" Cosco, hatun llacta napaicuquin ! " (Cusco, village principal, je te salue) : telle était l'exclamation que poussait le voyageur à la vue de Qosqo, " le nombril du monde " en quechua. Bien que la vallée de Huatanay ait été peuplée des siècles auparavant, l'histoire de la contrée est liée de manière indélébile à celle des Incas. Selon la légende, Manco Cápac traça le plan de sa cité en lui donnant la forme d'un puma à tête de faucon.

Avec le temps, la ville se partagea entre la partie haute, Hanan Cusco, et la partie basse, Hurin Cusco. On attribue à Pachacútec (vers 1438) l'érection des principaux temples et palais. A partir de 1533, la ville, marquée par le feu et les lois inexorables des Espagnols, se transforma radicalement : les édifices incas furent sauvagement rasés, certains partiellement conservés. Sur les fondations anciennes de pierres parfaitement ajustées, les vainqueurs élevèrent d'imposantes églises, des couvents, des collèges et d'élégantes casonas (maisons coloniales). Cusco présente une parfaite réussite de ce métissage culturel et artistique qui fait d'elle l'une des plus belles cités d'Amérique latine. Après Lima, la cité impériale fut le pôle des activités sociales de la colonie. L'événement marquant en fut la naissance de l'école artistique de Cusco. Celle-là mêle motifs chrétiens-espagnols et indigènes en un syncrétisme qui, aujourd'hui encore, laisse le visiteur émerveillé. Ville historique, Cusco eut le privilège, dont se seraient passés ses habitants, d'être le théâtre de l'exécution de Túpac Amaru II, sur la plaza de Armas.

L'importance de Cusco comme centre commercial andin commença à décliner au XIXe siècle au profit d'Arequipa. En 1950, la ville supporta (mal) un énième séisme qui abattit les principaux édifices. Le malheur des Indigènes fut quelque peu atténué quand les ondes telluriques (générées par la Pachamama, la déesse Terre ?) découvrirent les magnifiques murs incas honteusement dissimulés derrière les parois des églises : preuve était faite de la prédominance d'une architecture, d'une culture sur l'autre. Dans les années 1950 afflua une immigration pauvre de l'intérieur, donnant naissance aux pueblos jóvenes, les quartiers pauvres.

A partir de 1983, un programme de rénovation des églises et du quartier de San Blas a rendu à la capitale des Incas tout son lustre.

Les lieux incontournables de Cusco et sa région

Comment partir à Cusco et sa région ? Nos conseils & astuces

Organiser son voyage à Cusco et sa région

Photos de Cusco et sa région

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

14.95 €
2017-11-22
552 pages

Reportages & actualités de Cusco et sa région

Avis