Jeux, loisirs et sports

Disciplines nationales
Courses de yoles

Depuis des générations, les courses de yoles déchaînent les passions chez les Martiniquais. Bateau petit et robuste à la curieuse voile carrée, la yole tient son nom du néerlandais jol, mot qui désigne " une embarcation légère et allongée, d'un faible tirant d'eau ". Ce sont les premiers habitants de l'île qui transmirent l'art de la navigation aux Martiniquais. Les Indiens caraïbes avaient l'habitude de tailler de longues pirogues dans le tronc des gommiers, des arbres géants de la forêt tropicale, généralement réservés à cet usage. Aujourd'hui, construite en bois de cèdre ou de poirier, la fabrication de la yole n'en demande pas moins d'attention. Une ou deux voiles de forme carrée, tendues par une vergue diagonale - misaine et grand mât - lui donnent sa force de propulsion. Chaque année au mois d'août, lors du Tour des Yoles Rondes les différentes communes de la côte Atlantique s'affrontent dans une régate jusqu'au dernier souffle. Les performances des équipages tiennent souvent de l'équilibrisme, car pour ne pas faire chavirer la yole dépourvue de quille, les membres sont obligés de se suspendre aux rames... à l'extérieur du bateau ! Les équipes les plus réputées sont celles du Robert et du François, mais nombreuses sont les communes martiniquaises habituées à se livrer à ce sport, traditionnellement le jour de leur saint patron.

Combats de coqs

Appelés plus communément pitt, selon la diction anglaise, les combats de coqs sont l'un des passe-temps favoris des Martiniquais, ou plutôt d'un certain public généralement masculin. Lâchés dans l'arène, deux coqs se livrent à un combat sans merci parfois très sanglant. Tout autour les paris s'enchaînent et les voix s'élèvent. Parfois une mangouste et un serpent remplacent les deux volailles. L'ambiance frôle l'excitation d'un stade pendant un match de foot. Cette attraction, même si elle fait partie de la tradition martiniquaise, est sujette à controverse, même localement. Il est même étonnant qu'elle ne soit pas interdite, à l'instar de certains pays qui la condamnent fortement. Le Conseil constitutionnel a confirmé l'interdiction d'ouvrir sur le territoire national de nouveaux gallodromes. Cela autorise implicitement ceux existant à poursuivre leurs activités. L'objectif est de les voir disparaître peu à peu et que cette tradition s'essouffle avec le temps. Âmes sensibles s'abstenir ! A éviter absolument avec des enfants.

Jour de pitt. Curiosité recommandée dans les visites guidées, sujet controversé à l'assemblée, les pitts martiniquais sont au paysage antillais ce que le rhum est à la canne. Et c'est dans l'ambiance brûlante d'un " dimanch bomaten " que les combats, marrés au feu d'un 55 °, peuvent encore se gagner... Au premier rang, sous la fournaise de la tôle ondulée, les juges et leurs aides font signe aux invités de s'installer dans un bric-à-brac de planches multicolores. Au centre de cette invraisemblable construction, le rond magique. L'arène est d'un diamètre de 4 m à 10 m dans lequel tous les espoirs sont permis. En terre battue, elle est le plus souvent recouverte de moquette rouge, verte ou bleue pour éviter les tempêtes de poussière. Séparé du public comme il se doit, le cercle est agrémenté d'une ou deux portes d'accès permettant aux patrons, jury et arbitres de s'affairer aux préparatifs de la joute. Les gradins sur plusieurs niveaux offrent aux ayants droit un angle assez large pour ne rien perdre de la rixe. L'on peut, dès lors, s'observer, se lancer des paris, s'invectiver, se demander où se joue le meilleur combat.

Un coq peut en cacher un autre. Le responsable des paris rejoint son poste et jette un regard sur un public déjà très actif. Accroché à la rambarde capitonnée, le parieur, l'oeil aux aguets, la gorge déployée, serre dans son poing une feuille quadrillée portant le nom de son champion. Au centre de ce charivari, dans un compartiment hissé d'un coup de corde au plafond, coq " chien " et coq " major " sont enfin libérés. Nourris à grand renfort de sardines mélangées, les coqs, paille, cendrés, giraumon, madras ou gros sirop, la cape coiffée, attendent leur tour dans des " calojs " (petits boxes) numérotées. Après une brève envolée de plumes, de cris et d'ergots acérés, le premier combat est terminé. Les parieurs, torses bombés ou épaules voûtées, s'agglutinent dans un débit de boisson improvisé. Après avoir jeté quelques billets froissés sur une table de sébi - entendez jeu de dés - et s'être rassasié sur le gras d'une toile cirée, la sonnerie retentit. Il se hâte et arrache sa place pour le " bon bord " ou le " meilleur coin ", celui qui, tous l'ont observé, gagne depuis le début de la matinée. Le tableau de marques blanchi par la craie annonce la fin de la journée.

