Guide du R. D. Congo : Santé

Comme dans la majorité des pays d'Afrique subsaharienne, le départ s'accompagne d'une préparation médicale adaptée car la plupart des maladies dites tropicales peuvent parfois entraîner des complications sérieuses. C'est donc avant le départ qu'il faut y penser et prendre contact avec un médecin pour planifier les traitements préventifs.

Conseils

Une bonne préparation, un minimum de précautions sur place et une bonne hygiène feront face à la plupart des agressions virales, parasitaires ou bactériologiques. Mais il est quand même utile de rappeler quelques conseils pratiques :

il est toujours préférable de consommer des aliments cuits car les viandes crues et salades mal lavées peuvent contenir des bactéries

idem pour les fruits et autres légumes qu'il est recommandé de peler avant consommation

éviter de boire de l'eau dont l'origine est incertaine. Préférez l'eau en bouteille avec capsule scellée, ou faites-la bouillir et/ou ajoutez-y un antiseptique si nécessaire

les fruits tropicaux sont excellents mais peuvent favoriser la diarrhée chez les personnes sensibles

le changement de régime alimentaire, la cuisine locale, peut également parfois occasionner quelques désagréments au début. Le temps d'adaptation nécessaire du système digestif à certains aliments. En particulier les feuilles de manioc (pondu) lorsqu'elles sont réchauffées.

se laver régulièrement les mains. Pensez à emporter un gel antibactérien.

s'asperger dès la tombée du jour de lotion répulsive anti-moustiques les parties du corps non couvertes et/ou porter des pantalons et longues manches de couleur claire de préférence. La meilleure manière de ne pas contracter le paludisme (malaria) reste en effet de ne pas se faire piquer, ou le moins possible

se munir de crème solaire à haute protection, d'un après-solaire, ainsi que d'un baume pour les lèvres

en plus des médicaments que l'on utilise régulièrement, emportez une trousse contenant les indispensables à emmener pour un voyage sous les tropiques (voir ci-après)

sans oublier les vaccins à planifier avant le départ auprès de son médecin, et dans un centre de vaccination agréé en ce qui concerne celui (obligatoire) de la fièvre jaune

à votre retour du Congo, tout symptôme suspect (diarrhée persistante, fièvre inexpliquée, éruption cutanée...) devrait être signalé à votre médecin. Ou selon la gravité du cas, directement auprès d'un institut de médecine tropicale. La plupart des maladies tropicales, identifiées à temps, sont en effet bénignes et se soignent efficacement.

Maladies et vaccins

La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire, sous peine de se voir refuser l'entrée dans le pays. Elle s'effectue au sein d'un centre agréé habilité à prodiguer le vaccin et à délivrer le carnet international de vaccination. Celui-ci devra obligatoirement être présenté aux autorités de contrôle sanitaire présentes à l'aéroport, à l'entrée comme à la sortie. D'autre part, la vaccination contre la fièvre typhoïde, le tétanos (couplé à la polio et à la diphtérie), l'hépatite A et l'hépatite B ainsi que la méningite sont fortement conseillées. Faute de vaccin contre le paludisme, il est recommandé aux voyageurs de suivre un traitement antipaludéen avant, pendant et après leur séjour au Congo. Bien que non reconnu officiellement comme remède au palu, l'Artemisia annua fonctionne en préventif et en curatif. D'autres maladies et épidémies sévissent au Congo telles que tuberculose, choléra, rougeole... Mais contre lesquelles il existe des traitements adaptés.

Bilharziose

La bilharziose ou schistosomiase, parfois appelée dermatite des nageurs, est une maladie parasitaire due à un ver hématophage, le schistosome. C'est la seconde endémie parasitaire mondiale après le paludisme. Le schistosome se développe via un hôte intermédiaire, un mollusque d'eau douce, qui contamine un hôte définitif (mammifères, humains). La bilharziose est une maladie chronique, potentiellement mortelle. Une schistosomiase aiguë (fièvre de Katayama) pourrait survenir des semaines après l'infection initiale. Les manifestations comprennent : douleurs abdominales ; toux ; diarrhée ; fièvre ; fatigue ; élargissement du volume du foie et de la rate ; lésions génitales ; symptômes cutanés... Au début de l'infection, il s'agit d'une légère démangeaison et d'une dermatite papuleuse des pieds et d'autres parties qui surviennent après une baignade dans les rivières contenant des cercaires (larves de parasites). C'est le cas du lac Kivu, du lac Tanganyika et du fleuve Congo à certains endroits, parmi d'autres cours d'eau. Le parasite peut être mis en évidence avec un examen parasitologique des selles ou des urines.

