Guide de MADRID : Madrid en 30 mots-clés

Anonymes

Des statues de Madrilènes anonymes égayent les rues de Madrid. En vous promenant, vous les découvrirez sûrement et serez étonné par leur réalisme. Ne ratez pas Le Balayeur, Plaza Jacinto Benavente et Le Lecteur, Plaza de la Paja.

Arabe

C'est à l'époque de la domination arabe que Madrid connut ses premiers développements. A la fin du IXe siècle, l'émir Mohamed Ier fonda la cité de Mayrit, (dérivé de Majrit qui signifieEau "), et y éleva un château (alcazar). Avec ses dépendances (la résidence du gouverneur et la mosquée), l'édifice constituait une enceinte fortifiée (almudayna en arabe), qui donnera son nom à la grande cathédrale adjacente au Palais royal. Il ne reste presque rien des constructions arabes si ce ne sont quelques pierres, des noms de lieux et le tracé sinueux de la vieille ville.

Argot

Voici quelques mots d'argot typiquement madrilènes :

Guiri : le Guiri est un étranger. Ce terme, à l'origine péjoratif, s'emploie aujourd'hui très fréquemment et, de ce fait, perd de sa négativité. Le Yankee désigne les habitants des Etats-Unis, et les Français sont les Gabachos.

Pasta : argent.

Peña : à l'origine, la peña est une association de jeunes des campagnes qui se chargent d'organiser une partie des activités de la fête du village célébrée une fois par an, généralement en été. Ce terme employé au quotidien, dont la signification varie selon l'intonation, désigne soit un groupe d'amis, un ensemble défini de personnes, qui partagent une passion commune. Ainsi, on trouve notamment des peñas taurines, des peñas de supporteurs, etc.

Sobar : dormir.

Tronco : s'emploie quand on s'adresse à un pote, par exemple : oye tronco ! (" eh mec ! "). Synonyme de tío.

Atocha

La gare centrale de Madrid est, malheureusement, devenue célèbre en 2004 à cause des attentats dont elle a été la cible. Elle est pourtant agréable à visiter, notamment en raison de son très beau jardin tropical. Des plantes luxuriantes, des tortues et une atmosphère chaude et humide en font un bon endroit pour se reposer en hiver. Un très bon café-restaurant la surplombe.

Autonomías

Las Autonomías ou le système des communautés autonomes désigne l'organisation géopolitique de l'Espagne actuelle. Dès la fin des années 1970, certaines régions espagnoles, parmi lesquelles la Catalogne et le Pays basque, revendiquent une plus grande autonomie politique. De 1981 à 1983, c'est l'ensemble des régions d'Espagne qui accèdent à ce statut. Aujourd'hui, Madrid et ses environs proches forment la Communauté autonome de Madrid, la plus petite d'Espagne en superficie (8 030 km²).

Botellón

Littéralement " la grosse bouteille ", le botellón désigne la consommation d'alcool en groupe sur la voie publique, une pratique très répandue en Espagne, notamment à Madrid, mais qui est interdite par décret depuis février 2002. L'origine de ce phénomène remonterait aux années 1980 : pris d'assaut par de jeunes gens avides de fête, les commerçants de la capitale se mettent à vendre des packs d'alcool fort, des sodas, des gobelets et quelques glaçons. Moins cher qu'une consommation dans un bar, ce pack devient très vite très populaire, jusqu'à atteindre des proportions inattendues. Entre amis, sur une place, dans la rue ou dans un jardin public, les jeunes se rassemblent pour boire et discuter. A Madrid, on compte alors plus de 10 000 participants chaque week-end. Ces regroupements nocturnes finissent par gêner les riverains qui portent plainte, à cause des déchets laissés sur place et du bruit, qui dure souvent jusqu'au lendemain matin. Dans la nuit du 1er au 2 février 2002, la police intervient pour la première fois dans la capitale. Le botellón est actuellement toléré lors des fêtes de quartier. Aujourd'hui, les Madrilènes préfèrent ir de copas ou ir de cañas, autrement dit " aller prendre un pot " !

Carlos III

Les Madrilènes l'ont surnommé rey-alcalde (" roi-maire ") dans les années 1980. Une souscription publique permit l'édification d'une statue à son image sur la Puerta del Sol. Roi d'Espagne au XVIIIe siècle, il améliora considérablement l'hygiène et l'aménagement de la ville. Le paseo del Prado, le musée du Prado, l'ancien hôpital devenu le musée Reina Sofia et de nombreux édifices de la calle Alcalá furent édifiés à son initiative.

