Guide de MADRID : Les personnalités célèbres : Espagne

Statue du roi Felipe III à Madrid.
Statue du roi Felipe III à Madrid.
Tomás Alía

Né à Tolède en 1964, Tomás Alía est l'un des décorateurs d'intérieur les plus populaires d'Espagne. Il mélange des objets traditionnels, voire tribaux, avec les matériaux avant-gardistes. Il est d'ailleurs connu à Madrid pour les cafés et boîtes de nuit qu'il a décorés (plus de 15 projets à Madrid). Depuis qu'il a surpris avec le Larios Café en 1999, une décoration qui lui a valu le Prix national d'architecture d'intérieur, la renommée de son travail est grandissante. Il parle de l'évolution de son travail comme un guide touristique de Madrid. Pour Tomás Alía, Madrid peut être une référence internationale, même si pour cela il ne faut pas perdre de vue ce qui se passe à Paris, Londres, New York ou Milan. Ainsi, la décoration d'intérieur à Madrid est marquée par un " cocktail " de tendances, notamment des années 1970.

Alejandro Amenabar

D'origine chilienne, Alejandro Amenabar est madrilène de coeur. Né en 1973, il arrive dans la capitale espagnole à l'adolescence. Après des études de sciences peu brillantes, il tente sa chance dans le cinéma. Bien lui en prend, car son premier long-métrage, Tesis, un thriller sur le monde macabre des snuffmovies, est salué non seulement par la critique mais aussi par le public. Deux ans après, en 1997, il tourne Ouvre les yeux, repris par Cameron Crowe sous le titre Vanilla Sky. Les portes d'Hollywood lui sont désormais grandes ouvertes, il réalise en 2001 son premier film en anglais, Les Autres, avec, pour tête d'affiche, Nicole Kidman. Mar adentro, très remarqué, s'appuie sur un fait réel pour traiter de l'euthanasie et confirme son talent. Il décrochera d'ailleurs l'Oscar du meilleur film étranger. Agora, sorti en 2009, s'inscrit dans la même ligne d'excellence. Son dernier film Regression, avec Emma Watson et Ethan Hawke, est sorti en 2015.

Eduardo Arroyo

Né à Madrid le 26 février 1937, durant la guerre civile, Eduardo Arroyo s'est exilé en France en 1958, pendant la dictature franquiste. En 1963, la première exposition madrilène de ce peintre à la galerie Biosca fut fermée parce qu'un portrait de torero ressemblait étrangement au général Franco. Il a partagé sa vie et son travail entre Paris et Madrid pour mettre en question la réalité politique, sociale, historique du moment, avec aussi quelques oeuvres littéraires. Il s'est éteint le 14 octobre 2018 dans son domicile de la capitale espagnole.

Sara Baras

Originaire de Cadiz, Sara Baras est née en 1972. A 18 ans, la danseuse de flamenco participe au festival de Grenade. Depuis, on l'a vue à la Biennale de danse de Lyon et au Palais des Congrès de Paris. En 1996, elle crée Gitano avec Antonio Canales. Un an plus tard, elle fonde sa propre compagnie, le Ballet Flamenco Sara Baras. Le Figaro a écrit à son propos : " C'est la découverte féminine la plus sensationnelle depuis Manuela Vargas et Cristina Hoyos. Son flamenco est différent, sa danse sculpturale et ses zapateos d'une virtuosité rarement atteinte par une danseuse. " Sa dernière chorégraphie, intitulée La Pepa, date de 2012. En 2014 et 2015, elle se produit à Paris au théâtre des Champs-Elysées avec Voces, Suite Flamenca, son dernier spectacle. En 2017, elle a fêté les 20 ans de sa compagnie avec une grande tournée européenne.

