MUSEI CAPITOLINI

Musées

L'avis du Petit Futé sur MUSEI CAPITOLINI

Plaque millesim 2018

Le musée est installé dans les deux palais qui se font face sur la place du Capitole (Palazzo dei Conservatori et Palazzo Nuovo). Sa visite demande une bonne demi-journée. Il est essentiellement consacré à la sculpture antique, étrusque, grecque et romaine, mais, dans sa partie pinacothèque, il présente également d'intéressantes oeuvres Renaissance, maniéristes ou baroques. Les musées du Capitole furent créés en 1471, quand le pape Sixte IV donna au peuple romain un groupe de statues en bronze de grande valeur. Cela en fait, dans sa partie la plus ancienne, le plus vieux musée public du monde.

Appartamento dei Conservatori

D'origine antique, il fut transformé en 1570 par Giacomo Della Porta sur un projet de Michel-Ange. Dans la cour intérieure, on admire des fragments de la statue colossale de Constantin, installée à son origine dans la basilique de Maxence au Forum romain. Ses dimensions sont exceptionnelles : tête 2,60 m, pieds 2 m.

Sala degli Orazi e dei Curiazi. La salle constituait anciennement les grands salons d'apparat de la commune de Rome. C'est là que, le 25 mars 1957, a été signé le traité de Rome, fondateur de l'Union européenne. Encadrées par une frise en marbre, les fresques qui donnent leurs noms à la salle représentent l'histoire des Horaces et des Curiaces. Elles sont l'oeuvre du Cavalier d'Arpin à la fin du XVIe siècle. Votre attention sera attirée par la statue du pape Urbain VIII, oeuvre du Bernin et de ses élèves, et par celle en bronze d'Innocent X par l'Algarde vers le milieu du XVIIe siècle.

Sala dei Capitani. Ainsi nommée d'après les statues des généraux de l'Etat pontifical, Marcantonio Colonna et Alessandro Farnese, la salle est décorée d'un plafond à caissons historié provenant d'un palais du XVIe siècle. Aux murs, despeintures du XVIe siècle consacrées à l'histoire de la Rome républicaine.

Sala di Annibale. La seule salle du palais à avoir conservé ses proportions et sa décoration d'origine (début du XVIe siècle). Le décor de fresques reproduit des épisodes des guerres puniques. Beau plafond en bois peint.

Sala degli Arazzi. De grandes tapisseries (arazzi), oeuvres d'un atelier romain du XVIIIe siècle, ont donné leur nom à la salle. Elles reproduisent des épisodes légendaires de la Rome antique, d'après les dessins d'importants artistes dont Rubens et Poussin.

Sala dei Trionfi. La frise du XVe siècle qui a donné son nom à la salle illustre le triomphe du général Lucius Emilius Paulus sur les Cimbres et les Teutons. Dans cette salle sont exposées deux oeuvres célébrissimes : le Tireur d'épine, statue grecque de la période hellénistique (Ier siècle av. J.-C.), l'une des plus admirées et les plus copiées à la Renaissance, et le bustede Janus Brutus, un magnifique portrait en bronze du IIIe siècle av. J.-C.

Sala della Lupa. Arrêtez-vous devant l'emblème de la ville, la Louve du Capitole, la mater romanorum, la mère des Romains, un bronze ancien du Ve siècle av. J.-C., probablement étrusque, et qui était, à l'époque romaine, placé sur le Capitole. Les deux enfants qui tètent la louve, Romulus et Remus, ont été ajoutés par les frères Pollaiolo à la fin du XVe siècle. Les salles de cet étage rassemblent le résultat des fouilles effectuées dans les grandes villas de l'époque impériale, celle de Mécène en particulier, et l'on sait combien ces riches personnages étaient fins connaisseurs de l'art grec.

Sala delle Oche. Deux petites oies ont donné leur nom à la salle. Encadrées par une belle corniche dorée, elles font allusion à l'épisode des oies du Capitole qui sauvèrent Rome de l'invasion des Gaulois. Un buste en marbre de Michel-Ange et la Tête de Méduse sculptée par le Bernin sont les oeuvres majeures à voir ici.

Sala delle Aquile. La salle des aigles présente une belle décoration de grotesques (XVIe siècle) et un beau plafond à caissons.

