Une île en forme de papillon est immanquablement la promesse de nombreux charmes à dévoiler. Enclavée au milieu de l'arche des Petites Antilles aux Caraïbes, la Guadeloupe surprend par les infinies déclinaisons qu'elle propose de sa tropicalité : ses différents paysages et jardins, la qualité de ses fonds marins, l'exotisme de sa végétation ou encore sa culture riche en parfums, couleurs et saveurs. Toute cette diversité offre un éventail d'opportunités unique aux voyageurs en quête d'aventure et de sport, mais aussi beaucoup de tranquillité et des plages sublimes pour ceux qui viennent chercher du repos.

 

Atterrissage à Pointe-à-Pitre

Pointe-à-Pitre n'est pas tout à fait la capitale de la Guadeloupe, titre réservé à Basse-Terre, mais sa localisation presque centrale fut idéale pour son développement. On commencera par le centre historique, qui a su conserver son atmosphère d'antan. Les vieilles bâtisses créoles débordent de charme. On profite aussi de l'ambiance haute en couleur du marché aux poissons. Un tour du côté de l'imposante et circulaire place de la Victoire qui fait face à la mer complète la promenade.

Ceux qui souhaitent approcher des clichés de cartes postales pourront suivre durant une vingtaine de kilomètres la N4 jusqu'à Sainte-Anne. La commune est considérée comme la capitale touristique de la Guadeloupe. La plage du bourg est vraiment centrale et est une aubaine pour ceux qui cherchent la baignade tranquille dans une mer turquoise. Les restaurants étalent leurs tables sur le sable ; nul besoin de se changer ou de couvrir son maillot de bain pour déguster les plats locaux.

De Sainte-Anne à Saint-François, les plages idylliques se suivent, incontournables, bercées par le doux clapotis d'un océan toujours calme. Idéal pour les fans de farniente. En suivant la route, jusqu'à l'extrémité est, il est temps d'arriver à la Pointe des Châteaux, où un environnement plus sauvage se dévoile. Les lieux d'exception sont encore nombreux à Grande-Terre. Néanmoins, pour goûter à la luxuriance de la forêt tropicale et sentir le souffle du volcan, il faudra poursuivre vers le sud, car c'est sur Basse-Terre que l'on trouve les paysages les plus sauvages, au coeur terrestre du parc national.

 

L'âme de la Guadeloupe

Avec ses 21 000 hectares, le parc national, créé en 1989, est la grande fierté des Guadeloupéens concernés par la préservation de la biodiversité locale. En plus de son territoire qui recouvre presque toute Basse-Terre, il possède une zone marine d'envergure, incluant le Grand Cul-de-Sac marin, un espace marécageux au nord des deux ailes du papillon.

La faune et la flore y sont partout remarquables. Pas surprenant dès lors que l'opulence de la biodiversité locale ait classé la Guadeloupe parmi les 25 zones les plus riches de la planète.

Pour mieux connaître le parc, les plus sportifs opteront pour une des nombreuses randonnées réalisables le long des quelque 300 km de sentiers balisés. Parmi les lieux les plus recherchés se distinguent les chutes du Carbet, réputées même au-delà de l'archipel. Le spectacle est grandiose, même si on ne peut pas toujours les approcher de très près. Le décor sublime récompense immanquablement les valeureux marcheurs qui arrivent au sommet de la Soufrière, à 1 467 mètres d'altitude. Ce volcan, symbole de la région, est toujours en activité.

Les moins sportifs pourront eux aussi profiter de la splendeur du parc et se perdre dans l'immensité de la forêt. Pour cela, il suffit de suivre la Traversée, cette route mythique de 17 km, creusée d'une pointe à l'autre de l'île. D'un bout à l'autre, le paysage est époustouflant et le chemin agrémenté de plusieurs sites incontournables à explorer, comme le zoo des Mamelles ou la petite cascade aux Écrevisses.

 

Un archipel à explorer

Le territoire de la Guadeloupe ne se résume pas à Grande et Basse-Terre ; l'archipel est composé aussi par les Saintes, la Désirade et Marie-Galante. Trois îles proches, mais aux caractéristiques bien distinctes. Les Saintes sont très prisées par les voyageurs. Durant la journée, les touristes sont nombreux à vaquer, parfois frénétiquement, à la découverte d'un littoral et de paysages d'exception. Plus grande et aux formes rondes, d'où elle tire son surnom de " galette ", Marie-Galante est plutôt réputée pour ses moulins et ses distilleries. Enfin, la Désirade, petite, familiale et authentique, est la moins visitée des trois. Les habitants sont ici moins métissés, car principalement descendants des Bretons, Normands et Poitevins débarqués dans le passé.

 

Plongée dans le monde du silence

Les températures élevées et la qualité des fonds marins rendent la pratique des sports aquatiques très répandue sur la côte. Le grand nombre de poissons colorés, tortues, éponges et autres animaux font la joie des plongeurs confirmés ou débutants. Parmi les sites les plus recherchés, impossible de ne pas citer les îlets Pigeon, plus connus en tant que Réserve Cousteau. Une autre option pour apprécier la faune marine, mais cette fois-ci sans se mouiller, est de prendre place dans les bateaux à fond de verre. La transparence de l'eau est telle que l'on se croit plongé dans l'océan.

 

Culture et tradition

On parle beaucoup de la période du carnaval et des défilés colorés qui envahissent alors les rues de chaque village. C'est une des fêtes les plus attendues et commémorées, mais durant toute l'année, d'autres manifestations animent l'archipel. Et qui dit fête, dit musique. Aux Caraïbes, elle ne passe pas inaperçue et anime le quotidien ! Les soirées sont aussi égayées par les sonos locales.

La culture créole se retrouve aussi invariablement dans l'assiette. Impossible de ne pas être subjugué par tous ces parfums et produits frais qui composent la gastronomie locale. Colombo de poulet, poisson grillé et purée de banane, acras de morue et, bien sûr, la langouste fraîche à des prix accessibles... Tant de plats et mets à déguster, sans compter la variété d'épices qui s'étalent sur les marchés. Les bouteilles de rhum arrangé aux fruits de la passion, coco, ananas et tant d'autres options sont aussi très typiques et faciles à trouver. Elles se glissent sans difficulté dans les valises et apportent avec elles le souvenir des jours heureux passés sous le soleil. Que les adeptes de boissons non alcoolisées se rassurent : les confitures maison à la mangue ou à la goyave sont aussi une bonne option. Mais, amateurs ou non de rhum, il faudra visiter une distillerie.

Et, après la visite, vient le temps des dégustations. Avant de s'allonger à l'ombre d'un palmier, car une petite sieste fait aussi partie du programme ! 

 

Infos futées

 

Quand ? La Guadeloupe se visite toute l'année, mais la meilleure saison reste la fin et le début de l'année.

 

S'y rendre. Les prix peuvent varier de 450 € à plus de 1 000 € selon la saison. Compter un peu plus de 8 heures de vol.

AIR FRANCE - Plus d'informations sur le site

CORSAIR FLY - Plus d'informations sur le site

 

Utile. Pour préparer au mieux son voyage.

COMITÉ DU TOURISME DES ÎLES DE GUADELOUPE - Plus d'informations sur le site