Au sud de la Thaïlande, le terme désigne une ville, sa région - la plus touristique du pays - et son île principale de 20 km de long reliée au continent par le Sarasin Bridge. Côté mer d'Andaman, la province de Phuket est forte d'une dizaine d'îles paradisiaques et de sa vaste île montagneuse couverte de forêt tropicale et bordée de plages de sable fin et cocotiers. La ville de Phuket, capitale de la région, romantique avec son architecture sino-portugaise, aligne les petites boutiques d'artisanat et les stands de fruits, légumes, épices, tissus, bijoux et sculptures exotiques. La côte ouest aux eaux limpides est le royaume du luxe et des plaisirs regorgeant de stations balnéaires haut de gamme, de spas, de salons de massage, de restaurants, de bars et de discothèques. Patong, la station balnéaire la plus prisée d'entre elles, n'est qu'une succession de bars et de discothèques. La nuit, tout le quartier clignote et c'est paillettes, alcool et danses plus ou moins lascives, territoire des noceurs, des filles de bar et des katoeys ou ladyboys (transsexuels). Quel contraste entre ce tourisme débridé et la nature luxuriante et préservée du reste de l'île ! À Phuket, on peut pratiquer la plongée sous marine, le parachute ascensionnel, le jet-ski, le golf, l'escalade, la plongée, la pêche au gros, l'équitation, surfer, visiter la baie en canoë, sillonner une piste en 4x4, randonner à dos d'éléphant, assister à un match de boxe thaïe... Peu de sites offrent une telle panoplie de loisirs ! Consultez votre guide touristique pour en apprendre plus.

Les lieux incontournables de Phuket

Quand partir à Phuket ?

De décembre à mars : la saison sèche est agréable, les hôtels sont combles avec de nombreux touristes venus d'Allemagne notamment, et des prix à leur maximum. De juin à septembre : c'est la période des grandes vacances européennes. Les prix sont au plus bas Phuket, Koh Lanta et Koh Samui grouillent de touristes. Moins de monde à Koh Pha Ngan, Koh Tao ou Koh Chang. C'est la saison préférée des Italiens qui viennent s'ajouter aux Anglo-Saxons fidèles de la destination. D'octobre à novembre : il n'y a jamais grand monde, et pourtant c'est la saison la plus agréable. Phuket, Koh Phi Phi, Krabi et l'ensemble de la côte d'Andaman sont alors particulièrement accueillants, à moindre coût. Les tarifs hôteliers ne commencent à grimper vraiment qu'à partir de mi-novembre. C'est vraiment la meilleure période en Asie du Sud-Est, pour qui a la chance de pouvoir choisir ces dates.

Organiser son voyage à Phuket

Photos de Phuket

Découvrir Phuket

Survol de la Thailande

Géographie
Situation

Située à 9 412 km de Paris, entre le 20e et le 6e degré de latitude Nord et entre le 98e et le 105e degré de longitude Est, la Thaïlande a la forme d'une tête d'éléphant, le front butant contre le Myanmar et la trompe descendant entre la mer d'Andaman (700 km de façade maritime) à l'ouest et la mer de Chine (1 900 km de façade maritime) à l'est. Le pays s'étend sur plus de 1 600 km du nord au sud et sur un maximum de 800 km d'est en ouest. Les pays frontaliers sont le Cambodge et le Laos à l'est, le Myanmar (ex-Birmanie) au nord et l'ouest et la Malaisie au sud, pour un total de 3 720 km de frontières terrestres. D'une superficie totale de 513 115 km², la Thaïlande est le plus vaste pays d'Asie du Sud-Est, d'une taille à peu près égale à celle de la France.

