Située au cœur de l’arc des Petites Antilles des Caraïbes, la Guadeloupe compte parmi les destinations préférées des Français et pour cause, l’île papillon répond à toutes les envies ! Des plages paradisiaques baignées par des eaux translucides, des terres tantôt luxuriantes tantôt lunaires, des petites îles aux criques discrètes et aux traditions préservées et pour tous ces décors un climat tropical tempéré par les alizés. Qu’elle se mange, qu’elle se boive ou qu’elle s’expose, la culture a ici une identité forte qui dépayse et donne cette impression d’avoir pu vraiment décrocher : autrement dit d’avoir vécu de vraies vacances, à l’autre bout du monde !

©

Pointre-à-Pitre

Si Pointe-à-Pitre est incontournable, c’est parce qu’elle est la capitale de la Guadeloupe, idéalement installée à la jointure entre Basse-Terre et Grande-Terre. On aime flâner dans ses rues typiques bordées pour certaines de demeures coloniales, pour d’autres de maisons créoles en bois. Ses marchés sont vivants, joyeux et colorés, une animation que l’on retrouve à la nuit tombée vers la Marina où se trouve un grand nombre de bars, restaurants et discothèques. Au rayon culture, Pointe-à-Pitre dispose de plusieurs musées dont le tout récent mémorial ACTe, le Centre caribéen d’expressions et de mémoire de la traite et de l’esclavage... une visite marquante à ne pas louper.

©

Plage de Grande Anse

Sur la côte ouest de l'île de la Basse-Terre, la plage de Grande-Anse est la plus longue et l’une des plus belles de l’Archipel. En forme de demi-lune, elle est bordée de cocotiers et de collines verdoyantes qui s’élancent depuis son étendue de sable fin. Un cadre idyllique pour les baignades par temps calme, vous y trouverez des douches et des toilettes ainsi que quelques restaurants et des « lolos », les épiceries antillaises traditionnelles. Prenez le temps d’y rester jusqu’au coucher du soleil, certainement les plus beaux clichés de votre séjour.

©

La Soufrière

Surnommée « vié madanm la » ce qui signifie en créole « la vieille dame », La Soufrière est le point culminant des Petites Antilles avec ses 1467 mètres d’altitude. Ce volcan en activité est situé à l’intérieur du parc national de la Guadeloupe, dans la partie sud de Basse-Terre ; il ne possède pas véritablement de cratère mais plusieurs bouches éruptives d’où s’échappent des vapeurs sulfureuses, des gaz ainsi que des sources chaudes. A son sommet, le paysage est lunaire et chaotique, c'est le seul endroit qui offre un point de vue à 360° sur les massifs montagneux et jusqu’aux îles environnantes. La randonnée autour et sur le volcan de La Soufrière est très agréable, elle donne à voir une flore et une faune remarquables.

©

La Désirade

Dotée d’un si joli nom, cette petite île est certainement la plus authentique et sauvage de Guadeloupe. Elle est située à une dizaine de kilomètres de la pointe est de Grande-Terre et n’est accessible que par bateau. Ici le temps semble s’être arrêté et la tranquillité règne le long de ses 11 km où se succèdent des paysages variés entre mer et falaises. La Désirade est la première réserve naturelle à caractère géologique de l’Outre-Mer, elle est également le royaume des iguanes et un lieu prisé par les plongeurs qui s’éblouissent face à ses magnifiques barrières de corail.

©

Marie-Galante

On a tous un air de Laurent Voulzy en tête lorsque l’on prononce son nom… Bien qu’elle tienne ses promesses de plages dorées, Marie-Galante est surtout connue pour ses moulins et son activité agricole dédiée à la canne à sucre : à vous les dégustations de rhums dans les distilleries locales ! C’est une île préservée qui a gardé ses traditions, on peut encore assister à un combat de coq ou à une compétition de bœufs-tirants… Marie-Galante s’est tournée vers le tourisme durable, elle tend également à devenir 100% autonome en énergie renouvelable d’ici 2020.

©

Les Saintes

L’archipel des Saintes est composé de 9 îles dont 2 seulement sont habitées, Terre-de-Bas et Terre-de-Haut dont la baie est classée parmi les plus belles du monde. L’île est agréable et particulièrement colorée que ce soit les façades des maisons ou les barques multicolores des pêcheurs. C’est ici également que se trouve le Fort Napoléon qui jouit d’un panorama exceptionnel sur l’ensemble de l’archipel. Terre-de-Bas est plus discrète mais tout aussi jolie, elle se prête davantage aux randonnées et à la découverte de l’artisanat : vous trouverez ici les plus beaux salakos, les chapeaux traditionnels fabriqués en fibres végétales de bambou.

©

Grand-Cul-de-Sac marin

Grand-Cul-de-Sac marin est une réserve naturelle exceptionnelle, classée réserve mondiale de la biosphère par l’Unesco. Sur une superficie de près de 15 000 ha, elle est composée de mangroves, de forêts marécageuses, d’herbiers et d'un récif corallien de près de 40 km. On la visite généralement en bateau ou en kayak des mers pour observer les nombreuses espèces marines et les oiseaux qui viennent nicher dans la mangrove. Avec un peu de chance, vous croiserez de jolies tortues marines en attendant le retour du lamantin que le Parc national tente de réintroduire.

©

Route de la Traversée

La Traversée est une route montagneuse qui coupe Basse Terre, d'est en ouest, sur 17 km. Elle sillonne la forêt tropicale et croise différents sites majeurs: la Cascade aux écrevisses, le Parc zoologique et botanique ainsi que la Maison de la Forêt et son sentier de découverte. Le décor de cette forêt luxuriante est parsemé de 300 espèces d’arbres, 250 espèces de fougères et 2 700 espèces de plantes à fleurs dont une centaine d’orchidées.

©

Sainte-Anne

A 21 km de Pointe-à-Pitre, Sainte-Anne est une des plus grandes stations balnéaires de Guadeloupe. Les paysages sont dignes des cartes postales que vous écrirez depuis ses plages de sable blanc ourlées d’eau turquoise et bordées de cocotiers. Son magnifique lagon est protégé par sa barrière de corail sur un littoral qui s’étend sur plus de 15 km. Royaume des activités nautiques, vous pourrez même vous essayer au flyboard : un engin nautique à réacteurs qui vous propulse hors de l’eau tel un Iroman ! 

©

Réserve Cousteau

La Réserve Cousteau, du nom de son créateur, est devenue un lieu incontournable pour la plongée, grâce à la richesse exceptionnelle de ses fonds marins qui s’étendent sur près de 1 000 hectares. On y croise des centaines d’espèces de poissons tropicaux et de mystérieuse épaves sur cinq sites majeurs : le jardin de corail, l’aquarium, le jardin japonais, la pointe Mahaut  et l’épave du Franjack. Aux mois de janvier et février, les plus chanceux pourront même entendre le chant des baleines à bosses…

©