Castizo

Cet adjectif, qui signifie " de pure souche ", pourrait se traduire par " typiquement madrilène ". A l'origine, le castizo est celui dont les ascendants sont madrilènes sur plusieurs générations. Mais la réalité est tout autre. Ce mot cherche en fait à exprimer l'essence du comportement typiquement madrilène et, plus généralement, castillan. Une figure-symbole se cache derrière le castizo : le chulapo ou chulo, et sa compagne la chulapa ou chula. Ces personnages sont les protagonistes des zarzuelas.

Corrida

De la mi-mars à la mi-octobre, tous les dimanches, le torero affronte le taureau dans les arènes de la place de Las Ventas. Toréer devant le public madrilène est la consécration. Et c'est à Madrid que les réputations se font et se défont. Les prix des places varient selon la célébrité du torero. En général, on peut se procurer un ticket pour quelques euros.

Couvents

Impossible de compter le nombre de couvents encore occupés tant ils sont nombreux ! Beaucoup d'entre eux accueillent toujours des soeurs cloîtrées, certes de moins en moins nombreuses... La relève vient d'Amérique du Sud mais, là encore, la source se tarit. Parmi les couvents les plus connus, celui des Descalzas qui accueille les femmes de la noblesse et celui de l'Incarnation, à côté du palais royal. Les deux se visitent. Certains vendent des petits gâteaux confectionnés par les religieuses, comme celui de las Carboneras, Plaza del Conde de Miranda, à côté de la Plaza Mayor.

Dos de Mayo

Le 2 mai 1808, les Madrilènes apprirent que Napoléon avait fait enlever la famille royale et que les troupes françaises envahissaient le pays. L'empereur attendait peu de résistance des Espagnols, car il avait su amadouer une grande partie de l'armée (en faisant croire que ses troupes traversaient l'Espagne uniquement pour se rendre au Portugal et qu'il ne comptait pas envahir le pays). Néanmoins, des groupes disparates, et en particulier les Madrilènes, se soulevèrent contre lui. A la Puerta del Sol, ils luttèrent avec des couteaux contre les Mameluks, les mercenaires arabes de Napoléon. Les troupes de l'empereur prirent peu à peu le contrôle de la ville. Et, pour se venger de cette attaque de rue, ils capturèrent les insurgés et les fusillèrent le lendemain dans l'actuel Parque del Oeste. Les batailles du 2 mai firent 200 morts espagnols et près de 300 prisonniers qui furent exécutés le lendemain sur le mont Príncipe Pío. Ces journées, tristement célèbres, furent peintes à merveille par Goya. Ses toiles, le Dos de Mayo et le Tres de Mayo, sont exposées au Prado. Devenu un jour férié à Madrid et dans sa région, le 2 mai se célèbre notamment dans le quartier de Malasaña, autour de la Plaza Dos de Mayo, sur laquelle se trouvait le quartier général de Monteleón, un haut lieu de la résistance.

Drogues

La consommation de drogues reste assez élevée à Madrid, malgré de multiples politiques de lutte contre la toxicomanie. De nombreux drogués traînent dans le centre. Si on vous propose du chocolate dans la rue, ne vous y trompez pas : vous êtes approché par un vendeur de haschich et non par un confiseur !

Eau

Le mot Madrid vient de l'arabe Magrit qui signifie " lieu qui reçoit des eaux abondantes ". Ces eaux, principalement souterraines, étaient réputées dans tout le royaume. Aujourd'hui, avec la construction du métro, des canalisations et autres oeuvres souterraines, le sous-sol s'est asséché. La capitale souffre de sécheresse et la municipalité rappelle d'ailleurs régulièrement qu'il faut surveiller sa consommation d'eau. Mais aucun problème pour boire l'eau courante, elle a très bonne réputation.

Estancos

El estanco désigne un bureau de tabac, de vente de timbres et, en règle générale, de tout ce qui a trait au monopole de l'Etat. On les reconnaît facilement avec leur enseigne en lettres jaunes sur fond marron. Ils représentent une très ancienne tradition espagnole. C'est là que l'on payait l'impôt sur le sel, la saline, aux XVIe et XVIIe siècles. On pouvait également y payer la taxe sur la vente des esclaves.