Relief

La montagne, recouverte de forêts, domine les régions Nord et Ouest et se situe dans le prolongement du massif himalayen. Elle est composée de massifs schisteux, calcaires et granitiques, et abrite le point culminant du pays, le mont Doi Inthanon, 2 595 m. À l'est, un plateau gréseux couvre près du tiers de la superficie totale du pays ; la végétation, assez pauvre, est composée de forêts et de savanes. La frontière entre la Thaïlande et le Laos est délimitée par le fleuve Mékong, alors que celle qui la sépare du Cambodge est marquée par les massifs montagneux de Dangrek et Khao Khieu. La zone du Sud-Est, entre la mer de Chine et le Cambodge, à la pluviosité exceptionnelle, a donné naissance à l'une des jungles les plus épaisses de toute la péninsule. On retrouve également une végétation luxuriante à l'extrême sud du pays, région surnommée la " Malaisie siamoise ". Cette flore recouvre les flancs des montagnes de calcaire primaire qui constituent les premières marches de la chaîne himalayenne. La partie méridionale de cette région comprend également de larges plaines propices à la riziculture. Enfin, la région centrale, autour de Bangkok, concentre 27 % de la population thaïe et s'étend sur 400 km du nord au sud, et de 100 à 150 km d'est en ouest. Le sol y est particulièrement fertile.

Hydrographie

L'eau est présente partout en Thaïlande, le réseau hydrographique est donc très développé et a joué un rôle essentiel dans l'essor de l'agriculture et des transports. De nombreuses rivières, au bord desquelles se sont installés des villages, descendent des montagnes du nord, grossissent et se regroupent pour former la Mae Nam Chao Phraya, à partir de laquelle d'innombrables voies navigables ont été exploitées.

Climat

La Thaïlande, du fait de sa latitude et de l'influence des moussons sud-ouest et nord-est, jouit en toute saison d'un climat tropical humide. La distance du nord au sud-est est d'environ 1 900 km et le gradient de latitude de 15° environ au nord, Mae Sai, 20,5°N, au sud Betong 5,6°N. Ces éléments réunis confèrent à la Thaïlande un des climats les plus variés de l'Asie du Sud-Est. La mousson nord-est (novembre-décembre à février-mars) apporte de l'air frais et sec, la mousson sud-ouest (mai-juin à octobre-novembre) son cortège de pluies (les moussons déterminent les pluies qui, elles-mêmes, déterminent les saisons). On distingue, avec des différences de gradient thermique entre les régions, deux saisons en Thaïlande (certains disent trois saisons, la troisième étant une sous-partie de la saison sèche, surtout prononcée dans le Nord) :

Saison sèche : de novembre à avril.

Saison des pluies : de mai à octobre.

Mais, depuis le début de la déforestation, aggravée ces 20 dernières années en Asie du Sud-Est, le climat a beaucoup changé, pour devenir extrêmement imprévisible. Il pleut parfois en saison sèche et en hiver, alors qu'il devrait faire moins de 20 °C à Chiang Mai, la température peut monter jusqu'à 28 °C.

Pluies

La durée exacte de la saison des pluies dépend des vents de mousson qui soufflent sur l'Asie... En général, les pluies débutent en juin et peuvent durer jusqu'à octobre. Les mois d'août et septembre sont en général très arrosés pour l'ensemble du pays, sauf dans l'archipel Koh Samui, Koh Pha Ngan, Koh Tao, situé dans le golfe de Thaïlande, où la mousson est décalée d'octobre à décembre.

Octobre est un mois de transition : inondations parfois spectaculaires, notamment à Bangkok quand le fleuve Chao Phraya déborde. La montée des eaux est soudaine et laisse derrière elle de nombreux sans-abri. Maxima de précipitations à Phuket en mai et octobre, alors que le golfe de Thaïlande (Koh Samui) subit de fortes pluies en novembre. Plus on va vers le sud du pays, plus la saison des pluies s'allonge (et plus le gradient thermique est faible). Au nord (à Chiang Mai), la saison sèche peut commencer en octobre et se prolonger jusqu'en mai.

À l'approche de la mousson sud-ouest en mai-juin, au moment où les températures sont les plus fortes, de violents orages peuvent éclater, et les pluies - appelées mango rain - sont diluviennes. Les Thaïlandais appellent cette période " la saison du diable ", car c'est traditionnellement aussi l'époque des coups d'État et des révolutions. La saison des pluies en Thaïlande n'est habituellement pas aussi catastrophique que pour d'autres pays d'Asie, car même si certaines routes sont inondées et si les superbes plages tropicales deviennent tristes, il est toujours possible de circuler dans la majeure partie du pays et d'en apprécier les charmes.

