BELIZE - guide touristique du Petit Futé

Le Belize en 25 mots-clés

L'acajou est l'arbre national du Belize. Un acajou est d'ailleurs l'élément central du drapeau national. Cet arbre a en effet marqué l'histoire du pays. Facile à travailler, et se conservant sans difficulté dans le climat anglais et plus largement européen, il a été dès la deuxième moitié du XVIIIe siècle exploité par les colons, et exporté massivement vers l'Europe depuis les côtes béliziennes.

Contrairement à ses voisins, le Belize a pour langue nationale l'anglais. Cas particulier de toute l'Amérique centrale, cette spécificité s'explique par l'histoire du pays. Après avoir été colonisé par l'Empire britannique, en tant qu'Honduras Britannique de 1862 à 1981, le Belize devient indépendant, mais reste membre du Commonwealth. Logiquement donc, c'est l'anglais qui prédomine dans le pays. Mais le bilinguisme y est très répandu, plus de la moitié de la population parlant par exemple l'espagnol. Quant à l'anglais il est parlé formellement dans la capitale et les autres grandes villes du pays, mais le créole bélizien est aussi très répandu.

Barrière de corailHaut de page

La barrière de corail du Belize est longue de près de 300 kilomètres, ce qui en fait la deuxième plus grande barrière de corail au monde, se plaçant ainsi juste après la barrière de corail australienne. Le site a été inscrit au patrimoine mondial de L'UNESCO en 1996 et les amateurs de plongée seront comblés.

Tacos, enchiladas, tostadas ; autant de spécialités culinaires mexicaines qui sont très répandues au Belize. On peut donc en déguster un peu partout, dans la rue pour une somme dérisoire ou dans des restaurants de qualité dans une version plus sophistiquée. Réalisées à partir de galette de maïs, de légumes et de viande marinée, les bocas sont accompagnées de sauces assez riches comme le guacamole. Il en existe aussi des versions un peu plus diététiques à base de poisson grillé.

CaraïbesHaut de page

La " vibe " caribéenne est très présente le long des côtes et dans le millier d'îles que l'on dénombre près de la barrière de corail. La langue créole, la musique venue tout droit de Jamaïque qui inonde les ondes, et les plats épicés à base de poulet braisé savent renforcer cette identité marquée d'une partie de la population du pays. Caye Caulker est particulièrement réputée pour son influence jamaïcaine avec ses chanteurs les plus connus diffusés en boucle dans les établissements de l'île, l'incontournable Bob Marley en tête.

CarnavalHaut de page

Au Belize, on aime faire la fête ! Plusieurs carnavals dans le pays permettent donc de se défouler tout en étant paré de ses plus beaux atours. Le carnaval de San Pedro a par exemple lieu en mars, et fait vibrer Ambergris Caye pendant une semaine. Mais le mois des carnavals est bien celui de septembre avec la parade de la bataille de St Georges le 10, et le carnaval de Belize City le 21, qui est sûrement l'événement le plus festif de l'année. En plus de ces événements, le calendrier bélizien est parsemé de célébrations tout au long de l'année qui donnent toujours une bonne occasion de faire la fête !

Catholicisme Haut de page

Le principe de liberté de culte est énoncé dans la constitution du pays, et de par sa diversité culturelle et ethnique, le Belize est donc la terre de nombreuses religions qui se côtoient sans difficultés (les religions pentecôtiste, adventistes du 7e jour, maya, garifuna, obeah, mormone, le judaïsme, l'hindouisme, le bouddhisme, l'islam, le rastafarisme...). Mais la religion qui prédomine est le catholicisme, pratiqué actuellement par plus de 40 % de la population. Placé sous la juridiction du diocèse de Belize City-Belmopan, l'Eglise du Belize est sous l'autorité du Pape de Rome. L'implantation de cette religion dans le pays a débuté au XVIe Siècle avec l'arrivée de missionnaires européens et s'est renforcée avec l'envoi de Jésuites tout au long des XIXe et XXe siècles. En 1982, la nomination du premier évêque natif du pays, Osmond Peter Martin, fut considérée comme un événement essentiel pour cette communauté religieuse.

