnait toujours au kibuguzo face à son oncle.

Aujourd'hui la pratique du kibuguzo est en recul, ses règles étant complexes et le temps d'une partie assez long. A Bujumbura, la plupart des jeunes n'en connaissent pas les règles ou les simplifient. Sur les collines, on continue d'y jouer plus régulièrement, en creusant des trous dans le sol.

Les tabliers de jeu en bois sont sculptés comme des bas-reliefs et on les trouve en vente dans la plupart des boutiques de souvenirs. Les billes proviennent en principe du savonnier, un arbre qui produit des graines noires. En l'absence de cet arbre, on utilise comme pions des graines d'ensete (bananier sauvage).

Disciplines nationales
Le football, sport-roi du Burundi.
Le football, sport-roi du Burundi.

Le football est le sport " président " du Burundi. Il n'a pas fallu pour cela attendre que Pierre Nkurunziza, ancien professeur d'éducation physique et entraîneur de deux équipes de la capitale, soit élu à la magistrature suprême. Mais le fait qu'il en soit un fervent adepte ajoute à l'enthousiasme national pour le ballon rond. Partout on s'agite autour de la balle, mais le plus original c'est vrai, c'est encore de voir le président s'entraîner en public (près du terrain Tempête, au bord du lac).

Organisé au sein de la Fédération de football du Burundi (créée en 1948 et affiliée à la FIFA en 1972), le football de compétition connaît des résultats inégaux d'une saison à l'autre. La FFB a connu des tensions vers 2000, qui ont conduit la FIFA à interrompre quelques années son aide financière, mais depuis, la situation s'est améliorée avec l'élection à sa tête de Lydia Nsekera et un nouveau siège pour la Fédération a été construit à Bujumbura. En 2012, des dizaines de stades ont été inaugurés à l'occasion de la célébration du cinquantenaire de l'Indépendance.

Les clubs de football les plus connus sont l'Inter Star, le Vitalo et le Club Prince Louis de Bujumbura ; l'équipe nationale joue en rouge et vert et porte le surnom des " Hirondelles " (Intamba). Des matchs amicaux sont organisés à tous les niveaux dans le pays et, ces dernières années, les terrains de football ont souvent servi de points de rassemblement pour la pacification et la réconciliation.

Le basket-ball, le volley-ball et le hand-ball sont moins développés, mais ils ne sont pas inexistants. Des championnats opposent des clubs féminins et masculins actifs dans ces disciplines.

Le rugby est pratiqué par quelques équipes à Bujumbura. Mais il a connu de meilleurs jours il y a quelques années, quand des Français du Sud-Ouest en assuraient la promotion.

Marche et athlétisme. La marche est une pratique commune, tous les Burundais s'y adonnent dès leur jeune âge dans leur vie quotidienne (aller à l'école, au marché...) et on retrouve la pratique de la marche sportive en ville.

A Bujumbura, des centaines de citadins enfilent, surtout le week-end, leur tenue de sport pour aller marcher, à un rythme soutenu. On les voit déambuler près du lac, sur la colline Vugizo près de Kiriri, ou dans les parties aérées de la ville (Rohero, Mutanga, jardin public...), seuls, par deux ou en groupe. Mais en 2014, les tensions liées aux futures élections ont conduit le maire de Bujumbura, Saïdi Juma, à interdire " la pratique du sport en masse " afin de prévenir tout soulèvement à caractère politique (en mars des affrontements avaient eu lieu entre policiers et opposants qui avaient convergé vers le centre-ville en tenue de sport, comme s'ils s'apprêtaient à faire un jogging). Aujourd'hui les groupes sont donc contraints de se retrouver sur des terrains publics pour s'adonner à cette pratique (jardin public, terrain Tempête...).

Un certain nombre de clubs organise cependant toujours des randonnées dans les environs de Bujumbura, ou même plus loin.

