Longtemps éloignée du pouvoir central, cette ancienne terre barbare est devenue en trente ans l'une des provinces les plus riches de Chine. Sa position géographique stratégique et sa proximité avec Hong Kong font du Guangdong une province sur laquelle le gouvernement chinois a beaucoup misé depuis l'ouverture des années 1980. L'essor exceptionnel qui s'en est suivi a donné naissance à trois zones économiques spéciales : Shenzhen, Shantou et Zhuhai. Riche et ouvert sur le monde, le Guangdong espère bien ne pas s'arrêter en si bon chemin. Canton/Guangzhou rêve déjà de rivaliser avec la grande mégalopole Shanghai.

La vieille cité de Canton est devenue ces vingt dernières années une ville prospère qui, malgré son côté anarchique, reste agréable à explorer. L'îlot tranquille de l'île de Shamian témoigne du passé de la ville et conte aujourd'hui encore l'histoire de cette ancienne concession franco-britannique. Le marché de Qingping, très animé, respire à plein nez la médecine chinoise et les traditions ancestrales. Plus au nord, les gratte-ciel poussent comme des champignons et le paysage s'urbanise inlassablement.

La province du Guangdong n'a pas été épargnée par l'histoire. Située à l'extrême sud du pays, elle fut longtemps prise d'assaut par des étrangers venus marchander en Asie. Le Guangdong fut le terrain de guerres douloureuses, comme les deux guerres de l'Opium et la rébellion des Taiping, qui marquèrent au fer rouge l'histoire de la province. Des vagues d'émigration massives en découlèrent, vers d'autres pays d'Asie du Sud-Est et même au-delà. A la même époque, Sun Yat-Sen, originaire du Guangdong et considéré comme le père de la Chine moderne, allait devenir l'une des figures les plus emblématiques de la région.

L'histoire n'aura finalement pas eu raison de la province, qui s'est depuis lancée un défi économique incroyable. En quelques années, de petites villes se sont transformées en immenses centres industriels, le paysage s'est rempli de tours d'acier, de businessmen et de grands magasins. Aujourd'hui, le Guangdong est une terre d'accueil pour de nombreux Chinois de l'intérieur, qui espèrent profiter de l'élan économique pour s'enrichir. Peu épargnées par cette industrialisation rapide, les villes du Guangdong ont tendance à perdre tout leur charme et à faire fuir les touristes étrangers, malgré plusieurs sites qui valent le détour.

Histoire

Le Guangdong est une province ouverte sur le monde depuis plus d'un millénaire. Déjà sous la dynastie des Tang (618-907), la province accueillait des flux incessants de marchands étrangers et la région devint rapidement un havre de commerce cosmopolite. Au VIIe siècle, une mosquée fut construite dans l'actuelle ville de Canton. Au IXe siècle, cette dernière comptait plus de 100 000 résidents étrangers.

Plus tard au XVe siècle, le Guangdong finança de grandes expéditions maritimes. L'artisanat se développa très vite afin de fournir les exportations (poteries et porcelaines notamment). Les pays d'Asie du Sud-Est, le Moyen-Orient et l'Occident devinrent des débouchés majeurs pour les productions locales.

Au XIXe siècle, l'histoire du Guangdong fut profondément marquée par de féroces affrontements : la révolte des Taiping (1851-1864) et les deux guerres de l'Opium (1839-1842 et 1856-1860) secouèrent ainsi le pays tout entier. L'humiliant traité de Nankin, signé en 1842, scella la fin de la première guerre de l'Opium et la capitulation de l'Empire chinois. En plus d'obtenir le droit de commercer librement dans cinq ports en Chine, les Britanniques se virent céder Hong Kong, qui ne rentrera dans le giron chinois qu'en 1997.

Population

Selon des sources officielles, le Guangdong serait la province la plus peuplée de Chine. De par sa croissance économique des trois dernières décennies, la région attire de nombreux travailleurs qui migrent des provinces adjacentes. Les villes de Canton et Shenzhen drainent ainsi une gigantesque population de " flottants ", dont beaucoup de mingong, ces ouvriers-paysans aux conditions de vie souvent très dures. La région du Guangdong séduit aussi un grand nombre d'étrangers (Américains, Africains et Européens), qui viennent y investir et s'y installer pour profiter de l'essor du Détroit de la Rivière des Perles, l'une des zones économiques les plus dynamiques au monde. La population reste constituée pour la majorité de Han (chinois, 99 %). Parmi les minorités importantes du Guangdong, on peut citer les Yao (au nord), les Miao, les Li, les She et les Zhuang.

Arts et culture

La région est l'une des plus riches de Chine par sa diversité. La zone centrale de la province du Guangdong est peuplée d'une population qui parle presque exclusivement le cantonais (le mandarin reste compris, mais parlé avec un fort accent). La région est réputée pour ses porcelaines, ses produits en cuir, ses meubles en acajou, ses sculptures en ivoire et ses pierres précieuses. Le Guangdong compte plus de 150 musées ouverts au public. L'opéra cantonais, l'une des branches de l'opéra chinois, est très apprécié partout en Chine. On en retrouve deux styles : le style Mou (style des arts martiaux où les personnages sont souvent des guerriers ou des combattants) et le style Man (un style plus poétique et raffiné). La cuisine est aussi un des joyaux de la culture locale : elle est souvent considérée comme la meilleure des huit grandes cuisines régionales de Chine.

Les lieux incontournables de Guangdong 广东

Organiser son voyage dans le Guangdong 广东

Photos de Guangdong 广东

14.95 €
2018-12-05
792 pages

Reportages & actualités de Guangdong 广东

Avis