" Caye ", " cayo ", " key ", de nombreuses prononciations sont possibles pour désigner ces îles paradisiaques dont regorge le pays. Les plus célèbres et touristiques sont certainement Ambergris Caye et Caye Caulker. Mais on en dénombre plus d'un millier réparties le long des 386 km de côte du Belize, une majorité étant située au sein de la réserve de la barrière du corail inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO. La plupart de ces cayes sont inhabitées. Quand ce n'est pas le cas, on recense des populations ne dépassant que très rarement une cinquantaine d'habitants. Seules Caye Caulker et Ambegris Caye comptent plusieurs milliers de résidents. Les paysages des cayes sont dignes des plus belles cartes postales, bandeaux de sable blanc échoués au milieu d'une eau d'un turquoise transparent si spécifique aux Caraïbes.

CorruptionHaut de page

Seul pays d'Amérique centrale à ne pas avoir signé la convention des Nations Unies contre la corruption, le Belize connaît de graves problèmes dans ce domaine. Certes, il est difficile de s'en apercevoir lors d'un séjour touristique, la police et les douanes ne prenant pas les touristes pour cible, mais la corruption est pourtant bien ancrée dans les institutions politiques du pays. L'actuel Premier ministre, en poste depuis février 2008, a vu ses différents mandats éclaboussés par des scandales touchant son administration, ce qui n'a pourtant pas empêché sa réélection.

Le créole est une langue très répandue au Belize. Parlée à la fois par les Mayas, les Garifunas et les Métis, près de la moitié de la population déclare le maîtriser. Cette langue est proche des divers autres dérivés de l'anglais parlés dans la région, comme le patois Jamaïcain, le créole de la Mosquito Coast ou encore le créole de la province de San Andrés en Colombie. En général, les personnes qui maîtrisent le créole maîtrisent aussi l'anglais. Si vous ne comprenez pas ce qu'il se dit mais que vous souhaitez engager la conversation vous pouvez donc vous adresser à vos interlocuteurs en anglais, ils se feront un plaisir de vous répondre dans un anglais des plus formels.

FarnienteHaut de page

Les côtes et les îles de Belize offrent des paysages délicieux appelant sans cesse au laisser-aller et à la détente. Les nombreuses plages du pays vous permettent de lézarder sans complexe et de remplir vos journées de moments de détente et de relaxation. A noter, les plages sont en général assez petites, et sur Ambergris Caye la plupart sont situées sur des terrains appartenant à des hôtels. La plage publique de Caye Caulker est plus facilement accessible. Les lodges installés dans la jungle des profondeurs du Belize offrent aussi souvent des cadres luxueux propices au calme et à la détente.

Forêt tropicaleHaut de page

70 % de la surface terrestre du pays sont recouverts de végétation naturelle, et environ 40 % de ce même territoire sont constitués de zones de forêts protégées. Une grande partie de ces zones protégées sont intégrées au Mesoamerican Biological Corridor, programme de conservation réunissant les pays d'Amérique centrale créé dans les années 1990. Un fort pourcentage de la forêt bélizienne est dite primaire, à savoir intacte, qui n'a donc jamais été ni exploitée ni fragmentée. La forêt bélizienne abrite un nombre impressionnant d'espèces animales et végétales, faisant ainsi de ces territoires des lieux d'observation extraordinaires de la biodiversité de l'Amérique centrale. On y a notamment recensé plus de 4 000 espèces de fleurs tropicales dont 250 espèces d'orchidées, et la faune n'est pas en reste puisqu'on peut y croiser jaguars, tapirs, crocodiles, singes hurleurs, tatous et bien d'autres espèces encore... Durant ces deux dernières décennies, la prise de conscience d'une nécessité de protection de ces zones a permis le développement d'un éco-tourisme qui permet de découvrir ces splendeurs naturelles dans un contexte favorable au développement durable.