Marchant donc à bon rythme, les Burundais courent plutôt bien ausi, surtout en fond et demi-fond. En 1996, un coureur de la première sélection olympique burundaise, Vénuste Niyongabo, avait remporté la médaille d'or aux Jeux d'Atlanta sur 5 000 m. Sur ses traces, de jeunes athlètes courent aujourd'hui avec de bonnes performances. En 2012, Francine Niyonsaba a été médaillée d'or du 800 m aux championnats d'Afrique. Son nouveau pari : une médaille aux JO de 2016 qui vont se dérouler au Brésil.

La boxe connaît une dynamique nouvelle ces dernières années, notamment à travers le Rohero Boxing Club et la Fédération burundaise de boxe.

Le judo et le karaté se développent ces derniers temps, notamment grâce à des associations et clubs plutôt actifs (association Turikumwe, Club Nderagakura...).

Le ping-pong connaît aussi une poussée. Des joueurs participent à des épreuves éliminatoires internationales et le Burundi s'est qualifié en 2010 pour le mondial de tennis de table.

L'équitation, le tennis ou le golf sont pratiqués à Bujumbura par des catégories de population en général aisées ou par des Occidentaux. Des tournois régionaux et internationaux sont organisés dans la capitale (Interbank Golf Trophy ou Golf Bujumbura Invitational pour le golf, Interbank Tennis Trophy, etc.). Hassan Ndayishimiye, qui fait mentir la sociologie bourgeoise du tennis puisque qu'il est un enfant du quartier modeste de Buyenzi, s'est fait remarquer en 2011-2012 pour ses bonnes performances dans les tournois junior de Wimbledon et Rolland Garros.

Les amateurs de sport automobile couraient dans les années 1980-1990 un rallye transnational sur les routes escarpées du pays et jusqu'à Bujumbura. La guerre, et peut-être aussi le décalage entre cette pratique et les habitants des collines, ont eu raison de la compétition, abandonnée pendant une vingtaine d'années. Mais en novembre 2013, 12 rallye-men du Burundi et du Rwanda étaient en lice pour le rallye de Ngozi, organisé grâce au Club Automobile du Burundi. C'est Valéry Bukera et son copilote Kethia Nital, représentant le Burundi, qui ont remporté la 1re place. En septembre 2014, c'est à Gitega que les bolides et leurs chauffeurs ont fait rugir les moteurs et c'est le très bon Rudy Cantanhede qui l'a remporté. On sent donc bien que la pratique connaît un second souffle.

Activités à faire sur place

Baignade. Le danger des crocodiles au bord du lac Tanganyika est incontestable, mais la baignade sur les plages du nord-ouest de Bujumbura est répandue. Les piscines sont aussi nombreuses dans la capitale. Toutefois, tous les Burundais ne savent pas nager, et beaucoup sont méfiants devant les étendues aquatiques. Ceux qui se trempent dans d'autres eaux que celles des piscines ou du Tanganyika, pour pêcher notamment, ont de forts risques d'attraper la bilharziose. Elle est présente dans tous les lacs en dehors du Tanganyika (où les vagues empêchent les mouches de déposer leurs larves sur des brindilles).

Sports d'eau. Pas plus qu'ils ne sont de grands amateurs de natation, les Burundais ne sont adeptes de la navigation (en dehors bien sûr des pêcheurs). En réalité, la voile n'est pratiquée presque que par des expatriés ou des gens assez aisés pour s'y adonner (Cercle nautique de Bujumbura). On voit quelques planches à voile sur le lac, des jet-skis ou des skieurs nautiques, mais, là encore, ces activités sont surtout pratiquées par des Européens (se renseigner au Cercle nautique, au Bora Bora ou au Club du Lac).

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Votre logement Airbnb
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Réservez une croisière
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées du Burundi

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour pour 2 personnes à l'hôtel Le Cep, en Bourgogne !

Un séjour de 2 jours/2nuits pour 2 personnes en Bourgogne avec l'hôtel Le Cep - Spa Marie de Bourgogne .