Diphtérie, tétanos & polio

L'immunité contre ces deux premières maladies doit être préservée par des rappels tous 
les 10 ans. Quant à la polio, seul vaccin obligatoire dès l'enfance dans la plupart des pays européens, un rappel à l'âge adulte est conseillé, et qui se couple parfois au sein d'un même vaccin pour les trois maladies.

Ebola

Le virus d'Ebola ou fièvre hémorragique d'Ebola (en référence à la rivière Ebola dans la province équatoriale au Congo où le virus a été identifié en 1976) est une maladie d'origine animale transmise à l'homme par contact direct avec des animaux infectés vivants ou morts. Ce sont les chauves-souris qui sont porteuses du virus, qu'elles transmettent aux primates, qui eux-mêmes contaminent les humains (par leur viande, sang ou excréments). Quatre sous- types du virus ont été identifiés selon les pays où ils ont été découverts : Ebola Soudan, Ebola Zaïre, Ebola Côte d'Ivoire et Ebola Reston (Asie). Après une période d'incubation qui varie de 5 à 12 jours, la maladie progresse et entraîne la destruction des organes vitaux, ce qui entraîne des hémorragies internes importantes. La mort survient peu de temps après par choc cardio-respiratoire. Les premiers symptômes d'Ebola sont communs à beaucoup d'autres maladies : fièvre, diarrhées, vomissements, puis hémorragies. Le virus se transmet par les fluides corporels comme la salive, le sperme et en particulier le sang mais aussi au contact d'organes de personnes ou animaux infectés ou décédés. Il n'existe à ce jour aucun traitement de guérison. Depuis 2000, quelques épisodes d'Ebola Zaïre ont été recensés dans une zone relativement limitée qui correspond à la région frontalière entre le Gabon et la République du Congo, ainsi qu'en Equateur (2014).

Fièvre jaune

La fièvre jaune ou amarillose est causée par le virus amaril transmis à l'homme par piqûre de moustique. Cette infection peut être très grave et causer rapidement la mort. Comme ce fut le cas à une large échelle avant que le vaccin ne soit mis au point. Celui-ci garantit durant 10 ans une immunité contre la maladie et doit se faire au plus tard 10 jours avant le départ au sein d'un centre agréé. La vaccination contre la fièvre jaune est la seule obligatoire en RDC.

Hépatite A

Le virus de l'hépatite A circule dans les pays aux conditions d'hygiène précaires, dont le Congo. La maladie se transmet essentiellement par l'ingestion d'aliments ou d'eau contaminés, mais aussi par contact direct avec une personne infectée. Le traitement se compose de deux vaccinations espacées de 6 à 12 mois, et qui immunisent durant une période de 10 ans maximum. Pas de panique toutefois, la première vaccination (à faire au moins 15 jours avant le départ) permet déjà une protection efficace après 1 mois. Même s'il est recommandé de recourir idéalement aux deux prises.

Hépatite B

Elle se contracte par contact avec du sang contaminé (don de sang, aiguilles non stériles, blessures mal soignées...) et par les sécrétions des personnes infectées (salive et surtout par relation sexuelle non protégée). Parfois aussi par l'acupuncture, les piercings, les tatouages ou lors d'opérations accomplies dans de mauvaises conditions d'hygiène. Cette maladie est beaucoup plus grave que la précédente. La vaccination se fait par 2 injections, à 1 mois d'intervalle, suivies d'un rappel 6 mois plus tard. La protection est généralement assurée à vie.

Infections sexuellement Transmissibles

Si les IST se soignent et se guérissent pour la plupart, il n'en est pas de même pour le SIDA. Les associations de médicaments actuellement utilisées (anti-rétroviraux) pour lutter contre l'infection ne font en effet que bloquer l'évolution de la maladie. Le SIDA se déclare dans une période plus ou moins longue après avoir contracté le VIH, virus responsable de la maladie. Le continent abrite 70 % de la population infectée du monde. Et la RDC n'est pas en reste avec près d'1,5 millions de personnes vivant avec le virus. Bref, n'oubliez pas ce célèbre slogan : " La fidélité, l'abstinence ou la capote ", qui reste une bonne source d'inspiration pour tous les amoureux.

Maladie du sommeil

La maladie du sommeil, Trypanosomiase africaine, sévit exclusivement dans 36 pays d'Afrique subsaharienne où l'on trouve des mouches tsé-tsé infectées qui transmettent la maladie à l'homme par leurs piqûres. Les populations les plus exposées à la mouche tsé-tsé, et par conséquent à la maladie, sont les populations rurales qui dépendent de l'agriculture, de la pêche, de l'élevage ou de la chasse. Le diagnostic et le traitement de la maladie sont complexes. Au cours des dix dernières années, plus de 70 % des cas notifiés ont été observés en RDC. Le premier stade de la maladie, la phase lymphatico-sanguine, se caractérise par des poussées de fièvre, des céphalées, des douleurs articulaires et un prurit. Au cours de la seconde phase neurologique, les symptômes manifestes de la maladie apparaissent : modification du comportement, état confusionnel, troubles sensoriels et mauvaise coordination. Les troubles du sommeil, à l'origine du nom de la maladie, sont une caractéristique importante de la deuxième phase. En l'absence de traitement, la maladie du sommeil est mortelle.