Javier Bardem

Né à Las Palmas de Gran Canaria (Îles Canaries) en 1969, Javier Bardem est issu d'une famille d'acteurs madrilènes (en témoigne le restaurant " la Bardemcilla ", en travaux à l'été 2013, à Chueca). Il fait ses débuts au cinéma dans un film de Bigas Luna, Les Amours de Lulu, en 1990. Après des débuts prometteurs, Bigas Luna lui offre en 1992 un rôle à sa mesure dans Jamón jamón aux côtés de Penélope Cruz. La voie du succès lui est ouverte... Il obtient le prix Goya, grande distinction espagnole pour son rôle dans le film de Manuel Gómez Pereira, Boca a Boca. Comme son compatriote Antonio Banderas, il a su se faire un nom outre-Atlantique. En 2000, il interprète un écrivain homosexuel cubain dans le film de Julian Schnabel, Before night falls, une performance qui lui vaut de nombreuses nominations (prix Volpi, Oscar, Golden Globe). En 2004, dans Mar Adentro, il tourne sous la direction de Alejandro Amenábar. Son interprétation extraordinaire le consacre comme l'un des meilleurs acteurs espagnols. Il enchaîne les très grands rôles, comme en 2007, dans un film signé des frères Cohen, celui d'un tueur à la limite de l'humanité dans No country for old men. Il remporte l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle et devient alors le premier Espagnol à remporter ce trophée. En 2010, il célèbre son mariage avec la Madrilène Penelope Cruz aux Bahamas. Depuis, on a pu le voir dans le rôle du méchant dans Skyfall, le James Bond sorti en 2012, à l'affiche de Cartel, le thriller de Ridley Scott en 2013, donner la réplique à Sean Penn dans The Gunman en 2014 ou jouer sous ses ordres dans The Last Face en 2016. En 2017, il a été à l'affiche du dernier volet de Pirates des Caraïbes et a incarné Pablo Escobar dans Loving Pablo du réalisateur madrilène Fernando León de Aranoa, avant d'apparaître dans le dernier film d'Asghar Farhadi en 2018. En 2019, il sera notamment à l'affiche du blockbuster Avengers : Endgame.

Manuela Carmena

Cette ancienne avocate et juge émérite du Tribunal suprême d'Espagne est maire de Madrid depuis le 13 juin 2015. Née dans la capitale espagnole le 9 février 1944, elle a pris la succession de Ana Botella (PP) sous les couleurs de Ahora Madrid, un mouvement de gauche fondé avec les socialistes, les écologistes et le mouvement d'extrême-gauche Podemos. Après une riche carrière dans la magistrature entre 1965 et 2010, la voilà donc à la tête de sa ville natale. Bien décidée à " moraliser la vie politique ", ses premières mesures furent riches en symboles. A peine arrivée, elle baisse son salaire de 55 % et celui de ses conseillers municipaux de 41 %. Elle décide également que la mairie se passera de la loge municipale du Théâtre royal, de celle du stade Santiago Bernabeu ou de celle des arènes de Las Ventas. Par ailleurs, elle décide que courant 2016 seront débaptisées les rues, places et monuments qui honorent les figures du franquisme. Et ses premiers chiffres sont bons puisqu'en juin 2016, un an après son élection, la Banque d'Espagne annonce qu'elle a réduit la dette madrilène d'un milliard d'euros (bien qu'elle reste la plus élevée du pays avec 4,5 milliards d'euros). Par ailleurs, pendant la crise des migrants, elle a fait installer une immense banderole " Refugees Welcome " sur la façade de l'hôtel de ville.

Alberto Contador

Alberto Contador est la hantise de tous les supporters du cyclisme français. Ce coureur madrilène a gagné 3 fois le Tour de France (2007, 2009, 2010). Même si ce cycliste est très complet, les étapes de montagne sont son point fort. Humble et tenace, il a remporté bon nombre d'autres courses (Giro d'Italie et Vuelta d'Espagne), ce qui fait de lui une personnalité très appréciée des Espagnols. Cependant, il est convaincu de dopage début 2012 et tombe sous le coup d'une suspension de plusieurs mois qui l'empêche de participer au Tour de France 2012. Cela ne l'empêchera pas de remporter le Tour d'Espagne 2012 le 9 septembre à Madrid. En 2014, il signe une 3e victoire sur ses terres lors de la Vuelta et en 2015, il remporte le Giro, le Tour d'Italie. Après un abandon en 2016 sur le Tour de France, il quitte l'équipe Tinkoff et rejoint Trek-Segafredo en 2017. Avant d'annoncer sa retraite sportive en août 2017, il remporte la 20e étape du Tour d'Espagne. Il est désormais consultant pour Eurosport Espagne.