Températures

Plus vous vous rapprochez de l'équateur, plus le gradient thermique est faible. Les températures journalières varient donc moins dans le Nord. Ainsi, au cours des mois les plus frais (de décembre à février, avec des températures moyennes situées entre 20 et 27 °C), la température peut approcher le 0 °C la nuit, en hauteur, dans les régions du Nord, alors qu'au cours de la journée, elle se maintient au-dessus de 25 °C. Notez que, pendant cette période, si les températures matinales sont voisines de 10 °C à Chiang Mai, partout ailleurs elles sont supérieures à 20 °C. Les mois les plus chauds sont avril et mai, avec des températures supérieures à 35 °C (et les 40 °C ne sont pas rares, surtout au nord).

En conclusion

La saison la plus agréable pour voyager en Thaïlande est naturellement la saison sèche pendant les mois les plus frais, de décembre à février (sauf à Koh Samui, où il pleut normalement plus en décembre-janvier). C'est également l'époque des floraisons, ce qui donne de somptueux paysages, notamment dans les vallées du Nord. Malheureusement, c'est aussi la saison de haute affluence touristique.

La chaleur des mois d'avril et de mai peut perturber votre séjour, surtout si votre destination est le Nord ou le Nord-Est. Les nuages de poussière qui accompagnent la saison sèche y sont permanents. Pour éviter les foules et la " saison du diable ", vous pouvez choisir de voyager de mai à août en privilégiant le Nord, le Nord-Est, le Centre et Koh Samui.

Septembre reste un mois difficile presque partout et, suivant les années, les pluies peuvent se prolonger jusqu'à fin octobre entre Bangkok et le littoral sud-ouest. Si vous affectionnez les plages aux couleurs tropicales, les eaux limpides ou la plongée, la deuxième quinzaine de novembre est une garantie. Ceux qui auraient obtenu un séjour à bas prix pendant la saison des pluies à Phuket - entre mai et octobre - auront quelques chances de voir se succéder des journées ensoleillées entre des périodes de dépression pouvant durer deux à trois jours. Considérez également les vacances universitaires européennes et thaïlandaises (de mars à juillet), ce sont bien sûr les périodes de plus grande affluence. Les réservations sont impératives pour les périodes de haute fréquentation touristique, et notamment entre la mi-décembre et la mi-février, pour le nouvel an chinois (pleine lune fin février ou début mars) ou pour le nouvel an thaïlandais (situé du 13 au 15 avril).

Environnement – écologie

Des campagnes de protection de l'environnement ont été lancées dans le royaume. L'un des objectifs est de lutter contre la mauvaise habitude des Asiatiques de jeter n'importe quoi n'importe où. On dénigre tellement le tourisme de masse (souvent à juste raison) qu'il faut parfois lui trouver des avantages ! En réponse aux plaintes de nombreux visiteurs étrangers devant la saleté de certaines villes et de leurs environs, certaines municipalités ont décidé de réagir : ainsi, Pattaya a fait d'énormes progrès, du moins en ce qui concerne la pollution visible. Plus spectaculaire encore, il y a encore une dizaine d'années, Koh Samui dont les plages étaient souillées de détritus divers est aujourd'hui une île impeccable de propreté. En revanche, dès qu'on s'éloigne des régions fréquentées par les touristes - sauf exception comme Yala dans le Sud - des sites magnifiques ont été souillés par quantité de bouteilles, papiers gras et emballages divers. Les Thaïlandais ne font pas preuve de mauvaise volonté, mais la nécessité de préserver la nature est un slogan encore assez nouveau pour eux. Maintenant que les autorités du pays ont pris conscience du phénomène, les choses devraient s'améliorer au fil du temps.

Écotourisme

Les responsables du tourisme cherchent à promouvoir la visite des grands parcs comme Doi Inthanon, Mae Ping, Khao Yai, Erawan ou Tarutao. Le tarif d'accès dans un parc national thaïlandais est habituellement fixé à 200 bahts pour un étranger. Des bungalows collectifs sont mis à la disposition des visiteurs, et il est souvent possible de faire du camping. Certains parcs disposent également d'un restaurant (ouvert pendant la saison touristique).

Info futée : pour s'assurer des services d'un ranger, prendre contact avec le Département des Forêts Royales (Royal Forestry Department).