Museo del Palazzo dei Conservatori

Sale Castellani. Trois salles qui rassemblent des objets (essentiellement des céramiques) retrouvés dans les principaux sites archéologiques de l'Etrurie, du Latium et de la Grande Grèce.

Sala degli Horti Lamiani. La salle tire son nom des horti, de somptueuses villas entourées de verdure aux alentours de Rome, fondées par le consul Lucio Elio Lamia en l'an 3 apr. J.-C. Redécouvertes à la fin du XIXe siècle, de magnifiques sculptures y ont été mises au jour. La Venus à l'Esquilin, le Buste de Commode en Hercule et les deux Torses de Triton sont parmi les plus belles (toutes entre le Ier et le IIe siècle apr. J.-C.).

Exèdre de Marc-Aurèle. Là où se tenait un jardin dans l'Antiquité est conservée la statue équestre de Marc Aurèle, bel exemple de réalisme romain du IIe siècle apr. J.-C. que Michel-Ange avait fait transporter de la place du Latran à celle du Capitole.

Sale degli Horti di Mecenate e di Tauriani e Vettiani. C'est ici qu'on peut admirer la belle statue de Marsyas (IIe siècle apr. J.-C.), silène qui avait osé défier Apollon. Sa morphologie allongée inspira de nombreuses crucifixions chrétiennes.

Pinacothèque

Elle contient une collection d'oeuvres des XVe et XVIIIe siècles regroupées par écoles, genres et auteurs et classées chronologiquement.

A l'entrée on remarquera deux tableaux de marbre réalisés selon une technique particulière, dite de l'opus sectile, utilisée en Egypte à l'époque romaine. A voir plus particulièrement, le Baptême de Jésus du Titien (salle 3), ainsi qu'un Jeune saint Jean-Baptiste peint par le Caravage au début du XVIIe siècle et, à côté, toujours du Caravage, la fameuse toile appelée La Diseuse de bonne aventure. Enfin, la grande toile de Rubens représentant Romulus et Remus. Sont également représentés les très grands de l'époque : Simon Vouet, Piero da Cortona, Dominiquin le Guerchin, Guido Reni, etc., ainsi qu'un Van Dick conservé dans la dernière salle.

Galleria Lapidaria - Tabularium

Pour relier entre eux le Palazzo dei Conservatori, le Palazzo Nuovo et le Palazzo Senatorio, une galerie souterraine fut réalisée en 1930, pile sous la place du Capitole. En la traversant on pourra y observer les vestiges d'habitations romaines du IIe s. apr. J.-C. En 2005, une galerie lapidaire y a été aménagée pour exposer les exemplaires les plus parlants de la collection épigraphique du musée.

On débouche ensuite sur les galeries du Tabularium, où étaient conservées les archives de la ville (tabulae) au Ier siècle av. J.-C., transformées au cours des siècles en entrepôt et en prison. En haut de l'escalier, une statue sans tête du dieu Vediovis rappelle qu'ici s'élevait un temple voué à cette divinité infernale peu connue, avant d'être englobé dans le Tabularium. Enfin, depuis la galerie qui s'ouvre sur le Forum, vous profiterez d'une vue magnifique sur l'ancien coeur de la Rome antique.

Palazzo Nuovo

Salle égyptienne. La salle ouvrant sur la cour rassemble des vestiges égyptiens provenant de l'Iseum du Champ de Mars, le plus important temple romain dédié au culte d'Isis à l'époque républicaine. Dans les trois autres salles du rez-de-chaussée sont exposés des objets du culte de Cybèle et de Mithra, ainsi que quelques beaux sarcophages romains.

Sala delle Colombe. Elle tire son nom de l'une des oeuvres incontournables du musée, la Mosaïque des Colombes, une mosaïque d'un raffinement hors pair, qui décorait le sol d'une pièce de la villa d'Hadrien à Tivoli. Il s'agirait d'une copie d'un original grec, réalisé au IIe siècle apr. J.-C. Dans la même salle, une autre très belle mosaïque dite des Masques de scène, issue elle aussi de la villa d'Hadrien à Tivoli.

Gabinetto della Venere. La jolie salle polygonale fut réalisée au XIXe siècle pour y accueillir la statue de la Venus du Capitole (Ier siècle av. J.-C.). Pudique et à la fois voluptueuse, la belle Venus est ici représentée à la sortie de son bain, dans le geste de cacher sa nudité. Elle est, elle aussi, la copie d'un modèle grec plus ancien.

