PAGODE SHWEDAGON

Pagode
  Yangon
Myanmar - Birmanie

Voir sur la carte

L'avis du Petit Futé sur PAGODE SHWEDAGON

Plaque millesim 2020

L’histoire de la pagode Shwedagon est intimement liée à celle du site Dagon ou l’inverse. Quoi qu’il en soit, la légende fait remonter l’origine du site à plus de 500 ans av. J.-C. Deux marchands venus d’Inde, rencontrèrent Bouddha, lui proposèrent de partager leurs gâteaux au miel, celui-ci les remercia en leur offrant huit de ses cheveux. Sur le chemin du retour, le roi Okkalappa les acclama à leur arrivée et donna une immense fête en l’honneur des reliques sacrées. Le roi choisit alors un site où ériger une pagode dans laquelle elles seraient enchâssées. Au moment d’ouvrir la cassette contenant les cheveux, des miracles se produisirent. Une première pagode en or fut construite, recouverte de plusieurs autres en argent, en étain, en plomb, en marbre et, enfin, en brique.

La pagode Shwedagon ainsi construite fut délaissée par les souverains, jusqu’au XIVe siècle. En 1362, le roi Byinnya U fut le premier à faire preuve d'intérêt pour ce lieu sacré : il décida de rehausser la pagode de quelques mètres. Par la suite, de nombreux souverains eurent à cœur de faire un geste envers ce monument. L’intervention la plus notable fut celle de la reine Shinsawbu (1453-1472) qui, après son accession au trône de Bago, accorda son poids en or : un poids plume de 40 kilogrammes, qui permit, grâce à la finesse des feuilles d’or, de recouvrir intégralement le dôme. Dhammazedi, son fils, fit mieux encore en accordant à la pagode un don conséquent : quatre fois son poids en or et celui de sa femme. Il fit par ailleurs inscrire la légende de la pagode en birman, en môn et en pâli, afin que la postérité n’oublie jamais comment cet édifice avait pu voir le jour.

Au cours des siècles suivants, la pagode fut tour à tour objet de convoitises, proie des tremblements de terre les plus dévastateurs, et lieu hautement stratégique. En 1612, le Portugais De Brito, plus pragmatique que jamais, voulut s’emparer de l’énorme cloche de la pagode pour couler le bronze et en faire des canons. Mais le sort s’en mêla : le poids de la cloche fit couler le bateau qui emportait le trophée. En 1774, le roi Hsinbyushin organisa une splendide procession, pour faire venir d’Ava une nouvelle ombrelle qui devait trôner à l’extrémité du stūpa. Une même initiative fut entreprise par Mindon depuis la cour de Mandalay, en 1871. Mais le message était alors chargé d’un incontestable sens politique. A cette époque, les Britanniques occupaient la basse Birmanie, et Mindon comptait bien, par ce geste prétendument anodin, témoigner de la grandeur de sa cour à Mandalay.

Dès leur arrivée en Birmanie, les Britanniques comprirent l’importance stratégique de Shwedagon, qu’ils occupèrent à partir de 1824. A l’issue de la seconde guerre anglo-birmane, la pagode fut dévalisée par les soldats anglais. Il fallut attendre les années 1930 pour voir l’édifice libéré de la tutelle anglaise.

Aujourd’hui, la pagode est à nouveau envahie, mais c’est une foule fervente qui se presse en ses murs, chacun réalisant ainsi le vœu le plus cher dans une vie de bouddhiste : fouler le sol de Shwedagon. L’entrée principale est située au sud. C’est là que vous obtiendrez le billet valable pour une journée entière. On accède à la pagode par quatre escaliers qui s’élancent depuis les quatre points cardinaux vers la plate-forme centrale. Chaque entrée jouit ainsi d’une atmosphère qui lui est propre. Depuis l’entrée sud, un ascenseur digne de la toute dernière technologie, version birmane, permet d’accéder à la plate-forme d’un seul bond. L’entrée ouest est accessible par un escalator, alors que l’on rejoint les entrées nord et est par deux vastes escaliers qui mènent solennellement vers la pagode dorée.

Aux abords des escaliers, de nombreuses échoppes proposent toute la panoplie du parfait bouddhiste : de jolies ombrelles en papier, des fleurs destinées aux offrandes, des statuettes de Bouddha, mais aussi des jouets de papier mâché, des instruments de musique et mille autres babioles dignes des plus grands bazars, la touche bouddhiste en plus.

En se promenant sur la plate-forme, on peut distinguer plus de soixante stūpa. En effet, le grand stūpa central, entièrement recouvert de feuilles d’or tous les cinq ans, est entouré d’une série d’autres stūpa de toutes tailles, les plus grands marquant les quatre points cardinaux.

