Malgré sa taille modeste (392 km²), le parc d'Amboseli est l'un des plus fréquentés du Kenya. Il bénéficie de trois atouts : sa proximité avec Nairobi (240 km), ses immenses troupeaux d'éléphants et le somptueux dôme enneigé du Kilimandjaro en toile de fond. Mais, au-delà de son cadre et de sa faune, Amboseli se caractérise par son atmosphère envoûtante. Hemingway, Kessel et, plus récemment, Boyd ont été fascinés par la magie du site. Amboseli, " poussière salée " en maasaï, est la terre de tous les contrastes. Malgré son apparence souvent aride et très poussiéreuse, le parc possède une source qu'on pouvait croire, jusqu'à peu, intarissable : les neiges éternelles du Kilimandjaro. L'eau filtre à travers les centaines de mètres de roches volcaniques avant de rejaillir au coeur du parc, créant ainsi de vastes zones marécageuses. L'impressionnante poussière d'Amboseli est constituée de cendres volcaniques provenant du Kilimandjaro. Pendant les périodes sèches, de curieux mirages, ponctués parfois de silhouettes d'animaux, apparaissent dans la cuvette desséchée du lac et des dizaines de tourbillons de poussière s'élèvent vers le ciel.

A quelques mètres de là, buffles et éléphants barbotent dans les marais au milieu des plantes aquatiques et des aigrettes. Cette variété de paysages a permis le développement d'une faune particulièrement riche. Zèbres, antilopes, gazelles, gnous, girafes, buffles et éléphants sont partout.

La présence permanente d'eau attire également une très grande quantité d'oiseaux (martins-pêcheurs, aigles, faucons, pélicans, hérons, jacanas, aigrettes, ibis...).

Les félins sont beaucoup plus difficiles à observer. Caracals, servals, léopards, guépards et lions vivent dans le parc, mais leur nombre a fortement diminué et il est très rare de les apercevoir. Dans les années 1980, plusieurs lions mâles ont été tués par les Maasaï, en signe du désaccord de ces derniers avec la politique menée dans la région par le gouvernement. De leur côté, les guépards ont souffert du trop grand nombre de touristes et ont dû modifier leurs habitudes de chasse, ce qui a provoqué une baisse de la natalité.

Ces deux exemples montrent bien la fragilité de cet écosystème, aujourd'hui en péril. Le parc souffre de plusieurs maux qui menacent à moyen terme son existence. La sécheresse qui a sévi à la fin des années 1980 et au début des années 1990 n'a fait qu'appauvrir un sol déjà peu fertile et victime d'un phénomène de remontées de sel. L'eau alcaline s'infiltre à la surface du sol et y dépose une fine pellicule de sel dont les conséquences sur la flore sont dévastatrices. S'ajoute à ces problèmes naturels le va-et-vient incessant des minibus de touristes. En circulant en dehors des pistes, les véhicules n'ont fait qu'aggraver la situation : ils ont gêné le développement des jeunes pousses. Il est aujourd'hui strictement interdit de sortir des pistes sous peine de fortes amendes. Enfin et surtout, on sait que sous l'effet du réchauffement climatique, les glaces du Kilimandjaro ont environ diminué de 80 % depuis un siècle.

Parce qu'il est relativement petit, bien que surprenant, deux nuits et journées complètes suffisent à appréhender le meilleur du parc d'Amboseli. Évidemment si vous souhaitez vous laisser bercer par son atmosphère envoûtante, il n'est plus question de jours ou de semaines : de ce petit bout d'Afrique si particulier, on ne se lasse jamais.

À voir / À faire à AMBOSELI NATIONAL PARK

Organiser son voyage à AMBOSELI NATIONAL PARK

Photos d'AMBOSELI NATIONAL PARK

13.95 €
2018-01-03
384 pages
Avis