PLACE JEMAÂ EL-FNA

Rue, place et quartier à visiter
Médina
Marrakech
Maroc - Voir sur la carte
Partagez ce bon plan

L'avis du Petit Futé sur PLACE JEMAÂ EL-FNA

Plaque millesim 2018

La Place était à la fois la fin de l'univers et la naissance de l'exil, d'un paradis déchu et aplati par le pas des passants et des voyageurs itinérants où, autour du feu du conte, nous revisitions l'instant fantasmagorique de la genèse. Ainsi, si la Place était un carrefour délimité par le poste de police, le minaret de la Koutoubia et l'ancienne banque du Maroc convertie en musée [...] les frontières triangulaires de cette forêt du récit n'étaient, pour nous, que pur fantasme où se mêlaient fantasme et sacrilège. " (Rachid Mansoum, la Place Jemaâ El Fna, Marrakech lieux évanescents)

Plus qu'une simple place publique, Jemaâ el-Fna s'est depuis longtemps imposée comme le carrefour initiatique de Marrakech. Elle est le lieu le plus vivant de Marrakech et rassemble tout autant les touristes que les locaux ! Vous pouvez monter sur les toits et embrasser d'un seul coup d'oeil toutes les terrasses de la ville. C'est une impression de platitude : tout est construit comme un grand damier bien stylé qui donne l'illusion de pouvoir vous promener au-dessus de la ville.

C'est d'ici également que partent la plupart des excursions touristiques : vers la médersa Ben Youssef ou le palais de la Bahia et les tombeaux Saadiens. Vous serez amené à y séjourner, flâner, déambuler ou simplement passer, ne serait-ce que pour garer votre véhicule à proximité, sur les injonctions des nombreux gardiens de voiture qui attendent là en permanence (attention, ne vous garez jamais sur la place, c'est interdit et vous risquez... la fourrière locale !). La circulation en voiture n'y est d'ailleurs plus autorisée pour des raisons de sécurité.

L'architecture de la place n'est pas particulièrement originale : pas d'édifice singulier si ce n'est la mosquée Quessabine, à l'angle de l'entrée du souk, et face au Café de France. Ce même Café de France, aux trois larges terrasses, était détesté par le maréchal Lyautey, sa façade contribuant, selon lui, à dénaturer la place. A l'autre extrémité, vers l'avenue Mohammed-V, le Club Méditerranée s'est installé discrètement (mais pas encore assez pour ne pas provoquer le mécontentement de certains riverains) derrière un mur recouvert de végétation. En face, près du commissariat de police, se trouvent les bâtiments de la Poste, de la Banque du Maroc et de l'ancienne gare routière.

Histoire. A l'origine, cette place faisait office de place de Grève : c'est là que l'on décapitait les criminels et que l'on exposait publiquement, sur un mur clouté, les têtes des rebelles ou des voleurs. De cette cruelle coutume, qui se perd dans la nuit des temps, popularisée par les Alaouites, la place tient son nom actuel qui signifie " l'assemblée des Morts ", " la réunion des Trépassés ", ou encore " la place du Néant "... Une appellation lugubre que plus rien ne justifie aujourd'hui, quoi qu'en disent les conteurs de la place, qui prétendent que, certains soirs, les âmes des suppliciés reviennent hanter ces lieux.

Il faut apprendre à apprécier cet endroit étrange, où règne l'atmosphère des places médiévales, espace un peu théâtral de recueillement et de rencontres, de mystère et de divertissement. Le meilleur moyen de prendre contact avec Jemaâ el-Fna est d'abord de l'observer dans son ensemble : grimpez donc pour vous rafraîchir à la terrasse de l'hôtel de France, le plus vieil hôtel-restaurant de la place ou encore sur le toit de la brasserie du Glacier (plus bruyant). De ces cafés, bondés à l'heure où la chaleur se fait moins forte, vous découvrirez un univers grouillant et sans cesse changeant. Le spectacle est absolument fascinant quand le soleil se couche derrière le minaret de la Koutoubia, tandis que se font entendre les claquements secs des crotales des Gnaouas (photographes, preneurs de son, à vos appareils !).