Comme ses voisins d'Amérique centrale, le Belize n'échappe pas à la violence dévastatrice des gangs auxquels les jeunesses désabusées de ces différents pays n'hésitent pas à se rallier. Ces dernières années, le Belize s'est classé au sommet des classements des pays les plus dangereux du monde se plaçant en 2015 en 5e position (avec un taux d'homicides de 44,7 pour 100 000 habitants). Les Bloods et Crips, originaires de Los Angeles aux Etats-Unis et qui se sont exportés dans le pays à la fin des années 1990, sont parmi les plus connus. Aujourd'hui, le principal problème qui déclenche les affrontements entre gangs est celui de la drogue. Certes, le pays n'est pas producteur, mais il subit ce fléau par le commerce des pays voisins, qui alimente la délinquance au Belize. Même si ces problèmes graves de violence restent généralement à la marge des parcours touristiques du pays, il faut toujours faire preuve de prudence lorqu'on voyage au Belize, et écouter avec attention les conseils de sécurité sur les zones à ne pas fréquenter, dans certaines villes et provinces du pays.

GarifunaHaut de page

La culture garifuna trouve son origine au XVIIIe siècle dans le métissage des esclaves africains échoués sur l'Ile de Saint-Vincent et des groupes autochtones Indiens Caraïbes et Arawak. Les hommes africains arrivés sur l'île épousèrent rapidement des femmes autochtones qui leur transmirent leur culture. Mais à la fin du siècle, les Britanniques s'emparèrent de l'île, et décidèrent de déporter les descendants de ce métissage. Les populations qui survécurent à la déportation peuplèrent ensuite les côtes caribéennes alentours. Aujourd'hui près de 600 000 personnes constituent l'ensemble de la communauté Garifuna, et on les retrouve principalement au Honduras et aux Etats-Unis. Mais le Belize est le pays où cette culture est la plus majoritairement représentée avec près de 15 000 habitants, principalement installés dans le district de Stann Creek.

L'Empire maya n'a pas laissé des sublimes traces qu'en surface. L'âge de la préhistoire maya est marqué par l'appropriation de réseaux souterrains, transformés en lieux de cultes réservés à l'accomplissement de rituels sacrés. Les grottes avaient pour les Mayas un rôle essentiel dans le passage entre la vie et la mort. Tout ce qui émanait d'une grotte représentait la vie, tout ce qui y descendait se diriger vers la mort. De nombreux sacrifices humains et des cérémonies de dons y prenaient donc place. L'exploration de ces grottes par des archéologues a commencé dans les années 1990, et aujourd'hui de nombreux sites sont ouverts aux touristes dans le pays. Les plus célèbres sont certainement ATM, Caves Branch Cave, Barton Creek Cave et bien d'autres encore. On peut visiter ces sites en canoë, en bouée ou à la nage, et pratiquer de la spéléologie pour découvrir des traces de ces rituels sacrés (squelettes, céramiques et poteries) et contempler la splendeur de ces lieux souterrains, une expérience qui s'avère inoubliable !

HaricotsHaut de page

Le plat le plus populaire du Belize est sans conteste le rice and beans, mélange de riz et haricots dont les béliziens raffolent. Initialement préparé par la population créole, le rice and beans s'est rapidement propagé dans tous les foyers du pays. Que ce soit sur le continent comme dans les îles, il est vraiment difficile de passer à côté, et dans certains endroits reculés du pays, il est parfois le seul mets à la carte du restaurant. Vous n'y échapperez donc pas ! Ce plat traditionnel cuit dans du lait de coco peut être accompagné de ragout de poulet, de viandes ou de poissons mais peut aussi être dégusté seul. Un peu comme pour les italiens et les pâtes, chaque bélizien a une mère ou une grand-mère à la maison qui cuisine le meilleur rice and beans du pays, et vous aurez du mal à en obtenir le secret...

HospitalitéHaut de page

On est très vite surpris par l'accueil chaleureux que nous réservent les Béliziens dans leur pays. Il n'est jamais difficile d'aborder les gens pour leur demander des conseils sur un itinéraire ou sur des lieux intéressants à visiter. Leur réponse sera toujours aimable, et ils feront en général tout pour vous rendre la vie plus facile. La diversité culturelle et ethnique du pays facilite aussi les échanges, étant donné le grand nombre de langues parlées par la population.