Penelope Cruz

Femme de Javier Bardem depuis 2010, et mère de leur enfant, la madrilène Penelope Cruz est révélée au grand public grâce au film de Juan Bigas Luna, Jamón jamón (Jambon, jambon). Elle poursuit sa carrière en jouant avec les plus grands réalisateurs ibériques ; Alejandro Amenábar (Ouvre les yeux, en 1997) et Pedro Almódovar (Tout sur ma mère et Volver, en 2006). Puis, elle réalise le tour de force de s'imposer outre-Atlantique. Après avoir tourné avec le grand Stephen Frears dans Hi-Lo Country et avec John Madden dans Capitaine Corelli, elle retourne dans la peau de Silvia dans un remake américain d'Ouvre les yeux, Vanilla Sky, avec Tom Cruise. Depuis 2005, elle habite de nouveau à Madrid. En 2009, elle obtient l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour le film de Woody Allen, Vicky Cristina Barcelona, avant de se faire remarquer en 2011 dans Pirates des Caraïbes : La Fontaine de jouvence ou l'année suivante dans To Rome with Love de Woody Allen. En 2013, elle est à l'affiche de Cartel de Ridley Scott aux côtés de son mari Javier Bardem. Et, après leur fils né en 2011, le couple accueille une petite fille, prénommée Luna Encinas Cruz Bardem, née à Madrid le 22 juillet 2013. En 2014, l'année de ses 40 ans, elle est élue " femme la plus sexy du monde " par le célèbre magazine Esquire. En 2016, elle a été à l'affiche de deux comédies : Grimsby, film hollywoodien réalisé par le français Louis Leterrier, et Zoolander 2 avec Ben Stiller. En 2017, elle est apparue aux côtés de son mari Javier Bardem dans Loving Pablo du réalisateur madrilène Fernando León de Aranoa et dans Le Crime de l'Orient-Express de Kenneth Branagh. En 2018, elle partagera une nouvelle fois l'écran avec l'homme de sa vie dans le dernier film d'Asghar Farhadi Todos Lo Saben. En 2018, elle a été nommée nouvelle ambassadrice de la maison Chanel et l'égérie de sa prochaine campagne croisière 2018-2019 durant laquelle elle sera photographiée par Karl Lagerfeld, himself.

Adolfo Dominguez

Après des études de lettres et de cinéma en Espagne et à l'université de Vincennes, puis un séjour à Londres, le styliste Adolfo Dominguez reprend en 1973 l'atelier de tailleur de son père en Galice. Quelques années plus tard, il est le plus international des designers espagnols. Ses collections sont distribuées en France et à Londres depuis longtemps et il prévoit une percée fulgurante au Japon. Son slogan Le froissé est beau l'a rendu célèbre. On peut retrouver sa boutique dans le quartier du Marais à Paris.

Julio Iglesias

Né à Madrid le 23 septembre 1943, Julio Iglesias est un chanteur espagnol mondialement connu depuis plus d'un demi-siècle. Il fait partie des plus gros vendeurs de l'histoire de l'industrie musicale. Avec plus de 80 albums sortis, il a écoulé près de 250 millions d'exemplaires à travers le monde. Il chante en français, anglais, espagnol, italien, allemand, portugais et galicien. Ses fils, Enrique Iglesias et Julio Iglesias Jr sont aussi des chanteurs à succès, notamment Enrique. Son dernier album México est sorti en 2015.

Raúl

Né le 27 juin 1977 à Madrid, Raul est considéré comme le meilleur joueur espagnol et l'un des meilleurs joueurs de l'histoire du foot. Il débute sa carrière à 13 ans chez le grand rival madrilène, l'Atlético, jusqu'à ce que le club rencontre des difficultés financières et abandonne la section formation. Raúl choisit alors de rejoindre le Real et devient le plus jeune joueur à avoir jamais évolué en première équipe du mythique club merengue, à l'âge de 17 ans. Attaquant tonique, buteur impitoyable aussi à l'aise dans l'axe que sur les côtés, son palmarès au Real est éloquent. Avec le groupe select des Galactiques (formé par Zidane, Figo, Ronaldo et Beckam), il a amené son club au plus haut. Il a notamment remporté le titre de meilleur buteur de tous les temps en Ligue des Champions. En 2010, le club ne renouvelle pas son contrat. Cette nouvelle est vécue comme une trahison. Il a ensuite évolué dans le club allemand de Schalke 04 pendant deux saisons où il a inscrit 40 buts avant de signer le 13 mai 2012 à Al-Sadd, au Qatar. Il met un terme à sa carrière en 2015 après une dernière expérience au New York Cosmos. Et de nombreuses rumeurs l'envoient, à plus ou moins long terme, dans l'encadrement de son club de toujours, le Real Madrid.