Activités à faire sur place

Les grands symboles de la Martinique, Le Diamant, Fort-de-France, Saint-Pierre et la montagne Pelée pourront être admirés depuis les routes, les reliefs environnants ou l'océan. Mais bien des endroits restent cachés aux randonneurs, aux automobilistes et aux plaisanciers. Pour contempler les aspects multiples et méconnus de l'île, il faut sortir des sentiers battus, pénétrer les fonds marins ou prendre de la hauteur. La Martinique offre un large éventail d'activités sportives ou de divertissements.

Loisirs bleus comme la mer et ses eaux cristallines...

Loisirs verts comme sa nature luxuriante avec ses multiples rivières et cascades, ses sentiers escarpés et son écotourisme en plein boum...

Pourquoi ne pas prendre un peu de hauteur et la découvrir du ciel en hélicoptère ou en avion.

Loisirs bleus

Les plages de Martinique ravissent par leur beauté et la diversité de leurs paysages, qu'il s'agisse des plages paisibles du sud caraïbe ou de celles plus tumultueuses de la côte atlantique. Le sable est tantôt d'une blancheur éclatante, tantôt d'un noir intense comme sur les plages volcaniques du nord. A ceux qui n'aiment pas lézarder au soleil et rester inactifs, la mer ouvre ses bras et offre une profusion d'activités nautiques. Nous les avons regroupées ici par thèmes, les détails sur les prestataires se trouvant dans chaque commune concernée.

Balades en mer. Une journée en bateau à la découverte des côtes martiniquaises ou un peu plus loin, comme vers Sainte-Lucie, l'île voisine située au sud. Les départs ont lieu principalement de la Pointe-du-Bout (commune des Trois-Ilets), de Sainte-Luce ou de la marina du Marin. Le circuit est, à quelques détails près, le même pour tous les prestataires : découverte des anses le long de la côte Caraïbe, déjeuner du côté de Grande-Anse et retour. Départ le matin vers 9h et retour au port vers 17h. La journée se déroule en plusieurs temps, avec arrêt baignade et snorkeling (plongée en apnée), déjeuner à bord ou dans un restaurant. Le navire est souvent un maxi catamaran pouvant accueillir une vingtaine de personnes, mais vous pouvez le faire aussi en monocoque. L'ambiance à bord varie selon les équipages. Cette balade ne nécessite pas d'avoir le pied marin, elle est accessible à tout le monde, la mer étant très calme. Le tarif est d'environ 80 € la journée pour un adulte tout compris ; une réduction est accordée aux enfants.

Les fonds sous-marins en bateau. Nous la conseillons aux personnes accompagnées d'enfants. L'ambiance est plus familiale. Elle vous permet de découvrir sommairement les fonds marins, les bateaux étant équipés de fond à vision sous-marine. Deux sociétés se partagent le marché : Aquabulle (www.aquabulle.com / 05 96 74 69 69) basée au Marin et Aquascope (www.aquascope-martinique.com / 05 96 68 36 09) à la Pointe-du-Bout.

Balades en kayak. La mangrove est une niche écologique pour les oiseaux et pour la reproduction des crustacés, des mollusques et des poissons. Plusieurs zones de mangrove sont accessibles en Martinique : la Grande-Rivière-Salée, celle du Marin... Sans oublier la côte Atlantique du côté du Robert qui vous dévoile les secrets de ses petits îlets cachés. Sous un très agréable soleil tamisé, vous apprécierez la luxuriance végétale de la mangrove (fougère dorée, palétuviers...) et la richesse de sa faune. Des prestataires proposent sa visite sous plusieurs formes : en yole ou en kayak. C'est une merveilleuse balade à faire en famille. Accessible à tous, elle garantit une belle journée de détente ! Vous pouvez louer des kayaks et partir seul à la découverte (pas de danger en perspective) ou souscrire à une journée organisée où vous bénéficierez, en plus, des commentaires d'un guide spécialisé.