On se laisse rapidement envoûter par l’ambiance et l’effervescence qui règnent en ces lieux, à toute heure. Il ne faudrait pas pour autant oublier d’admirer la richesse du stūpa en sa pointe : la girouette brille du millier de diamants et pierres précieuses qu’elle abrite, et la sphère supérieure est sertie de diamants à faire pâlir le sultan d’Oman. Peut-être apercevrez-vous aussi le solitaire qui pointe à l’extrémité du stūpa.

La pagode est un lieu étonnant où la vie bat son plein entre les multiples tazaung. Chaque temple est dédié à son donateur. Si l’on commence le tour de la pagode dans le sens des aiguilles d’une montre, comme le veut la tradition bouddhiste, on découvre tout d’abord, au sud, un tazaung édifié en l’honneur de Konagamana, le deuxième bouddha de ce monde. Si vous êtes né un mercredi matin (et non l’après-midi, vérifiez vos chroniques), un pilier vous est tout particulièrement dédié, associé à la planète Mercure. En remontant vers l’ouest, les natifs du samedi verront, avec intérêt, se dresser devant eux le pilier de Saturne. Plus loin, un sanctuaire chinois renferme vingt-huit images de Bouddha.

En se dirigeant vers l’angle sud-ouest de la plate-forme, on tombe bientôt nez à nez avec deux sympathiques nat, Thagyamin, le roi des nat, et Bobogyi, chargé de protéger la pagode Shwedagon. Si, à la place de ces deux personnages, vous apercevez un bouddha couché du long de ses huit mètres, c’est que vous êtes allé trop loin. Retour à la case départ… (sans gagner vingt mille francs !).

Parmi les statues et sanctuaires que vous verrez par la suite, notez la sculpture de Mai Lamu et Thagyamin (le roi des nat, toujours lui), qui donnèrent naissance au roi Okalappa (le bon roi de la légende, si vous avez suivi scrupuleusement l’historique de la pagode). En face, un pavillon est connu sous le nom de « Tazaung à deux sous » ; c’est en effet grâce aux petits dons quotidiens de tous les commerçants de Yangon que fut construit ce sanctuaire. Sur votre route en direction du nord-ouest, l’autel des jours de la semaine associés aux planètes vous permet de réviser vos maigres connaissances bouddhistes sur la question.

Impossible de manquer la cloche Mahagaunta. Certes, la cloche que vous avez sous les yeux n’est pas celle d’origine, qui est restée au fond de l’eau, on s’en souvient. Celle-ci date du XIIIe siècle, mais a failli connaître le même sort que sa consœur. En effet, les Britanniques tentèrent, eux aussi, d’emporter la cloche, non pas pour en faire des canons mais en guise de trophée cette fois-ci. En route, le navire coula, une fois n’est pas coutume. Les Britanniques essayèrent, en vain, de récupérer la cloche, et firent finalement appel à la population birmane pour aller la repêcher. Les Birmans firent preuve de la plus grande ingéniosité, attachant autant de bambous et de bois que possible, afin de faire flotter les seize tonnes immergées. Ils parvinrent ainsi à leurs fins et purent récupérer la cloche, ici présente.

Au nord-est du parvis, se trouvent deux banians, l’arbre sacré sous lequel Bouddha connut l’Illumination. Puis se succèdent sanctuaires et autres petits temples. Selon la légende de Dagon, c’est dans ce coin qu’existerait une ouverture permettant d’accéder aux cheveux sacrés enchâssés dans l’édifice. C’est par ici aussi que vous pourrez voir les inscriptions de Dhammazedi et relire, dans le texte (si vous êtes au niveau en môn, pâli ou birman), l’histoire de l’origine sacrée de la pagode. Le tour prend fin à l’est de l’édifice, où s’élève un autre arbre sacré. Selon l’heure et la lumière du jour, il ne vous reste plus qu’à choisir le point d’où vous aurez la meilleure vue sur ce dôme au pouvoir envoûtant.

Notre conseil : Visitez la pagode le matin, soit avant 7h dans la foule des pèlerins, soit entre 7h et 10h, au calme, avant que le soleil ne soit au zénith. Puis revenez (avec le même billet) à la tombée du jour, profiter de la magie des lieux.

Je gagne 100 foxies
Partagez ce bon plan

Informations et horaires sur PAGODE SHWEDAGON

Entrée : 10 000 K valable pour la journée. Comptoirs ouvert 7j/7 de 7h à 22h, la pagode en elle-même à 5h.