Jusqu'à l'inauguration, en 1982, de la nouvelle gare routière située près de Bab Doukkala, la place Jemaâ el-Fna était le point de départ des grands taxis et des cars à destination des autres villes. Une sorte de vaste souk, pourvoyeur de tout et de n'importe quoi, véritable cour des miracles, s'était installée alors sur la place, représentant une sorte d'extension des souks bien ordonnés (malgré les apparences) de la médina. Cette présence permanente de marchands ambulants avait, certes, pour effet de dynamiser la vie de la place, mais aussi de nuire considérablement à l'harmonie commerciale des souks officiels. Ce marché aux puces a été expulsé lorsque la nouvelle gare routière a été inaugurée, et l'on ne trouve plus aucune trace de cette époque sur la place Jemaâ el-Fna. Seuls les marchands ambulants de colifichets en toc et de fringues en vrac s'y promènent encore en guettant une bonne occasion de fourguer leur marchandise aux touristes que les souks effraient : cela devient de plus en plus rare, chacun étant capable de faire la différence entre les produits (hors de prix) de ces marchands ambulants et ceux, de meilleure qualité et moins chers, des artisans spécialisés des souks.

Un chef d'oeuvre du patrimoine oral et immatériel de l'humanité. Dans les années 1990, la place est fortement menacée : on parle d'y construire un parking souterrain. En 1997, l'écrivain catalan Juan Goytisolo, tombé littéralement amoureux de Marrakech, tire la sonnette d'alarme ! Afin de préserver l'ensemble des richesses culturelles et artistiques qui caractérisent le lieu, il fait venir des experts de l'Unesco à Marrakech et crée une association pour la sauvegarde de la place Jemaâ el-Fna. A la fois coeur névralgique de la ville, symbole du brassage social et point de rencontre essentiel entre les deux versants de la Marrakech, cette place est surtout un écrin où se joue quotidiennement l'expression du patrimoine immatériel marocain (contes, musique, danses, chants, gastronomie, folklore). Sa reconnaissance internationale est proclamée le 18 mai 2001 lorsque l'Unesco inscrit son nom sur la Liste très sélective des biens classés patrimoine oral et immatériel de l'humanité.

Un spectacle permanent. A l'instar d'une pièce de théâtre, la place Jemaâ el-Fna propose aux visiteurs des scènes de vie réparties en trois actes majeurs. Le matin, elle s'éveille dès l'ouverture des portes du souk, entre 7h30 et 9h pour certains ! Elle devient un grand marché en plein air. Il y a peu de monde, encore, mais déjà les guérites de bois et les roulottes des marchands de jus d'orange s'animent. Les marchands d'épices installent leurs présentoirs à l'ombre de paillassons que soutiennent de solides perches. Les vendeurs de fruits et d'herbes rares n'arriveront que plus tard, souvent des villages environnants. C'est un excellent moment pour venir prendre un petit déjeuner insolite : de bon matin, on vous offrira fréquemment un second thé ou un second jus d'orange délicieux (qui coûte aux alentours de 4 DH), tandis que le marchand de pistaches et de cacahuètes grillées, son étalage à peine déballé, vous tendra quelques graines avant d'entamer la conversation. De plus, à cette heure-là, les faux guides et harceleurs en tout genre - qui, reconnaissons-le, ne manquent pas sur la place - ne sont pas réveillés. C'est donc en toute tranquillité que vous goûterez aux plaisirs matinaux qu'offre cette vaste esplanade.

Mais le véritable spectacle ne débute que plus tard, vers la fin de l'après-midi (à partir de 17h, c'est idéal). C'est à ce moment-là qu'apparaissent les danseurs gnaouas, ces descendants des esclaves noirs de Guinée, et que les acrobates d'Amizmiz viennent exécuter leurs pyramides humaines et leurs pirouettes spectaculaires de derviches, pour le plus grand plaisir des badauds attroupés. La place devient alors une monumentale scène de théâtre où chaque acteur prend place au centre d'un cercle formé par les spectateurs, la haqla, béni par un saint ! C'est l'heure de regarder les écrivains publics, accroupis à l'ombre de leurs parapluies noirs, peiner sur leurs travaux, de muser parmi les bateleurs, d'écouter les conteurs vous parler des djinns (les génies) qui planent sur les minarets de la ville ou encore évoquer les fabuleux trésors des anciens sultans - trésors cachés dans des riads abandonnés de la médina -, de se faire conter la bonne aventure par des diseuses voilées (un avenir d'autant plus souriant que seront nombreux les billets de 20 DH), de tenter sa chance en misant au bonneteau ou autres jeux d'adresse aux règles alambiquées, d'admirer les montreurs de singes savants ou les charmeurs de serpents qui poussent le spectacle jusqu'à entourer le torse des passants de leurs gentils reptiles... Cela vaut toujours mieux que de se laisser tripoter par l'arracheur de dents (pour 5 DH...) qui vous attend assis devant un monticule de quenottes... Dans cette foule bigarrée d'artistes de rues, qui vibre au son des tambourins et des flûtes, les gosses se fraient un chemin en proposant kesra (pains en forme de galettes d'orge, de blé ou, plus rarement, de sarrasin), pâtisseries au miel et beignets. Le guerrab, le porteur d'eau à l'habit multicolore, bardé de coupelles de cuivre ou de fer-blanc, agite sans cesse sa clochette et pose complaisamment devant les caméras et les appareils photo des touristes. Soyez correct, remerciez-les tous par quelques dirhams.

