241 770 habitants.Pondichéry, officiellement nommée Puducherry depuis 2006, est blottie sur le littoral oriental de l'Inde.

De nos jours encore, cette ville relativement paisible est un lieu enchanteur et fascinant, divisé entre la " Ville Blanche ", l'ancienne ville coloniale française, et l'autre partie de la ville, plus animée et colorée. La Ville Blanche offre de larges rues arborées, se coupant à quatre-vingt-dix degrés, le long desquelles somnolent de belles résidences entourées de jardins. Les branches de bougainvillées se répandent au-dessus des murs, apportant leur parfum à l'atmosphère nostalgique et surannée du quartier. Aux carrefours, on découvre des plaques rappelant la présence française : " rue Labourdonnais ", " rue Dumas "... À l'extrémité sud du front de mer - véritable promenade des Anglais de Pondichéry ! - la statue du gouverneur Dupleix évoque le rêve éphémère d'Indes françaises, mais c'est bien Mahatma Gandhi qui trône à la meilleure place, dans un kiosque au milieu de Goubert Avenue.

Histoire

La légende raconte que le grand sage Agastya est venu à Vedapuri (nom sous lequel était connue l'actuelle Pondichéry) pour vénérer Vedapuriswara, l'une des déités les plus anciennes du lieu. Le seigneur Shiva, l'esprit prédominant de Vedapuri, était appelé Agatiswara, seigneur d'Agastya. Pondichéry était traditionnellement le siège de la culture védique : cette tradition s'est développée à partir de la présence, dans un passé éloigné, d'un grand sage entouré de disciples vivant dans son ashram. Pondichéry n'est qu'un point sur la carte de l'Inde, mais elle a toujours fasciné les hommes. En deux millénaires, elle a attiré les Romains et les Chinois sur ses rivages, elle a vu l'apparition, la montée et le déclin du bouddhisme, elle a vécu la réapparition de l'hindouisme et elle a assisté à la pénétration du christianisme et de l'islam.

En 1673, des Français, dépêchés par Louis XIV, achètent au sultan de Bijapur un village côtier avec l'objectif d'y établir un comptoir commercial de la Compagnie françaises des Indes. Le site n'est pas idéal, mais la présence antérieure des Hollandais ne laisse que peu d'options aux Français. François Martin devient le premier gouverneur de Pondichéry, qu'il fait fortifier. Le comptoir prospère ; des navires s'y arrêtent sur la route du Siam ou des Philippines. Des navires chargés de cotonnades indiennes partent pour la France. Le commerce d'Inde en Inde (entre Pondichéry et le Bengale, l'Arabie ou la Chine) s'avère également fructueux. Pondichéry est le siège des établissements français en Inde (Mahé, Karikal et Chandernagor constituent les autres comptoirs français).

Au début du XVIIIe siècle, le déclin de l'empire moghol donne aux Français l'idée d'intervenir dans les affaires indiennes. En 1742, l'ambitieux Joseph-François Dupleix est nommé gouverneur de Pondichéry. Il rêve de donner aux Indes françaises une puissance territoriale et politique, au-delà de la prospérité commerciale. Sur fond de guerre en Europe entre la France de Louis XV et la Grande-Bretagne, les Britanniques installés à Madras et les Français à Pondichéry se livrent une véritable guerre. En 1746, Dupleix et La Bourdonnais, gouverneur des Mascareignes (la Réunion), prennent Madras. Deux ans plus tard, c'est au tour des Anglais d'assiéger Pondichéry, sans parvenir à faire tomber la ville. Le comptoir connaît quelques années de splendeur : les ventes de la Compagnie française égalent presque celles de la Compagnie anglaise des Indes, tandis que Dupleix noue et dénoue de multiples alliances avec des souverains indiens contre les Anglais. Cependant, en 1754, Louis XV désavoue Dupleix, rappelant que " la paix [... ] est l'âme du commerce ", et fait renvoyer en France ce gouverneur trop flamboyant et belliqueux. Des traités de paix sont signés avec les Anglais, qui ne les empêchent pas de raser et brûler Pondichéry en 1761, au terme d'une nouvelle guerre. Le comptoir n'est plus ensuite que l'ombre de lui-même. En 1956, neuf ans après l'indépendance indienne, Pondichéry est restitué à l'Inde par la France. La ville et ses environs immédiats deviennent un territoire de l'Union, distinct du Tamil Nadu. Environ 6 500 familles tamoules choisissent alors de demander la double nationalité française et indienne. Le patrimoine architectural et culturel est en danger : plus de 30 % des anciennes maisons françaises et tamoules ont disparu entre 1994 et 2002. Aujourd'hui certaines associations, comme Les Amis du Patrimoine pondichérien, sont engagé à protéger cet héritage.

En décembre 2011, le cyclone Thane s'abat sur la ville et sur le Tamil Nadu, occasionnant de nombreux dégâts humains et matériels.

Les lieux incontournables de PONDICHERY

Organiser son voyage à PONDICHERY

Transports
  • Vol pas cher
  • Location voiture
Hébergements
  • Trouver un hôtel
  • Location Airbnb
  • Location de vacances
Séjours
  • Voyage sur mesure
  • Réservez une croisière
  • Week-ends en France
Services / Sur place
  • Réservez une table
  • Activités & visites
  • Expériences & Boxs

Photos de PONDICHERY

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

INDE DU SUD

Guide INDE DU SUD

INDE DU SUD 2019/2020

13.95 €
2019-07-10
528 pages
Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end pour 4 personnes dans la Marne !

Un séjour exceptionnel pour 4 personnes dans la Marne, en Champagne avec l'Agence de Développement Touristique de la Marne .