Avis des membres sur PAGODE SHWEDAGON

Note générale : 4.8/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
29 avis
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en octobre 2017
Extraordinaire par sa grandeur, sa beauté et ses fidèles. C'est un véritable joyau qui est construite sur une plateforme de marbre au sommet d'une colline . Au milieu de ce complexe en plus de la principale pagode il y en a 72 autres ainsi que des lieux de prières des Bouddhas et de très beaux décors sur les murs de certains édifices
Avis déposé le 26/11/2017 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en mars 2017
Une première approche de la religion en Birmanie (car aéroport dans cette ex-capitale) très très impressionnant.
De prime abord l'entrée est assez simple et on est assez déçu des premiers mètres et escaliers, jusqu'à ce qu'on débouche sur la vraie zone religieuse avec non pas un temple mais des dizaines de temples/pagodes/stuppas de forme et de couleurs différentes (en plus du doré omniprésent).
On y voit les birmans faire leurs dévotions et on s'excuserait preque d'être là si ce n'était le plaisir de découvrir la beauté des lieux.
Avis déposé le 29/05/2017 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en mars 2017
Au coucher du soleil, cet endroit magnifique respire la paix et la sérénité. Il faut prendre le temps de se poser et d'observer
Avis déposé le 25/03/2017 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en décembre 2015
La plus belle, le site est grandiose.
L'ambiance est hors du temps.
Il faut la visiter à plusieurs heures de la journée.
Rajouter à tout cela la population très attachante.
Comme dans un rève.
Avis déposé le 30/12/2016 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en septembre 2016
A voir absolument. Il faut entrer dans la partie payante du site: lieu de haute culture. Il y a beaucoup de monde mais il se dégage une impression de sérénité indéniable. A visiter de préférence en fin d'après-midi, au soleil couchant: le spectacle est sur les façades changeantes des édifices!
Avis déposé le 25/11/2016 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en avril 2016
Grandiose, magique,inimaginable, il n'y a pas de mots pour décrire la plus belle pagode du monde. La dernière visite à faire à Rangoon pour ne pas être déçu de la suite. Si on aime, il faut y aller le matin et le soir, pour bien tout regarder et profiter d'un éclairage différent . Overdose d'or assuré
Avis déposé le 30/05/2016 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en février 2016
La plus belle des pagodes, un lieu emprunt d'émotions et de gens qui viennent prier Bouddha. Un endroit pour prendre de très belles photos.
Avis déposé le 29/02/2016 
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en décembre 2015
C'est presque l'unique raison de visiter Yangoon tellement la circulation y est dingue. Assez grandiose, on peut y rester assez longtemps.
Reposant malgré l'affluence
Attention, il peut y faire très chaud
C'est payant
Avis déposé le 28/02/2016 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
un endroit incontournable a voir
la couleur or est tres belle surtout au couche du soleil
grand espace reposant
Avis déposé le 30/08/2015 
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Un peu déçue...on en parle tellement comme étant le temple merveilleux pays que j ai ete bien déçue d arriver dans un endroit tres touristique, centre il y a aussi bcp de birmans. L entree,est honteusement bcp trop cher! Amusant défilé des femmes qui balaient. Il y a de quoi rester une heure à tourner en rond autour du temple et abords...très jolies couleurs à la tombée de la nuit
Avis déposé le 07/05/2015 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
magnifique a ne pas manquer impressionnante là aussi beaucoup de monde mais incontournable a yangon
Avis déposé le 22/03/2015 
5/5
Remarquable. On en a vraiment pour son argent. On en prend plein les yeux. On rencontre une foule de pèlerins, on tourne inlassablement autour du haut stupa jusqu'à la nuit tombée : là aussi splendide avec les éclairages.
Avis déposé le 19/04/2011 
4/5
certainement la plus belle pagode d'Asie
à ne pas manquer
Avis déposé le 04/02/2010 
5/5
Magnifique pagode, sans doute la plus belle d'Asie du Sud Est!
A voir au couché du soleil, lorsque les lumières commencent à s'éclairer..
Avis déposé le 03/02/2010 
Je gagne 100 foxies

En savoir plus sur Yangon

Je dépose mon avis et je gagne des Foxies

(50 caractères minimum) *
Votre photo doit respecter le poids maximal autorisé de 10 Mo
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité

    * champs obligatoires

    Pour soumettre votre avis vous devez vous connecter.

    Rejoignez la communauté

    * champs obligatoires

    Déjà membre ?

    Merci pour votre avis !
    • Bravo, votre compte a été créé avec succès et nous sommes heureux de vous compter parmi nos Membres !
    • Votre avis a été envoyé à notre équipe qui le validera dans les prochains jours.
    • Vous pouvez gagner jusqu'à 500 Foxies en complétant votre profil !