Parcs nationaux

Au cours des dernières décennies, plus de 70 sites sont devenus des zones protégées. Ces zones maritimes ou terrestres sont réparties sur l'ensemble du territoire de la Thaïlande. Mais la faune et la flore de ce pays, toutes deux incroyablement diversifiées, ne sont pas forcément sorties d'affaire ; beaucoup d'espèces ne survivront pas à la déforestation massive qu'a subie le pays. La mode du tourisme vert est cependant arrivée à point nommé, pour essayer d'offrir un substitut de revenus à des régions survivant auparavant grâce à l'exploitation forestière. Ours noirs, tigres, oiseaux exotiques, serpents ou poissons multicolores sont aujourd'hui devenus autant d'entrées de devises potentielles. Souhaitons-leur tout de même de ne pas se faire trop rares. Il n'y a guère plus de trente ans, la forêt couvrait encore plus de la moitié du pays. Aujourd'hui, elle s'étend à peine sur 10 % du territoire, ce qui est insuffisant pour l'auto-entretien de son écosystème. Le premier parc naturel a été ouvert en 1962 (Khao Yai), et on en dénombre aujourd'hui 75 se partageant quelque 40 000 km². Une augmentation accompagnée d'une réelle prise de conscience écologique des pouvoirs publics, qui ont fait passer les surfaces de coupes légales de 4 800 à 380 km² par an.

Pour plus d'infos sur les parcs nationaux : Ecotourisme en Thaïlande, de Richard Werly, Éd. AsieInfo : guide décrivant quelques parcs nationaux de Thaïlande et les moyens mis en place pour les protéger.

Quelques parcs naturels

PARC NATIONAL ANG THONG (Province d'Ang Thong, Koh Samui)

Des dizaines d'îles et d'archipels magnifiques pour ce parc marin, au large de Surat Thani et près de Koh Samui. Pour une visite, vous aurez l'obligation de vous faire prendre en charge par des spécialistes.

PARC NATIONAL DE KHAO YAI (Nakhon Ratchasima, Khorat)

Pistes balisées. L'aîné des parcs nationaux thaïlandais, et sans doute l'un des plus importants au monde. Ouvert pendant la journée seulement, après l'adoption, en 1992, d'une mesure destinée à endiguer une trop grande affluence... ce qui devrait ménager les nombreuses espèces animales ayant élu domicile ici.

PARC NATIONAL DOI INTHANON (Chiang Mai)

A environ 70 km de la ville, ce parc abrite le sommet le plus haut du pays, 2 565 m - sachez qu'il n'y fait pas chaud, quand il n'y pleut pas. Des tribus de montagnards habitent ces régions (H'mong et Karen). Vous y croiserez trois types de végétation, sans compter les cultures de l'homme - qui a pas mal fait des siennes dans la région ! Cascades magnifiques.

PARC NATIONAL ERAWAN ET SAI YOK (Kanchanaburi)

Deux parcs dans la province de Kanchanaburi, au coeur de la vallée de la rivière Kwai. La trop célèbre chute d'eau du premier est impressionnante. Des centaines de milliers de visiteurs vont donc lui rendre hommage tous les ans ; la grotte de Phratat est un autre passage obligé. Le second parc abrite - entre autres - des sites archéologiques du plus haut intérêt.

PARC NATIONAL HATNOPPARAT THARA-KOH PHI PHI (Krabi)

Presque 400 km² d'eau salée limpide, limpide... près de Krabi et des îles Phi Phi. Un véritable sanctuaire sous-marin qu'un tourisme exacerbé anéantirait. Sous l'eau vous attend, à la bonne saison, tout ce que vous avez toujours voulu voir autrement que par les caméras d'une certaine Calypso.

PARC NATIONAL KHAO CHAMAO-KHAO WONG (Rayong)

A 71 kilomètres de la ville de Rayong. Suivre Sukhumvit Road et tourner à droite à l'intersection Khao Din, kilomètre 274. Continuer sur 17 kilomètres pour atteindre le parc. À 3 heures de Bangkok, deux étendues sauvages dans la province de Rayong. Vous êtes dans un véritable laboratoire à ciel ouvert pour les biologistes du monde entier. Le nombre de variétés de mammifères au kilomètre carré est ici incomparable. On peut y dormir - réserver de Bangkok -, mais vous risquez d'être la bestiole la moins adaptée à la forêt. Une expérience à ne pas manquer.

PARC NATIONAL KHAO SAM ROI YOT (Prachuap Khiri Khan)

Presque 100 km² de collines au-dessus d'étendues marécageuses et de superbes plages. C'est magnifique. Des petits singes, des léopards, 300 espèces d'oiseaux différentes, et des moustiques, que de moustiques !

PARC NATIONAL PHU KRADUNG (Loei)

Pistes balisées. Au nord, nord-ouest du pays. Fermé de juin à octobre. Sur les hautes terres, à plus de 1 000 m d'altitude, dans la province de Loei. Des forêts, des sapins, des cascades, des animaux...

Faune et flore
Protection de la nature

De nombreuses espèces ont été recensées en Thaïlande : plus de 295 types de mammifères et 900 sortes d'oiseaux, sans compter les insectes et les poissons. Malheureusement, certains animaux sont déjà en danger de disparition, et la création des parcs nationaux est une réponse insuffisante face à l'urbanisation galopante et au braconnage. Léopards, tigres, tapirs malais, rapaces et de nombreuses autres espèces sont directement menacées de disparition en raison de l'irresponsabilité et l'avidité des hommes. Les oiseaux sont chassés pour leurs plumages chatoyants mais aussi pour leur chair. L'éducation en matière d'écologie n'est pas la priorité en Thaïlande, et l'observation de certains spécimens devient difficile, même pour les scientifiques. Si cela continue, il faudra se contenter d'aller au zoo pour découvrir la faune " sauvage " de Thaïlande. Et même dans les zoos du reste, les animaux ne sont pas tranquilles : de véritables numéros de cirque sont organisés pour attirer la clientèle. Il n'y a plus qu'à souhaiter que ce pays se donne vraiment les moyens de faire respecter la protection des espèces menacées, conformément aux lois édictées.

Pour les passionnés d'ornithologie : Bird Guide of Thailand, de B. Legakul et E. Cronin, Karusapa Laprao Press, Bangkok (1974).

Éléphants exploités

Si vous voyez un de ces jeunes pachydermes errer avec son maître en guenilles, ne soyez pas surpris. On en croise parfois en ville, même à Bangkok. Le jour, leurs gardiens les cachent au milieu de la broussaille des banlieues mais le soir, on les promène dans les rues pour mendier. Ces pauvres éléphants ont un bien triste sort. Trop jeunes, ils quittent leur province natale pour la pollution des grandes villes. Une fois arrivés à Bangkok, ils sont maintenus cachés dans des coins sordides et sont contraints de mener la même vie misérable que leurs maîtres, dans le bruit et la fumée. Beaucoup d'éléphanteaux deviennent fous, quand ils ne sont pas grièvement blessés par une voiture. La misère et la bêtise réunies : un véritable scandale !

Crocodiles vagabonds

Les inondations des mois de septembre et d'octobre sont, tous les ans, l'occasion d'une floraison d'articles sur les crocodiles des élevages. Ils sont plus de 100 000 en Thaïlande. Le centre du pays compte à lui seul plus de 55 000 spécimens d'eau douce et d'eau salée, installés dans les villes et les villages qui bordent le fleuve Chao Phraya (à Nakhon Sawan, Uthai Thani, Chai Nat, Thong, Nonthaburi ou Prathum Thani). Le " prix du danger " est de 8 000 bahts quand il est âgé de 2 mois, et plus de 140 000 baths pour un adulte de 15 ans (4 m de longueur !). Les prix ont plongé depuis quelques années, principalement à cause de la concurrence des pays limitrophes. Mal aimées, mal cotées, les petites bestioles profitent donc des inondations pour quitter leur bassin. Attention aux mollets si jamais pareil incident se reproduisait !

Les geckos et toukeys veillent...

Ces lézards de petite taille font grande consommation d'insectes et, en particulier, de moustiques... Le corps du gecko n'est pas plus gros qu'un doigt, et sa peau transparente laisse deviner toutes ses veines. Ne pas confondre avec son cousin le toukey, apparemment plus timide. Ces bestioles sympas se cachent dans toutes les maisons : on peut les voir en soirée sur les murs et jusqu'au plafond. Ils veillent discrètement et gobent de temps à autre un insecte attiré par la lumière électrique.

THAÏLANDE SUD

Guide THAÏLANDE SUD

THAÏLANDE SUD 2020/2021

12.95 €
2019-09-25
456 pages
Avis