MangroveHaut de page

La mangrove regroupe différentes espèces d'arbres dont la principale caractéristique et de pouvoir s'épanouir dans l'eau de mer. On dénombre 4 espèces de mangroves au Belize, qui sont des zones de reproduction et d'alimentation d'une centaine d'espèces de poissons, de près de 200 espèces d'oiseaux et d'une cinquantaine de mammifères. La mangrove fait partie du paysage culturel du pays, particulièrement auprès des pêcheurs pour qui elle constitue un des éléments stratégiques de leur pratique (on y place des pièges à poissons, des filets, on en extrait du bois...). Essentielle à la biodiversité du pays, la mangrove, grâce à sa capacité d'assainissement des eaux sales, a aussi un rôle essentiel de préservation de la barrière de corail. Mais avec l'extension du tourisme et des projets immobiliers associés, bien que protégée par différentes conventions la mangrove est aujourd'hui menacée. L'Etat redouble donc dernièrement d'efforts, car il s'agit d'un élément central du patrimoine bélizien tant sur le plan écologique que culturel.

La culture maya est omniprésente au Belize. Les temples et les grottes témoignent de l'importance immense qu'a eue cette civilisation. Installée dès 2600 av. J.-C. sur le territoire qui constitue aujourd'hui le Belize, la civilisation maya a perduré jusqu'au XVIIe siècle, siècle durant lequel le dernier groupe maya dut se rendre face à l'envahisseur espagnol. Aujourd'hui, près de 11 % de la population est maya et tente de faire perdurer les pratiques et traditions de ses ancêtres à travers l'agriculture, la chasse ou encore la production artistique. Les temples mayas sont principalement situés à l'ouest du pays. Les plus fameux d'entre eux sont Xunantunich, Altun Ha, Caracol, Cahal Pech, Lamanai ou Lubaantun. En général facilement accessibles depuis Belize City, Belmopan ou San Ignacio, leur visite permet aussi de découvrir la faune et la flore du pays. Ces excursions s'avèrent donc enrichissantes tant sur le plan de l'histoire que de l'environnement actuel du pays.

MétissageHaut de page

Garifunas, Mayas, mennonites, immigrés (Chinois, Taiwanais, Anglais, Américains, Canadiens...), le Belize est un mélange de populations et de cultures impressionnant. De nombreuses langues y sont parlées, et en fonction des personnes à qui vous vous adressez vous pourrez pratiquer aussi bien votre anglais, votre espagnol, votre allemand ou votre mandarin. Un point commun à toutes ces communautés : la tolérance.

MennoniteHaut de page

Etonnantes rencontres que celles avec les mennonites, qui ont souvent lieu sur les marchés ou les routes perdues de la jungle menant aux temples mayas. Les origines de cette communauté chrétienne remontent au XVIIIe siècle quand une partie de ses membres décide de s'installer sur le continent américain. Arrivés au Belize dans les années 1950, ils sont aujourd'hui environ 10 000 à vivre dans des zones isolées du pays. Facilement reconnaissables à leur habillement d'un autre temps, aux longues barbes des hommes et à leurs calèches, les mennonites sont ouverts et seront ravis de discuter avec vous, si vous souhaitez mieux comprendre leur mode de vie.

Le " birdwatching " (l'observation des oiseaux) est une des activités touristiques phares du pays. De nombreux passionnés européens et américains viennent s'adonner à ce plaisir contemplatif en s'isolant dans des lodges perdus au fin fond de la jungle, mais aussi sur les îles, où l'on peut observer de beaux spécimens. En général, les employés des hôtels spécialisés sont formés afin de vous transmettre leurs connaissances des différentes espèces locales, et équipés de moyens d'observations adéquats. Plus de 500 espèces d'oiseaux indigènes ont été recensées dans le pays, les célébrités locales étant le cormoran, le Jabiru d'Afrique, ou encore l'oiseau symbole du pays : le majestueux toucan à carène.

Des pêcheurs du monde entier viennent arpenter les côtes du Belize qui regorgent d'espèces de poissons de toutes sortes. Réputés tant pour la pêche classique que la pêche à la mouche, plusieurs établissements dans le pays organisent des excursions de qualité internationale. Que ce soient les atolls, les îles, la barrière de corail, les zones à fonds plats, ces différents paysages sont idéals pour tenter d'attraper des barracudas, dorades, espadons, marlins, thons, wahoos, carangues, ou encore la star incontestée du pays : la bonite. Fait très rare, la bonite est présente en grande quantité dans le pays, ce qui attire de nombreux spécialistes. Les meilleures saisons pour la pêche s'étendent du mois d'octobre au mois de novembre, et de la fin-février à la mi-juillet.