Foot

Impossible d'ignorer le sujet quand vous venez à Madrid. Deux équipes s'opposent : le Real Madrid et l'Atletico. Si un match les oppose au cours de votre séjour, vous en entendrez sûrement parler. Pour simplifier, le Real attire les pijos (petits-bourgeois, minets) alors que les supporters d'origine plus modeste sont fans de l'Atletico. Si le Real gagne un match important ou un titre, les supporters célèbrent la victoire plaza de Cibeles, alors que ceux de l'Atletico iront à la fontaine de Neptune.

Gatos

Gatos ou " chats ", c'est le surnom donné aux Madrilènes depuis bien longtemps. On raconte que les soldats d'Alfonso VI, lors de la reconquête de Madrid, escaladèrent les murailles arabes, comme des chats. Le surnom est resté en raison de l'intense activité nocturne des Madrilènes, mais n'est plus guère utilisé.

Gay

La communauté gay de Madrid exhibe fièrement ses couleurs à Chueca. Du nom d'un artiste espagnol (qui n'a rien à voir avec la communauté gay), les boutiques de Chueca débordent de créativité. Vêtements, chaussures et accessoires y sont très réputés. La nuit, en semaine et le week-end, Chueca est toujours très animée.

Horaires

Le rythme de vie des habitants de part et d'autre des Pyrénées diffère. Certes, peu de gens ignorent qu'en Espagne, on mange à 14-15h et que l'on dîne à 22h. Le petit creux de 11h devient la tapa de 13h. Mais, cela n'est souvent qu'une théorie sans conséquences concrètes... En réalité, ces horaires impliquent une autre façon de vivre... La journée s'allonge considérablement, mais elle est entrecoupée de moments de repos. Ainsi, en France, l'habitude veut que l'on donne une heure de pause pour le déjeuner de midi, alors qu'à Madrid, on en donnera deux, voire trois. Vers 13h30 ou 14h, il est très fréquent d'aller manger une tapa avec ses collègues de bureau... De même, on peut faire la sieste de 15h30 à 17h sans avoir l'impression d'avoir gâché sa fin de journée. Au contraire, de 17h à 21h, les activités reprennent : boutiques, bibliothèques et services publics rouvrent leurs portes.

Lavapiés

C'est le quartier le plus populaire de Madrid, où se côtoient toutes les religions et nationalités. C'est aussi un quartier très animé, avec ses restaurants, ses bars et ses salles de spectacle. L'origine la plus probable du mot lavapiés vient de l'hébreu aba-puest, qui signifie " lieu où vivent les juifs ". En effet, jusqu'à 1492 et l'expulsion des juifs d'Espagne, Lavapiés était l'ancienne judería ou quartier juif. C'est aujourd'hui un quartier en majorité habité par des musulmans et des Asiatiques.

Manuela Malasaña

Qu'est-il arrivé à Manuela Malasaña, héroïne du 2 mai 1808 ? On trouve plusieurs versions racontant les circonstances de sa mort. Une chose reste certaine : cette couturière de 15 ans décède le 2 mai 1808, à Madrid, pendant les combats contre les troupes de Napoléon. Selon une première version, elle passait des cartouches à son père qui défendait les portes du parc d'artillerie, aidé de sa femme et de sa fille. Manuela serait morte, fusillée pendant la lutte. Une autre thèse raconte que la couturière, en sortant de son atelier, aurait été saisie par deux soldats français qui essayèrent en vain de la séduire et la fusillèrent en pleine rue. Quelle que soit la façon dont elle est décédée, Manuela Malasaña est devenue un mythe, symbolisant la résistance du peuple madrilène contre les troupes françaises de Napoléon. Elle a donné son nom à une rue et au quartier où se situe la place du 2 mai (Dos de Mayo).

Marcha

L'utilisation de ce terme démarre avec la Movida bien que le phénomène lui soit antérieur. La marcha renvoie à l'idée de mouvement, d'animation. Ces expressions, typiquement espagnoles, sont directement liées à la fête. Ir de marcha ou salir de marcha, c'est d'abord avoir l'énergie nécessaire pour sortir et s'amuser toute la nuit. Généralement en groupe, les Madrilènes passent leur début de soirée en passant d'un bar à l'autre. Traditionnellement, chacun paye sa tournée. Lorsque la nuit est déjà bien entamée, ils rejoignent les établissements nocturnes, type discothèques ou bars dansants, dont certains ne commencent à s'animer qu'à partir de 3h du matin. La soirée se finit très souvent au petit matin.

