Pays multicolore et pluriethnique, le Sénégal apparaît comme un formidable creuset où diversité et tolérance cohabitent en toute harmonie. Peuls, Sérères et Wolofs, catholiques et musulmans, les différences se mêlent en un fabuleux kaléidoscope. À moins de six heures d'avion de la France, c'est donc le point de départ idéal pour découvrir l'Afrique noire. Végétation luxuriante, plaines sahéliennes, plages de sable fin, mangroves, le Sénégal est un peu de tout cela... mais sûrement plus que ça ! Pour réellement vivre le pays, c'est le rapport humain qu'il faut privilégier. La bonne humeur, la jovialité et la générosité profonde des Sénégalais se dévoilent au voyageur pour peu qu'il s'attarde un moment en leur compagnie.

Bienvenue au Sénégal !

Atterrissage à Dakar, où l'aéroport est encore une " zone touristique ". Brouhaha sans nom et sollicitations de toutes parts, ici on s'est adapté au rythme occidental : des besoins immédiats assouvis dans l'instant. La capitale en elle-même peut surprendre, car elle ne ressemble pas vraiment à l'idée que l'on se fait de la ville africaine. Et pour cause, elle n'a rien en commun avec la cité sénégalaise typique. Urbaine, industrielle, à elle seule, elle brasse en population le cinquième du pays. Toute en contrastes, elle offre à qui prend le temps de la découvrir une dualité captivante entre sa médina, populaire et quadrillée, et son Plateau, centre économique et administratif. Sa grande mosquée est incontestablement l'un des édifices religieux les plus importants d'Afrique. Cependant, on passe à Dakar plus qu'on y reste.

Dans ses environs, on ne manquera pas l'île de Gorée, pour mieux comprendre l'histoire de la traite négrière d'abord, et pour profiter de son atmosphère si particulière ensuite, à seulement 20 minutes de la capitale grouillante. Une sorte de langueur court sur cette cité au passé lourd et prenant, son ambiance douceâtre à la beauté indolente ne peut laisser indifférent.

Comment passer, non loin de là, à côté du lac Rose, une des excursions phare du pays ! La haute densité en sel colore l'eau du lac d'un rose plus ou moins perceptible selon la saison. L'hiver est la meilleure période pour l'admirer sous ses plus belles couleurs. On pourra y observer le dur labeur des travailleurs du sel : inlassablement, ils récupèrent des montagnes d'iode pour les faire sécher au sec, sous le soleil africain.

La petite côte a la cote !

Si la majorité des touristes se dirigent automatiquement vers la zone balnéaire de Saly-Portudal, au sud de Dakar, ce n'est pourtant pas là que l'on trouvera les plus belles plages ni, loin s'en faut, une vie sénégalaise traditionnelle. En revanche, la côte est entièrement bordée d'hôtels confortables posés sur un joli littoral et convient parfaitement aux adeptes des plaisirs balnéaires. À 5 km de là, on pourra assister au retour des pêcheurs de M'Bour, un des villages de pêche les plus importants de la côte : l'arrivée de ces dizaines de barques multicolores dans la lumière du levant est un spectacle à ne pas manquer. Puis, on ira vers le Sine-Saloum pour admirer les richesses historiques de la région qui abritait autrefois les royaumes d'ethnies puissantes et fut le lieu de batailles notoires. C'est actuellement un site très apprécié par les amateurs de mangroves, de lagunes et de forêts. On pourra suivre les traces de Léopold Sédar Senghor à Joal, son village natal, en parcourant des plages immaculées ; effectuer un saut de puce à Fadiouth, connue comme " l'île aux coquillages " tant elle est recouverte et presque entièrement composée de ces enveloppes de calcaire. Plus au sud, la pointe de Sangomar et la forêt protégée de Missira offrent des étapes pittoresques et des panoramas exceptionnels aux adeptes de tourisme vert.

Les aventuriers pousseront jusqu'au Sénégal oriental, une région méconnue, car trop mal desservie par les transports en commun. Elle mérite pourtant d'être approchée de plus près : entre déserts et forêts vallonnées, l'Est sénégalais offre une grande diversité de paysages. C'est d'ailleurs là que l'on pourra parcourir le plus important parc national du pays, Niokolo-Badiar, classé réserve de la biosphère par l'UNESCO.

La Casamance, source de joie

À présent, en route pour la région passionnante de la Casamance, coincée entre la Gambie et la Guinée, dont elle partage la culture.

Mangroves et lagons se succèdent au coeur de la forêt tropicale, révélant une nature exceptionnellement riche. On peut observer ces tableaux d'eau en faisant une croisière en pirogue sur le fleuve Casamance. On s'arrêtera ainsi dans les petits villages traditionnels installés sur les îles formées par les bolongs. La culture des rizières sculpte le paysage, les palmiers bordent les côtes, les plages s'étendent sur des kilomètres de sable fin. La région attire donc les passionnés de pêche.

Sa ville principale, Ziguinchor, est le parfait point de départ pour Cap Skirring, la station balnéaire de la région, où les amateurs de sports nautiques se régaleront. Les voyageurs appréciant les lieux plus authentiques vibreront au contact de Carabane, ville sur l'eau, qui tient grâce aux palétuviers, site fantasmagorique délicatement posé entre terre et mer !

La cité dévoile sa grâce depuis la pirogue, au rythme nonchalant de la petite embarcation qui vous conduit. Isolée et comme abandonnée par le tourisme, elle offre une halte ensorcelante : ses plages paradisiaques s'étendent sans fin, pas le moindre toubab (" homme blanc " en wolof) ne semble en avoir foulé le sable. La pêche sportive y est l'activité première, mais pourquoi ne pas visiter les villages environnants, où les traditions guinéennes prennent le pas sur l'identité sénégalaise.

Une cité hors du temps

On finira ce séjour en remontant vers l'extrême nord et Saint-Louis, ancienne capitale du pays au passé riche. Cité historique par excellence, elle distille des effluves de La Nouvelle-Orléans ou, plus proche, de l'île de Gorée : avec ses quartiers coloniaux au charme suranné, une douce fragrance de nostalgie parfume la ville. Contrairement à Dakar la besogneuse, Saint-Louis a su conserver son calme, et une ambiance de village règne dans ses ruelles. On ne pourra ignorer l'incroyable oeuvre d'art qu'est le pont Faidherbe, reliant l'île-cité au continent. Près de la place du même nom, au coeur de la vieille ville, les maisons coloniales enveloppent Saint-Louis d'un cachet et d'un charme fous. On achètera des souvenirs de qualité, avant de passer une dernière nuit festive dans l'un des bars branchés de la cité. Et se promettre que l'on reposera bientôt ses valises sur la terre du Téranga !

 

Infos futées

 

Quand ? Le Sénégal est agréable tout au long de l'année, mais préférez la saison sèche, d'octobre à juin.

 

S'y rendre. Le vol Paris-Dakar dure environ 5h30 et l'aller-retour coûte entre 450 et 850 €.

Trouvez votre vol au meilleur prix - Comparez

Louez votre voiture au meilleur prix - Comparez

 

Utile. Pour préparer au mieux son voyage au Sénégal.

AGENCE SÉNÉGALAISE DE PROMOTION TOURISTIQUE - Plus d'informations sur le site

Réservez votre hébergement aux meilleures conditions - Comparez

Obtenir un devis d'une agence locale pour un voyage sur mesure - Demander

Trouvez une activité culturelle ou sportive - Trouvez

Organiser un voyage en groupe - Demander un devis