Croisières en voilier. La Martinique est un excellent point de départ pour débuter une croisière dans la Caraïbe, notamment vers les mythiques Grenadines. Si vous prenez quinze jours de vacances, nous vous suggérons de louer un bateau la première semaine et de séjourner à l'hôtel la seconde pour visiter la Martinique. Vous n'avez plus qu'à trouver un groupe d'amis et à réserver une date de départ. Si vous n'avez pas d'amis, sachez qu'il existe un nouveau concept appelé " croisière à la cabine ". Vous réservez une croisière comme vous le feriez pour un hôtel. Avantage : vous partez seul ou en couple sans avoir à payer une somme astronomique. Inconvénient : vous ne savez pas avec qui vous allez vous trouver ! Pour une croisière aux Grenadines, comptez un minimum de 10 jours si vous faites la descente et la remontée à la voile. Le trajet classique consiste à descendre progressivement le long de l'arc antillais en s'arrêtant à Sainte-Lucie, à Saint-Vincent, à Bequia, à Mustique, à Canouan, à Mayreau, à Union et aux célèbres Tobago Cays. L'idéal est de faire ce que l'on nomme un " One Way " : vous naviguez à la voile jusqu'à Union, vous explorez les îles pendant quelques jours et vous repartez d'Union en avion. Cette formule permet de ne pas perdre de temps avec la remontée et ainsi de profiter davantage des journées sur place ; Sachez que toutes les sociétés de location ne proposent pas cette option ! Vous pouvez louer des voiliers avec, en option, un skipper et une hôtesse. Nous conseillons aux marins en herbe de prendre un skipper pour plus de sécurité. Qui plus est, la mer des Caraïbes ne ressemble pas à un lagon plat et sans vague. Entre les îles, c'est-à-dire dans les canaux, la houle est en moyenne de 2 m à 3 m par beau temps ! Evitez peut-être, si vous n'avez pas le pied très marin, de partir pendant la période cyclonique, même si les prix de location ont alors tendance à chuter. A vrai dire, nous vous conseillons de toujours faire appel à un skipper professionnel. N'oubliez pas que vous déposez une caution (assez conséquente). Il serait dommage de la perdre pour une manoeuvre mal exécutée ! Sachez que, si vous êtes résident en Martinique, la plupart des compagnies pratiquent une tarification spéciale et des forfaits week-end, sauf durant les périodes scolaires, comme Noël ou carnaval, pendant lesquelles tous les bateaux sont déjà loués. Comparez bien les prix et les services. Souvenez-vous que le code de navigation est sous influence nord-américaine. Si vous avez un permis côtier européen, vos habitudes risquent d'être contrariées : sachez que tout est inversé ! La base de départ la plus importante est la marina du Marin. De nombreuses sociétés de location sont implantées au Marin, à la marina de la Pointe-du-Bout, aux Trois-Ilets.

Sports nautiques. Les amoureux des sports nautiques sont comblés ! Ils pourront tous les pratiquer en Martinique : ski nautique, hobbie-cat, planche à voile, kayak de mer... Les centres proposent la formule " location " à l'heure, à la demi-journée ou en forfait plus long. Des stages de formation sont organisés pour tous les niveaux, des néophytes aux plus avancés. Certains clubs se trouvent dans l'enceinte des hôtels mais restent ouverts au grand public, d'autres sont des structures privées ou publiques indépendantes. Evitez de jouer avec les vagues de Grand-Rivière si vous n'êtes pas déjà un surfer confirmé !

Kitesurf. C'est le dernier-né des sports de glisse. Un curieux mélange entre le surf, la planche à voile et le cerf-volant ! Ses adeptes débarquent de plus en plus nombreux en Martinique qui bénéficie de conditions météorologiques très favorables. L'alizé y souffle de décembre à août de façon régulière (15/20 noeuds). La côte Sud-Atlantique (Cap-Chevalier, Le François) et le plan d'eau de la Pointe-du-Bout (face à Fort-de-France) sont particulièrement prisés pour la pratique de ce sport. Des clubs se sont installés dans ces endroits et offrent des stages d'initiation ou de perfectionnement. Un certificat médical d'aptitude à la pratique du kitesurf est à présent obligatoire. De même, si vous êtes déjà un kitesurfer autonome, il faut prouver que vous avez les niveaux verts FFVL et niveaux 3 IKO. Si vous les avez déjà, vous pouvez louer le matériel au club. Sinon, les cours sont obligatoires.

Scooter de mer. Cette discipline est désormais accessible à tous sans avoir le permis mer, à condition d'être encadré par des moniteurs diplômés exerçant dans une base agréée par les Affaires maritimes. Ces conditions permettent aux moniteurs ayant un brevet d'Etat d'enseigner la pratique du scooter dans un cadre sécuritaire adapté. Ils sont habilités à encadrer jusqu'à quatre machines (soit huit personnes) lors de randonnées le long des côtes de la Martinique.