Méningite à méningocoques

Cette vaccination est indiquée pour la ceinture africaine de la méningite, de décembre à fin juin. L'injection doit se faire au moins 10 jours avant le départ et sa validité est de 3 ans.

Paludisme

Le paludisme, ou malaria, est une maladie courante dans les zones tropicales et qui sévit dans presque tous les pays d'Afrique. La maladie est due à un parasite, le psalmodium, qui est transmis à l'homme par la piqûre du moustique du genre anophèle, lui-même infecté. La maladie se déclare ensuite par de brusques accès de fièvre espacés de plusieurs heures. Selon les statistiques de l'OMS, la RDC compterait près de 27 millions de cas de paludisme enregistrés chaque année, soit près de la moitié de la population, et qui engendrent 180 000 décès par an. C'est dire si le Congo est particulièrement touché par ce fléau. Il n'existe officiellement pas encore de vaccin, la prophylaxie (médicaments anti-paludiques) reste donc le seul traitement préventif mais aléatoire tout de même, puisqu'il ne vous garantit pas à 100 % que vous ne contracterez pas la maladie. En complément de celui-ci, et étant donné que la maladie se transmet uniquement par le biais des piqûres de moustique et seulement la nuit, la meilleure prévention reste donc la faible exposition à celles-ci. Par l'utilisation de répulsif, de vêtements clairs et couvrants en soirée et en s'équipant de moustiquaires.

Piqûres & autres morsures

Mis à part les moustiques, vous aurez peu de chance d'être en présence d'insectes, serpents et autres bestioles tropicales. Seuls les séjours très aventureux à l'intérieur du pays peuvent présenter un certain risque (en dormant à la belle étoile, etc.).

Typhoïde

D'origine bactérienne, la maladie se transmet par l'ingestion d'aliments ou d'eau contaminée. La vaccination, recommandée si vous voyagez dans de mauvaises conditions d'hygiène, se fait au moins 15 jours avant le départ. Sa validité est de 3 ans.

Centres de vaccination
Trousse à pharmacie

On trouve évidemment des pharmacies en ville, certaines bien achalandées et disposant de bons médicaments (pas de contrefaçons indiennes ou chinoises). Si nécessaire de recourir à une pharmacie sur place, se renseigner auprès de compatriotes pour savoir quelles sont celles fiables et climatisées (pour la conservation des médicaments). Et se référer dans la mesure du possible aux marques et médicaments connus, mais qui risquent selon les cas de coûter un peu plus cher qu'en Europe. Pour éviter ces tracasseries sur place, il est conseillé de se munir d'une trousse de voyage la plus complète possible.

Quelques indispensables

prophylaxie contre le paludisme (malaria) type Malarone®, Lariam®... (sur conseil et prescription du médecin)

produit répulsif contre les moustiques (protection intensive pour zones tropicales)

anti-diarrhéique type Imodium®

anti-vomitif type Motilium® ou Primperan®

antiseptique intestinal type Ercefuryl®

antiseptique cutané type Bétadine® ou Héxomédine®

pommade anti-irritante type Senophile®, Mitosyl®

pommade contre les éruptions cutanées (piqûres d'insectes...)

aspi-venin

seringues et aiguilles stérilisées au cas où

thermomètre médical

pastilles pour la gorge (en cas de refroidissement)

antalgique (anti-douleur) habituel type Dafalgan®, Doliprane®, Nurofen®, voire

de l'aspirine

anti-inflammatoire

médicament contre les douleurs d'estomac

anti-allergique (comprimés)

antibiotique actif sur diverses infections (uniquement sur conseil du médecin)

gel antibactérien (pour se désinfecter les mains sans eau)

crème solaire de protection maximale et crème après-solaire

compresses stériles

sparadrap

vos médicaments habituels

Conseils pratiques

Ne pas oublier d'emporter et de conserver précieusement votre carnet international de vaccination (indispensable pour la fièvre jaune, et pour pouvoir entrer, sortir et circuler dans le pays).

Avoir sur soi les coordonnées de son médecin et/ou du centre de médecine tropicale auquel on a eu recours avant le départ. Ainsi qu'une mention spécifique en cas de problèmes de santé particuliers, à joindre à son passeport ou carnet de vaccination. Voire éventuellement sa carte de groupe sanguin.

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Votre logement Airbnb
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées du R. D. Congo

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end pour 2 à Caen !

1 week-end découverte de Caen pour 2 personnes avec l'OT Caen la mer .