Enfin, au coucher du soleil et au fur et à mesure que l'animation devient plus intense, une odeur de friture, de brochettes de viande ou de poisson grillé s'empare de la place où viennent s'installer de petits restaurants ambulants : Jemaâ el-Fna se transforme en un immense restaurant à ciel ouvert. Les lampes à acétylène des gargotiers et des cafés illuminent peu à peu la place qui se vide lentement de ses acteurs. On s'assied alors autour d'une sommaire table de bois où l'on déguste une harira ou une brochette de kefta, face à une tête de mouton, délicatement posée sur l'étal ! Jemaâ el-Fna devient un havre de quiétude, magique, dans le recueillement de la nuit.

Pendant le ramadan, la place offre toutefois une vision un peu différente. Son spectacle permet aux jeûneurs d'oublier la faim et la soif qui taraudent les esprits (et surtout les ventres), jusqu'au moment où retentit la sirène du muezzin : la place se vide alors à toute vitesse tandis que les gargotes des alentours, servant à pleines louches la harira et les brochettes, se remplissent en un clin d'oeil. Puis, la faim calmée, la place se remplit de nouveau et le spectacle continue...

Avis des membres sur PLACE JEMAÂ EL-FNA

Note générale : 4.2 / 5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
52 avis d'internautes
Avis déposé le 27/12/2018 à 21:47
Note globale :
Visité en décembre 2018
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
A visiter à des heures différentes de la journée car les marchants changent.

Le soir, attroupements autour de musiciens du cru, très local mais agréable pour ressentir le poult de la ville !

Pour les photos avec les serpents, négociez le prix avant car sinon très insistant après pour avoir encore plus. Beaucoup d'escrocs sur place qui cherchent à vous dépouillez...
Vue depuis la terrasse
Avis déposé le 27/12/2018 à 19:43
Note globale :
Visité en décembre 2018
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
La place Jemaa El Fnaa est fidèle à sa réputation : populaire, très animée (en l'occurrence à la période de fin d'année en ce qui me concerne) et remplie de vendeurs en tout genre.
Néanmoins, je trouve que les locaux profitent de plus en plus de la 'naīveté' des touristes et proposent des prix de plus en plus ahurissants. De plus, contrairement à d'autres villes (africaines en ce qui me concerne) que j'ai visité les vendeurs ne nous lâchent pas et se permettent même des réflexions un peu grossières à notre égard si ils se sentent vexés. Donc si je peux vous donner quelques conseils : quand un vendeur annonce un prix, divisez le par 3 voir 4 pour connaître le vrai prix, faîtes mine de partir pour voir le tarif baisser de moitié, n'oubliez jamais que vous n'êtes pas pressé, ne promettez rien sinon il vous engueulerons. Évitez les restaurants de rue au centre de la place qui s'installent le soir car ils proposent des tarifs plus chères que la plupart des restaurant autour ! Essayez de prendre contact avec un local pour ne pas vous faire piéger.
Autrement, c'est une très belle place ou il y a toujours de nouvelles choses à voir.
Au plaisir !
Avis déposé le 30/10/2018 à 16:06
Note globale :
Visité en septembre 2018
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Une place hors du commun. Une fois la nuit tombée, il y règne un ambiance chaleureuse de traditions.
Bref juste magique!!!
Avis déposé le 29/10/2018 à 18:27
Note globale :
Visité en octobre 2018
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
la Place aux mille visages à découvrir absolument ! on y est complètement dépaysés, parfums et ambiance garantis ! il faut aller la visiter à plusieurs moments différents de la journée pour en découvrir toutes les facettes .
Avis déposé le 27/10/2018 à 19:04
Note globale :
Visité en mai 2018
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Incontournable à Marrakech. La place Jemaa el Fna est toujours vivante, jour et nuit. Le jour avec ses charmeurs de serpents et divers camelots, ces petites voiturettes qui vous offrent à moindre coût un jus de fruit frais (pressé devant vous) et le soir une ambiance festive avec toutes ses gargotes ou vous pouvez manger pour pas cher. Un mélange de couleurs, de saveurs, d'épices... A ne pas rater

Carte et itinéraire pour PLACE JEMAÂ EL-FNA

Lat : 31.62080002 / Lon : -7.98380947
Participez
à la communauté
Avis