Surf. Le surf a fait son apparition en Martinique il y a plus de trente ans, pratiqué par quelques métropolitains installés sur l'île depuis de nombreuses années. Une génération s'est ensuite entichée de ce sport dans les années 1980. Le spot de Tartane (commune de La Trinité, côte nord-Atlantique) est le mieux servi en vagues grâce à la régularité et la taille de la houle. Deux pics bien distincts permettent aux surfeurs confirmés de s'amuser sur une vague consistante et aux surfeurs débutants de s'essayer aux joies de la glisse, sur une vague plus petite. Celui de Grand-Rivière, à l'extrémité nord de l'île (face à la Dominique), est réservé aux surfeurs plus que confirmés. Pour l'équipement, l'idéal est de voyager avec sa propre planche, mais attention aux conditions de transport. Mieux vaut se renseigner auprès de la compagnie d'aviation. Ce sport individuel qui se pratique sur des sites naturels est, bien entendu, gratuit. Mais il est conseillé de se munir de sa licence, afin d'éviter toute mauvaise surprise, et de contracter une assurance de responsabilité civile en cas d'accident dans l'eau avec d'autres surfeurs.

Pêche au gros. Si les Antilles sont accueillantes envers ceux qui aiment la plage, elles sont surtout le paradis des pêcheurs. La région offre des sorties mémorables - vu la taille des poissons - à condition d'être bien équipé et de s'entourer de conditions de sécurité optimales. Les professionnels vous indiqueront les bons coins où traquer le thazard, à la chair très estimée, la bonite (toute l'année), le barracuda et le marlin bleu (surtout pendant le second semestre), le lancier (de mars à octobre), le coryphène (de novembre à mai), le voilier (de juin à novembre), l'espadon (durant les pêches de nuit). En règle générale, le prix de la pêche au gros est d'environ 200 €/personne pour la journée (équipement complet avec, la plupart du temps, boissons et casse-croûte). Certains bateaux acceptent des pêcheurs et des " accompagnateurs ", qui, comme leur nom l'indique, ne font que participer " moralement ". Quant aux amateurs, nous les informons qu'une sortie pour la pêche au gros n'est pas de tout repos... Si vous voulez connaître cette activité de plus près, commencez par une demi-journée.

Plongée. Accessible à tous à partir de 8 ans et sans limite d'âge, la plongée sous-marine reste le meilleur moyen aujourd'hui pour découvrir la richesse des fonds martiniquais. C'est la première activité touristique de l'île, et trop de personnes pensent encore qu'elle n'est réservée qu'aux plongeurs confirmés. Lors de votre baptême, vous êtes encadré par un moniteur de plongée diplômé d'Etat et il est présent rien que pour vous. Après avoir reçu les explications nécessaires, vous partez à la découverte de ce monde merveilleux. Lors d'une randonnée sous-marine dans un décor d'éponges fluorescentes, de gorgones et de poissons multicolores, vous découvrirez les joies et les sensations de l'apesanteur. Pour les plongeurs confirmés, la Martinique dispose de nombreux sites remarquables. N'hésitez pas à demander à être encadré pour certaines plongées, afin de ne pas passer à côté des plus belles choses. La richesse de cette île se découvre avec le temps et une seule plongée n'est pas suffisante pour se rendre compte de la beauté et de la diversité des sites : tombants, plateaux coralliens, décors oscillants entre 0 et 60 m... Il y en a en effet pour tout le monde ! Le Nord, avec ses tombants vertigineux et ses épaves historiques coulées lors de l'éruption de la montagne Pelée en 1902. Le Sud, avec son sable blanc et ses eaux turquoise. Des plateaux coralliens offrant des plongées entre jardin, piscine, mais aussi quelques beaux tombants. Sans oublier le célèbre rocher du Diamant. Vous découvrirez aussi la joie de plonger léger vêtu seulement d'un shorty dans une eau à 28° C d'une visibilité exceptionnelle à toute profondeur. Entre faune et flore, vos yeux vont découvrir des multitudes d'espèces et de couleurs. On a dénombré jusqu'à présent plus de 300 000 espèces vivant dans les eaux de la Martinique. De tous les théâtres d'activité marine, la zone côtière est la plus spectaculaire et la plus à la portée de l'homme.

Snorkeling. La plongée libre, aussi appelée snorkeling, s'effectue avec un minimum d'équipement, de sorte que le plongeur est indépendant d'un système alternatif de respiration ou de locomotion. Les trois pièces d'équipement de base de la plongée libre sont les palmes, le masque et le tuba. Ne partez jamais seul et pensez à vous signaler à l'aide d'une bouée tractée de couleur vive.

Le Stand Up Paddle (ou SUP) est une activité nautique très facile d'accès et ludique qui consiste à se déplacer debout sur un grand surf à l'aide d'une " grande rame " appelée " pagaie ". Il se pratique par tous les temps car il n'y a pas besoin de vent ou de vagues ! Ce sport est accessible à tous les âges.