Plongée Haut de page

Les centaines de kilomètres du récif corallien qui longent les côtes du pays en font le plus vaste de l'hémisphère sud. Il s'agit d'un des pays les plus appréciés au monde pour la plongée et c'est donc une des activités incontournables pour tout touriste qui se respecte ! Les excursions organisées à partir des côtes et des îles sur la barrière de corail réservent des moments inoubliables. Que ce soit avec un masque et un tuba, ou à la bouteille, les fonds marins du Belize se laisseront découvrir sans difficulté, et vous pourrez y observer des merveilles de la biodiversité. Mérous, tortues de mer, requins, raies, anguilles, toutes les espèces sensationnelles sont réunies autour de la barrière, et pour les plus aventureux on peut aussi partir à la découverte du fameux Blue Hole, muni d'un masque et d'un tuba !

Difficile de passer à côté de la " punta music ", une fois arrivé au Belize. Que ce soit dans les clubs, les taxis, les bars ou à la télévision la punta music est partout ! Ce style musical est propre à la culture garifuna et est joué lors de célébrations comme les carnavals. Mélange de rythmes ouest-africains et amérindiens, la punta music relate la valeureuse histoire de cette communauté et les problèmes du quotidien à travers des chants accompagnés de percussions diverses, de xylophones, d'instruments à vents divers. Une danse s'associe à cette musique, et prend traditionnellement la forme d'un duo entre un homme et une femme au milieu d'un cercle formé par le public venu les acclamer. Les chants sont principalement en créole, espagnol et garifuna. La punta music a été mise au goût du jour au fil des décennies et le punta rock a émergé. Les ajouts de la guitare électrique, des synthés et de la basse dans les années 1980 ont su moderniser ce style, devenu aujourd'hui hyper populaire auprès des jeunes comme des plus âgés. Pas une soirée en boîte de nuit ne se fera sans punta rock, et les rythmes très énergiques de ce style nécessitent une certaine endurance !

Faire – Ne pas faire

Faire

Partout où vous irez au Belize, vous serez bien accueilli. Le tourisme étant une des principales ressources économiques du pays, le personnel des hôtels et restaurants est en général professionnel et expérimenté. Il est de bon ton d'apprendre quelques expressions en anglais, espagnol ou créole pour pouvoir échanger avec vos différents interlocuteurs.

Le pourboire est quasiment obligatoire dans ce pays où les touristes sont majoritairement américains. Il faudra donc toujours prévoir de laisser 15 % du montant total de votre note en guise de pourboire. Les serveurs obtiennent leur paie grâce au pourboire. Autant dire que si vous ne les payez pas, ils n'ont pas de salaire !

Ne pas faire

Se balader seul. Le Belize est classé 6e pays au monde pour le nombre d'homicides par habitants. Il est rare que cette violence se répercute sur les touristes du pays, mais il faut tout de même rester prudent. Ne jamais se déplacer seul la nuit que ce soit à Belize City, comme dans les autres villes du pays. Il vaut mieux éviter les balades nocturnes, seuls, dans les zones isolées aussi.

Eviter de montrer tout signe de richesse. On évite de laisser son appareil photo apparent, ou bien son portefeuille dans sa poche arrière. Le plus de discrétion on adopte, le mieux on se porte.

Photos. Si l'on souhaite prendre quelqu'un en photo, il faut bien penser à lui demander la permission avant.

Les villes remarquables : Belize

PLACENCIA VILLAGE
MOUNTAIN PINE RIDGE FOREST RESERVE
SAN PEDRO

Galerie photo BELIZE

Actualité et reportage - Belize

L'Amérique centrale : 7 pays et au moins autant de bonnes raisons d'y aller

Quand on évoque l'Amérique centrale, on pense surtout aux paysages à couper le souffle du Costa Rica. Pourtant, cette langue de terre à la richesse exceptionnelle recèle bien d'autres trésors. Car l'Amérique centrale, ce n'est pas moins de 7 pays situés entre le Mexique et la Colombie : le Belize, le Guatemala, le Nicaragua, le Honduras, le...

BELIZE, les adresses futées

Ailleurs sur le web

Toutes les bonnes adresses Belize

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté