Les Territoires palestiniens ce sont plus de 6 000 km², dont 5 655 km² de Cisjordanie (dont fait partie Jérusalem-Est) et 365 km² dans la bande de Gaza, conquis par les Israéliens lors de la guerre des Six Jours en 1967. La limite entre ces territoires et Israël est appelée " ligne verte " et résulte des accords d'armistice israélo-arabes de 1949. A l'issue de la guerre des Six Jours, Israël a repris le contrôle de ces territoires à leurs précédents occupants égyptiens et jordaniens, puis y a implanté des colonies civiles (déclarées illégales par la communauté internationale). Grâce aux accords d'Oslo de 1993, la bande de Gaza et les principales villes de Cisjordanie (qui ne constituent qu'une petite partie des 5 655 km² revendiqués par les Palestiniens) ont accédé à une certaine autonomie : ce sont les Territoires autonomes palestiniens. Ces Territoires palestiniens ne comprennent pas le plateau du Golan, qui, selon les frontières reconnues par l'ONU, appartient à la Syrie.

En tant que visiteur étranger, vous ne devriez pas avoir de difficulté à vous rendre dans la plupart des villes touristiques des Territoires palestiniens. En revanche, l'accès à la bande de Gaza vous sera formellement proscrit.

Les Territoires offrent beaucoup à voir, aussi bien dans les villes arabes que dans les collines de Cisjordanie. Il y a aussi, surtout, des gens à y rencontrer. Certaines visites en Cisjordanie sont facilement réalisables, même en individuel (par exemple à Bethléem, à Jéricho ou dans les alentours de la mer Morte). En fait, la situation est à nuancer selon les endroits et selon la situation au moment de votre visite.

Dans tous les cas : renseignez-vous auprès du Consulat général de France à Jérusalem avant tout déplacement dans la région. Vérifiez, si possible, les heures d'ouverture des points d'entrée et de sortie en Cisjordanie, qui sont sous le contrôle des autorités israéliennes (sachez que celles-ci peuvent imposer des fermetures sans préavis). Ayez toujours votre passeport avec vous et respectez les injonctions des soldats israéliens ou de la police palestinienne. Restez en contact avec l'ambassade ou le consulat de France pour suivre l'évolution de la situation.

Transports

Voiture. Si vous louez une voiture en Israël, le contrat stipulera normalement que vous ne pouvez pas circuler dans les Territoires palestiniens. Vous pouvez louer une voiture dans les principales villes de Cisjordanie, mais celle-ci aura des plaques palestiniennes (vertes) et non pas israéliennes (jaunes), ce qui pourrait limiter vos déplacements. Cependant, un véhicule avec des plaques israéliennes présente un autre type d'inconvénient : il est susceptible en certains lieux de recevoir des pierres ou d'être endommagé en stationnement. Enfin, et ce quelle que soit la voiture pour laquelle vous optez, sachez qu'il est assez facile de se tromper de route en Cisjordanie et d'aboutir à une colonie juive. Celles-ci sont sous haute surveillance et mieux vaut éviter d'éveiller la suspicion. Pour toutes ces raisons, nous vous conseillons vivement de privilégier les transports en commun et/ou les taxis.

Taxis collectifs.On peut se rendre dans les Territoires palestiniens depuis Jérusalem et s'y déplacer en prenant les taxis collectifs arabes (appelés " services "). Sachez que les temps de trajet peuvent être prolongés considérablement en raison des contrôles aux checkpoints israéliens qui imposent des changements de véhicules.

Argent

Dans les Territoires palestiniens, les monnaies suivantes sont acceptées : shekel israélien, dollar américain, dinar jordanien, euro. Le shekel israélien est bien entendu la monnaie la plus usitée, mais les fermetures plus ou moins fréquentes des passages vers Israël (pour des raisons de sécurité) peuvent provoquer des pénuries monétaires. En ce cas, les monnaies étrangères sont perçues comme des monnaies refuges.

Téléphone

Les indicatifs téléphoniques utilisables sont le +972 et +970. En cas de problème pour joindre votre correspondant essayer l'autre indicatif.

Les lieux incontournables des Territoires Palestiniens