Loisirs verts

4x4. Pour partir à la découverte de l'île, hors des sentiers battus et sans se fatiguer, rien ne vaut une excursion à la journée en 4x4 ou en quad. Les prestataires proposent des formules incluant le transport en 4x4, le guide accompagnateur et le repas de midi. Deux principaux circuits sont disponibles : le nord et le sud. Préférez la découverte de la forêt tropicale, un circuit à notre avis plus dépaysant. Départ de bon matin (8h) et en route pour l'aventure ! Après avoir atteint Fort-de-France, vous empruntez la route de la Trace qui mène vers le centre de la forêt tropicale. Arrêt baignade très tonifiant aux gorges de la Falaise situées sur la commune d'Ajoupa-Bouillon. Traversée de gués, explications du guide sur la flore et la faune. Ensuite, c'est un peu à la carte, en fonction du prestataire choisi. Souvent vous bifurquez vers la côte nord-Caraïbe en vous dirigeant vers Saint-Pierre par la formidable petite route de Fonds-Saint-Denis. Halte pour le déjeuner dans un restaurant typique et, l'après-midi, vous continuez votre chemin entrecoupé de quelques arrêts (visite d'une distillerie par exemple), pour regagner en fin de journée votre point de départ. Les itinéraires varient selon les sociétés, mais, d'une façon générale, c'est souvent le même concept. La formule " sud-Caraïbe " vous mène, par le chemin des écoliers, vers les fabuleuses plages du sud, en traversant Trois-Rivières, la campagne aux alentours du Marin et de Sainte-Anne. L'arrêt déjeuner se fait souvent sur une plage magnifique où la baignade est de rigueur. Côté budget, il faut compter en moyenne 70 € par personne pour une journée complète en 4x4.

Quad : le quad est un moyen de locomotion ludique et accessible à partir de 3 ans, évidemment accompagné par un adulte ou à partir de 8 ans pour un enfant seul. C'est une activité agréable pour découvrir l'île autrement, à travers les champs de canne à sucre, les chemins dans la forêt tropicale ou en traversant des ruisseaux. Que vous soyez un débutant ou un amateur confirmé, les circuits sont adaptés en fonction de votre niveau.

Parcours d'aventure. Les parcours d'accrobranche se sont développés en Martinique ces dernières années. Ils offrent un large choix de balades inédites. Ils permettent également de découvrir la canopée, cette formation végétale la plus complexe au monde. On enfile son harnais et on joue à Tarzan en sautant de liane en liane ! Une activité accessible aux adultes comme aux enfants.

Golf. S'étendant sur 60 ha, le golf de la Martinique est l'une des plus belles réalisations de l'architecte Trent-Jones. Ce Par 71 offre un large éventail de difficultés : bunkers, plans d'eau, collines, mer et de nombreux autres obstacles. Il comble les joueurs confirmés aussi bien que les débutants.

Équitation. Les amateurs d'équitation seront comblés. De grandes balades sur la plage, une promenade plus cool dans les bois, une escapade à travers les champs de cannes à sucre... Plusieurs clubs offrent ces prestations aux cavaliers chevronnés comme aux débutants. Les enfants ne sont pas oubliés ; les poney clubs les reçoivent de façon personnalisée.

Tourisme vert

L'attrait principal de la Martinique réside dans ses paysages. Ses trésors naturels sont propices à une exploration pédestre, dans le parc naturel régional comme dans le reste de l'île. Les sentiers de randonnée ont été balisés par l'Office national des forêts, certains alternant la forêt et la côte dans des paysages de pure merveille. Les randonnées incontournables sont l'ascension de la montagne Pelée ou celle du morne Larcher situé sur la commune du Diamant, la presqu'île de la Caravelle à Tartane ou bien encore la Trace des Jésuites au morne Rouge. Pour les plus endurants, nous suggérons le parcours qui conduit du Prêcheur à Grand-Rivière. De nombreux endroits ne sont accessibles qu'à pied ; il peut être dangereux de s'y aventurer seul.

Des accompagnateurs en moyenne montage ont fait le choix de la qualité pour faire reconnaître leur profession. Tous professionnels, ils se sont associés au sein de l'Association Martiniquaise des Accompagnateurs en Montagne. Respectant la législation sur les randonnées en montagne, ils se chargent de tout. Venez avec vos vêtements et chaussures de marche et une idée de la région que vous souhaitez parcourir, ils définissent l'itinéraire selon vos souhaits et fournissent tout le nécessaire en matière d'équipements complémentaires ou de nourriture. Sécurité donc, facilité, mais aussi agrément, grâce à leur connaissance de l'île.

