La Sicile, c'est d'abord la respiration d'un volcan emblématique : l'Etna, le volcan le plus haut d'Europe et l'un des plus actifs au monde. A 3 350 mètres, il découvre ses quatre gigantesques cratères sommitaux dans des nuées de soufre. A ce spectacle hallucinant s'oppose la douceur de vivre à la sicilienne. Les villages aux ruelles fleuries de bougainvilliers, de lauriers, de citronniers qui descendent jusqu'aux eaux bleues de la Méditerranée. Les îles qui entourent le Sicile sont autant de satellites précieux : les sept célèbres Eoliennes avec le luxe de la riche Panarea ou les éruptions de Stromboli la volcanique, sont à elles seules la raison d'une escapade sicilienne.

Un décor de cinéma

Les 7 îlots qui composent l'archipel éolien sont dominés, au loin, par le sommet de leur mère l'Etna. Il existe en réalité 17 îles volcaniques nées de la subduction de la plaque ionienne contre le bouclier africain, mais seules sept d'entre elles sont habitées. Les principales sont Lipari et Salina. Il faut compter environ deux journées pour visiter chaque île, mais vous pourrez bien sûr vous attarder plus longtemps dans l'archipel, réputé pour sa douceur de vivre, sa cuisine, (le délicieux vin de malvoisie contribuant largement à cette réputation), ses paysages et la splendeur de ses fonds marins. L'Unesco ne s'y est d'ailleurs pas trompé en inscrivant en 2000 ces îles au patrimoine mondial. C'est également leur beauté et leur caractère uniques qui ont fait de ces îles des stars de cinéma. De nombreux réalisateurs les ont élues comme décors naturels. Le réalisateur Nanni Moretti, dans son film Journal Intime (Caro Diario), a dressé un savoureux portrait des plus célèbres des Eoliennes. Rosselini (Stromboli, terra di Dio), les frères Taviani (Kaos), Antonioni (L'Avventura), Michael Radford (Il Postino) et bien d'autres les ont immortalisées par le cinéma.

Une histoire millénaire

L'histoire de ces îles est le résultat d'une longue transformation géologique à laquelle s'est superposée l'histoire des hommes qui y débarquèrent, 4000 ans av. J.-C. Le développement des civilisations qui s'y sont succédé était directement lié à l'exploitation des ressources dérivées de l'activité volcanique. Au cours de son Odyssée, Ulysse fit étape en ces lieux : " Nous arrivâmes dans l'île d'Eolia. Là habitait Eole, fils d'Hippote, cher aux immortels pour la bonté de son coeur... Il me donna une outre en peau, et dedans, il y lia les voyages des vents rugissants que lui seul pouvait plaquer ou faire naître, puisque Chronide l'avait élu gardien des vents. " Homère raconte ici comment Eole, maître dans l'utilisation de la voile, aidant les hardis navigateurs de son temps à parcourir les mers à la découverte de terres nouvelles, fit cadeau à Ulysse des vents afin qu'il puisse rejoindre Ithaque au plus vite. Mais les hommes d'équipage d'Ulysse, trop curieux, laissèrent s'échapper le maestro, le libeccio, le ponant et le sirocco. C'est la raison pour laquelle, encore aujourd'hui, ces vents soufflent parfois violemment sur les îles. Leur nom d'îles Eoliennes vient peut-être de cette légende, mais il est plus probable que ce soit à l'origine, les Grecs éoliens qui débarquèrent à Lipari à la fin du IIIe millénaire av. J.-C.

Une ambiance volcanique, de jour...

On se rendra d'abord à Vulcano. Car c'est là que resurgit particulièrement le mythe d'Homère, car on dit qu'Eole choisit cette île pour s'y installer. Vulcano la bouillonnante, avec ses eaux sulfureuses, ses vapeurs et ses fumées, ses collines dénudées et ses coins sauvages, est la plus volcanique des sept îles mais aussi la plus dangereuse. Sur 21 km2, on compte deux volcans actifs : Vulcanello et Fossa di Vulcano. Ce dernier, dont il faut faire l'ascension, développe des fumerolles de soufre importantes. Les vulcanologues le comparent souvent à une cocotte-minute sous pression. Malgré cette menace permanente, les quelque 717 habitants, les Vulcarani, vivent paisiblement. Pour ne rien gâcher, la cuisine de l'île possède ses propres traditions qui se distinguent de celles des autres éoliennes. Place est faite à l'agriculture pastorale qui permet de produire d'excellents fromages tels que la ricotta aux câpres. La viande de la chasse est également à l'honneur sur la table comme le lapin à la sauce amère. Restent les produits de la mer : les escargots de mer à l'oignon, la tomate accompagnée d'une sauce au persil. En dessert, ce sont les délicieux beignets à la ricotta qui font la fierté de l'île.

A seulement 1,6 km, on jette l'ancre à Lipari. L'île, avec ses côtes découpées et accidentées et ses parfums de garrigue, possède un charme certain. Avec Stromboli et Vulcano, c'est l'une des îles les plus marquées par le phénomène volcanique, avec ses fumerolles inoffensives et ses sources thermales.

... comme de nuit !

Mais le spectacle le plus incroyable se trouve à Stromboli. Cette île, phare naturel de la mer Tyrrhénienne avec son sommet auréolé de feu, est un véritable phénomène. Composée principalement d'un volcan en activité permanente depuis au moins 2 000 ans, elle dessine un cône presque parfait au milieu de l'eau. La nuit, son volcan, surnommé Iddu (Lui) par les habitants de l'île qui lui vouent un respect ancestral, nous convie à un magnifique spectacle, digne de tous les feux d'artifice du monde. De tout temps, Stromboli a suscité l'intérêt. Rossellini lui consacre un film superbe, Stromboli, terra di Dio (Stromboli, terre de Dieu) avec Ingrid Bergman. Mais c'est aussi une île pleine de charme, aux maisons blanches contrastant avec sa surface aux tons gris et noirs, ses jardins luxuriants et ses petits ports aux barques multicolores.

Mais, à la nuit tombée, on aimera également la snob Panarea, la plus petite de l'archipel avec une surface d'à peine plus de 3 km2. Pour son ambiance volcanique d'un tout autre genre ! En effet, ses nuits à rallonge, son charme pittoresque, ses criques, ses eaux claires idéales pour la plongée lui valent d'avoir été élue parmi ses voisines par la jet-set italienne, principalement milanaise. Sur place, on se déplace à pied, en scooter (électrique de préférence), ou en " voitures de golf ", ces voiturettes électriques juste assez petites pour se faufiler dans les ruelles étroites du bourg. Les somptueuses villas, les hôtels de luxe, les restaurants chic et les discothèques y ont donc poussé comme des champignons, et les prix se sont alors mis à flamber. A Panarea, la vie sociale a ses exigences, et il faut être vu dans les lieux du moment. La vie nocturne y est active, plus que dans toute autre île, et on y vient de partout pour danser dans les discothèques branchées jusqu'au petit matin.

Enfin, on bouclera son séjour en allant se reposer et faire de la plongée à Filicudi. Car on y vient surtout pour explorer ses grottes et ses fonds marins, riches en éponges et en coraux.

 

Infos futées

Quand ? La Sicile et les îles Eoliennes se visite aisément toute l'année, mais la haute saison se concentre en été. Essayez d'éviter le mois d'août et profiter de la douceur de vivre de l'été indien.

S'y rendre. Après avoir atterri en Sicile, on prendra l'un des compagnie de bateaux qui font la liaison vers les îles, comme Ustica Lines.

 

AIR FRANCE

Plus d'informations sur le site

 

USTICA LINES

Plus d'informations sur le site

 

Utile. Pour préparer au mieux son escapade.

 

OFFICE DE TOURISME DE LIPARI

Plus d'informations sur le site