El Juli

Le madrilène El Juli promettait un grand succès en affrontant à huit ans sa première génisse. A dix ans, il entre à l'école de tauromachie de Madrid. En 1997, il s'expatrie au Mexique, où il peut toréer (son jeune âge le lui interdit en France et en Espagne). Le 18 septembre 1998, il reçoit enfin l'investiture à Nîmes. Sa définition de la corrida : " La mission du taureau est d'attraper le torero. C'est un animal, un animal sauvage et son obligation est claire. Le torero de son côté, avec intelligence, doit l'esquiver et, ce faisant, créer de l'art. " Il est considéré comme l'un des toreros actuels les plus brillants. Malheureusement, il est gravement blessé le 19 avril 2013 lors de la feria de Séville où il prend un coup de corne à la cuisse droite. Cela ne l'empêche pas de revenir quelques mois plus tard à son meilleur niveau. En 2016, il reçoit la Médaille d'or du mérite des beaux-arts en Espagne.

Pedro Ramirez

Une plume trempée dans le vitriol, tout spécialement à l'intention de ses " amis " socialistes. En 1989, Pedro Ramirez a créé le quotidien El Mundo. Ce petit homme nerveux, marié à la styliste madrilène Agatha Ruíz de la Prada, a claqué la porte du Diario-16 pour engendrer l'un de ses principaux concurrents, mettant l'accent sur le journalisme d'investigation. Depuis les attentats du 11 mars 2004, El Mundo a perdu de sa réputation de sérieux, car Pedro J. Ramirez défend la thèse " de la conspiration ", c'est-à-dire l'hypothèse que Al-Qaïda n'est pas entièrement responsable des attentats, car l'objectif était de " renverser " le gouvernement de José María Aznar. Il a quitté ses fonctions au sein du quotidien en février 2014. Mais continue à mener des enquêtes via sa plate-forme digitale Orbyt et son journal en ligne El Mundo de la Tarde.

Agatha Ruiz de la Prada

Née à Madrid en 1960, Agatha Ruiz de la Prada est l'enfant terrible de la mode espagnole, et le meilleur mannequin de ses créations souvent farfelues. Dans les réceptions, son mari est ainsi toujours flanqué de ce petit bout de femme aux vêtements parfois clownesques. Mais Agatha est surtout une artiste à la culture solide et une créatrice prolifique.

José Tomas

José Tomas est le torero le plus coté d'Espagne. Ayant fait ses débuts au Mexique comme la plupart des toreros experts, il revient à Las Ventas pour confirmer son talent. Ses corridas spectaculaires lui ont valu plus d'un accident. Il est le plus audacieux, et les entrées pour voir une de ses corridas peuvent atteindre aujourd'hui les 2 500 voire 3 000 euros. Ces prix se justifient par la rumeur ambiante qui attribue à sa témérité le peu de corridas restantes à voir. Par ailleurs, il est également connu pour être un fervent supporter de l'Atlético Madrid.

José Luis Rodriguez Zapatero

José Luis Rodriguez Zapatero, ancien Premier ministre d'Espagne (de 2004 à 2011), fait partie du PSOE (Parti Socialiste Espagnol). Certains disent qu'il aurait gagné les premières élections en conséquence des attentats de mars 2004, lesquels ont été mal gérés par le PP (Parti Populaire). Ses actions les plus significatives ont été l'instauration de la parité au sein de son gouvernement, le retrait des troupes en Irak, l'autorisation du mariage homosexuel, l'ouverture du chemin vers la laïcité dans les écoles... Mais c'est surtout le Premier ministre en poste lors de la forte crise qui frappe le pays. Les opposants de même qu'une bonne partie de ses suiveurs l'accusent d'avoir mené le pays à la ruine.

La famille royale

L'Espagne (avec le Danemark) est l'une des deux dernières monarchies qui maintiennent la préférence masculine, en contradiction avec le principe d'égalité des sexes proclamé dans l'article 14 de la Constitution espagnole. Mais une réforme est envisagée...
Les Espagnols se tiennent régulièrement informés de la vie des membres de la famille royale, ce qui explique une partie du succès des journaux à ragots et des émissions TV sur la vie des stars.

Le 2 juin 2014 dernier a marqué un tournant important dans l'histoire de la monarchie espagnole. Le roi Juan Carlos Ier annonce qu'il abdique en faveur de son fils Felipe, après plus de 38 ans de règne. C'est le 18 juin, que la loi pour permettre la transmission de la couronne est signée. Et le 19, à minuit, son fils Felipe devient roi et prête serment. Il sera désormais le roi Felipe VI.