Randonnée et trekking. Classées en quatre catégories, les randonnées, notamment autour de la route de la Trace, ne présentent pas de difficulté. Quelques précautions de base sont cependant à prendre, crème solaire et imperméable de style K-way en particulier. Attention à la boue au lendemain des journées pluvieuses... Les offices du tourisme fournissent un plan départemental des itinéraires de promenades et de randonnées. Pour les excursions et randonnées comportant des passages montagneux, il est fortement conseillé de s'entourer des précautions indispensables, en particulier d'être encadré par des guides habilités et brevetés. Plusieurs associations sérieuses sauront vous proposer des visites et des promenades de grande découverte.

Canyoning. Le nord de la Martinique offre un prodigieux terrain de jeux aux amateurs de canyoning. Les gorges des rivières sur les contreforts du volcan se prêtent aux descentes à sensation. De la balade quasi familiale jusqu'au canyon plus technique, réservé aux connaisseurs (par exemple un rappel de 70 m !), il y en a pour tous les goûts ! Descentes de cascades en rappel, sauts, toboggans dans des sites exceptionnels, les sensations fortes sont garanties. Plusieurs sociétés proposent des formules " canyoning ", en forfaits journée ou demi-journée, toujours accompagnés d'une équipe de moniteurs agréés.

La Martinique vue du ciel

Tour en hélicoptère. La Martinique vue du ciel offre un visage différent. Le survol touristique vous permet d'apprécier au mieux les merveilles de la côte sud-est : barrière de corail, lagon, fonds blancs, îlets, mangroves. La vue en surplomb de ces joyaux met en évidence les contrastes de couleur entre l'océan profond et le corail, entre l'outremer des abysses et les transparences turquoise. Tout au long des cinquante kilomètres de la barrière de corail, vous admirez la grande diversité des paysages : ceux de la presqu'île de la Caravelle (baie de Tartane et parc naturel) ; du petit îlet du Loup-Garou (perdu en plein océan au large du Robert) ou des îlets tropicaux - sauvages ou habités - qui parsèment le lagon. Vous reviendrez de ces vols enthousiasmés, éblouis, heureux. Bien sûr, cette activité est soumise aux caprices de la météo et, même si la côte atlantique est souvent très dégagée lorsqu'il y a des averses sur le reste de la Martinique, il est conseillé de choisir un jour bien ensoleillé pour faire son vol. Les couleurs n'en seront que plus exceptionnelles. Si le temps est trop maussade, n'hésitez pas à reporter le vol au prochain rayon de soleil.

Informations pratiques

Formalités. Si vous arrivez en Martinique par bateau, les formalités de police sont obligatoires et gratuites pour tous les bateaux, même français.

Permis. Il est obligatoire pour les bateaux à moteur à partir de 6 CV. Attention, la navigation dans la zone caraïbe est celle des Etats-Unis, c'est-à-dire que tout est inversé (vert à bâbord, rouge à tribord) !

Pêche. La pêche au fusil avec des bouteilles est formellement interdite ! Il est interdit également de ramasser les coraux, même morts. Vous n'avez pas non plus le droit de pêcher des lambis ni des oursins blancs de janvier à septembre.

Vitesse en zone littorale. 5 noeuds jusqu'à 300 m des côtes et autour des îlets.

Les fonds blancs

Ces célèbres fonds sablonneux (et blancs) situés au large entre la commune du Robert et de Sainte-Anne (jusqu'à Cap-Chevalier) sont la grande attraction proposée aux touristes. Ils permettent de se baigner en pleine mer dans un mètre d'eau. Ces taches blanches (magnifiques vues du ciel mais cauchemar des bateaux à fort tirant d'eau) sont disséminées un peu partout : chaque initié a son petit coin. Renseignez-vous donc. Certains y vont tout simplement pour se baigner, d'autres pour y passer une grande partie de la journée.

Le phénomène des fonds blancs est présenté aux visiteurs comme synonyme de la " baignoire de Joséphine " située au large de la commune du François comme si les fonds blancs correspondaient à un emplacement bien précis. Dans la réalité, cela relève d'une appellation qui illustre très bien une tendance de l'esprit local : coloré et imagé (et dans l'exemple ici, un peu commercial). L'agréable passe-temps que constituent ces sorties vers les fonds blancs trouve ses origines chez les békés, qui continuent d'ailleurs toujours à fréquenter le coin... de préférence quand le gros des foules s'est dispersé. Pour passer un moment de rêve aux fonds blancs, deux solutions s'offrent à vous. La plus simple est de faire appel à l'un des nombreux bateaux qui en ont fait leur spécialité. Ils offrent une formule " touristique " comprenant la traversée, le fameux " baptême du rhum ", un déjeuner sur un îlet et parfois une description par un guide du pays de la faune et de la flore locales, agrémentée de quelques touches d'histoire. Choisissez bien votre prestataire, si vous ne voulez pas vous retrouver à 150 sur un bateau ! La deuxième solution, plus aléatoire, consiste à dénicher un pêcheur qui vous amène sur le site à bord de sa yole traditionnelle. Vous vous occupez vous-même de votre pique-nique et vous convenez avec lui d'une heure pour le retour. Cette formule permet plus d'indépendance, mais certains pêcheurs peu scrupuleux peuvent réclamer des tarif exorbitant (quasiment aussi cher que pour la journée complète). Le départ des excursions se fait de différents points, allant du Robert à Cap-Chevalier (tous sur la côte Atlantique). Départ vers 9h, retour vers 16h30.

