Difficile d'accès malgré la petite et très sinueuse route qui la relie désormais au reste du pays, la région de l'Arakan a eu son ère de gloire. Dans un écrin de verdure, Mrauk-U fut jadis la place forte d'un royaume tout-puissant, à l'instar des autres cités de Birmanie élues, tour à tour, capitales d'un empire éphémère.

L'Arakan est isolé de la plaine birmane par les monts du même nom. Si aujourd'hui la région témoigne d'une influence cosmopolite indéniable, qui a façonné son peuple au cours des ans, pendant des siècles, cette enclave est parvenue à se développer en faisant fi de toute puissance étrangère.

Au Ier siècle ap. J.-C., le royaume Dhanyawady prit son envol, marquant le début d'une ère de prospérité dans la région. Au IIIe siècle, le royaume Vesali prit le relais. Mais, dès le Xe siècle, les Mongols, suivis de près par les Birmans, au XIe, vinrent mettre, momentanément, un terme au développement insolent des royaumes d'Arakan. Par la suite, l'Arakan passa de main en main, subissant successivement l'influence des puissances étrangères qui se disputaient le pouvoir.

Les Birmans parvinrent tant bien que mal à maintenir leur contrôle sur la région jusqu'au XVIe siècle. Les musulmans exercèrent ensuite leur autorité sur la région, depuis le Bengale voisin. Si les premiers réussirent à imposer la langue birmane aux habitants de la région, à quelques déviances près (le " r " est roulé allègrement, et la langue commune s'apparente davantage à un dialecte birman plus qu'au birman de pure souche), les musulmans ne parvinrent pas, quant à eux, à faire adopter leur religion à la population locale.

Le poids des cultures étrangères s'accentua avec l'arrivée massive de mercenaires de tous bords et autres navigateurs endurcis, débarqués sur les côtes rakhines. Ils affluèrent des quatre coins du monde, des pays d'Asie centrale, du golfe Persique, de la Turquie, mais aussi de Hollande et du Portugal, appâtés par les trésors de la région, accumulés par les anciens royaumes.

Au XVIe siècle, le royaume d'Arakan reprit du poil de la bête, cherchant à se libérer de cette présence étrangère oppressante. En 1599, le roi rakhine Razagri fit ainsi une véritable razzia sur le riche royaume de Bago. La ville de basse Birmanie était en effet, entre-temps, parvenue à accroître considérablement ses richesses, accaparant au cours des conquêtes les trésors des puissances voisines, en particulier du Siam.

Le royaume d'Arakan connut donc un nouvel essor au cours des XVIe et XVIIe siècles, un essor dû en grande partie au trafic d'esclaves et aux assauts incessants des pirates faisant parler d'eux au-delà des frontières.

L'année 1785 sonne le glas de la période dorée de l'Arakan. Le roi birman Bodawpaya aidé de son armée de 30 000 hommes ne fit qu'une bouchée de la cité fortifiée de Mrauk-U, réputée imprenable, lors d'un assaut qui s'avéra fatal pour la capitale rakhine. Pour marquer leur victoire, les Birmans firent main basse sur le célèbre bouddha Mahamuni, vénéré par tout Rakhine bouddhiste. Les Arakanais s'enorgueillissent en effet de l'ancienneté de cette statue représentant avec fidélité les traits du premier Bouddha.

Au XIXe siècle, l'Arakan devint le théâtre d'événements politiques majeurs. Les combats répétés sur la frontière de l'Inde orientale déclenchèrent le conflit anglo-birman en 1824 et l'Arakan fut bientôt la première province à passer dans le giron britannique. Mrauk-U laissa la place à Sittwe, choisie par l'administration britannique comme capitale coloniale.

Depuis la prise fatidique de Mrauk-U en 1785, la notion même de royaume d'Arakan fut reléguée aux oubliettes. Malgré tout, les habitants fiers de leur histoire et de leur passé glorieux mettent un point d'honneur à conserver une certaine autonomie vis-à-vis du pouvoir central. L'isolement naturel de cette région enclavée joue en leur faveur, et l'Arakan reste, aujourd'hui encore, une province qui se distingue nettement du reste du pays, tant par ses paysages que par son patrimoine culturel unique en son genre. A visiter sans faute !

Les lieux incontournables d'Arakan

Organiser son voyage à Arakan

Photos d'Arakan

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

MYANMAR - BIRMANIE

Guide MYANMAR - BIRMANIE

MYANMAR - BIRMANIE 2018/2019

14.95 €
2018-07-13
408 pages
Ailleurs sur le web
Avis