On peut y accéder soit par la route, soit par la crête au nord du temple d'Hatchepsout. De là-haut, le point de vue est exceptionnel.

La vallée a servi de nécropole royale à partir des débuts de la XVIIIe dynastie (le premier pharaon à s'y faire enterrer étant Thoutmès Ier) jusqu'à la fin de la XXe dynastie.

Pendant quatre siècles de dur labeur, des ouvriers de tous horizons vont charrier, déblayer, creuser, polir des milliers de tonnes de pierres et de gravats dans le seul but d'offrir aux rois une sépulture à l'image de leur pouvoir. L'ampleur de la tâche entreprise nous dépasse complètement - surtout si l'on tient compte des moyens techniques de l'époque (outillage, éclairage) et des conditions de travail (chaleur, poussière).

Dans le même temps, en bordure des terres cultivables, se construisait un temple destiné aux offices. La mise au jour du tombeau de Toutankhamon par Howard Carter, en 1922, a permis au monde de découvrir avec émerveillement un mobilier funéraire. A l'origine, chaque tombe royale en était pourvue.

Le trait caractéristique de la sépulture thébaine royale, comparée à son homologue memphite, reste la séparation radicale de la tombe et de sa chapelle. Bâties en brique crue, matériau périssable et sensible aux inondations, il n'en reste rien ou seulement quelques vestiges épars comme les colosses de Memnon. En outre, vous ne trouverez pas ici les troupeaux de buffles, ni ces délicieuses scènes d'offrande qui ornaient les murs de Saqqarah, mais uniquement d'interminables rituels en écriture hiéroglyphique, des scènes mettant en jeu des démons, des personnages obscurs ayant trait à la mythologie funéraire.

La structure de la tombe reste dans son ensemble la même, si l'on excepte celles de la première " génération " (Thoutmès Ier, Thoutmès III...), à angle presque droit, la forme recherchée étant la ligne droite. Une fois la porte franchie, un escalier généralement très raide conduit, à travers trois couloirs successifs, bordés - pour certains - de niches, à une ou plusieurs salles, la dernière abritant le sarcophage. Un puits destiné à piéger les éventuels pillards sépare parfois les couloirs des salles.

Les textes, gravés ou peints, regroupés sous le titre de Livre des Morts, sont censés fournir au défunt les clés de l'au-delà. Certaines de ces incantations, dont les litanies du soleil, permettront au roi, grâce à la description détaillée qui en est faite, de s'identifier à Râ et lui fourniront des descriptions du monde des morts (Livre des Portes). Les salles destinées à accueillir le sarcophage offrent la plupart du temps, en plus des textes funéraires, des représentations du défunt en compagnie d'Osiris ou d'autres dieux, ainsi que des scènes astronomiques ornant les plafonds.

Des soixante-deux tombes que compte la nécropole, seule une dizaine présente un réel intérêt. Faites votre choix, en prenant garde aux fermetures inopinées qui ont souvent lieu.

Les lieux incontournables de la VALLÉE DES ROIS

Comment partir à la VALLÉE DES ROIS ? Nos conseils & astuces

    Organiser son voyage à la VALLÉE DES ROIS

    Photos de la VALLÉE DES ROIS

    Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

    12.95 €
    2018-04-04
    480 pages
    Avis