Petits conseils à nos lecteurs : attention à la conjugaison du soleil (qui tape fort en pleine mer) et du rhum ! Le premier " ti-punch " est difficile à avaler de bon matin. On appelle cela le " décollage ". Le deuxième passe mieux, le troisième est une plaisanterie... Après ? On ne se rend plus compte de rien ! Résultat : une couche de Biafine, une bonne aspirine et au lit.

Tourisme vert et randonnées

Avant de partir

S'informer sur les conditions météo (Météo France Martinique : ✆ 08 92 68 08 08) et l'état des sentiers (ONF ✆ 05 96 60 70 70).

Prendre un sac à dos composé d'un pull, un coupe-vent imperméable, vêtements de rechange pour se mettre au sec, un maillot de bain parfois des rivières à traverser, des chaussures de marche, un appareil photo et un téléphone portable chargé.

À ne surtout pas oublier : une casquette ou un chapeau, de la crème solaire, un anti-moustique, une mini trousse de pharmacie, une lampe de poche et un couteau.

Et très important : suffisamment d'eau (mini 2 l /pers.), le soleil est souvent féroce et l'humidité augmente la transpiration.

Prendre la route tôt le matin pour éviter de trop s'exposer au soleil et avoir le temps de finir les circuits car la nuit tombe vite en Martinique.

Code de bonne conduite

Respecter le tracé du sentier : ne pas prendre de raccourcis, ne pas traverser de propriété privée et toujours refermer les barrières après les avoir franchies.

Ne pas laisser de trace de votre passage (déchets), pas de feu et respecter la faune et la flore ne pas cueillir de fleurs ou de fruits, ne pas déranger les animaux.

Être courtois avec les habitants des lieus que vous traversez, respecter leur quiétude.

Respecter les équipements mis en place pour votre confort et votre sécurité.

Circuits dans le nord

Il existe près de 40 circuits balisés, répartis sur tout le territoire. Au nord, vous trouverez des paysages de forêts tropicales et souvent l'humidité, la boue, la brume sur les hauteurs et la pluie fine qui peut être présente. Au sud, vous rencontrerez des circuits plus secs, une végétation et des terres plus arides.

La trace des jésuites. Il s'agit d'une randonnée connue, assez facile : 4,5 km, environ 3 heures, vous pourrez découvrir les principales espèce végétales de la forêt tropicale humide.

Le canal de Beauregard. Marche le long d'un canal d'irrigation accroché à flanc de colline. De superbes arbres d'un côté et une vue magnifique de l'autre. Attention aux personnes qui souffrent de vertiges et aux enfants non disciplinés à éviter en cas de pluie car très glissant ! Il faut compter environ 1 heure 30 pour 4 km.

La montagne Pelée

Par l'Aileron (Morne-Rouge). Accès le plus direct, mais pas le plus facile le sentier est tortueux et le sol toujours boueux et instable. Le dénivelé est important, vous l'aurez compris, il faut être plutôt expérimenté et bien équipé ! L'aventure dure environs 4 heures pour 5 km. A éviter avec de jeunes enfants.

Par Grande-Savane (Prêcheur). Plus accessible à un large public, moins de difficultés, toute fois prévoir un imperméable et de bonnes chaussures. Un point de vue superbe sur la ville de Saint-Pierre ; il faut compter environ 2 heures pour parcourir 1,5 km avec un important dénivelé.

Le Prêcheur (Grande Rivière). Une des plus connue de la Martinique après la Montagne Pelée, cette promenade vous fera découvrir différentes types de fôrets, des anses restées sauvages sur la côte Caraïbe, des cascades, beaucoup de petits animaux également Manicou, mangouste mais attention toute fois aux serpents qui peuvent être venimeux et aux mygales - Matoutou Falaise -.La balade dure environ 6 heures pour 14 km.

Cascade Couleuvre. Au départ de l'Anse Couleuvre, le sentier remonte la rivière à travers la superbe forêt. Quelques passageq de rivière plus tard, on atteint une grande cascade pour finir la promenade en beauté : une baignade s'impose ! Une sortie à faire en famille car elle ne dure qu'un heure pour 1,6 km et sans grande difficulté.