Juan Carlos. Né à Rome en 1938, il a 10 ans lorsqu'il vient en Espagne pour la première fois. Le 22 juin 1969, il est désigné officiellement comme successeur de Franco avec le titre de prince d'Espagne. Son père, le comte de Barcelone, accepte pour rétablir la monarchie. Le 22 novembre 1975, Juan Carlos est proclamé roi d'Espagne. Les Espagnols l'accueillent avec réserve. Le surnom de " Juan Carlos el Breve " (le Bref), et les nombreuses boutades à son sujet ne lui présagent qu'un règne éphémère. Le 27 décembre 1978, il signe la Constitution démocratique et renonce à tous les pouvoirs qu'il avait reçus de Franco. Le 23 février 1981, l'irruption de Tejero, coiffé du tricorne de la Guardía Civil et brandissant un pistolet dans la Chambre des députés, en plein débat, fait basculer la situation. A une heure du matin, le message télévisé du roi, vêtu de l'uniforme de capitaine général des armées, annonce avec fermeté l'échec du coup d'Etat. Les sarcasmes cessent comme par enchantement et la famille royale devient la famille de chacun de ses sujets. Le roi Juan Carlos restera dans l'histoire comme celui qui a su, après avoir été élevé sous la coupe du général Franco, se porter garant de la transition démocratique. Il abdique le 2 juin 2014.

Sofía, ex-reine d'Espagne. Née le 2 novembre 1938, issue de la famille royale grecque, très discrète, mélomane, elle ne manque jamais les concerts à l'Opéra. Dévouée à ses petits-enfants, elle séduit par son sens de la famille. D'autre part, son implication dans les oeuvres caritatives lui attire les grâces du peuple espagnol.

Felipe VI, le nouveau roi. Né en 1968, il s'est marié le 22 mai 2004 avec Letizia Ortiz. Leur première fille, Leonor, est née le 31 octobre 2005 ; une deuxième fille, Sofía, voit le jour en 2007. Le prince Felipe a étudié le droit et les sciences économiques à l'université autonome de Madrid, puis les relations internationales à l'université de Georgetown (Washington). Et, après avoir joué un rôle de représentation de la famille royale, en Espagne et dans le monde, il est devenu roi le 18 juin 2014, après l'abdication de son père Juan Carlos quelques jours plus tôt.

La reine Letizia. Letizia Ortiz Rocasolano, née à Oviedo le 15 septembre 1972, est une ancienne journaliste. Mariée au prince Philippe en 2004, elle est devenue reine d'Espagne le 18 juin 2014.

L'infante Elena. Née le 20 décembre 1963, elle a épousé Jaime de Marichalar, qu'elle avait connu à Paris, et le 17 juillet 1998 est né à Madrid son fils Felipe, puis le 9 septembre 2000, sa fille Victoria.

L'infante Cristina. Née le 16 juin 1965, elle s'est mariée avec un joueur de handball, Iñaki Urdangarin, en 1997 et le 29 septembre 1999 naît à Barcelone Juan, le second petit-fils des rois d'Espagne. Le 6 décembre 2000, jour de l'anniversaire de la Constitution espagnole, est venu au monde Pablo Nicolás. Le 5 juin 2005, Cristina et Iñaki sont parents de Irene, leur première fille et quatrième enfant. Empêtré avec son mari dans une affaire de fraude fiscale et de blanchiment d'argent depuis 2013, elle a été mise à l'écart de l'agenda de la famille royale. Le 19 juin 2014, elle ne fut pas conviée à la cérémonie d'intronisation du nouveau roi d'Espagne, son frère Felipe VI, et n'est désormais plus considérée comme faisant partie de la famille royale. Le procès des époux s'est terminé le 22 juin 2016. Si elle a été relaxée, son mari a lui été condamné à six ans et trois mois de prison.

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
  • Réservez un ferry
  • Location de moto
  • Taxi et VTC
hebergement
  • Tourisme responsable
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Assurance voyage
  • Activités Funbooker
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité

Adresses Futées de MADRID

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez 2 week-end de prestige aux portes de la Normandie !

2 séjours pour 2 personnes avec l'Office de Tourisme Terres de Seine ! (2 gagnants)

Une escapade zen et reposante...