Guide de Bali : Sécurité et accessibilité

Drogues

Sévèrement réprimés, les paradis artificiels existent surtout dans les zones touristiques. Les revendeurs que vous rencontrerez vous proposeront des magic mushrooms (champignons hallucinogènes) et de la marijuana. Pour doubler leur commission, ils iront parfois vous dénoncer à la police, quand ce ne sont pas eux-mêmes des policiers en civil. Il n'y a pas d'hésitation : la drogue est à prohiber absolument. D'autant qu'il ne faut pas espérer trouver une quelconque différenciation entre drogues dures et drogues douces.... Ainsi, vous aurez certainement remarqué les grands panneaux des aéroports internationaux : avant même le " bienvenue à Bali ", vous avez le " drugs... death penalty ! ". Et le gouvernement ne plaisante pas avec ça ; tous les ans, au moins un procès très médiatique concernant des étrangers risquant leur tête défraie la chronique, et les autorités, contentes de faire un exemple, ne se montrent pas vraiment sensibles aux pressions des ambassades qui tentent de protéger leurs ressortissants.

Dangers potentiels et conseils

Depuis les attentats de Bali en octobre 2002 et 2005 et ceux de Jakarta en juillet 2009 et dernièrement en janvier 2016, le pays est très instable dans certaines régions. Ces événements ont dissuadé de nombreux touristes de se rendre en Indonésie. Cependant à Bali, durement touchée par les bombes à deux reprises, vous serez accueilli à bras ouverts par une population avide d'échanges, profondément ouverte et pacifiste.

Pendant votre séjour, il est recommandé d'avoir sous la main en toutes circonstances votre passeport, le numéro d'appel de votre assurance rapatriement, les numéros d'appel de votre ambassade ou consulat, les numéros de vos chèques de voyage, le numéro de téléphone et le fax de votre banque, et votre permis de conduire national et international si vous conduisez.

Photocopiez vos documents importants : billet d'avion, passeport. Conservez ces documents dans deux endroits différents.

Le plus sûr est d'avoir une ceinture ventrale ou une pochette discrète autour du cou que l'on glisse sous sa chemise ou son T-shirt. Dans votre hôtel, méfiez-vous de la fenêtre et de la porte de la salle d'eau : fermez-les bien. Dans les hôtels de catégories moyenne et luxe, préférez utiliser les coffres-forts (safe) pour y mettre vos affaires à l'abri.

Méfiez-vous de certains guides malhonnêtes qui vous conduisent dans des boutiques où ils perçoivent un pourcentage. D'autres guides vous demanderont des tarifs exorbitants pour des excursions que vous auriez pu effectuer tout seul. Ils sont en général extrêmement collants et vous aurez bien du mal à vous en " débarrasser ". Pour choisir un guide, prenez votre temps et discutez avec lui ou passez par une agence de voyages. Il existe des guides agréés, renseignez-vous auprès des bureaux de tourisme.

Femme seule en voyage

Bali, grande référence pour les backpackers, souvent australiens, voit de très nombreuses jeunes femmes voyager seules chaque année. Les Indonésiens restent un peu surpris lorsqu'une femme est parfaitement seule (la plupart des touristes voyagent au moins avec une amie), mais leur étonnement suscitera le plus souvent en tout et pour tout quelques questions amicales. Généralement, si un homme se fait plus insistant, un mari imaginaire qui va vous rejoindre dans quelques jours suffira à l'éloigner. L'alliance seule est peu utile ; préférez une photo bien en évidence dans votre portefeuille de vous et votre amoureux, réel ou supposé. Si la photo montre un enfant, c'est le laissez-passer assuré.

Mesure la plus élémentaire : habillez-vous décemment. Si la tenue de plage est acceptée en bord de mer, se promener seule en haut de maillot de bain en ville expose au risque (quasi certain) de se faire accoster par un personnage collant, comme partout ailleurs dans le monde. En général, plus on s'habille modestement (jupes ou short au niveau du genou, épaules couvertes), plus on évite les ennuis. Et si vous avez affaire à quelqu'un de vraiment insistant, montrez-vous la plus prude possible. En effet, dans la plupart des pays du monde, la libération de la femme se résume à l'équation suivante : femme occidentale = femme facile.

Dernier danger (parfois de taille) : les gigolos balinais. L'île est désormais célèbre pour ces hommes qui vendent leurs services aux riches Occidentales esseulées, directement ou non (" mon oncle vient de mourir, je n'ai pas d'argent pour payer les funérailles "). Si vous êtes une femme seule, vous êtes une proie potentielle.

Voyager avec des enfants

Vous pouvez voyager avec vos enfants sans aucun problème. En plus, les Balinais adorent les familles qui voyagent. Parmi les points positifs : les hôtels de catégorie moyenne ou supérieure qui proposent souvent des services de baby-sitting, la possibilité d'avoir accès à des sièges bébé dans les restaurants (même ceux de moyenne gamme) ou encore l'accès facile à des couches ou tout autre objet nécessaire à l'hygiène de vos chères têtes blondes. Néanmoins, faites très attention à ce que vous leur donnez à manger et, surtout, faites-les boire souvent, car on se déshydrate très vite sous les tropiques.

Voyageur handicapé

Dommage pour cette destination très prisée, mais la présence assez permanente d'escaliers (cela fait partie de la recherche d'harmonie balinaise) et le relief montagneux de l'île n'invitent pas à un séjour serein pour les personnes à mobilité réduite. Dans le même ordre d'idées, les personnes âgées et/ou à la constitution fragile ne pourront pas profiter de tous les trésors de l'île. Ou du moins il faudra débourser une somme conséquente pour avoir accès à des activités et à un hébergement facile d'accès.

Pour autant, si vous présentez un handicap physique ou mental ou que vous partez en vacances avec une personne dans cette situation, différents organismes et associations s'adressent à vous pour vous aider à organiser votre séjour sur place.

Voyageur gay ou lesbien

Bali est une destination très accueillante et sa population est ouverte et tolérante. Cependant, on considère comme une marque de respect de la part des uns et des autres de ne pas être trop démonstratif en couple (ceci s'applique bien évidemment autant pour les hétérosexuels que pour les homosexuels). On évitera donc de s'embrasser et de manifester de trop visibles et/ou bruyants élans de tendresse, bien que l'on courre peu de risques d'avoir des signes de désapprobation pour autant. Seminyak possède un quartier entièrement dédié à la vie gay sur la rue Jl. Dhyana Pura et, dans toute l'île, un certain nombre d'hôtels plutôt trendy (boutique, hôtels, etc.) sont ouvertement gay friendly. La plage Batu Belig Beach, située à Seminyak, est réputée auprès de la communauté gay. Cette dernière est à proximité de l'hôtel W Bali.

Adresses Futées de Bali

Où ?
Quoi ?
Avis