 

Centre

Circuit de Rabuchon. Entre les hauteurs de Fort de France et la commune de Saint Joseph, on travers à guet, 2 rivières pour y accéder (la rivière Blanche et la rivière Mahot). Très joli panorama sur Fort de France et sa baie. Il faut compter environ 3 heures pour 1,7 km.

Absalon. Tout près de Fort de France, il s'agit d'un circuit fermé assez court et à la portée de toute la famille. Environ 2 heures pour 3,9 km.

 

Sud

Montravail. Au coeur de la forêt de Montravail, dans la commune de Sainte Luce, assez facile d'accès, vous découvrirez des forêts d'acajou magnifiques. La remontée peut être boueuse, attention aux glissades. Environ 1 heure 30 pour 1,7 km.

Morne Larcher. Dans la commune du Diamant, vous y trouverez l'un des plus beau point de vue du sud de la Martinique, depuis la Crois Diamant jusqu'au Salines et bien sur le Rocher majestueux en face de vous. Environ 3 heures pour 2,5 km mais fort dénivelé, accrochez vous bien !

Îlet Chevalier. Dans la commune de Sainte-Anne, il faut avant toute chose trouver un pêcheur pour vous y amener et en revenir (Taxi Cap) ou y aller en kayak (Caraïbes Coast Kayaks). Aucune difficulté pour faire le tour de l'île et de jolis panoramas à découvrir ainsi qu'une belle plage. Environ 1 heure pour 1,3 km.

Trace des Caps. Située sur la commune de Sainte Anne, le sentier fait le tour de l'arrière mangrove et remonte dans les falaises. Prenez surtout votre maillot d bain car de nombreuses et très belles plages vont s'offrir à vous, vous longerez également la Savane des Pétrifications (presque plus de bois malheureusement) une jolie sortie en famille. Plusieurs possibilité de sentiers (total 12 heures pour 34 km) de durée variable mais pas très difficile.

 

Nord Atlantique

Caravelle. La réserve naturelle de la presqu'ile de la Caravelle est l'une des plus connue de la Martinique. Il y a 2 sentiers en boucle : Le sentier le plus court environ 1 heure pour 1,7 km, est accessible à tous et vous y découvrirez l'écosystème local : mangrove, forêt sèche et plages. Le sentier le plus long environ 4 heures pour 8 km est pour les marcheurs confirmés.

Îlet Sainte-Marie. Sur la commune de Sainte-Marie, vous pouvez vous y rendre en empruntant le Tombolo en période sèche de janvier à mai, si le tombolo est fermé vous pouvez vous y rendre en bateau. Ce site se divise en 2 parties, l'une toujours accessible et l'autre, le Calvaire, uniquement accessible de décembre à avril, à cause de la réserve des oiseaux protégés. La promenade dure environ 1 heure 30 et aucune difficulté.

Charte pour une approche et une observation responsables des mammifères marins

Les côtes de la Martinique représentent un habitat privilégié pour l'alimentation, la reproduction et la migration des mammifères marins dont on recense plus d'une vintgaine d'espèces : baleines, dauphins, cachalots, orques naviguent près du littoral. Une belle attraction touristique qui se développe chaque année, et les opérateurs touristiques, les plaisanciers et les plongeurs sont de plus en plus nombreux à partir à la rencontre de ces créatures fascinantes... Mais l'observation de ces animaux protégés répond à des critères d'approche et d'attitude bien particuliers, qui ne correspondent pas toujours aux pratiques des opérateurs touristiques, parfois terriblement destructrices. Notamment, les cétacés sont sensibles aux agressions sonores, ce qui génère du stress et modifie leur comportement. Dans la même idée, il est très fortement déconseillé de plonger et de nager entre les dauphins, ces derniers étant des mammifères marins sauvages et potentiellement dangereux, très loin de l'image sympathique d'un compagnon de l'homme... Dans l'objectif de limiter les conduites à risques, tant en terme de sécurité des personnes que de protection de ces animaux marins et de leur habitat, la DEAL a élaboré avec les professionnels du tourisme, les établissement publics, les associations et les services de l'Etat une charte d'approche et d'observation responsables des mammifères marins en Martinique. Vous pouvez consulter sur le site Internet les signataires de cette charte et les principes d'observation et de sécurité présentés. Nous vous conseillons de demander, à l'occasion de votre sélection de prestataire si ce dernier est signataire de la charte. Un logo avec le millésime de l'année en cours est affiché.

Renseignements : www.martinique.developpement-durable.gouv.fr/promouvoir-une-observation

Adresses Futées de Martinique

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
Avis