Movida

La Movida est un mouvement qui a émergé à Madrid au début des années 1980. Clandestin à l'origine, le mouvement prend de l'envergure au fur et à mesure de l'avènement du système démocratique en Espagne. Les artistes, journalistes et intellectuels qui forment ce mouvement, voient dans la liberté politique de la phase post-franquiste l'opportunité de créer des oeuvres avant-gardistes explorant des sujets fortement prohibés pendant la dictature franquiste : drogues, sexe, plaisir, homosexualité, avortement. La rapidité des transformations, corrélée à l'énergie et la furie qui se libèrent après 40 ans de dictature, bouleverse soudainement la société espagnole, qui ne sait plus vraiment comment réagir face à certains excès.

Tous les domaines de la production artistique et intellectuelle ont eu leurs représentants dans la Movida : Nacho Pop, Joaquín Sabina, Radio Futura, Alaska, Parálisis Permanente, Ramoncín, Leño, Loquillo (musique) ; Jesús Ferrero (littérature) ; Ouka Lele (photographie) et, bien sûr, Pedro Almodóvar qui, non seulement réalise des films (Talons aiguilles, Tout sur ma mère, Parle avec elle), mais écrit également (Patty Diphusa, La Vénus des lavabos et Fuego en las Entrañas), et a fait partie du groupe de rock'n'roll Almodóvar y Macnamara.

ONCE ou les jeux de hasard

Vous croiserez certainement, dans les rues de Madrid, de petits kiosques ONCE ou un vendeur ambulant travaillant pour l'Organisation Nationale des Aveugles Espagnols (ONCE) qui organise le loto, dans le but de financer la mise en place d'infrastructures pour les aveugles et handicapés... Créé pendant la dictature franquiste, cet organisme privé est aujourd'hui extrêmement puissant. Il existe de nombreux autres jeux de hasard, comme la Loteria nacional, avec un tirage par semaine, la Primitiva et el Bonoloto, avec quatre tirages par semaine. Durant la période de Noël, il est habituel, voire presque traditionnel, de jouer.

Rastro

Ce marché du dimanche matin, à La Latina, est un incontournable si vous passez quelques jours à Madrid. On y trouve tout et n'importe quoi, un peu d'artisanat et d'antiquités espagnols, mais surtout beaucoup de babioles venues d'ailleurs. L'ambiance est très relax ; les Madrilènes s'y retrouvent et investissent les bars à tapas. La tradition veut que l'on y déguste des bocatas de calamares, le célèbre sandwich aux calamars.

Retiro

Un immense parc, en plein coeur de Madrid, où il fait bon ramer sur le lac, écouter les musiciens ou assister à des spectacles en tous genres. Les amoureux s'embrassent dans la roseraie, les sportifs font leur jogging ou du roller, pendant que les intellos découvrent les expos des petits pavillons qui peuplent le parc.

Semaine sainte

Bien que les célébrations de la semaine sainte soient plus spectaculaires en Andalousie, les processions madrilènes impressionneront les néophytes. Des centaines de personnes s'agglutinent dans les ruelles de la vieille ville pour voir les défilés de Vierges portées à dos d'hommes et les croyants costumés en grandes robes noires à capuche, qui ne laissent entrevoir que les yeux.

Signalétique

Le nom des rues du Vieux Madrid est signalé par de superbes carreaux de faïence. L'histoire relative au nom de la rue est illustrée sur la plaque. Par exemple, vous verrez un bel amandier en fleurs Plaza del Almendro ou une porte en fer sur la Plaza de la Puerta Cerrada (" place de la Porte Fermée "). Ces clins d'oeil, d'une grande beauté, méritent toute l'attention des promeneurs.

Tapas

Que ce soit vers 14h ou vers 20h30, les Madrilènes, tout comme les Espagnols, sont très friands des apéros et des tapas. Ir de chatos, ir de pinchos, ir de tapeo, autant d'expressions pour exprimer une seule et même pratique : se retrouver autour d'un verre à bavarder entre amis ou avec des collègues. Les tapas ne remplacent pas le dîner ou le déjeuner, c'est un art de vivre, de partager un bon moment ensemble. Hors des lieux touristiques, les tapas sont généralement offertes aux consommateurs.