Sala degli Imperatori et Sala dei Filosofi. La première salle expose, en ordre chronologique, 70 bustes de personnalités politiques célèbres de l'Antiquité, hommes et femmes. On sera étonné d'y suivre l'évolution de la mode et des coiffures comme s'il s'agissait d'un catalogue. La salle suivante referme, quant à elle, les bustes de poètes, écrivains et philosophes.

Salone. Dans le grand et beau salon au décor XVIIIe siècle, on peut admirer deux statues de Centaures, d'une virtuosité sans pareille, retrouvées dans la villa d'Hadrien à Tivoli. L'un, vieux, affiche des traits souffrants et fatigués, l'autre, jeune, resplendit des joies de l'amour. Plus loin l'Apollon à la cithare et l'Amazone blessée (IIe siècle av. J.-C.)complètent ce bel ensemble.

Sala del Fauno. Au centre de la salle, la splendide statue d'un faune en marbre rouge précieux, réalisée elle aussi à l'époque d'Hadrien. Accrochée au mur, la Lex Imperio Vespasiani, une grande plaque en bronze qui reprend la décision du Sénat par laquelle Vespasien accéda au pouvoir (69 apr. J.-C.).

Sala del Gladiatore. La visite se termine par la découverte d'un dernier chef-d'oeuvre de la sculpture antique, la statue du Galate mourant, réplique parfaite d'une statue hellénistique de la fin du IIIe siècle. Longtemps prise pour la statue d'un gladiateur, la souffrance transparaît à travers le réalisme de ses traits d'une noblesse rare. L'une des pièces les plus précieuses de l'Antiquité.

Informations et horaires sur MUSEI CAPITOLINI

Entrée 13€, 15€ avec l'exposition temporaire. Billet combiné avec la Centrale Montemartini 16€.

Avis des membres sur MUSEI CAPITOLINI

Note générale : 4.6 / 5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
13 avis d'internautes
Avis déposé le 26/10/2018 à 13:27
Note globale :
Visité en octobre 2018
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Pour la Louve et la Meduse. Belles vues sur les environs.Superbe bâtiment et escaliers à voir au coucher du soleil.
Avis déposé le 01/07/2018 à 13:50
Note globale :
Visité en juin 2018
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Super! J'y suis allée un jeudi et j'ai eu la chance d'avoir le musée - presque - que pour moi... Pas de file à l'entrée. Seul bémol : le manque de sympathie aux portiques de sécurité. Il faut y aller au moins pour voir la Louve!
Avis déposé le 24/06/2018 à 17:20
Note globale :
Visité en juin 2017
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
l'un des meilleurs musés de Rome, centré sur l'antiquité avec de nombreuses pièces qu'on retrouve dans tous les livres d'histoire. Idéal aussi pour trouver un peu de fraicheur en été.
Avis déposé le 23/02/2018 à 19:31
Note globale :
Visité en mars 2017
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Musée exceptionnel pour ceux qui aime l'art et la culture antique. On y retrouve des oeuvres célèbres, comme la tête de la Méduse ou la Louve allaitant Rémus et Romulus. A voir absolument.
Avis déposé le 02/11/2017 à 08:30
Note globale :
Visité en octobre 2017
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Musée exceptionnel, très belle collection de sculptures classiques, quelques tableaux de grands maîtres dans la pinacothèque (Velasquez, Vouet, Le Caravage, Rubens, Le Tintoret, etc.). Un magnifique espace d'exposition pour la statue équestre de Marc-Aurèle, qui est complété par une galerie sur l'histoire du Capitale, très pédagogique. Bonus : il n'y a pas beaucoup de monde, assez rare pour être souligné à Rome !!

Je gagne 100 foxies

Participez
à la communauté

Je dépose mon avis et je gagne des Foxies

(50 caractères minimum) *
Votre photo doit respecter le poids maximal autorisé de 10 Mo
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité

    * champs obligatoires

    Pour soumettre votre avis vous devez vous connecter.

    Rejoignez la communauté

    * champs obligatoires

    Déjà membre ?

    Merci pour votre avis !
    • Bravo, votre compte a été créé avec succès et nous sommes heureux de vous compter parmi nos Membres !
    • Votre avis a été envoyé à notre équipe qui le validera dans les prochains jours.
    • Vous pouvez gagner jusqu'à 500 Foxies en complétant votre profil !