Vermut de grifo

Le vermouth est un apéritif typiquement madrilène, obtenu à partir de vins blancs, auxquels on ajoute du sucre, de l'alcool neutre et diverses infusions aromatiques. Il se sert de grifo (en pression). Attention tout de même à ses 16° !

Zarzuela

Née au milieu du XVIIe siècle, la zarzuela est à l'origine une sorte d'opérette où la déclamation alterne avec le chant. Elle est destinée à divertir la cour royale. Au cours du XVIIIe siècle, la zarzuela se répand dans les Provinces, s'enrichit des traditions locales et commence à intégrer des sujets quotidiens à son répertoire. L'Espagne du XIXe siècle affirme son identité à travers cette opérette qui évolue grâce, entre autres, à Francisco Barbieri, mélangeant un style mi-italianisant, mi-français et des accents populaires typiquement madrilènes. Les thèmes sont centrés sur le Madrid castizo du quartier de Lavapiés. Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, ce genre atteint ses lettres de noblesse avec les chefs-d'oeuvre de Bretón et de Chapí. Le musicologue et compositeur Felipe Pedrell est une autre figure importante du genre. Aujourd'hui, la zarzuela se pratique un peu moins. Mais, l'été à Madrid, il est possible d'assister à une zarzuela dans la rue.

Faire / Ne pas faire

A Madrid, l'influence latine est forte. Il est donc important de respecter certains codes de conduite.

Tutoiement : ne soyez pas surpris, les Espagnols ont tendance à tutear (tutoyer) très vite les personnes, même s'ils les connaissent depuis peu. Par exemple, la grande majorité des professeurs d'université se font tutoyer par leurs élèves. Il ne faut pas prendre cette marque de sympathie et de sociabilité pour un geste déplacé. Le tutoiement là-bas est à prendre comme une marque d'affection.

Retard : en Espagne, arriver en retard est entré dans les conventions ; c'est une manière de vivre, calmement. Aussi sachez que les Espagnols ne sont pas du tout pointilleux sur les horaires. Inutile, donc, de vouloir remettre les pendules à l'heure !

Discrétion : restez discret et neutre sur la politique espagnole. Pas la peine de blâmer la position que l'Espagne a adoptée envers l'Irak ni les séparatismes présents dans le pays. Autre chose, évitez les commentaires chauvins, les Espagnols pourraient être offensés, étant, eux aussi, très patriotes.

Bises : vous pouvez être assez surpris de la spontanéité avec laquelle les Espagnols vous font la bise. Si vous êtes une femme, il peut arriver, lors d'un rendez-vous professionnel, que votre interlocuteur ne vous tende pas la main mais la joue ! En partant, si tout s'est bien passé, attendez-vous peut-être même à une accolade.

Savoir-vivre : l'Espagnol est de nature généreuse et cordiale. Une invitation au restaurant n'insinue pas que " chacun paye sa part " : c'est une marque de sympathie de la part de celui qui invite. Au restaurant, préférez les vins espagnols aux vins français.

Au restaurant : on y mange très souvent des raciones, qui sont des assiettes de spécialités nationales ou locales, que l'on partage avec ses convives. Il serait malvenu de commander son propre plat et de manger tout seul dans son coin ! Pour savoir si vos amis commandent des raciones (à partager) ou des plats (platos, un chacun), souvenez-vous bien de ces deux mots qui vous éviteront de commettre un impair.

Patience : en Espagne, il faut savoir rester patient. Tout n'est pas fait à l'heure exacte et de manière attendue. Les Espagnols aiment prendre leur temps, sachez-le ! Ce n'est pas la peine de vous " défouler " sur un garçon de café ni sur le chauffeur de taxi !

Sorties nocturnes : la vie nocturne est très agitée, évitez les discours " il est tard, il est 3h " car les Espagnols terminent souvent leur soirée à 8h du matin !

Fumer dans les bars, restaurants et discothèques est interdit depuis le 1er janvier 2011 et il en est de même dans les lieux publics depuis janvier 2006.

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
  • Réservez un ferry
  • Location de moto
  • Taxi et VTC
hebergement
  • Tourisme responsable
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Assurance voyage
  • Activités Funbooker
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité

Adresses Futées de MADRID

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour d'exception pour 2 personnes en Corse !

Un séjour de 4 nuits et 5 jours pour 2 personnes en Corse avec l'Agence du Tourisme de la Corse.